Marseillaise sifflée: Macron et Le Graët divergent

2
136
Pour Noël Le Graët, “il n’y a pas d’incident” ©FRANCK FIFE / AFP

Marseillaise sifflée lors du match Turquie-France : pour Noël Le Graët, “il n’y a pas d’incident”

Le président de la Fédération française de football, Noël Le Graët, a estimé lundi 10 juin sur France Info qu’il n’y a pas eu “d’incident” samedi lors du match Turquie-France.

Deux jours après le match de football entre la France et la Turquie au cours duquel des supporters turques ont sifflé la Marseillaise, le président de la FFF Noël Le Graët a estimé lundi 10 juin sur France Info qu’on ne pouvait pas parler “d’incident”.

Les Bleus n’ont pas été bien accueillis par un certain nombre de supporters mais très bien par d’autres, donc pour moi il n’y a pas d’incident”, a-t-il commenté.

Pour Noël Le Graët, ce n’est pas seulement la Marseillaise qui a été sifflée mais toute l’équipe de France qui jouait à Konya en qualifications de l’Euro-2020.

“Malheureusement, c’est tout une tribune (qui a commencé à siffler) une demi-heure avant le match, dès qu’un Bleu est apparu sur le terrain, c’est un concert de sifflets qui a duré toute la rencontre dès qu’un Bleu touchait un ballon”, a justifié le président de la Fédération française de football. Par ailleurs, il a précisé que les dirigeants turcs étaient particulièrement gênés par ces sifflets.

Des sifflets “inacceptables”

Dimanche, Emmanuel Macron avait pris la parole pour dénoncer l’attitude d’une partie des supporters turcs.

Il avait qualifié “d’inacceptables” les sifflets qui avaient accompagnés la Marseillaise et avait assuré l’avoir fait savoir à Noël Le Graët.

Plusieurs membres de l’opposition avaient également critiqué les sifflets entendus dans le stade de Konya.

actu.orange.fr

 

 

La France se fait humilier en Turquie ? Pas grave, répondent les arrondisseurs d‘angle. Certes, Emmanuel Macron a qualifié d’”inacceptables”, dimanche, les sifflets qui ont couvert La Marseillaise, lors du match de foot France-Turquie qui a eu lieu samedi à Konya (Turquie).

Les huées ont également accompagné chaque Bleu qui touchait le ballon. Le soir-même, place de l’Etoile à Paris, des drapeaux turcs se sont appropriés le périmètre de l’Arc de Triomphe pour fêter la victoire (2-0).

Réagissant à l’hymne national insulté, le chef de l’Etat a “fait savoir” son émotion à Noël Le Graët, président de la Fédération français de football (FFF).

Ce lundi, ce dernier a néanmoins voulu minimiser l’incident : “Les Bleus n’ont pas été bien accueillis par un certain nombre de supporters mais très bien par d’autres, donc pour moi il n’y a pas d’incident”.

Cette naïveté de Le Graët est plus généralement celle qui s’observe chez ceux qui refusent de voir ce qu’ils ont sous les yeux.

En l’occurrence, les marques d’hostilité contre la France ont été portées par un public populaire encouragé par leur président de la République, Recep Tayyip Erdogan, à mépriser l’Europe craintive et capitularde au nom d’un islam guerrier et conquérant.

Erdogan interdit notamment aux Turcs de France de s’assimiler à la nation d’accueil. Il ne tolère aucune critique portée à son peuple, y compris dans sa diaspora. Il n’a d’ailleurs pas daigné répondre à Macron ni présenter d’excuses. Lire la suite

 

2 COMMENTS

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.