Jonathan Pollard: 36 ans de combat dans les geôles américaines.

Ce Héros d’Israël, Jonathan Pollard: «Cette terre nous a été donnée par l’Éternel, et pas par l’ONU, ni les USA».

L’ancien espion israélien Jonathan Pollard a fait son premier discours public récemment, lors d’une réunion du mouvement Eretz HaKodesh dans la ville de Psagot, au nord de Jérusalem.

L’événement a été organisé en l’honneur du fondateur d’Eretz HaKodesh, le rabbin Pesach Lerner, un fervent partisan des efforts visant à obtenir la libération de Pollard de prison.

Pollard a assisté à l’événement avec son épouse, Esther Pollard, et a demandé à faire un discours aux participants, y compris le chef du Conseil régional de Binyamin, Yisrael Gantz, le président de l’exécutif de l’Organisation sioniste mondiale, Yaakov HaGoel, le président de le Fonds national juif, Avraham Douvdevani, et le vice-président de la JNF, Shlomo Deri.

Au cours de son discours, Pollard s’est défini comme un «soldat» d’Israël et a décrit les difficultés qu’il a rencontrées pendant sa longue incarcération.

«Quand Yaakov HaGoel m’a donné le drapeau, il m’a rappelé ma première visite chez Ron Dermer dans notre appartement à New York, qui était aussi grand que cette table, et je lui ai donné un drapeau que j’avais gardé pendant 30 ans, un drapeau Israélien. Et si vous connaissez les prisons américaines, sachez que je devais me battre pour ça, physiquement, me battre pour garder ce drapeau, parce que c’était le seul lien que j’avais avec cette terre».

«J’ai dit à Ron à ce moment-là que je me sentais comme un soldat qui avait gardé le drapeau du régiment, malgré la défaite, et qui était capable de le transmettre, dans la pureté et l’honneur à mon commandant qui était Bibi».

Alors maintenant, je suis à Psagot. C’est la terre pour laquelle je me suis battu et pour lequel j’ai saigné. Je m’en souviens très bien, je ne sais pas pourquoi ils ont décidé de ne pas en parler dans l’article d’Israel Hayom, peut-être pour des raisons politiques».

Remercier Hashem de m’avoir donné l’opportunité de ne pas me rendre à nos ennemis

«Mais ils ne m’ont pas traité très gentiment, ils m’ont cassé le dos et les chevilles lors de l’interrogatoire, et la seule chose que je pouvais penser à ce moment-là était de dire ‘Merci’, remercier Hashem de m’avoir donné l’opportunité de ne pas me rendre à nos ennemis, parce que j’ai très bien compris les enjeux de l’interrogatoire».

«Je n’ai rien fait d’extraordinaire, car chacun d’entre vous, les personnes qui vivent sur cette terre en ce moment, montrent exactement le même genre de décence, de bravoure et d’attitude héroïque à l’égard de la vie que j’ai essayé d’imiter du mieux que je pouvais dans ces circonstances. J’ai remercié Hashem parce que je ne savais pas franchement s’ils allaient céder pour arrêter la torture ou la continuer. Et j’ai décidé de continuer, ce qui les a rendus encore plus en colère».

«Nous voici donc 36 ans plus tard et je cherche… C’est la terre, c’est elle. À quoi servait toute cette torture. Ne serait-ce que pour cette raison, les goyim ont compris qu’il y avait au moins un Juif en dehors d’Israël qui était comparable à chacun d’entre vous et c’est ce qui les a effrayés. De nombreuses années plus tard, lorsque mon frère Pessa’h Lerner a lancé «Eretz HaKodesh», je me souviens avoir parlé à de nombreux rabbins de Boro Park de rejoindre le mouvement, ce qui était très dangereux».

J’espère que davantage de Juifs suivront nos traces

«Et ils m’ont donné l’occasion de parler pendant quelques minutes de ce qui s’était passé et il y avait beaucoup de résistance à ce que faisait Pessach et j’ai essayé de leur rappeler que le premier sioniste, le tout premier sioniste fut Avraham Avinou à Lekh Lecha».

Jonathan Pollard a son arrivée en Israël, accueilli par le Premier ministre Netanyahou.

«Nous y voilà, et j’espère que davantage de Juifs suivront nos traces. Parce que, comme je l’ai dit au Premier ministre à l’aéroport lorsque nous avons atterri, «c’est notre avenir». Nous avons quitté une terre de désolation à New York lorsque nous sommes venus ici spirituellement, culturellement et même physiquement, et c’est la terre pour laquelle nous nous battons et mourons. Ceci est notre terre. Cela nous a été donné par Hashem, par Hakadosh Baroukh Hou. Nous ne l’avons pas obtenue de la Société des Nations. Nous ne l’avons pas obtenue de l’ONU. Et nous ne l’avons sûrement pas obtenue des États-Unis. Nous l’avons obtenue de Hakadosh Baroukh Hou et l’avons payé de notre propre sang».

«Nous ne devrions pas avoir honte de dire haut et fort: C’est notre Terre! Et quand ce vin est bu, nous buvons 2000 ans de sang, de sueur et de travail. Attendre et prier pour notre retour sur cette terre… et nous y voilà. Alors je dis, en conclusion, après 36 ans, l’Tiferet Hashem b’Yisrael ».

JForum ‒ Infos Israel-news

2 Commentaires

  1. Merci Monsieur Pollard héros de la vérité et de la justice….
    Vous avez sauvé énormément de vies en Israël tout vos frères en sont reconnaissants sauf les traites….!!!!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.