La prolongation de la nomination du chef d’état-major Aviv Kochavi en sursis

Le Premier ministre et le ministre de la Défense se sont, jusqu’à présent, abstenus de prendre une décision concernant la prolongation d’un an du mandat du lieutenant-colonel Aviv Kochavi. Interprétation

Photo: porte-parole de Tsahal

Le chef d’état-major, le lieutenant-colonel Aviv Kochavi, devrait terminer son mandat de trois ans à la fin de 2021. Dans environ un an. Le gouvernement peut prolonger son mandat d’un an, comme il l’a fait avec l’ancien chef d’état-major, le lieutenant-colonel (de réserve) Gadi Eisenkot, qui n’était en fonction que depuis deux ans. Dans le cas de Gantz avant lui, la décision de prolongation a été reportée presque jusqu’à la fin de son mandat. Dans le cas de Kochavi, comme mentionné, le ministre de la Défense et le Premier ministre s’abstiennent, entre-temps, de le faire.

La question se pose de savoir pourquoi.

Certes, nous pourrions aller bientôt aux urnes, mais le gouvernement actuel continuera à fonctionner jusque-là. Et il reste encore au moins trois mois. Autrement dit, une décision peut être prise légalement. Kochavi, qui voulait faire avancer le budget militaire de l’année 2020 pour les années 2020-2024, est resté confronté, à la fois, un gouvernement qui n’a pas voté de budget et au fléau de la Covid qui a renversé la vapeur des priorités. Les difficultés budgétaires auxquelles il a été confronté devraient se poursuivre au moins jusqu’en 2023. Ceci, selon une enquête de la Banque d’Israël.

Comme mentionné, non seulement le budget de l’État est bloqué depuis un an et Tsahal fonctionne selon le budget de 2019, mais le Corona a considérablement érodé la capacité de financement du contribuable israélien. Selon les révisions budgétaires récemment publiées de la Banque d’Israël, même dans un scénario optimiste. Dans un mauvais scénario, ce ne sera pas avant 2026. Dans les deux cas, le programme « Elan » (Tnufa) ne s’est pas matérialisé. Du moins pas comme Kochavi le voulait.

Cela signifie que si le chef d’état-major est remplacé au début de 2022, il recevra la charge d’une armée sans plan pluriannuel opérationnel, alors que le plan n’est pas le sien en premier lieu, mais celui de Kochavi. En grande partie à cause de l’érosion de la capacité du contribuable à soutenir un plan massif. L’incertitude économique actuelle est si grande qu’il est douteux qu’il soit possible de planifier une nouvelle année en ce moment.

En revanche, si Kochavi reste jusqu’à la fin de 2022, c’est une période au cours de laquelle il pourra peut-être faire des changements par rapport à 2018, conformément aux prévisions de la Banque d’Israël et au budget de l’État approuvé en prévision du premier trimestre de 2021. De plus, Kochavi apportera également la flexibilité mentale nécessaire aux adaptations possibles. En fin de compte, « Elan » (Tarshish Tnufa) est son plan et il sait quelle priorité est la meilleure pour l’armée israélienne en ce moment.

Pendant une crise économique comme celle du Coronavirus, peut-être la pire que  l’économie israélienne ait connue au cours des dernières décennies, un chef d’Etat-Major chevronné est indispensable pour apporter les changements nécessaires à l’infrastructure du pouvoir, pour donner un coup de pouce à la lumière de la situation économique réelle.

Si le scénario optimiste se concrétise, d’ici la fin de 2022, l’économie sera dans une tendance à l’amélioration significative et la planification de l’année prochaine sera plus simple et plus conforme à un véritable budget digne de ce nom pour le successeur de Kochavi. Il pourra planifier l’année sans porter le fardeau économique de l’épidémie. D’un autre côté, si le pire des scénarios se concrétise, même ainsi, le prochain chef d’Etat-Major entrera dans une réalité économique impossible pour planifier une année convenable.

Par conséquent, dans une simple gestion des risques, il vaut mieux pour le gouvernement avec sept grandes incertitudes économiques comme aujourd’hui, que Kochavi reste encore un an. Comme indiqué, son maintien permettra une adaptation plus facile de Tsahal à la situation économique, y compris l’ajustement du programme Elan à la réalité du moment. De plus, prolonger son mandat d’un an pourrait laisser le temps au ministre de la Défense et au prochain chef d’Etat-Major, de clarifier si nous nous nous acheminons vers un autre mandat de chef d’Etat-Major sans un budget de construction énergétique important (mauvais scénario) ou si la routine économique est de retour sur les rails.

Je me suis tourné vers le cabinet du ministre de la Défense pour lui demander s’il avait l’intention de tenir une discussion à ce sujet, mais aucune réponse n’a encore été reçue. ci.

israeldefense.co.il

Adaptation : Marc Brzustowski

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.