Où les oiseaux trouvent une oasis de repos dans la ville de Tel-Aviv

Venez visiter un paradis ornithologique créé il y a quelques années à peine au milieu des gratte-ciel de la ville.

C’est en milieu de matinée et environ 20 passionnés d’ornithologie sont assis dans la cachette de l’observatoire du parc Rosh Tzipor (Tête d’oiseau) de Tel-Aviv .

Une rangée de jumelles et d’objectifs d’appareil photo d’une longueur impressionnante sont dirigés vers le lac où un martin-pêcheur à gorge blanche plonge pour son prochain repas et un cormoran vole gracieusement au-dessus.

La plupart des membres du groupe sont aux aguets depuis 6 heures du matin et semblent satisfaits des observations de la journée de sept espèces d’oiseaux différentes. En novembre, cela augmentera considérablement lorsque 500 millions d’oiseaux d’au moins 150 espèces d’Europe migreront à travers Israël vers l’Afrique.

Vue de la zone d’observation des oiseaux à Rosh Tzipor. Photo de Natalie Selvin

L’objectif principal du centre d’observation des oiseaux dans cette forêt de 32 dunams (8 acres), située dans le parc Ganei Yehoshua , était de créer un habitat naturel pour les oiseaux migrateurs afin qu’ils puissent se reposer et obtenir la nutrition dont ils ont besoin pour reprendre des forces pour le prochain. étape de leur vol.

Achevée en 2018, cette zone de végétation luxuriante était jusqu’à il y a quatre ans couverte d’orangeraies qui avaient complètement détruit la biosphère naturelle.

La nature domine

Le secret de cette régénération écologique, explique le directeur Liran Kaniel, « est que nous nous sommes concentrés sur les besoins des oiseaux et moins sur l’élément humain. Vous pouvez voir que les sentiers piétonniers sont réduits au minimum pour que la nature domine. Les trois caches d’observation sont discrètement placées afin que les oiseaux ne soient pas dérangés pendant qu’ils se nourrissent et se reposent.

Un martin-pêcheur se reposant calmement dans la paume d’un ornithologue à Rosh Tzipor. Photo de Natalie Selvin

Kaniel, un architecte paysagiste, dit qu’il y a cinq ans, lorsqu’il a commencé le projet, il a été méticuleux dans le choix des arbres et des plantes indigènes de la région qui peuvent survivre uniquement grâce à l’eau de pluie. Un exemple est le rare papyrus rouge qui tapisse le marais et qui a été obtenu du Jardin botanique de l’Université de Tel Aviv .

Une coquille de libellule sur un brin d’herbe haute des marais à Rosh Tzipor. Photo de Natalie Selvin

Tous les 10 dunams d’eau de la réserve sont biofiltrés sans ajout de produits chimiques, souligne Kaniel, « et des canaux avec des élévations en gradins ont été construits pour maintenir l’eau en circulation et oxygénée ».

Une oasis de verdure

Rosh Tzipor est différent de la plupart des centres d’observation des oiseaux en Israël en ce que sa toile de fond n’est pas une chaîne de montagnes (la réserve naturelle de la vallée de Hula sous les hauteurs du Golan) ou la mer ( Ma’agan Michael Birding Center sur la plage de Carmel), mais les gratte-ciel de Tel Aviv.

« C’est vraiment une oasis de verdure dans le désert urbain et vous n’avez besoin que d’un petit lopin de terre pour y parvenir », déclare Yaron Charka, ornithologue en chef du Keren Kayemeth L’Israel-Jewish National Fund  (KKL-JNF). Il espère voir les villes voisines reproduire l’exemple.

Yaron Charka, ornithologue en chef du KKL-JNF, avec un oiseau à Rosh Tzipor. Photo de Natalie Selvin

Bien que le centre soit petit, il contribue également à la recherche sur les oiseaux en Israël. À sa station de baguage des oiseaux, de petites étiquettes métalliques numérotées individuellement sont attachées aux pattes des oiseaux pour suivre, entre autres, leur histoire de vie et leur santé. Initiée au début du 20 e siècle, cette technique de surveillance n’est pratiquée que par des bagueurs licenciés.

La ligne sur les plumes de la queue de cet oiseau montre qu’il y a eu une carence en nutriments à un moment donné. Photo de Natalie Selvin

Charka démontre le processus, les petits oiseaux sur le point d’être marqués sont gardés dans des filets souples dans lesquels ils ont été capturés sur des perches installées dans la forêt.

Le premier oiseau à sortir est un rossignol. Charka le tient habilement à deux mains tandis qu’une bande est placée doucement sur sa jambe et que le numéro de série est entré dans une base de données. L’oiseau est également pesé, sa longueur d’aile et de queue mesurée et les conditions de sa mue des plumes notées avant qu’il ne soit relâché.

Vient ensuite à l’étude une paruline grise, un oiseau « peu connu car il se cache dans les roseaux. Celui-ci a environ trois mois et a peut-être éclos en Scandinavie ou en Pologne. Toutes les données collectées vont dans la base de données ornithologique centrale d’Israël, de sorte que lorsqu’un oiseau est recapturé ici ou à l’étranger, les informations le concernant peuvent être consultées et mises à jour dans le monde entier. Charka précise qu’ils reçoivent au moins une fois par semaine des communications de l’étranger, plus récemment de Budapest, concernant une fauvette des roseaux qui a été marquée à Rosh Tzipor.

Les gens et les oiseaux

La connexion des personnes aux oiseaux est également un objectif du centre. Il dispose d’une équipe de bénévoles et reçoit un flux constant de visiteurs, dont 7 000 groupes scolaires chaque année. Le week-end, trois visites organisées sont proposées et c’est une sortie familiale populaire, précise Kaniel.

Natalie Selvin, coordinatrice des médias sociaux d’ISRAEL21c, relâche un oiseau dans la nature après qu’il ait été bagué à Rosh Tzipor. Photo gracieuseté de Natalie Selvin

Ensuite, il y a les ornithologues amateurs sérieux. Ceux qui se trouvent dans la cache d’observation aujourd’hui ne forment pas un groupe organisé, mais il règne une atmosphère de camaraderie. « C’est mon paradis », dit Amnon Loya, un guide touristique professionnel, qui vient du Nord pour prendre des photos du chacal doré, que l’on peut voir sur les rives du lac ou même y nager.

Amnon Loya, un guide touristique, est venu du Nord pendant trois jours pour photographier le chacal doré. Photo de Natalie Selvin

Judith Goldfarb Yanos de Holon vient ici au moins trois fois par semaine. “J’adore cet endroit car chaque saison apporte une vie d’oiseau différente. C’est aussi une atmosphère apaisante », dit-elle, montrant les nombreuses images impressionnantes qu’elle a prises aujourd’hui. Charka, l’ornithologue, est le plus ému par la réaction écarquillée des enfants lorsqu’il leur raconte comment les fauvettes des saules choisissent de voler seules et non en groupe lors d’un voyage de milliers de kilomètres de l’Europe de l’Est ou de la Scandinavie à l’Afrique. « J’espère qu’ils verront cela comme un message stimulant », dit-il, ajoutant avec un sourire, « Je leur dis aussi de dire que quelqu’un est stupide en l’appelant un » cerveau d’oiseau « est très idiot, car les oiseaux sont les plus incroyables et capables espèces. »

Source : israel21c.org

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.