Qu’en est-il du départ de Bolton, pour Israël?

5
3720

QUE SIGNIFIE LE DÉPART DE JOHN BOLTON POUR ISRAËL?

L’Afghanistan semble être la source de désaccord la plus immédiate entre Bolton et Trump.

John Bolton a rencontré son homologue russe, Nikolai Patrushev, et le conseiller pour la sécurité nationale d'Israël

John Bolton a rencontré son homologue russe, Nikolai Patrushev, et le conseiller israélien pour la sécurité nationale, Meir Ben-Shabbat. (Crédit photo: KOBI GIDEON / GPO)

Benjamin Netanyahu a eu le mardi le plus long.

Une semaine avant que les Israéliens se rendent aux urnes pour la deuxième élection de leur pays cette année, le Premier ministre israélien est passé en direct à la télévision avec la promesse que, s’il était réélu, il était prêt à annexer les zones sensibles de Judée-Samarie en «coordination maximale» avec le Président Donald Trump. Netanyahu a cité la “grande confiance que place le dirigeant américain en notre amitié”.

Quelques minutes plus tard, Trump lançait une bombe sur Twitter après avoir annoncé qu’il avait demandé la démission de l’un des alliés les plus proches d’Israël à la Maison Blanche et un des principaux partisans de l’administration d’une ligne dure contre l’Iran : le conseiller à la sécurité nationale, John Bolton.

Pire encore, Trump a déclaré qu’il limogeait Bolton parce que les deux personnalités rencontraient «de forts désaccords» sur la politique. Pire encore, le secrétaire d’État de Trump a confirmé que le président était prêt à rencontrer le président iranien sans conditions préalables.

L’Afghanistan semble être la source de désaccord la plus immédiate entre Bolton et Trump. Bolton aurait tenté d’empêcher Trump de signer un accord de paix avec les talibans, et la pression qu’il exerçait aurait été à l’origine de l’annulation d’une réunion, cette semaine, à Camp David pour annoncer l’accord.

Mais il y avait d’autres tensions entre eux plus proches des intérêts d’Israël. Bolton a dirigé les efforts américains visant à isoler l’Iran et a demandé une réplique militaire à la destruction par l’Iran d’un drone américain au cours de l’été – une frappe que Trump a approuvée et a ensuite brutalement interrompue.

Puis, le mois dernier, Netanyahu se serait précipité pour intervenir, après l’annonce d’une éventuelle rencontre entre Trump et Javad Zarif, ministre iranien des Affaires étrangères, qui a fait une apparition surprise lors de la réunion du G7 en France.

Le secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo, s’est exprimé mardi après-midi lors d’une conférence de presse convoquée à la hâte, pour contenir les spéculations sur le limogeage de Bolton.

“Bien sûr, le président a été très clair, il est prêt à le rencontrer sans aucune condition préalable”, a déclaré Pompeo.

Les Iraniens, quant à eux, se réjouissent du départ de Bolton. Hesameddin Ashena, conseiller de Rouhani, a indiqué que c’était un “signe décisif de l’échec de la stratégie américaine de pression maximale” vis-à-vis de l’Iran.

Les Israéliens craignent qu’une réunion entre Trump et Rouhani ne se déroule de la même manière que les sommets entre Trump et le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un, dans lesquels le président claironne son rapprochement maximal avec le dirigeant autocratique, alors même que les essais d’armes de la Corée du Nord se poursuivent.

Quelques heures à peine avant son départ, Bolton a publié sur Twitter : “Alors que l’Assemblée générale des Nations Unies se retrouve dans deux semaines, vous pouvez être sûr que l’Iran fait des heures supplémentaires pour tromper le monde.”

Danielle Pletka, vice-présidente de l’American Enterprise Institute, où Bolton a également travaillé pendant les années où il n’était pas au gouvernement, a mis en garde contre le fait de percevoir le départ de Bolton comme le signe d’un changement radical concernant la politique vis-à-vis d’Israël. D’autres membres de l’administration, dont Pompeo et Jared Kushner, conseiller principal du président et gendre de Trump, sont aussi pro-israéliens que Bolton, a déclaré Pletka.

“Je ne pense pas que John Bolton soit l’auteur de la politique américaine envers Israël”, a déclaré Pletka.

Pompeo a fait la même remarque lors de sa conférence de presse, affirmant qu’il ne fallait pas trop insister sur le départ de Bolton.

“Je ne pense pas qu’un dirigeant mondial doive supposer que c’est parce que l’un de nous s’en va que la politique étrangère de Trump est différente”, a déclaré Pompeo.

Mais une préoccupation plus large pour Israël pourrait être le renforcement des tendances isolationnistes de Trump. Bolton a souvent été perçu comme s’agitant pour construire une posture militaire américaine plus robuste, une tendance à laquelle Trump a résisté.

Pendant des décennies, les dirigeants israéliens ont envisagé la politique des États-Unis à travers deux filtres : les spécificités de l’alliance bilatérale, y compris l’assistance financière et matérielle autre à Israël, et la projection mondiale du pouvoir américain, qui incombe à Israël comme l’un de ses plus proches alliés.

Dans le premier cas, Trump est perçu comme une amélioration globale par rapport à ses prédécesseurs, prenant des mesures telles que le déplacement de l’ambassade américaine à Jérusalem, reconnaissant la revendication d’Israël sur le plateau du Golan et encourageant les États arabes sunnites à s’allier à Israël, même en l’absence de progrès vers un accord de paix avec le Palestiniens.

Sur le second point, le renvoi de Bolton suscite des inquiétudes.

“Certains membres du cercle restreint du président ne sont pas d’accord avec le leadership mondial américain”, a déclaré Pletka. «Il y a des gens à la Maison Blanche qui pensent que les dépenses de défense et l’aide étrangère sont un gaspillage d’argent et que nous devrions nous occuper des problèmes chez nous.»

Le ton amer du départ de Bolton était un autre sujet de préoccupation.

Sur Twitter, Bolton a contredit Trump en insistant sur le fait qu’il avait démissionné. Pompeo et Steve Mnuchin, secrétaire au Trésor, ont tous deux tiré à boulets rouges sur Bolton. Mnuchin a cité le soutien de Bolton à la guerre en Irak de 2003 comme l’une des raisons de son licenciement, comme si ce n’était pas évident, lorsque Bolton est devenu conseiller national pour la sécurité nationale en 2018.

Les intermédiaires de Bolton ont riposté. CNBC a cité une “source proche de Bolton” qui aurait déclaré : “Depuis que l’ambassadeur Bolton est devenu conseiller en sécurité nationale au cours des 17 derniers mois, il n’y a pas eu d’affaire qui ait mal tourné.”

La Coalition républicaine juive, qui a par ailleurs adopté un soutien à la présidence Trump avec enthousiasme au cours de la dernière année, a fait ses adieux à Bolton.

“Merci pour votre amitié de longue date, votre clarté morale et votre défense passionnée de l’Amérique et de nos alliés, en particulier d’Israël”, a déclaré le directeur exécutif du RJC, Matt Brooks, sur Twitter.

Les démocrates étaient prêts à sauter sur une administration qui a connu un roulement important dans ses rangs les plus élevés. Bolton est le troisième conseiller à la sécurité nationale de Trump en moins de trois ans.

«Ce roulement en matière de sécurité nationale – et de cabinet – est sans précédent et constitue un signe clair de l’échec de la direction de Trump, au niveau national et dans le monde», a déclaré sur Twitter Halie Soifer, directrice exécutive du Conseil démocrate juif d’Amérique. “Cela indique également l’incohérence et le danger de la politique étrangère erratique de Trump.”

PAR RON KAMPEAS / JTA
 11 SEPTEMBRE 2019 03:29

5 COMMENTS

  1. Si on se contente de lire le titre, on pourrait penser, que Bolton s’apprete à faire son alyah, il eut mieux valu titrer : “Départ de Bolton, quelles conséquences pour Israel”

  2. Même s’il reste, de très loin, le président américain le plus proche d’Israël, TRUMP n’est pas à l’abri d’erreurs dans son analyse de certains dossiers auxquels il fait face.
    Curieusement, ce président hors normes, a du mal à comprendre la mentalité du monde arabo-musulman.
    Il s’est déjà planté avec la Syrie lorsqu’il a voulu retirer les troupes américaines, ce qui a provoqué la démission de Mattis qui avait du mal à intégrer pareille erreur, depuis, les soldats US sont restés en place.
    Il s’est encore planté avec les talibans avec qui il avait engagé des discussions qui devaient aboutir à une rencontre décisive qui n’aura pas lieu; Bolton n’était pas d’accord avec ces dialogues et il avait raison.
    Il se plante encore avec l’Iran avec qui il pense qu’un accord est possible, alors que les mollahs ont baladé pendant des années tous les diplomates et les représentants officiels d’organisations internationales.
    Là encore, Bolton a eu raison de ne pas faire confiance aux mollahs qu’il voulait frapper militairement.
    Pour la Corée du Nord, rien n’est encore joué, une rencontre avec Kim va avoir lieu très prochainement.
    Nous sommes nombreux à avoir cru que TRUMP avait pris la mesure des enturbannés qu’il allait asphyxier avec ses sanctions économiques qui fonctionnent merveilleusement bien, et qu’il ne faut surtout pas alléger.
    TRUMP est un grand expert en négociations, sauf qu’avec le monde arabo-musulman, les choses ne fonctionnent pas comme avec le reste du monde, la preuve par la politique désastreuse de l’UE.
    Enfin, si le “deal du siècle” est du même tonneau que les erreurs ci-dessus, nous voilà bien mal barrés…..

  3. Malheureusement pour Israël, il semblerait que Bibi ne puisse pas former un gouvernement après les prochaines élections, tous les chacals politicards s’acharnent contre lui pour l’abattre, à moins que dans un dernier sursaut, la raison l’emporte et lui permette de former la prochaine coalition gouvernementale.
    Comment expliquer ce désamour pour celui qui a propulsé Israël au 8ème rang mondial des nations ?
    Ils sont venus, ils sont tous là, les rapaces dont le seul programme politique consiste à flinguer Bibi.
    Personne parmi les candidats au poste de Premier Ministre n’a sa carrure, son charisme et son expérience.
    Même s’il a commis des erreurs, d’ailleurs, qui n’en commet pas ?
    Il reste le meilleur dirigeant qu’Israël a connu depuis sa création.
    Il faudra revoir complètement le système électoral israélien qui, même s’il permet à certains partis marginaux de siéger à la Knesset, provoque des dysfonctionnements qui paralysent le pays.
    Qui aurait imaginé qu’Avigdor aurait un jour l’avenir d’Israël entre ses mains ?
    Croisons les doigts et espérons que les électeurs israéliens ne se laisseront pas abuser par les promesses, les déclarations pompeuses et les illusions balancées à pleins tubes par des politicards minables qui se contrefichent de l’avenir d’Israël auquel ils préfèrent leurs carrières personnelles…..

  4. C’est vraiment un ami qui quitte le navire TRUMP . Nous lui sommes trés reconnaissants .

    Pas d’inquiétude , les fondations de l’amitié entre Israël et l’Amérique de TRUMP sont solides .

    Par ailleurs faisons confiance à BIBI , lui il est toujours là , espérons pour encore quelques années .

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.