Pascal Tenno. Place de la République, le frère de Sarah Halimi bouleverse la manif

Il existait au moins une bonne raison de se rendre à la manifestation de défense de la mémoire de Sarah Halimi, cet après-midi, à Paris: écouter le discours que devait prononcer le frère de la victime, William Attal. On sentait qu’il allait se passer quelque chose.

On n’a pas été déçu. Toute l’assistance a été stupéfaite.

À 14 heures, il n’y avait pas grand-monde, place de la République, pour exiger que l’islamiste Traoré soit jugé conformément à la loi, et non déclaré “irresponsable” par des experts-psychiatres et des juges soumis au politiquement correct le plus toxique, tellement conformes à la lâcheté de l’État macronien.

À 15 heures, la foule était un peu plus dense, mais loin d’être impressionnante. La mobilisation de la communauté juive, et de tous ceux qui la soutiennent face à l’islamisme, était de toute évidence un demi-échec. Mais c’était compter sans William Attal.

À 15 heures 30, après la séance de slogans hurlés, inhérente à toute manif, le silence se fait: un homme corpulent, âgé mais costaud, habillé de noir et portant une casquette noire, monte à la tribune. Il n’a pas de notes. Il improvise, et, sans une larme, sans un sanglot, sans un cri, sans le moindre signe d’apitoiement ni d’énervement, sans la moindre volonté de vengeance, il se lance dans un discours impressionnant, qui va tenir la foule en haleine des dizaines de minutes.

Ce que William Attal avait à dire à la France

Ce speech hors-normes est divisé en deux parties. La première consiste à décrire, minute par minute, détail par détail, coup par coup, le déroulement de l’assassinat, depuis la veille du crime jusqu’à la mort de Sarah Halimi. Comme souvent les victimes collatérales d’assassinats, William Attal connaît le dossier à la perfection, et il le décrit à la perfection. L’agonie de Sarah Halimi est montrée de manière chirurgicale, sans digressions: des faits, des faits, rien de que des faits. Et les faits sont terribles. La scène est d’une sauvagerie vertigineuse et la préméditation crève les yeux.

La deuxième partie est réservée aux irrégularités de l’instruction. Et là, c’est un déluge de scandales. Les policiers, les juges, les psychiatres, tous, sans exception, ont failli. Wiliam Attal dresse la liste interminable des erreurs et des fautes de la justice française dans cette affaire. La foule est bouche bée. Les juifs de Paris ont beau s’être passionnés pour cette affaire insensée, ils sont ahuris par la quantité de manquements au bon sens, à la morale et à la loi commis par l’État.

Et puis, il y a le moment-clé du discours. William Attal rappelle, pour ceux qui ne le savent pas, qu’un policier se trouvait derrière la porte de Sarah Halimi pendant les vingt minutes qu’a duré la séance de torture. Vingt minutes pendants lesquelles Sarah Halimi a subi vingt-deux fractures du crâne! Vingt minutes pendant lesquelles elle a hurlé de terreur et de douleur, avant d’être jetée par la fenêtre par Traoré.

À cet instant, Wiliam Attal sort son joker: très intelligemment, très subtilement, il rappelle que la justice française a refusé d’organiser une reconstitution des faits. Et tout le monde comprend instantanément ce qu’il veut dire: il ne faut pas qu’il y ait reconstitution parce que l’État ne doit pas avoir à rendre compte de la passivité totale d’un policier parfaitement équipé pour une telle situation (William Attal a précisé plusieurs fois: “Il était armé jusqu’aux dents”), et qui a préféré ne pas intervenir.

Le sang des auditeurs les plus lucides se glace… William Attal, qui est partie prenante de l’affaire, ne peut pas aller plus loin et dire clairement ce qu’il a en tête, mais la foule le décode sans peine. Et si toute cette machinerie judiciaire délirante avait pour but de couvrir un policier? Qui est ce policier? Pourquoi a-t-il eu peur de tuer un islamiste qui tuait une juive? Sa hiérarchie est-elle impliquée?

Ici, il n’y a pas de complotisme. Simplement la juxtaposition de deux faits indéniables: le refus d’intervenir de la police, et le refus d’une reconstitution par la justice. Pensez que Traoré n’a été interrogé que deux mois après les faits! Et que le contenu de son téléphone n’a jamais été examiné! Il y a, de la part de la justice, un refus obstiné, littéralement pervers, de comprendre ce qui s’est passé. Et si ce refus était une omerta? Et si l’affaire Sarah Halimi était bien plus grave qu’on ne pense?

William Attal a laissé la foule conclure par elle-même. Il est descendu de l’estrade humblement, sa mission accomplie. Il était venu informer la France de ce dont elle est malade. Sans un mot politique, ni religieux, sans une phrase méchante, sans une plainte, il a fait son travail de citoyen: dire toute la vérité, rien que la vérité, et comprenne qui pourra. Un homme, un vrai.

Puis, le speaker a annoncé qu’un représentant de la mairie de Paris allait prendre la parole. Huée générale. Nous avons préféré quitter les lieux. Après la magistrale et tellement digne démonstration de William Attal, il était hors de question d’écouter un technocrate idéologique venu chercher le vote juif et aligner des âneries sur le vivre-ensemble. Quand on vient d’entendre ce vieil homme au cœur brisé et à la tête froide, on n’a pas envie de vivre avec le socialisme.

Source: envoyé spécial FL24

23 Commentaires

  1. Je ne savais pas, comme la plupart des gens, je pense, que la police était sur les lieux du crime. Je suis sidérée. Je lis les informations quotidiennement. Comment expliquer ces lacunes dans les media français ? Est ce que tous les journaux ont fait l’impasse sur la vérité ?
    Je rends hommage à la mémoire de Madame HALIMI et souhaite qu’on lui rende justice dans un premier temps en informant l’opinion publique de la réalité des faits, dans un deuxième temps un vrai procès devrait logiquement se réaliser et aboutir à la condamnation de ce meurtrier. Je crois qu’il ne faut plus disposer de son libre arbitre pour devenir islamiste mais que tous ceux qui se réclament de ce délire criminel et qui passent à l’acte sachent qu’ils restent responsables de leurs actes toxicomanes ou pas.

  2. Pas étonnant
    Rabbi Shimon bar Yohaï a dit
    C’est un axiome qu’Essav haït Yaakov

    Il y a bien des exceptions qui confirment hla règle comme Marco a écrit plus haut, mais en principe…

    Pourquoi jouer les choqués d’une telle non-assistance, d’un policier armé en plus…
    Celui qui voit clair à vlong terme à mon avis saisit quelque part qu’il vaut mieux faire sa Alia, au moins pour la descendance.
    En effet, pourquoi construire sur des sables mouvants…
    Ce pays ne mérite pas une présence Juive.v
    Alors pourquoi la lui donner à ce prix ?
    De toutes façons on sera au mieux tolérés.vv

    • En dix ans les Juifs présents en France sont passés de 600 000 à 450 000. Un quart des Juifs Français ont préférés s’exiler plutôt que de subir les violences antisémites, contre lesquels les gouvernements successifs ne luttent qu’à coups de discours (tout en protégeant par tous les moyens les bourreaux des Juifs).

      Un Jour prochain la France sera selon le terme allemand “Jundenrein”. Les larmes de crocodiles n’y changeront rien.

  3. Notre Ministre de la Justice prétend qu’étant dans un Etat de Droit, on ne poursuit pas un pénalement irresponsable ? soit, mais à l’époque des faits en avril 2017, on était en Etat d’Urgence, jusqu’en novembre 2017, et l’assassin ou ceux qui l’ont poussé à agir en invoquant la haine antisémite, ont bravé la République, et celle ci cédant, se montrant affaiblie, ils se sont retournes vers un attentat d’ampleur sur les champs Elysées tuant un policier gay, le 20 avril, 3 jours avant les élections présidentielles.
    Nous sommes convaincus que la place d’un Juif ou juive dans Cité est avant coureur de ce qui se passe dans la société. c’est une cible prioritaire chez les islamistes radicaux.
    Non Mme Belloubet, votre fin de non recevoir est un déni, parlez plutôt de Raison d’Etat, mais ne nous mentez pas.
    On en a un assez de tous ces détraqués, passe-droits de la République,

  4. La police ?

    Elle s’est crue encore sous Vichy .

    Encore heureux que le Docteur Petiot n’était pas son voisin .

    J’irai quand même vérifier si la ” carlingue ” de la Rue Lauriston a repris du service .

    En 2020 nous retrouvons 75 ans en arriére .

    Un Juif ne doit pas avancer d’un seul pas , qu’il reste où il est .

  5. Un discours émouvant qui a rappelé les zones d’ombre de cet assassinat. Je me suis retiré quand des écharpes tricolores en campagne électorale ont voulu prendre la parole, par pure demagogie, après des mois de mutisme voire d’indifférence.

  6. Oui, vous semblez être étonnés ? Vous ne vous rappelez plus déjà de l’affaire Dreyfus ? De la rafles, dès rafles commanditées par le gouvernement de Vichy qui a p’ie sous les ordres de son ennemi ? Du Bataclan et des autres meurtres qui ont suivi ? Je signes et soutiens à nouveau que notre cher Président et son équipe de Ministres y compris celle de la « Justice », ne souhaitent ni ne veulent au non de je ne sais quel liberté défendre et rendre JUSTICE après l’assassinat de Madame Sarah Halimi, que son âme repose en paix. Je suis sidérée mais consciente que qu’il va nous falloir batailler et envoyer nos cartes postales le 13/01/2020, pour inonder l’Elysées de nos cris et écris de Justice et liberté. Que nos Représentants Messieurs Mergui, Korsia, Habib, Haddad etc… Nos Diplomates inondent les instances politiques : le Sénat, le Parlement, les instances Européennes et même l’ONU. Que nos personnalités connues et moins connues et ceux qui ont foi en la Justice interviennent sur les plateaux télévisés pour dire la vérité à nos concitoyens sur cette affaire et surtout dénoncer les non-dits sur ce dossier. Non cet être immonde ne devrait pas bénéficier d’un jugement mais de la sentence de celui qui est au-dessus de nous tous et de toutes les Lois puisqu’il les a dictées.

  7. Une personne ivre ou droguée qui prendrait le volant et provoquerait la mort de passants , serait il considéré comme irresponsable aux yeux de la justice ? ou des psychiatres ?
    La justice doit revoir sa copie ! Il faut mettre fin a la barbarie dans ce pays avant qu’il ne finisse par sombrer.

  8. La France sent la pourriture. La Justice Divine existe, et rétribuera l’ auteur ignoble de cette tuerie impunie, mais non seulement ce porc, mais aussi tous ceux qui rejettent Israël.. Cela ne saurait tarder.. C’est cela qui me console… La conscience de ce policier va lui parler tellement fort qu’il ne le supportera plus. Je ne cautionne pas ces salopards qui ne bougent pas le petit doigt, dans leur conduite abjecte…Honte sur vous Macron et compagnie…
    Quant au frère de Madame Sarah Halimi, je l’entoure de tout mon respect car il a une attitude digne de respect… et j’appelle la consolation sur son cœur brisé.

  9. Un extrait de “L’Antisémitisme français. Aujourd’hui et demain” de Simon Epstein, Editions Belfond, 216, bd. Saint-Germain, Paris, 1984. Page 41:

    ” L’expérience historique du vingtième siècle permet de dénombrer à ce sujet plusieurs modèles relationnels entre la police d’un pays donné, d’une part, et les Juifs du même pays, d’autre part. Le cas optimal, on s’en doute, est celui où les Juifs, en tant que tels, n’ont pas à être protégés par la police. Le cas suivant, …”

    Un peu plus loin, même page:

    “Une quatrième possibilité, impliquant déjà une coopération active, est illustrée par une photo qui fut diffusée dans la presse mondiale en 1933 au cours des premières persécutions hitlériennes. Un avocat juif de Munich, Spiegel, est promené dans les rues, sans chaussures et le pantalon coupé à mi-jambe. Autour du cou, il porte un grand écriteau: “Je n’irai plus me plaindre à la police.” Attaqué par des nazis il avait cru trouver refuge dans un commissariat, mais fut aussitôt remis aux mains de ses poursuivants. Il sera d’ailleurs assassiné peu de temps après, à Dachau.

    Ultime modèle. La police fait elle-même la chasse aux Juifs.”

    Cet ultime modèle décrit par Simon Epstein ne concerne pas la police allemande. Début de la page suivante:

    “… Toutes ces indications méticuleuses figurent dans les consignes que le directeur de la police de Paris, Hennequin, diffuse le 12 juillet 1942 en vue de la grande rafle du 16, celle qui emplira le Vel d’Hiv.”

    Déjà près de quarante ans nous séparent de la rédaction de ce livre prophétique écrit après l’attentat de la rue Copernic en 1980 et après celui de la rue des Rosiers en 1982. Aussi quarante ans à peu près séparaient ce livre de la rafle du Vel d’Hiv et du massacre de six millions de Juifs, environ aussi quarante ans après la réhabilitation si rassurante de Dreyfus. Aujourd’hui, il y a où aller. L’Etat d’Israël existe mais, puisqu’il est très mal vu en France d’être sioniste, on peut rester politiquement correct en allant par exemple en Amérique. L’hiver à Pittsburgh est rude, par contre il y fait bon en été. Il est plus facile d’attendre encore. Mais les aiguilles de l’horloge tournent.

  10. Désolé, je ne crois pas une seule seconde à cette histoire de flic “planqué derrière la porte” à écouter cette femme se faire torturer sans rien faire, alors qu’il était armé..
    Un flic tout seul? Comment ça se fait?
    Tous les experts psychiatriques qui se trompent?
    La thèse du complot, je n’y crois pas.
    Ou alors il n’y a que des incompétents dans la police, dans la justice, dans la psychiatrie, ça fait beaucoup, non?

    • Comme à ton habitude, “Moshe” , tu refuses en bloc le témoignage des parties civiles, de la famille (que tu jettes aux ordures par confort moral : “ça fait beaucoup non?) et tu prends le parti du bourreau en t’alignant comme un mouton, sur la vox populi qui en a marre d’entendre parler de cet “incident” et qui ne rêve que d’enterrer “l’affaire”, qui n’en n’est déjà plus une, puisque la “Justice” enfin la tienne, celle des moutons bêlants, a décidé qu’il n’y aurait pas reconstitution, pas procès et que l’innocent bourreau était juste un peu “déphasé à cause des bouffées de shit à effet délirant.
      “Tous les experts” n’ont pas le même avis, au cas où tu le découvrirais.
      Or, en effet, la police présente dans l’escalier, n’est pas intervenue, dans l’attente de l’intervention de la BAC, à cause du caractère potentiellement”terroriste” de “l’incident” ensuite tourné en simple “fait divers”, par la Juge qui s’est empressée de classer sans suite. Avec des “amis” comme toi, les Juifs n’ont pas besoin d’ennemis.

      Pourquoi la ramener si tu ne sais rien et te contente de remettre en cause ceux qui soutiennent la famille de cette femme défenestrée en présence de la police????

  11. Ce monstre criminel lui est reconnu non coupable
    avec toutes les preuves de ces actes et témoin de
    policier à l’oreille devant la porte de l’appartement
    de Sarah-Halimi ?… La Justice devient complice de
    cet assassina ; et contribue à cette haine des Juifs
    dont ces monstres criminel peuvent PULLULER.

  12. Marco,

    Je suis Chrétien et j’ai été profondément attristé par ce que cette femme a pu subir et révolté par cette décision de justice.

    Je constate de plus en plus un manque d’amour envers les Juifs en France. Certaines personnes auraient-elles oublié que ces derniers sont présents en France depuis 2000 ans et que le ” Salut ” vient des Juifs?

    Je prierai pour cette famille dans les prochains jours.

  13. Plus ça va, plus ce qu’on constate avec cette dramatique affaire s’assimile à ce que les Juifs d’Allemagne ont dû endurer dans les années précédant l’avènement d’Hitler au pouvoir en 1933. Des voyous nazis (les sinistres S.A.) s’en prenaient en toute impunité à leurs biens ou leur intégrité physique sous le regard “blasé” de la police, arme au pied et qui ne bougeait pas le petit doigt face à ces exactions…

    Il est évident que cette police “inopérante” avait reçu des ordres pour ne pas intervenir. Il en est très probablement de même pour le meurtre de S. Halimi. Et la “justice” d’entériner l’immobilisme de la police. ON EN EST LÀ !!! OUI, LÀ !!! Ne nous faisons plus guère d’illusions sur l’avenir de nos frères et sœurs juifs (je suis Chrétien) dans ce pays.

    Encore une fois, je lance cet appel : faites votre aliya vers votre chère Terre d’Israël, vous y serez 100 fois plus en sécurité qu’en France. Plein de témoignages de celles et ceux qui sont partis vont dans ce sens… ALLEZ-Y ! IL N’Y A PLUS BEAUCOUP DE TEMPS…

  14. LA VERITABLE OMERTA QUI A ACCOMPAGNE L’ ASSASSINAT DE SARAH hALIMI DOIT ABSOLUMENT ETRE DEMONTEE ET DEMONTREE

    ON COMPREND MIEUX POURQUOI LE POUVOIR MACRONIEN A REFUSE CETTE RECONSTITUTION DU CRIME

    qui est donc ce flic lourdement armé qui n’ est pas ou n’ a pas coulu interevenir

    illui suffisait d ‘ exploser la serrure de quelques balles pour sauver notre coreligionaire

    qui est il ?

    qui est sa hierarchie ??

    nous sommes bouleversés par le comportement des militaires “sentinelle” face au massacre du Bataclan, qui refusèrent d’ intervenir alors qu ils etaient devant la porte eux aussi !!

    y a un trés gros problème avec cette “attente des ordres” invoquée par ces ordures de forces de l’ ordre qui sont , tel le flic encore inconnu, semblables a ces nazis qui ne faisaient selon eux “qu exécuter les ordres”
    nos salopards eux, “attendaient des ordres”

    cette revélation , passée sous silence depuis deux ans est la fêlure du verre qu on tente de nous faire avaler

  15. J’espère que cette manifestation servira à quelque chose
    Retrouver ce flic planqué derrière la porte de cette pauvre madame Halimi pendant qu’elle se faisait massacrer.
    Reprendre toute cette malheureuse affaire depuis le début avec un nouveau juge.
    obliger à une reconstitution.
    J’espère que l’on va enfin juger cet assassin.
    ROSA

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.