Israeli winemaker Yaakov Berg's holds a bottle of his red blend named after US Secretary of State Mike Pompeo at the Psagot Winery in the settlers industrial park of Sha'ar Binyamin near the Israeli Psagot settlement in the occupied West Bank north of Jerusalem on November 18, 2020. - Berg's decision to name his red blend after US Secretary Mike Pompeo may capture attention, but for him the hashtag on the label's top right corner "#madeinlegality" is just as important, categorically rejecting the notion that he makes his wine on a land where Israelis don't belong. (Photo by Emmanuel DUNAND / AFP)

Psagot : les vignes de la colère

Par Michèle Mazel

Cette fois Le Monde du 20 novembre a sorti la grosse artillerie. « Après quatre années d’un mandat Trump outrageusement favorable aux intérêts israéliens, la tournée d’adieux se devait d’être provocante. Et nul doute que l’image de Mike Pompeo, descendant en hélicoptère dans la colonie israélienne de Shaar Binyamin, en Cisjordanie occupée, fera date. Jamais un haut responsable américain de son rang ne s’était rendu dans l’une de ces colonies, illégales aux yeux du droit international et que le reste du monde voit comme un obstacle majeur à la paix. »

Il est loin le temps où ce quotidien alors respecté se contentait de rapporter les faits avec objectivité. Désormais il assène ses vérités. Outrageusement favorable aux intérêts israéliens, le mandat Trump ? Parce qu’il a transféré son ambassade à Jérusalem ? Le Monde aurait-il oublié que la décision d’effectuer ce transfert a été prise en 1995 par le Congrès et que c’est en violation de cette décision que des administrations successives ont atermoyé depuis mais sans jamais songer à l’annuler? Quant à ces « colonies » que le reste du monde verrait comme un obstacle majeur à la paix, elles n’ont pourtant empêché ni les Emirats arabes unis, ni Bahreïn de faire la paix avec Israël, avec lequel le Soudan s’apprête à normaliser ses relations.

Il est vrai que tous ces pays ne faisaient que suivre la voie tracée par le Président Sadate,  se rendant à Jérusalem – oui, à Jérusalem – en 1977 pour parler paix devant le parlement israélien. Une voie empruntée à son tour par le roi Hussein de Jordanie en 1994.

 Ce qui est d’autant plus intéressant que l’implantation dans laquelle s’est rendu Mike Pompeo a été fondée en 1981 et qu’elle n’a visiblement pas entravé la signature du traité de paix. Il avait été invité à visiter les vignobles de Psagot ; d’ailleurs une cuvée spéciale avait été préparée à son honneur.  Non moins intéressant est le fait que Monsieur Pompeo venait de rencontrer – à Jérusalem – le ministre des Affaires étrangères de Bahreïn arrivé en visite officielle en Israël. Le Secrétaire d’Etat américain avait d’ailleurs dit il y a un an que les implantations israéliennes en Cisjordanie ne devaient pas être considérées comme « systématiquement illégales ».  Une position défendue par d’éminents spécialistes du droit international pour lesquels le statut définitif des territoires disputés sera déterminé lors des négociations de paix entre Israël et l’Autorité palestinienne.

Seulement les dirigeants de Ramallah se refusent toujours à négocier justement et se campent dans une intransigeance qui leur est funeste. Il faut dire qu’ils ne sont pas peu incités à le faire par certaines chancelleries. Ainsi quand des voix à l’Union européenne se sont élevées pour condamner les accords passés entre Israël et les pays du Golfe, Ramallah a rappelé ses ambassadeurs dans ces pays… et les y renvoient sur la pointe des pieds, la mesure n’ayant servi à rien.

En même temps l’Autorité palestinienne a mis fin aux mesures entreprises en représailles au plan d’annexion – arrêt de la coopération sécuritaire et sanitaire, refus d’accepter les sommes qui lui reviennent au titre des droits de douane prélevés pour son compte par Israël – toutes mesures dont elle était la seule victime.

Le temps est peut-être venu pour ceux qui se proclament les amis des Palestiniens de les encourager à prendre enfin leur destin en mains en trouvant un accord avec un voisin qui ne demande qu’à trouver une solution acceptable.

 

Par ©Michèle Mazel

5 Commentaires

  1. Moi, ce qui ,me gene le pus, ce n’est pas les termes utilisés par Le MOnde, l’Humanité , Libération etc…car on connait leurs opinions. Moi, ce qui me géne, c’est que l’on continue à appeler les habitants arabes de Judée-Samarie ou de Gaza « Palestiniens », pour ceux qui se suivaint les médias jusqu’àu milieu des années 70, les médias parlaient de conflit israélo-arabe. C’est la propagande arabe sur les conseils du KGB, qui a créé le mythe d’un pseudo peuple palestinien. Les médias internationaux ont acté le terme « palestiniens » pour désigner les habitants arabes de Judée-Samarie et Gaza, mais le pire, c’est que les médias pro- israéliens et juifs et l’état d’Israel leur ont emboité le pas. Or si ce conflit revenait à ses fondamentaux à savoir conflit israélo-arabe, il serait peut-etre plus facile d’y trouver une solution , car les états arabes ne pourraient pas s’abritaient derrière l’existance d’un pseudo peuple palestinien. Je rappelle que l’ONU en 1947 avait voté pour le partage de la région en un état juif et un état arabe et n’a jamais parlé d’un état palestinien.

  2. Cher jforum

    Vos journalistes sont HAS BEEN DE CHEZ HAS BEEN.

    ILS employent encore une terminologie completement obsolete et qui attise le feux entre Israeliens et palestiniens.

    TERRITOIRES OCCUPÉS
    COLONNIE
    CONTRE LE DROIT INTERNATIONAL
    OCCUPATION
    CISJORDANIE

    Meme les palestiniens n y croient plus si ce n est que des gauchistes ou des antisemites goy qui ne viennent le leur rappeler.

    Il y a surement un reglement possible mais pas a leurs conditions de looser mais a nos conditions tenant compte de notre sécurité et de notre histoire.

    • Il s’agit de citations entre guillemets ou italique du journal le Monde, dont la terminologie est ensuite contestée par l’auteure. Comprenez d’où vient cette soi-disant terminologie : quand on cite même une revue adverse, on doit le faire dans ses propres termes. Cela ne veut pas dire qu’on les adopte. Puisqu’ils sont entre guillemets ou en italique…

      Mais le véritable intérêt d’un forum est de créer un espace possible de discussion, de dialogue et d’affrontement éventuel entre des points de vue divergents : comment serait-on capables d’un débat contradictoire si, comme il devient d’usage sur tous les réseaux sociaux, on ne crée que sa petite niche de l’entre-soi pour être sûr que n’y règne qu’un seul et même point de vue (finalement cela devient un espace totalitaire)? D’où l’intérêt d’aller chatouiller le Monde ou d’autres, qui ne sont pas d’accord avec nous. Même si leur terminologie ne nous plaît pas…

  3. Comment mentionnez vous territoires occupés en ce qui concerne la Judée Samarie, ce sont des territoires contestés mais non occupés. Il n’y a jamais eu d’Etat de Palestine. Ces territoires ont été occupés par la Jordanie d’où leur nom de Ci-Jordanie. La Jordanie a fait une guerre contre Israël, l’a perdue, il est logique que ces territoires soient contestés. Ils ne reviennent nullement aux arabes de Palestine.

    • Il s’agit d’un passage de citation du Monde -qu’on reproduit dans les termes employés par ce canard -, contesté par ailleurs dans les termes appropriés.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.