fbpx
A la mémoire de nos chers disparus - Cliquez ici
Accueil International L’Iran viole les sanctions avec l’aval d’Obama

L’Iran viole les sanctions avec l’aval d’Obama

28 vues
2

Israël déclare que l’Iran a violé le régime des sanctions au cours de l’achat d’avions.

 

En dépit du fait que les services de renseignements israéliens ont tiré la sonnette d’alarme auprès de l’Administration Obama, celle-ci a préféré fermer les yeux et renier ses engagements, plutôt que de contrarier les Ayatollahs. 

 

Un responsable israélien de haut-rang a envoyé une volée de bois vert, mardi, contre la politique des « yeux fermés » suivie par l’Administration Obama, aux Etats-Unis, à la suite de rapports sur l’achat par l’Iran de plusieurs avions civils de seconde main, en déclarant que cette acquisition viole les sanctions internationales et qu’elle s’est poursuivie, malgré un signalement en bonne et due forme d’Israël auprès de ses homologues américains. d.

Le Ministre iranien des transports,l’agence de presse des Etudiants iraniens a cité, le 11 mai, Abbas Akhoondi, qui disait que Téhéran a acheté 15 avions commerciaux au cours des trois derniers mois. Il n’a pas révélé qui les avait vendus ni comment on les avait acquis. 

Une interdiction de longue durée sur l’exportation de pièces détachées d’avions à l’Iran s’est assouplie au cours d’un accord intérimaire sur le nucléaire, entre Téhéran et les puissances mondiales, à la fin 2013,mais ce régime de sanctions continue de restreindre toute vente concernant l’aviation. 

« Israël a appris, de la part de ses sources de renseignements, l’existence de cette brèche significative dans les sanctions, avant qu’elle ne se réalise. », a confié à Reuters ce représentant israélien, s’exprimant sous condition d’anonymat. 

« Nous avons signalé le problème à l’Administration américaine », explique ce responsable. « Malheureusement, l’accord s’est poursuivi et concrétisé, et personne n’a tenté de l’empêcher ». 

A Washington, un responsable du Département d’Etat, parlant lui aussi sous condition d’anonymat, a déclaré que l’Administration Obama était au courant de ce rapport et « que s’il y a là une activité sanctionnable, nous prendrons des mesures ». 

Il a invoqué [de façon totalement dilatoire] que, bien que l’exportation à l’Iran de pièces détachées fabriquées aux Etats-Unis nécessaires aux opération de sécurisation des avions de ligne civils iraniens, soit interdite, avec une licence du Département du Trésor américain, la vente d’un avion tout entier, même d’origine américaine, n’était pas explicitement mentionnée!

Les responsables irainens, de leur côté, ont préféré ne pas commenter l’information [et rire sous cape]. 

Mais l’agence de presse iranienne d’Etat, l’IRNA a publié le 12 mai que Mahan Air Iran – qui fait partie de la liste noire de Washington – a récemment acquis neuf avions Airbus de ligne commerciale. airbus, qui est un Consortium européen, ne vent pas d’avions à l’Iran, et IRNA n’a pas voulu identifier qui est à l’origine de la fourniture de ces appareils. 

NEGOTIATIONS NUCLEAIRES

Les commentaires de ce responsable israélien semblent être une tentative de décrire le laxisme des Etats-Unis dans l’application des restriuctions économiques, telles qu’elles sont en vigueur à ce jour, même si l’Amérique fait semblant de promettre qu’elle les réimposera si l’Iran n’honore pas les termes de son accord nucléaire. 

Israël perçoit les Etats-Unis, son principal allié, comme le principal acteur occidental qui mène la danse, dans ces pourparlers et comme l’un des observateurs majeurs des sanctions internationales contre la République islamique. 

Des responsables en Israël, l’adversaire principal de l’Iran et perçu comme la seule puissance nucléaire existante au Moyen-Orient, déclarent qu’on peut pas faire confiance à Téhéran pour honorer un accord nucléaire. 

Ce responsable a affirmé que ces avions ont été vendus à une compagnie aérienne qui est sur la liste noire des Etats-Unis « du fait de son implication avec les Gardiens de la Révolution iranienne » et le mouvement terroriste du Hezbollah au Liban. Mais il n’a pas désigné cette compagnie. .

Le Financial Times de Londres a rapporté, la semaine dernière, que cet accord commercial illicite avait été réalisé grâce à une série complexe d’arrangements par des compagnies qui semblent avoir été abusées (à leur insu), à travers l’Europe. 

Etats-Unis, Grande-Bretagne, France, Russie, Chine et Allemagne sont au beau milieu des éngociations avec Téhéran, afin de finaliser un accord pour le 30 juin, qui assouplirait les sanctions, en l’échange des bonnes grâces de l’Iran de rester une puissance atomique « du seuil ». 

L’Iran continue de démentir les soupçons occidentaux,mais s’oppose à toute inspection de ses installations nucléaires, condition sine qua non du moindre accord. 

JERUSALEM | Par

(Reportage supplémentaire par Arshad Mohammed à Washington ; Edité par Mark Heinrich)

reuters.com

Adaptation : Marc Brzustowski

Comme il le démontre à travers ces impasses sur les trafics d’avionnique, Obama est, tout-à-fait prêt à fermer les yeux, chaque fois qu’un Etat-voyou franchit les lignes rouges, comme le démontre Bachar al Assad, qui devait renoncer aux armes chimiques.

2 Commentaires

  1. Ce qu ‘il y a de triste .. C’est que nos commentaires sont en bas de page après les pub, personne va venir ici (est-ce le but?)…
    Je ne pense pas que la rédaction aimerait voir ici des infos contrariant la ligne éditoriale évidente …
    ne pas avertir vos lecteurs de choses qui dévoileraient certains secrets de stratégie plus générale…
    Des contre-vérités se trouvent parfois présentes qui peuvent dramatiquement générer d,autres drames…
    – L’attitude face à l’iran ,
    – le suivisme avec les usa…
    merci.
    O.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.