Les Evangéliques sont-ils les ennemis d’Israël ?

 

Par Gilles Falavigna

David Amsalem, Ministre israélien des communications et du digital vient de faire fermer la chaîne de télévision Shelanu.

L’événement est assez insolite pour être remarqué. Cette chaîne diffuse du contenu chrétien en Israël et fait partie du groupe God TV. C’est la première fois qu’une chaîne chrétienne est fermée, rapporte Haaretz.

L’Eglise évangélique est réputée pour être l’amie d’Israël. Elle est en première ligne pour combattre l’antisémitisme. On la retrouve en opposition systématique à BDS.

Les Chrétiens sont très bien implantés à Jérusalem. Il suffit de franchir la porte de Jaffa pour en prendre la mesure. Les centres culturels chrétiens voisinent avec les centres juifs messianiques. Cela fait partie du paysage.

Les Chrétiens font du prosélytisme. Il n’y a rien de nouveau et la licence d’émission a été octroyée par les autorités israéliennes en connaissance de cause. Qui plus est, le prosélytisme ne contrevient pas à la loi israélienne.

Un contexte de tension est immuable avec les Chrétiens. Le premier point est fiscal. Le Vatican est présent à Jérusalem depuis les Ottomans. On se rappelle de la dernière visite du président Macron, qui refaisait le chantage opéré par le « docteur » Chirac, à l’entrée de Sainte Anne sur la via Dolorosa, supposée être le parcours emprunté par Jésus du Temple jusqu’à sa crucifixion.

Il faut avoir en tête que les Ottomans et le Vatican ont confié la gestion des lieux chrétiens aux Franciscains qui furent les pires ennemis des Juifs de l’Histoire de la chrétienté. Les bâtiments chrétiens non cultuels sont impressionnants à Jérusalem. Ils ne paient aucune taxe. Le montant des taxes dues représente un arriéré estimé à 150 millions d’Euros par la municipalité de Jérusalem. Dans le contexte particulier de l’immobilier en Israël, le problème ne passe pas inaperçu.

L’Eglise évangélique n’est pas catholique. Le problème de fond a trait à la nature chrétienne de cette amitié pour Israël. La chaîne de télévision Shelanu diffuse en hébreu et appelle à la conversion des Juifs et ne s’adresse pas aux Chrétiens. De leur côté, les autorités israéliennes rappellent que la licence de diffusion devait être ciblée uniquement vers la population chrétienne.

Le problème chrétien est entre autres de nature impérialiste. Les Evangélistes ont leur vision des Juifs en Israël. Ils en sont les amis dans le fantasme qu’ils font du Juif à travers leur enseignement de la Bible. On n’accepte pas l’autre pour ce qu’il est mais pour l’image qu’on en a. Souvent, les amis chrétiens d’Israël ne connaissent rien au Judaïsme ni à la spécificité juive. C’est la grande maison blanche évangéliste. Elle est porteuse de l’idéologie de Lavan. Ce dernier s’est toujours qualifié d’ami de Yaakov. D’ailleurs, tant que Yaakov restait à ses côtés, il ne lui voulait aucun mal. Mais est-ce cela une amitié ?

Ainsi Ron Cantor, le patron de Shelanu, ne comprend-il pas pourquoi les autorités israéliennes ne veulent pas permettre de convertir les Juifs israéliens au messianisme, puisque les Evangélistes sont amis d’Israël… Cette amitié est fondée sur la méconnaissance. Il est permis de douter qu’elle puisse résister à la connaissance réelle du monde Juif.

A Jérusalem, une église est construite au-dessus du tombeau de David et les Chrétiens ne peuvent pas comprendre que cela soit offensant. Cela correspond à un fondamental chrétien : l’intention prime sur l’acte. L’immatériel prime sur le matériel. Et le prosélytisme prime sur les clauses du contrat de diffusion.

Shelanu signifie « notre » en hébreu. A qui appartient Eretz Israël ?

Au regard de la souveraineté d’Israël, qu’est-ce qui est le plus gênant ? Qu’une église domine le tombeau de David ou qu’une mosquée domine le mont du Temple ? La réponse est complexe : il est dit qu’Ishmaël fera Teshouva. Il n’est pas dit qu’Essav fera Teshouva. Quoi qu’il en soit, le Juif est en exil à Jérusalem.

Par ©Gilles Falavigna

10 Commentaires

  1. Après la Shoah,Esav a commencé sa repentance , a découvert l’enseignement juif du rabbin de Nazareth et a fini par considérer comme un crime de vouloir convertir des juifs. Esav aretrouvé ses racines juives.l’avenir nous montrera tous les peuples montant à Jérusalem derrière les juifs cohanim guedolim de l’humanité.

  2. Justement lisez bien la descendance de Jésus lisez la Bible
    Zacharie 12:9-10 La Bible du Semeur (BDS)
    9 Alors, en ce jour-là, j’entreprendrai de détruire toute nation qui viendra pour combattre contre Jérusalem.

    Deuil et purification
    10 Je répandrai alors sur la famille de David et sur ceux qui habitent Jérusalem un Esprit[a] de grâce et de supplication. Alors ils tourneront leurs regards vers moi, celui qu’ils auront transpercé[b]. Ils porteront le deuil pour lui comme on porte le deuil pour un fils unique ; ils pleureront sur lui tout comme on pleure amèrement pour son fils premier-né.

  3. Vous n’êtes pas un peu dur envers les chrétiens en les mettant tous dans un même sac?
    En philosophie, qu’un seul élément explique le monde peut être intéressant mais conduit souvent à une aporie. Je suis chrétien et j’aime les Juifs, j’aime, c’est tout. Peut-on prouver l’amour? Aimer pour… est-ce aimer? Je suis conscient que la longueur de la période de nos ressentiments chrétiens et de nos incompréhensions laissent des blessures chez ceux que nous avons rejeté mais j’essaie de comprendre, de respecter, et surtout ne pas faire de prosélytisme. La foi, c’est avoir confiance, faire confiance, ce n’est pas choisir un camps contre lequel se dresser. J’ai confiance et je fais confiance au D.ieu de la Thora, au D.ieu d’Abraham, de David… jusqu’au D.ieu de Jésus étonnemment sans me sentir religieux mais en me repérant aux textes fondateurs de chaque côté et en mettant entre parenthèses les passages peu dogmatiques. J’essaie de suivre ce Jésus quand il annonce que le salut vient des Juifs et je respecte cela. Je n’aime pas la mentalité des prosélytes évangéliques qui me semble vouloir démontrer leur vérité. C’est idiot, je leur laisse cela, mais moi, j’aime sans plus. Peut-être parce que non-croyant et voulant critiquer et me moquer de l’Ecriture, j’ai été confronté à une réelle présence; une Personne était derrière ces lignes. C’était la Thora juive.

    • On doit au Judaïsme ce qu’est la Nation. De là, on peut identifier l’identique, à savoir le dénominateur commun en déterminant. On ne peut, sinon, différencier l’individu du groupe. Il y a des dénominateurs communs à ce qu’est un Chrétien comme il y a des dénominateurs communs à ce qu’est un Chrétien ou ce qu’est un Musulman. Qu’un individu se détermine par sa religion ou par quoi que ce soit est obligatoirement réducteur.
      A contrario, le déterminant du Christianisme (ou des autres religions) relève de critères évidents. Le Christianisme est universaliste. Par cela, il s’oppose au Judaïsme au regard du pacte d’Avraham. Vous parlez de respect et le respect est, étymologiquement, justement de regarder les choses pour ce qu’elles sont. La volonté de convertir, nature chrétienne à vouloir faire ce qui lui semble être le Bien, est un manque de respect.

  4. Bien des choses absurdes ont été dites et accomplies de part et d’autre.
    Le christianisme d’antan, je parle de celui qui fut marqué par de graves déviations quant à l’interprétation de plusieurs passages des Écritures Bibliques, va disparaître car une vague est en train d’arriver de gens bien mieux informés sur l’Histoire que leurs prédécesseurs.
    Mais aimer quelque chose ou quelqu’un simplement pour ce qu’il est,
    est-ce vraiment l’aimer ?
    N’est-ce pas aussi aimer que d’aimer ce quelque chose ou quelqu’un pour
    ce qu’il pourrait être ?
    Bon nombre de Juifs se tournent vers Jésus-Christ (Yeschoua bien sûr) parce qu’ils ont compris que ce Yeschoua était le Messie que les Écritures annoncent. Où est leur crime de vouloir partager cette bonne nouvelle à leurs frères et sœurs Juifs et Juives afin qu’ils participent à leur joie ?

    • Mais où avez-vous vu que bon nombre de Juifs se tournent vers Jésus , c’est votre fantasme de vouloir convertir à tout prix le Peuple Juif depuis 2000 ans ? Sachez que les écritures Hébraïques annoncent l’arrivée du Messie mais qui descendra de David et non d’Yeschoua ! Et sachez que nos écritures parlent du retour des “Exilés” vers la Terre Sainte et c’est ce qui se fait à nos jours pour participer comme vous dites à la joie de recevoir le “Machiah” le Messie !

    • “N’est-ce pas aussi aimer que d’aimer ce quelque chose ou quelqu’un pour ce qu’il pourrait être ?”

      Non, tout au contraire. Ce n’est que s’aimer soi-même. C’est aimer l’image de quelqu’un sorti de son imaginaire. C’est l’expression d’un préjugé. C’est exactement le même que celui qui a conduit la Gauche au colonialisme pour le Bien des Africains et qu’ils participent à la “joie du progrès”.

      Le bonheur des uns fait le malheur des autres. Dans l’histoire, “partager la bonne nouvelle” a conduit les Juifs au bûcher. Il n’y a rien de changé. C’est un peu facile de dire que bien des absurdités ont été accomplies de part et d’autres. Quelles absurdités ont donc été accomplies côté Juifs?
      Jésus? “Que ses os pourrissent!” disait Maïmonide. En 6000 ans d’Histoire juive, il n’y a pas eu de plus grand malheur. Ce sont des dizaines de millions de morts.

      Je reviens sur la conclusion de l’article. Le Christianisme possède un équivalent religieux: l’Islam. C’est la même soumission et la même volonté de soumettre si ce n’est que la chrétienne est plus hypocrite. Elle essaie de soumettre en douceur. Où est le crime des Chrétiens? Il est dans l’absolu des préjugés. Le racisme et la haine y sont nés.

      Votre commentaire témoigne de l’incompatibilité entre le Judaïsme et le Christianisme et c’est bien l’essentiel. Vous basez l’amour sur le mensonge. Vous ne connaissez rien. Que connaissez-vous du concept de Machia’h? Vous vous l’appropriez et voulez ensuite expliquer son sens aux Juifs. Il y a de quoi rire des Chrétiens.
      Mais le vrai problème est qu’Israël laisse faire sur son sol, ce sol qui n’est rien pour les Chrétiens et qui est le pacte d’Avraham.
      Gilles Falavigna

      • autre chose à ajouter: le pardon est la grande valeur chrétienne. Il n’y a pas à pardonner. Les Juifs n’ont pas à pardonner. Ce serait le comble. Ils sont les victimes et il leur reviendrait, en plus, d’agir! Une faute doit être réparée. Il y a un sacré travail à faire par les Chrétiens et il est contraire à leur nature puisqu’il ne savent même pas où est leur faute.

    • Deux choses sont certaines: Soit le christianisme prétend être une branche du judaïsme et dans ce cas il ne peut méconnaître la religion de base en prétendant que le rabbin Yéshua ben Yossef serait le Messiah, alors qu’il n’a rempli aucune condition permettant de le regarder comme tel. Soit le christianisme est une autre religion, alors il peut raconter n’importe quoi sur son “messie”, mais il ne peut reprocher aux juifs de ne pas le suivre.

  5. C’est cet exil, justement, sur cette propre terre d’Ysraël qui retient la montée généralisée du reste des Juifs du monde entier…
    Et laisse ce pays, béni, utilisé pour les kiffeurs de plages… et/ou d’estomacs.
    Ou s’y faire enterrer…
    Terre promise… à ça ?
    Que à ça ?
    Vraiment ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.