L’administration Biden et les armes nucléaires du régime iranien

par Majid Rafizadeh

La politique nucléaire de l’administration Biden concernant le programme nucléaire iranien et sa capacité à acquérir des armes nucléaires est un échec. Sous la direction de l’administration Biden, l’Iran a réalisé des progrès significatifs dans son programme nucléaire, qui dépassent les progrès réalisés sous toutes les administrations précédentes.

Fait remarquable, pour la première fois, l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) a émis un avertissement, signalant que l’Iran détient désormais une quantité suffisante d’uranium hautement enrichi capable de produire plusieurs têtes nucléaires. Cette évolution, rapportée par Bloomberg le 18 janvier, a incité le directeur général de l’AIEA, Rafael Grossi, à dénoncer les actions de l’Iran. Grossi a également déclaré au journal The National : « L’Iran est le seul État non doté d’armes nucléaires qui enrichit de l’uranium à ce niveau très, très élevé ».

Les remarques faites par Grossi font suite à un développement inquiétant au cours duquel l’Iran a lancé des attaques de missiles sur le Pakistan. Les frappes de missiles, considérées comme une violation à la fois des normes internationales et de la souveraineté du Pakistan, ont ajouté un nouveau niveau d’insécurité à la dynamique régionale déjà tendue. Les attaques contre le Pakistan soulignent également le caractère prédateur du régime iranien et ses efforts pour déstabiliser la région.

Le manque de coopération du régime iranien avec l’AIEA est alarmant depuis des années, suggérant une trajectoire vers l’acquisition imminente d’armes nucléaires, et soulève de sérieuses réserves quant à la transparence des activités nucléaires de l’Iran. Grossi s’est dit préoccupé par le fait que l’Iran continue d’entraver activement les efforts internationaux visant à examiner minutieusement son programme nucléaire tout en accélérant sa production d’uranium hautement enrichi, la rapprochant dangereusement des niveaux de qualité militaire.

Qu’est-ce qui motive la précipitation du régime à se procurer des armes nucléaires ? Plusieurs facteurs: premièrement, il y a l’absence de conséquences de la part de l’administration Biden. Le régime iranien se sent libre d’accélérer ses ambitions nucléaires sans subir de répercussions. Le régime est sans doute également conscient que dans une dizaine de mois – le jour des élections américaines, le 5 novembre – cette opportunité pourrait disparaître.

Comme l’ a écrit Andrea Stricker de la Fondation pour la défense des démocraties :

« La course à l’arme nucléaire de l’Iran cette année serait la pierre angulaire de la doctrine de politique étrangère Biden-Sullivan consistant à laisser nos adversaires diriger le monde et à ne riposter que lorsqu’il est trop tard ou que la situation devient intenable. »

Le membre du Congrès Mike Waltz a déclaré avec précision dans une interview avec Fox News :

« Cette administration est tellement attachée à sa stratégie d’apaisement/désescalade qu’elle invite en fait à l’escalade… La dissuasion s’est complètement effondrée… et nous voyons chacun de nos adversaires en marche à cause de cela, et ma peur d’ici là. et en novembre, ils ne feront qu’accélérer parce qu’ils voient cela comme un moment d’opportunité… »

Un autre facteur contributif semble résider dans l’implication de l’Iran dans de multiples conflits. Le régime soutient activement le Hamas contre Israël, en fournissant une assistance au groupe terroriste Houthi du Yémen pour attaquer des navires dans la mer Rouge, en intensifiant les tensions avec le Pakistan et en fournissant des armes à la Russie pour les utiliser contre l’Ukraine. Ces engagements multiformes dans des conflits régionaux et mondiaux indiquent que le régime considère probablement les armes nucléaires comme un moyen de faire avancer ses objectifs stratégiques.

Au milieu de ces conflits en cours, la dernière chose dont nous avons besoin est d’un régime agressif, avec des tendances terroristes – et qui n’a manifestement aucune intention, malgré toutes les opportunités que l’Occident lui a données, de « sortir du froid » — possédant des armes nucléaires. .

Le Dr Majid Rafizadeh est stratège et conseiller commercial, universitaire formé à Harvard, politologue, membre du conseil d’administration de la Harvard International Review et président du Conseil international américain sur le Moyen-Orient. Il est l’auteur de plusieurs livres sur l’Islam et la politique étrangère américaine. Il peut être contacté à Dr.Rafizadeh@Post.Harvard.Edu

www.gatestoneinstitute.org

Sur la photo : Grossi s’exprime lors de la réunion du Conseil des gouverneurs de l’AIEA à Vienne, en Autriche, le 22 novembre 2023. (Photo de Joe Klamar/AFP via Getty Images)

La rédaction de JForum, retirera d'office tout commentaire antisémite, raciste, diffamatoire ou injurieux, ou qui contrevient à la morale juive.

S’abonner
Notification pour
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires