Après 3 attentats qui ont fait 13 morts, Al Sissi remanie entièrement le sommet de sa hiérarchie militaire, navale, des renseignements et l’autorité sécuritaire responsable de la navigation sur le canal de Suez. 

Le Président Abdel-Fattah El-Sissi, dimanche soir 12 avril, a été incité à remanier totalement le commandement de ses principaux chefs des renseignements militaires, de la marine et de son commandant en second de l’armée de terre chargé du Sinaï, à la suite de trois attentats meurtriers dans le Nord du Sinaï, commis par la branche locale de l’Etat Islamique, anciennement l’Ansar Baït Al Maqdis. Ces attaques ont fait 13 morts, dont 11 soldats et policiers égyptiens, dont 2 officiers et blessé entre 44 et 50 personnes. 

Les terroristes du Sinaï ont fait des ravages dans les rangs de la sécurité sinaïtique, depuis qu’ils ont prêté serment et obtenu le soutien de l’Etat Islamique. L’armée égyptienne, après s’être considérablement renforcée et avoir imposé l’état d’urgence, s’est montrée incapable de stopper la spirale meurtrière et l’a payée par un lourd bilan en terme de pertes humaines. 

Dans la première attaque, dimanche, six soldats dont 2 officiers ont été tués par une mine qui a frappé leur véhicule blindé, circulant au sud d’Al Arish, capitale du Nord Sinaï. 12 heures plus tard, un attentat-suicide à la voiture piégée s’est produite à l’entrée d’un poste de police, à Al-Arish même, tuant 7 personnes, dont 5 policiers et blessant plus de 40 personnes, dont de nombreux civils.

Dans une troisième attaque, de moindre ampleur, les Jihadistes ont ouvert le feu contre un barrage mobile à Rafah, blessant un officier de police et 2 soldats. 

Samedi 11 avril, Ansar Baït al Maqdis, usant des mêmes méthodes que son nouveau parrain, a diffusé une vidéo décrivant la mise à mort par balle d’un soldat égyptien et la décapitation d’un civil. Ces deux victimes avaient été capturées lors d’une attaque le 2 avril, qui avait fait 15 morts parmi les soldats, contre une position de l’armée égyptienne en proximité d’Al Arish. 

Les sources militaires de Debkafile mentionnent que le Nord Sinaï, du fait de l’augmentation de la fréquence et de l’échelle des attentats terroristes, commence à ressembler à Bagdad, qui a été frappé le même jour par 4 voitures piégées et autres engins explosifs de Daesh, tuant au moins 12 personnes et en blessant des douzaines. 

Avant que le tonnerre des bombes ne se soit estompé dans le Sinaï, le président égyptien a annoncé un important remaniement dans les rangs de son armée, de sa sécurité et de ses renseignements. Le principal officier à avoir été limogé est le chef des renseignements militaires le Général-Major Salah el Badry. Il est remplacé par le Général Mohamed al-Shahat, un ancien commandant de la Seconde armée de terre, qui est l’actuelle colonne vertébrale de l’armée, dans le combat contre les Islamistes terroristes du Nord Sinaï.

519555001001599640360no

Le Général Nasser Al-Sissi sera le nouveau commandant de la Seconde armée. Nos sources militaires affirment que Nasser Al Sissi a passé plusieurs mois dans le Nord Sinaï sur nomination personnelle du Président et qu’il est revenu au Caire avec de nouvelles recommandations dans la lutte anti-terroriste. 

Dans le cadre d’un autre changement majeur, le Vice-Amiral Osama El-Gendy a été remplacé en tant que commandant de la marine égyptienne par le Vice-Amiral Osama Mounir. 

Le rôle de la marine est de plus en plus revalorisé, depuis que les navires de guerre égyptiens se sont déployés, ces deux dernières semaines, au large des côtes du Yémen, pour sécuriser le détroit de Bab el-Mandeb, vital sur le plan stratégique -puisque c’est la porte d’entrée vers le Canal de Suez – contre le contrôle mis en place par rebelles Houtis, appuyés par l’Iran. Leurs canons se sont placés en direction du port yéménite d’Aden, pour former un barrage étanche, afin d’empêcher les rebelles et leurs alliés, la 212ème brigade de l’armée yéménite, qui se sont mutinés, de s’emparer de la ville. 

Ce rôle renforcé de la marine au cours de la guerre au Yémen, justifie un changement de commandants à la moitié des combat. C’est une mesure très exceptionnelle. 

Cependant, c’est devenu d’autant plus urgent à ce stade, de changer de poste le Vice-Amiral El Gendy pour l’affecter aux fonctions prioritaires de l’autroité du Canal de Suez, afin de prendre en charge l’une des voies d’eau les plus importantes au monde, qui se transforme en autoroute pour le trafic d’armes et de combattants clandestins alimentant les avant-postes terroristes de l’Etat Islmaique dans le Sinaï.  

Debkafile  révèle que des navires venus de Libye et de Jordanie acheminent la contrebande par la mer et déchargent leurs cargaisons dans des points de livraison tenus secrets des côtes ouest de la Méditerranée, dans la Péninsule du Sinaï et du Golfe d’Aqaba. Certaines cargaisons sont véhiculées de Libye par le Canal de Suez par les villes de Suez, Ismaïlia et Port Saïd, où des réseaux clandestins basés sur le rivage les recueillent par bateau. 

488920201001399640360no

Les Tunnels entre la Bande de Gaza et le Sinaï constituent également une route importante de livraison aux groupes terroristes. Ce remaniement au sommet de l’armée égyptienne s’accompagne d’un amendement au code pénal, par décret présidentiel, qui allourdit les peines infligées à ceux qui construisent ou utilisent les tunnels transfrontaliers, les condamnant à la prison à vie. Ces sanctions s’appliquent également aux individus qui ont connaissance des tunnels et n’en informent pas les autorités. Le gouvernement égyptien a eu l’autorisation de s’emparer des bâtiments qui s’élèvent au-dessus de ces tunnels et de saisir tout équipement servant à les creuser. 

5669559099688640360no

Destruction de Tunnel entre Gaza et le Sinaï

debka.com

Adaptation : Marc Brzustowski

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.