Lutte contre le virus Ebola: de nouveaux remèdes?

0
909

Image via Shutterstock.com

Le vaccin expérimental contre le virus Ebola offre une protection à long terme

Des scientifiques en Israël et en Allemagne ont montré qu’un vaccin expérimental offrait une protection à long terme contre cette maladie mortelle.

 LE 8 OCTOBRE 2019 À 9H50

Pour lutter contre les épidémies d’Ebola mortelles et récurrentes dans certaines régions d’Afrique, les personnels de santé ont administré des vaccins à plus de 100 000 personnes.

Cependant, les vaccins anti-Ebola sont à peine sortis du stade expérimental. Personne ne sait s’ils peuvent assurer une protection à long terme à une large population. Et personne n’a compris l’effet de ces vaccins sur le système immunitaire.

Un laboratoire de recherche de l’Institut israélien Weizmann des sciences s’est récemment associé à une équipe de chercheurs à Cologne, en Allemagne, pour découvrir les détails de la réponse moléculaire qui se produit dans le système immunitaire après la vaccination contre Ebola.

Leurs découvertes pourraient aider les organisations de santé à élaborer de meilleures stratégies pour contenir et prévenir la maladie, qui n’est actuellement pas guérie, et tue environ 50% des personnes infectées.

«Ces vaccins – fabriqués par des méthodes recombinantes liant une protéine Ebola à un virus inoffensif – sont difficiles à produire et ne sont donc pas assez nombreux pour vacciner une population entière», a déclaré le biologiste des structures, Ron Diskin, de l’Institut Weizmann.

De plus, a-t-il ajouté, les vaccins atteignent rarement les villages isolés où ils sont le plus nécessaires. Ils ont tendance à être donnés uniquement aux personnes les plus proches des personnes déjà malades.

«Comprendre exactement comment la réponse immunitaire est produite après la vaccination ne contribuera pas seulement à affiner le vaccin. Cela peut nous aider à comprendre si cela va agir contre différentes souches du virus ou si la dose administrée aujourd’hui est la meilleure », a déclaré Diskin.

Diskin dans son nouveau laboratoire de l’Institut scientifique Weizmann de Rehovot.

Mémoire immunitaire

L’étude a débuté dans le laboratoire de l’immunologiste Dr. Florian Klein de l’Université de Cologne. Klein et son groupe ont recherché des signes de réponse immunitaire dans des échantillons de sang de six personnes qui avaient reçu le vaccin un an ou plus auparavant.

Le groupe a distingué les cellules B – celles qui produisent les anticorps qui constituent notre “mémoire immunitaire” – et procédé à un séquençage en profondeur, en traçant les lignées de ces cellules et en isolant des anticorps individuels se liant à des protéines virales.

Les cellules de chacune des six personnes ont produit un grand nombre d’anticorps. Diskin et son équipe se sont concentrés sur deux prometteurs, dont ils pensaient qu’ils étaient fortement impliqués dans la réponse immunitaire à long terme.

Pour comprendre exactement comment et où les anticorps se lient au virus inoffensif contenu dans le vaccin et comment cette liaison neutralise le virus de manière aussi efficace, l’équipe a utilisé un nouveau microscope électronique à haute puissance pour révéler la structure tridimensionnelle, pratiquement jusqu’au dernier atome, d’un anticorps lié à sa cible.

Cette analyse a permis au groupe de recherche de montrer pourquoi les deux anticorps caractérisés par Diskin et son groupe étaient particulièrement efficaces pour arrêter Ebola.

Ils ont pu distinguer la composition exacte de ces anticorps et cartographier les points précis auxquels ils se sont fixés à la protéine virale.

«En fait, dit Diskin, les anticorps que nous avons étudiés sont beaucoup plus efficaces pour se lier que ceux actuellement testés pour traiter Ebola.»

La comparaison de la carte des sites de liaison avec ceux étudiés chez les survivants du virus Ebola, connus pour leur effet protecteur, a montré une tendance presque identique. D’autres recherches ont testé les anticorps contre la protéine Ebola – même contre le virus vivant – et ont finalement expliqué le mécanisme de protection.

On ne sait pas encore si le vaccin qu’ils ont testé peut produire une réponse immunitaire contre d’autres espèces du virus Ebola. Mais l’étude suggère que les anticorps ont bien fonctionné contre plusieurs isolats d’une même espèce et Diskin espère que des recherches ultérieures montreront un seul vaccin capable de lutter contre la maladie sur tout le continent.

Les recherches de Diskin sont soutenues par le Moross Integrated Cancer Center; l’Institut de chimie médicinale Dr. Barry Sherman; le Centre de recherche en sciences de la vie Jeanne et Joseph Nissim; et le domaine d’Emile Mimran.

Source: www.israel21c.org

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.