Vladimir Poutine dément l’attribution d’un satellite sophistiqué à l’Iran par la Russie

Le président russe Vladimir Poutine lors d'une réunion par vidéoconférence à la résidence Novo-Ogaryovo à l'extérieur de Moscou, Russie, le 8 juin 2021
Sergei Ilyin, Sputnik, Kremlin Pool Photo via APLe président russe Vladimir Poutine lors d’une réunion par vidéoconférence à la résidence Novo-Ogaryovo à l’extérieur de Moscou, Russie, le 8 juin 2021

Le président russe Vladimir Poutine a démenti vendredi les informations rapportées par un journal américain selon lesquelles Moscou s’apprêterait à livrer à l’Iran un satellite sophistiqué capable d’améliorer considérablement ses capacités d’espionnage.

Le Kanopus-V équipé d’une caméra à haute résolution, permettrait à Téhéran de surveiller les installations de ses voisins dans tout le Proche-Orient, a affirmé jeudi le Washington Post.

Des « âneries », selon M. Poutine qui doit rencontrer dans quelques jours son homologue américain lors d’un sommet prévu le 16 juin à Genève.

« Nous avons des plans de coopération avec l’Iran, notamment dans le domaine militaire et technique », a-t-il déclaré à NBC News lors d’une interview.

Mais « ce ne sont que des fausses informations. Pour le moins, je ne sais rien de tout ça. C’est juste un non-sens, des âneries », a-t-il souligné.

Selon des responsables cités par le quotidien américain, il s’agit techniquement d’un satellite civil mais le dispositif offrirait à l’Iran la possibilité de surveiller en permanence des sites allant des installations de l’armée israélienne aux bases militaires américaines en passant par les raffineries de pétrole saoudiennes.

L’Etat hébreu serait très préoccupé par ces renseignements, ont indiqué des responsables sécuritaires à la chaîne publique Kan.

Cette acquisition constituerait une avancée majeure dans les capacités techniques des Iraniens, leur accordant « la capacité sans précédent de surveiller les bases militaires israéliennes, les sites stratégiques, les cibles potentielles à travers le Moyen-Orient ».

Un partage d’informations avec le groupe chiite Hezbollah au Liban, les Houthis au Yémen ou encore les milices pro-iraniennes opérant en Irak est également à craindre.

i24NEWS dernière modification 12 juin 2021

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.