Home International Soutien à un Etat Palestinien : au plus bas depuis 1998 (USA)

Soutien à un Etat Palestinien : au plus bas depuis 1998 (USA)

0
231

Le Soutien à un Etat Palestinien à son creux le plus bas depuis 20 ans. 

 
 [NDLR : on a tendance à présenter sous un jour alarmiste les “réussites” palestiniennes, en matière de guerre de l’image, de propagande et de campagnes de Boycott, ou de prendre pour argent comptant le vote massif de l’Assemblée Générale des Nations-Unies, où les groupes de pression anti-israéliens sont majoritaires, grâce au lobbying de l’Organisation de la Conférence Islamique. Mais force est de constater qu’au niveau plus populaire des opinions, notamment américaines, Abbas et ses refus pathologiques commencent sérieusement à lasser. Il avait une chance en or de faire passer toutes ses exigences sous le règne d’Obama et Kerry, qui n’ont fait que pencher en son sens. Sauf qu’ils arrivent à la fin de leur mandat et que la campagne pour la prochaine présidence débutera dans quelques temps, où ils ne seront pas en mesure de savonner la planche du ou de la candidate (vraisemblablement Hillary Clinton) qui leur succédera, pour les Démocrates.
 
Autre remarque : Netanyahu est, finalement, plus en phase avec le peuple américain qu’Obama lui-même, qui se nourrit de vues de l’esprit et de politiques à coups de diktat]… 

 

Le bavardage superflu du Premier Ministre israélien à propos de l’idée d’un Etat Palestinien survient au moment où cette notion est moins populaire aux Etats-Unis qu’elle ne l’était il y a au moins vingt ans. 

Un nouveau sondage du Washington Post et d’ABC-News démontre que ce concept visant à établir un nouvel Etat Palestinien aux côtés d’Israël au Moyen-Orient est  plus contestée qu’à n’importe quel moment, au cours des 20 dernières années, alors qu’une longue période de soutien généralement bipartisan à cette idée vient de s’écouler. 

Cette conception surnage à peine au-dessus des flots, avec 39% de soutien et 36% d’opposition. Maois ces chiffres sont sans comparaison possible avec les précédents sondages de Gallup, où une majorité nette d’Américains était favorable à cette idée (jusqu’à 58% en 2003). 

Ce chiffre de 39% de soutien à cette idée est le plus faible de la totalité des enquêtes d’opinion de WaPo et Gallup depuis 1998, et l’écart d’à peine trois moins entre les pour et les contre est plus resserré depuis au moins deux décennies – bien qu’il ne soit pas nécessairement plus significatif sur le plan statistique que d’autres récents sondages de Gallup. 

Ce sondage survient, alors que la création d’un Etat Palestinien – un objectif de longue haleine de la politique étrangère américaine – est intervenue tardivement dans le cadre de l’élection israélienne, comme question centrale. Le Parti du Likoud, de Netanyahu a remporté le plus de sièges, lui permettant de former le prochain gouvernement et de poursuivre à son poste de Premier Ministre. 

Quelques seamines à peine avant ces élections, Netanyahu a semblé remettre en cause sa promesse déclarée de poursuivre dans le sens d’une solution à deux-Etats devant mettre un terme à la présence israélienne sur ces territoires revendiqués comme leurs par les Palestiniens, par la création d’un nouvel Etat à côté d’Israël. Peu de temps après sa victoire, cependant, Netanyahu a fait marche-arrière sur cette position en déclaration qu’il continuerait de se conformer à la notion présentée comme idéale des deux Etats, tout en ajoutant qu’il ne prévoyait pas qu’un tel effort puisse fructifier rapidement. 

Peu de temps avant sa réelection, Netanyahu a adressé un discours devant le Congrès, à l’invitation du porte-parole de la Chambre, John Boehner (R-Ohio) – invitation qui allait à l’encontre des souhaits de l’Administration Obama, qui craignait  que cette visite risque d’empoisonner le cours des négociations avec l’Iran, sur les moyens de réduire l’amplitude de son programme nucléaire. 

Ce nouveau sondage démontre que les Américains soutiennent, sur le principe, un tel accord – ils soutiennent ce concept à 59% contre 31% qui y sont opposés – mais qu’ils ne sont pas optimistes sur le fait qu’il puisse réussir à maîtriser le programme nucléaire iranien. 37% disent être confiants qu’il puisse empêcher l’Iran de développer des armes nucléaires, alors que 59% n’ont aucune confiance sur une telle capacité. 

Un sondage de l’Institut Pew publié lundi affirmait une dichotomie similaire.

 

L’opinion sur la solution à deux Etats est, parfois, liée à son appartenance politique, mais pas de façon écrasdante. Alors que 33% des Indépendants et des Démocrates s’y opposent, cela concerne 50% des Républicains. 31 % d’autres Républicans soutiennent cette notion, alors que cela concerne 41% d’Indépendants et de Démocrates. 

La relation particulièrement difficile d’Obama avec Netanyahu continue à illustrer l’appréciation de son travail à l’égard d’Israël. Ce nouveau sondage indique que 38% d’Américains seulement approuvent Obama à ce sujet, alors que 50% le désapprouvent. 

 

Aaron Blake couvre les politiques nationales et écrit régulièrement pour The Fix.
 
31 mars at 7:00 AM 
washingtonpost.com
Adaptation : Marc Brzustowski.
 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.