Nord-Est de Paris: plongée dans un quartier sous l’emprise du crack

3
645
crackers quai de seine stallingrad a Paris le 05/10/2018 Photo sebastien soriano/ Le Figaro

crackers quai de seine stalingrad a Paris le 05/10/2018 Photo sebastien soriano/ Le Figaro

Des toxicomanes qui piochent dans l’assiette des clients en terrasse, attrapent les couteaux, empochent le pourboire. Qui urinent contre le mur en plein jour.

Et qui, de rage, cassent les vitrines. Voire agressent les passants. « C’était épouvantable depuis un an, c’est devenu invivable ! », assène Dominique Dettome, responsable du soir au Jaurès Café, près du bassin de la Villette.

« Nos droits élémentaires de citoyen à la tranquillité et à la sécurité ne sont plus respectés », s’effare le Collectif 19 Stop crack.

La pétition de ces « riverains et commerçants de la place Stalingrad », lancée il y a un mois, à l’adresse du préfet de police, a réuni plus de 3400 signatures.

Tandis que la maire de Paris vient d’annoncer son plan pour endiguer le trafic de crack dans le nord-est de la capitale, ce sont les salariés des cinémas MK2 du XIXe arrondissement qui appellent, ce samedi, à un « rendez-vous citoyen ».

Mendicité insistante

La place Stalingrad est « redevenue la chasse gardée des dealers de crack et de leurs clients, alerte le collectif. La situation se dégrade à un rythme inquiétant.Les consommateurs, de plus en plus nombreux, prennent leurs drogues en plein jour, dans les Abribus, devant les écoles, en laissant leur matériel sur la voie publique. Du matin au soir, nous devons subir leur mendicité insistante, et parfois agressive: dans la rue, dans le métro, à la terrasse des restaurants, à la sortie des commerces. Nos halls d’immeubles sont squattés, dégradés, souillés de déjections et de produits dangereux. Les dealers vendent leur marchandise en toute impunité, ils ont instauré des zones de non-droit que nous ne pouvons plus traverser. »

Source et article complet : premium.lefigaro.

3 COMMENTS

  1. Miserreré, fatalitas.
    Hier, dans la frénésie imposée par l’immonde parisienne, à construire jusqu’à souhaits des pstes cyclables, puisqu’il faut resserrer, tromboser les artères de la capitale, même sur les champs Elysee que votre serviteur parcourt les jours de son travail, hier donc, pendant que nous priions Notre Père, notre Roi, un accident odieux se produisit, à l’heure où le monde nombreux parcourt les trottoirs touristiques et les passages zébrés.
    Puisque la cadence ne faiblit, même aux moments d’affluence, une pelleteuse de travaux publics a écrasé, horreur indiscible, un petit enfant et sa mère sur ce passage “protégé”. La mère, malheureuse, lutte pour ce qui lui reste de vie, dans l’intact du reste de son corps, tandis que le petit garçonnet n’offre plus l’apparence d’un être humain, réduit, tellement réduit, à un rien humide et rouge, si rouge…
    La coupe est pleine.
    Cette Tyrannie d’Algo a plus de 5000 morts sur son dossier, tant les services urgentistes ne parviennent plus à rejoindre les blesses, infarctusés, avetecés, étouffés, asphyxiés etc dans les temps impartis !
    Les temps d’approches des samus, pompiers etc sont passés de 6 à 13 minutes, sans même que les proches de victimes sachent que c’est la lenteurs des secours, et le retour vres urgence

    • Suite… Vers les urgences qui sont contrariés par les bouchons INTENTIONNELLES !
      Vite ! Hurlez votre rage au procureur de la République ! Les merdias se taisent, complices.

  2. On en revient à l’impunité. Les crakeurs ne sont pas d’origine belin, mais autant consommateur que dealers, de qui vous savez.
    La délinquante annie d’algo, le mois dernier, a annoncé solennellent la mise à disposition prochaine de…5 nouvelles salles de shoot, apres le succès de la première, où les ventes de came se font à l’entrée, ou sur le chemin qui y mène.
    Tout va bien, nous dit-elle, rendormez vous.
    Je suis d’ailleurs, d’ores et déjà, assurée d’être réélue, mes élus et mes maires d’arrondissement sont gavés.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.