Des révélations sur l’élimination du « père » du programme nucléaire iranien

Photo WikipediaLe New York Times a publié un article qui fait du bruit, dans lequel il apporte de nouveaux éléments sur l’opération menée en novembre 2020 contre Mohsen Fakhrizadeh, l’ingénieur qui fut à l’origine du programme nucléaire iranien. Selon le quotidien américain, des agents iraniens ont aidé le Mossad en installant un appareil robotique de tir sur une camionnette placée ensuite au bord du chemin, sur l’itinéraire que devait emprunter l’ingénieur. Cette machine, capable de tirer 600 balles par minute était reliée par satellite à un ordinateur situé à des milliers de kilomètres du lieu de l’attaque.

Le New York Times souligne l’utilisation d’intelligence artificielle et de plusieurs caméras optiques pour cette opération périlleuse. Il révèle aussi que la camionnette était bourrée d’explosifs afin que l’appareil de tir soit détruit après son utilisation. Mais l’explosion l’a éjecté intact du véhicule au lieu de le détruire ce qui a permis aux Iraniens de mieux comprendre ce qui s’était passé.

Ces nouvelles révélations infirment certaines thèses qui avaient fait état de plusieurs individus sur place qui auraient tiré à bout portant sur Mohsen Fakhizadeh.

Celui qui voulait être le « père de la bombe atomique iranienne » était dans le viseur d’Israël depuis quatorze ans. En 2008, l’ancien Premier ministre Ehoud Olmert avait fait écouter au président américain George W. Bush un enregistrement dans lequel on entendait clairement Mohsen Fakhrizadeh confier à un ami qu’il comptait fabriquer une tête nucléaire, ce qui est un démenti flagrant à toutes les dénégations des dirigeants iraniens sur les « objectifs exclusivement civils » du programme nucléaire iranien.

Lors de la fameuse conférence de presse de 2018 où l’ancien Premier ministre Binyamin Netanyahou avait révélé la stupéfiante opération du Mossad en plein centre de Téhéran, il avait cité le nom de Mohsen Fakhrizadeh, en précisant : « Souvenez-vous bien de ce nom »…

1 COMMENTAIRE

  1. Les temps changent et la technique évolue. En 1946, les Juifs mettaient du pentrite dans des bidons de lait, dans le sous-sol, et ont fait sauter l’hôtel King David de Jérusalem. En 1961, le français Bastien Thiry mettait 40 kilos de plastic dans une bonbonne de gaz, le tout recouvert d’un monticule de terre, sur le passage de la voiture présidentielle. En 1962, le même Bastien-Thiry utilisait 15 fusils-mitrailleurs pour dégommer la voiture présidentielle. Maintenant, la méthode a été modernisée, on utilise des robots commandés par un ordinateur, relié par satellite, à des milliers de kilomètres de distance. Chez les Juifs, l’art de la guerre ne s’apprend-pas par la lecture attentive de Machiavel, Sun Tzu, Clausewitz, Lénine et autres, il se travaille plutôt par la créativité, et l’ennemi ne sait jamais ni où, ni quand, ni comment, il va être frappé. C’est un peu dur pour pour lui. Dieu n’a donné sa Loi qu’à des êtres doués de Raison, a écrit Hisdaï Crescas. J’ajouterai qu’il l’a donnée à des êtres intelligents.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.