Netanyahu change de tactique pour bloquer l’accord nucléaire

1
199
 Le Chef des Gardiens de la Révolution : Nous ne l’accepterons jamais. 

 

Le Premier Ministre israélien Binyamin Netanyahu a changé de tactiques, dans son combat contre l’accord nucléaire entre l’Iran et les six puissances mondiales. Cet accord a été approuvé à l’unanimité par le Conseil de Sécurité de l’ONU, le lundi 20 juillet et l’Union Européenne a entamé les premières mesures de levée des sanctions.

Les sources de Debkafile à Washington et Jérusalem révèlent que le Premier Ministre a mis de côté ses efforts visant à persuader une majorité de représentants du peuple américian  de tourner le pouce vers le bas en signe de désapprobation de l’accord, en appliquant leur propre veto à un veto présidentiel pour le faire passer absolument.

Il a réalisé que ses chances de succès étaient bien maigres. Netanyahu prévoit plutôt de déposer une proposition devant le Congrès d’encadrement par des lois spécifiant en détail les mesures à prendre en cas de violations par l’Iran, et les pénalités obligatoires dque l’Administration américaine devrait appliquer. Cette législation formulerait alors les sancrtions à (re-) prendre et leur durée dans le temps.

Netanyahu a récemment confié à ses conseillers qu’il est progressivement moins préoccupé par le nombre exact de Sénateurs démocrates qui sont susceptibles de voter contre l’accord, et bien plus par le contenu des transactions que les puissances ont signé séparément avec l’Iran, y compris par des annexes restées secrètes, que l’Administration a signées sans les dévoiler au public américain.

Tous ces contrats, y compris l’arrangement passé avec l’Agence Internationale à l’Energie atomique -AIEA – sont, remarque Netanyahu mentionnés dans des “termes extrêmement économiques” – de façon suffisamment générale pour offrir à Téhéran  de nombreuses marges de manoeuvres et continuer à prétendre que ses infractions sont légitimes.

Un exemple fondamental concerne l’article sur la surveillance des installations nucléaires iraniennes. Le Président Barack Obama et d’autres responsables de l’administration ont insisté inlassablement sur le fait que les inspections devraient être encore plus approfondies et élargies que jamais auparavant et qu’aucune activité nucléaire n’échapperait à la vigilance des renseignements américains. Mais, selon le Premier Ministre, l’accord avec l’AIEA et les annexes secrètes de l’accord de Vienne ouvrent la porte au fait que l’Iran puisse mener une activité secrète que les renseignements américains ne seraient pas dans l’obligation de révéler.

En outre, une clause majeure dans le corps principal du texte de cet accord (Partie 10 page 142), comprend la promesse des Etats-Unis et autres signataires de “sauvegarder les sites et installations nucléaires contre les attaques “terroristes”, tentatives d’interuption extérieure ou sabotage”.

Cet engagement annule la promesse américaine que l’option militaire reste sur la table. Mais, plus que tout, il cherche à lier les mains d’Israël dans le dos qui peut mener des activités visant à paralyser le programme d’armement nucléaire iranien, en autorisant Téhéran à invoquer cette clause.

C’est bien cette lacune dans le texte de l’accord nucléaire que Netanyahu cherche à voir insérée au moyen d’une nouvelle législation précise de la part du Congrès.

Les sources de Debkafile remarquent qu’une telle législation serait la réplique du Congrès américain à la loi que le Majlis iranien a adopté le 23 juin – et le Conseil des Gardiens le lendemain – disant que les accords nucléaires signés à Vienne n’entreraient uniquement en vigueur si les sanctions étaient levées par avance. Ainsi, également, il est exigé du Ministre des affaires étrangères qu’il fasse son rapport devant le parlement iranien tous les six mois, pour démontrer les réalisations des six puissances mondiales qui ont signé l’accord, en faisant la preuve du respect de leurs engagements… .

Dimanche dernier, le 12 juillet, deux jours avant la signature de l’accord de Vienne, le Président Hassan Rouhani a promulgué un ordre exécutif intitulé “l’Acte de Réalisations Nucléaires”, exigeant que leMinistère des Affaires étrangères et son Agence à l’Energie atomique (AEOI) mettent immédiatement en oeuvre… cette résolution du Majlis.

En d’autres termes, pour Téhéran, tout le package de Vienne reste incertain et conditionné à l’obéissance de l’ensemble des puissances mondiales [leur totale soumission] envers les exigences formulées par le Parlement iranien.

Téhéran a aussi nié très rapidement l’importance de la résolution unanime du Conseil de Sécurité de l’ONU et son approbation par les Ministres de l’Union Européenne, qui recommande un allègement progressif des sanctions au même rythme que les efforts fournis par l’Iran – et non pas par avance, comme a voulu le stipuler le Majlis (Parlement).

Pour s’assurer que cette situation était bien comprise, sans le moindre “Si” ni “mais”, le Commandant en chef des Corps des Gardiens de la Révolution iranienneMohamed Ali Jafari est allé encore plus loin lundi 20 juillet, en annonçant : “Certains points insérés dans le projet (de résolution de l’ONU) sont clairement en contradiction avec les principales lignes rouges de la République Islamique d’Iran et les violent, particulièrement en ce qui concerne les capacités d’armement et nous ne les accepterons jamais”.

 

Il a désigné comme étant les “lignes rouges les plus cruciales”, “le maintient et l’amélioration des capacités de défense de l’Iran”.

Puisque Téhéran perçoit le développement de ses missiles balistiques intercontinentaux” comme faisant partie de ses “capacités de défense”, les paroles de Jafari sont un avertissement retentissant aux puissances mondiales qui stipule que le Programme ICBM (balistique intercontinental) de l’Iran fait partie de ces clauses inviolables.

Le Premier Ministre israélien conseille donc au Congrès américain de faire au moins jeu égal avec le parlement iranien en poursuivant la tactique adverse. Alors que les députés iraniens, au lieu d’approuver l’accord nucléaire de Vienne, mettent en place des mesures pour le contourner, les représentants américains doivent donner du mordant afin de bloquer les échappatoires tentées par l’Iran.

 

DEBKAfile Reportage Spécial 21 juillet 2015, 9:55 AM (IDT)

Adaptation : Marc Brzustowski.

 

1 COMMENT

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.