Pompeo confirme le scénario cauchemardesque d’Israël

1
1811

Pompeo confirme le scénario cauchemardesque d’Israël sur l’arme nucléaire iranienne

 

 REUTERS / Carlos Barria
Le président des États-Unis, Donald Trump, prend la parole avant de signer un décret imposant de nouvelles sanctions à l’Iran, sous la surveillance du secrétaire au Trésor, Steven Mnuchin, et du vice-président, Mike Pence, au bureau ovale de la Maison-Blanche, à Washington, le 24 juin 2019.
RÉSUMÉ DE L’ARTICLE
Le scénario que les chefs de la sécurité et du renseignement israéliens redoutaient le plus est en train de devenir réalité : l’Iran est poussé dos au mur par les États-Unis et raccourcit donc son “temps nécessaire à une percée” vers une bombe nucléaire.

En une phrase, le secrétaire d’État américain a réussi à définir, le 7 novembre, le cauchemar ultime des décideurs diplomatiques et sécuritaires en Israël et à faire connaître au grand jour tous leurs démons : «Les membres de la communauté internationale qui s’inquiètent à juste titre du dernier rapport sur les attaques et les provocations de  l’Iran, devraient s’imaginer comment l’Iran se comporterait s’il disposait d’une arme nucléaire », a déclaré Mike Pompeo, à la suite de la déclaration iranienne du début de la phase 4 dans son retrait lent de l’accord nucléaire. Il a confirmé l’estimation des renseignements israéliens qui a été publié ici, il y a un an : les iraniens violeront l’accord progressivement, par étapes lentes, qui iront en s’accentuant, jusqu’à atteindre un rayon d’action propice à un programme nucléaire militaire réalisable en quelques mois.

En fin de compte, selon les estimations des officiers des services de renseignement israéliens après le retrait de l’accord nucléaire par les États-Unis, l’Iran serait prêt pour une «percée» rapide vers la première installation nucléaire militaire. C’est précisément la situation qu’Israël craint plus que tout au monde. Pompeo a également discuté de cette possibilité, affirmant que les États-Unis ne le laisseraient pas faire ; mais ces mots n’ont convaincu personne ni à Jérusalem ni à Tel-Aviv (siège des forces de défense israéliennes et des agences de renseignement).

«Malheureusement, l’expérience nous enseigne», a déclaré à Al-Monitor, sous le couvert de l’anonymat, un haut responsable des services de renseignement israéliens, «que les déclarations de l’administration Trump ne sont pas toutes traduites en actes. Le fait est que cette fois, nous atteignons un carrefour existentiel qui pourrait nous obliger à choisir une voie indépendante. Cette fois, il n’est pas question de la Corée du Nord, mais l’Iran, dont l’intention déclarée est d’effacer Israël de la carte du monde. “

Les services de renseignements israéliens ont prédit avec une étonnante exactitude tout ce qui s’était passé depuis un an et demi depuis que le président Donald Trump avait proclamé le retrait des États-Unis de l’accord sur le nucléaire, en mai 2018. Lors d’une conversation avec Al-Monitor à la mi-2018, sous condition d’anonymat, l’ensemble du scénario devait être esquissé : les Iraniens réagiraient à la sortie américaine de l’accord par des violations de plus en plus graves, a-t-on déclaré lors de cette conversation. Au début, ils commenceront à enrichir de l’uranium jusqu’à 3,5%, puis ils augmenteront le nombre de centrifugeuses. Plus tard, ils augmenteront l’offre d’uranium enrichi qu’ils détiennent sur leur territoire, puis exploiteront les installations d’enrichissement de Fordow et commenceront à utiliser leurs centrifugeuses sophistiquées et rapides.

Le président iranien  Hassan Rouhani a tenté de calmer un peu l’Occident cette semaine (en particulier les Européens) et a annoncé que toutes les mesures iraniennes étaient réversibles et que le retour de l’Occident à l’accord nucléaire entraînerait immédiatement le retour de l’Iran au même  accord. “Ce que Rouhani a dit n’est pas exact”, a déclaré à Al-Monitor une ancienne source de sécurité israélienne sous couvert de l’anonymat. «La dernière étape – dans laquelle les centrifugeuses rapides sont actionnées et où le gaz UF6 leur est acheminé – n’est pas une étape réversible. L’Iran acquiert de l’expérience dans l’utilisation de ces centrifugeuses et dans la création de connaissances et de capacités scientifiques qui le rapprochent rapidement de la possibilité de construire la première installation de fabrication de bombes nucléaires. Même si, dans quelques semaines ou quelques mois, les installations de Fordow cessent d’être exploitées, vous ne pouvez pas vous priver de connaissances et d’expériences et c’est ce qui vous amène beaucoup plus proche d’une arme nucléaire militaire. »

Nous sommes maintenant à deux pas de la réalisation de l’ultime cauchemar israélien : l’Iran est prêt à une percée nucléaire qu’aucun organisme international ne peut empêcher. Le pari du Premier ministre Benjamin Netanyahu sur Trump et sur le fait de pousser l’Iran contre le mur s’effrite devant ses yeux, avec une étonnante symétrie par rapport à sa situation personnelle dans les domaines politique. “Trump aussi”, a déclaré à Al-Monitor sous le couvert de l’anonymat cette semaine, un haut responsable du Likoud, “s’avère être un allié peu fiable. Le président aime bien Israël, mais lorsqu’il s’agit d’actes concrets ou de ses intérêts politiques personnels, il n’a pas l’intention de prendre de risque pour le salut de Netanyahu. Mais personne, en Israël, n’ala volonté pour le tester en action.

Les services de sécurité israéliens sont actuellement confrontés à des tâches particulièrement difficiles : l’option militaire dans laquelle Israël a investi plus de 10 milliards de shekels israéliens (2,8 milliards de dollars) au cours de la dernière décennie visait à permettre à cette capacité de causer de réels dommages à l’infrastructure nucléaire iranienne. “Netanyahu a raté l‘occasion unique d’utiliser cette option et de porter atteinte au projet nucléaire iranien en 2011 et 2012“, a déclaré à Al-Monitor un ancien haut responsable militaire israélien sous le sceau de l’anonymat. “L’efficacité de cette option aujourd’hui n’est pas claire, sept ou huit ans plus tard. “

Israël a maintenu et même amélioré ses capacités dans ce domaine ces dernières années, mais son efficacité réelle à l’hiver 2019 est bien moindre que celle qu’Israël aurait pu causer au projet nucléaire iranien à l’été 2012. «L’installation de Fordow est fortifié et renforcé sous une haute montagne », a déclaré à Al-Monitor, sous le couvert de l’anonymat, un ancien responsable des services de renseignements israéliens qui avait travaillé sur la menace nucléaire iranienne. «Ce que [l’ancien Premier ministre] Ehud Barak avait appelé à l’époque, la” sphère d’immunité “iranienne s’est élargie ces dernières années. Tout comme nous nous sommes préparés à une attaque, les Iraniens ont consolidé, renforcé et approfondi les défenses de leurs sites nucléaires. À l’heure actuelle, on ne sait pas dans quelle mesure Israël pourrait mener une attaque qui changerait la donne en Iran. “

Si nous associons tout cela à la capacité éprouvée de l’Iran à mener des attaques classiques à l’aide de missiles guidés et de drones armés, comme cela a été récemment démontré en Arabie Saoudite, nous aurons un mal de tête grandissant en Israël. Tout cela se passe alors qu’Israël n’a pas de gouvernement qui fonctionne ; il n’y a pas de Premier ministre clair, le pays est entraîné dans la troisième élection consécutive et le degré de chaos créé par ces tergiversations politiques est en train de démultiplier plus rapidement les violations de l’accord nucléaire avec l’Iran.

Trouvé dans : MIKE POMPEO, HASSAN ROUHANI, BENJAMIN NETANYAHU, DONALD TRUMP, RELATIONS AMÉRICANO-ISRAÉLIENNES, JCPOA, FORDOW, ARMES NUCLÉAIRES

Ben Caspit est un chroniqueur pour Israel Pulse d’Al-Monitor. Il est également éditorialiste et analyste politique pour des journaux israéliens. Il diffuse quotidiennement des émissions de radio et des émissions de télévision consacrées à la politique et à Israël. Sur Twitter:  @BenCaspit

Read more: https://www.al-monitor.com/pulse/originals/2019/11/israel-pompeo-iran-nuclear-weapon-trump-idf-strike-netanyahu.html#ixzz64yWFJ18x

1 COMMENT

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.