Monde arabe : Trump reconnaîtra le Golan israélien

4
1587

Dans le monde arabe, la conviction prévaut que Trump reconnaîtra la souveraineté israélienne sur le plateau du Golan

“Netanyahu a déjà obtenu l’approbation de l’administration Trump”, déclare Moeen al-Taher, analyste politique jordanien ; Le Premier Ministre a fait la demande lors d’une récente réunion avec John Bolton.

Les analystes arabes pensent que le président américain Donald Trump reconnaîtra la souveraineté d’Israël sur le plateau du Golan, qui a été conquis lors de la guerre des Six jours de 1967, et que l’appel du Premier ministre Benjamin Netanyahu la semaine dernière a eu peu d’incidence sur une décision déjà prise.

Netanyahu fait pression sur l’administration américaine pour qu’elle reconnaisse la souveraineté israélienne sur le plateau du Golan, dans l’espoir de l’utiliser comme moyen de pression à la lumière de la décision de Trump de se retirer de la Syrie. Et bien que le conseiller américain à la Sécurité nationale, John Bolton, ait présenté un plan pour le retrait lors d’une conférence de presse conjointe avec Netanyahu à Jérusalem, il semble qu’un changement potentiel de politique sur les hauteurs du Golan ne sera pas affecté.

«Je ne pense pas que Netanyahu demanderait une telle chose, à moins d’être déjà assuré de l’approbation de l’administration Trump. Il (Netanyahu) est certain de la réponse et ne risquerait pas de se mettre dans une position embarrassante au cas où Trump refuserait », a déclaré Moeen al-Taher, analyste politique jordanien.

Le conseiller américain en matière de sécurité nationale, John Bolton (à gauche), et le Premier ministre, Benjamin Netanyahu (Photo: Kobi Gideon / GPO)

Le conseiller américain en matière de sécurité nationale, John Bolton (à gauche), et le Premier ministre, Benjamin Netanyahu (Photo: Kobi Gideon / GPO)

Les hauteurs du Golan, un plateau situé à la frontière israélo-syrienne, ont été conquise  sur la Syrie pendant la guerre des Six jours de 1967 et annexées par Israël en 1981. Des milliers de citoyens israéliens, une industrie viticole et des entreprises agricoles se sont implantés malgré les revendications syriennes sur ce territoire. L’État juif considère les hauteurs du Golan comme un territoire stratégique, sur un point de convergence entre la Jordanie, la Syrie et le Liban.

Lors de la conférence de presse, Netanyahu a souligné le droit d’Israël au Golan et a promis que l’État juif n’abandonnerait jamais cette revendication.

“Demain, si le temps le permet, nous monterons sur les hauteurs du Golan, c’est extrêmement important pour notre sécurité. Lorsque vous serez sur place, vous serez en mesure de comprendre parfaitement pourquoi nous ne quitterons jamais les hauteurs du Golan et pourquoi il est important que tous les pays reconnaissent la souveraineté israélienne sur le plateau du Golan”, a déclaré le Premier ministre.

Al-Taher a souligné que la politique israélienne imposait un fait accompli plutôt que d’attendre l’approbation internationale.

La militante libanaise Nada Nasif a déclaré que Netanyahu essaie de tirer le meilleur parti d’un président américain susceptible de se laisser persuader. «L’entité sioniste fait simplement de son mieux pour tirer profit d’une personne égoïste, Trump. Il travaille dur pour obtenir (la reconnaissance de sa souveraineté) alors que Trump est toujours président des États-Unis. “

D’autres, rompus à cette situation, ont affirmé que la reconnaissance américaine aurait peu d’impact réel.

“Israël veut montrer qu’il l’emporte”, a déclaré l’analyste palestinien Hani al-Masri. “La reconnaissance américaine ne changera rien sur le terrain ni sur le statut des hauteurs du Golan occupées“.

Muhannad, un militant syrien qui s’exprimait sous couvert de l’anonymat, a également déclaré que la demande israélienne était vaine, quelle que soit la réponse des États-Unis. «Au bout du compte, la reconnaissance de Trump n’est tout simplement pas importante et ne changera rien sur le terrain ; ce qui a été pris de force ne sera récupéré que par la force “, a-t-il déclaré.

“Les Etats-Unis sont libres de décider ce qu’ils veulent et même si Trump rejette la demande israélienne, cela n’aidera pas la Syrie à restaurer sa présence sur ses territoires occupés. La même chose s’est produite lorsque les Arabes et les Palestiniens ont protesté pendant des jours et des semaines contre la reconnaissance américaine de Jérusalem comme capitale de l’Etat Juif, et cela n’a rien changé. “

Trump a transféré l’ambassade américaine de Tel Aviv à Jérusalem en mai 2018, rompant avec des décennies de politique internationale, concernant un élément central du conflit israélo-palestinien, faisant ainsi le bonheur des dirigeants israéliens.

Muhannad pense que la majorité des dirigeants arabes sont pleins de promesses et de discours, mais s’agissant d’action, ils recherchent tous la bénédiction et l’approbation américaines et russes.

“Il est temps que nous arrêtions de plaire aux Etats-Unis et à la Russie et construisions nos pays”, a-t-il déclaré.

Article écrit par Dima Abumaria, sur The Media Line

Shirley Rosenfeld a contribué à ce reportage

La ligne média et Ynet | Publié: 01.09.19, 21:41

ynetnews.com

Adaptation : Marc Brzustowski

4 COMMENTS

  1. ce qui est acquis après une guerre reste acquis à celui qui a gagné la guerre surtout si c’est en se défendant contre des agresseurs
    pourquoi les arabes ne rendent-ils pas les pays qu’ils ont conquis par la force et qu’ils occupent jusqu’à présent?

  2. Il faut bien se mettre dans le crâne qu’en 1967 se sont les Arabes qui ont attaqué Israël, comme en 1948 / 1956/& 1973,depuis des décennies ils pleurent, reconnaître Israël sa renaissance aurait épargné des milliers de vies….Ils ont choisi la terreur, ils ont eu le désespoir…….!

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.