L’Intelligence Artificielle peut dérouter les missiles ennemis

7
2710

Un ancien agent du gouvernement discute de l’utilisation de l’Intelligence Artificielle pour combattre les roquettes du Hezbollah, cibler les terroristes, relever les cyber-défis russo-chinois et d’Iran.

A man holds a laptop computer as cyber code is projected on him

Un homme tient un ordinateur portable alors que le cyber-code lui est projeté. (crédit photo: KACPER PEMPEL / REUTERS)

Amit Meltzer est, non seulement, un ancien responsable de la technologie pour un organisme central du gouvernement israélien et un consultant de premier plan en matière de cybersécurité, mais il est également un maître stratège.

En discutant des applications de la puissance du gouvernement israélien en matière d’intelligence artificielle dans la lutte contre toute une série de problèmes de sécurité nationale en marge d’une conférence intitulée Basis Technology à Tel-Aviv, il est apparu que ses réponses à la plupart des questions s’étaient approfondies très au-delà de son domaine habituel d’expertise.

Meltzer a des idées inédites sur l’utilisation de l’intelligence artificielle de manière opérationnelle contre les roquettes du Hezbollah, pour cibler les terroristes, faire concurrence aux cyber-pirates informatiques chinois et russes et aller au-delà de l’intelligence artificielle en ce qui concerne le programme d’armes nucléaires de l’Iran.

On a fait remarquer à Meltzer que le Jerusalem Post a signalé en juin 2015 que l’ancien chef « de la NSA israéliennne », le Gén. de Brigade (de Réserve) Pinchas Buchris avait déclaré qu’Israël peut pirater les roquettes informatisées du Hezbollah. On lui a, alors, demandé ce qu’il y a de nouveau que l’IA peut apporter sur la table de discussions.

Meltzer a déclaré qu’il est important de comprendre qu’il est possible que plusieurs technologies soient en jeu et que le Hezbollah essaye de compenser les capacités israéliennes de piratage en utilisant des technologies moins piratables.

Dans de nombreux cas, “il est facile” de pirater des systèmes numériques et, avec le GPS, “il suffit de bloquer le signal”.

Cependant, il a déclaré qu’il existe des systèmes de navigation par inertie qui utilisent une variété de systèmes de déplacement, biométriques et d’autres capteurs capables de calculer à l’avance une trajectoire de vol vers une cible qui est beaucoup plus difficile à perturber ou à pirater.

En outre, a-t-il ajouté, les adversaires des Israéliens ont eux-mêmes appris à bloquer les signaux GPS, ce qui aurait conduit l’armée israélienne à «perdre la capacité de cibler avec précision» en utilisant uniquement cet outil.

Tandis que Meltzer clarifie cette course aux armements avec le Hezbollah, à quel moment intervient l’Intelligence Artificielle?

C’est ici que les idées de Meltzer deviennent particulièrement pénétrantes.

Selon lui, l’Intelligence Artificielle peut collecter d’énormes quantités de données sur le moment et l’emplacement des équipages lanceurs de roquettes du Hezbollah, avant et pendant les préparatifs de tir, afin de les cibler avant le lancement de leurs roquettes.

Les indicateurs d’intelligence artificielle sont si puissants, a-t-il dit, qu’ils déterminent parfois où une cellule de roquettes se dirigera avant qu’elle n’arrive sur zone

De plus, a-t-il ajouté, ils pourraient probablement demander à “l’outil” de ciblage de Tsahal (avion ou, selon des sources étrangères, des drones) d’attendre l’arrivée de la cellule ou même prendre le temps de frapper une autre cible en premier, sachant que la cellule de lancement de la roquette ne peut pas se fixer ni tirer pendant quelques minutes.

L’Intelligence Artificielle pourrait peut-être évaluer les cellules et leurs armes qui tirent plusieurs fois, en fonction de leur probabilité de toucher une cible israélienne réelle. Cela fonctionnerait sensiblement de la même manière que le fait le Dôme de fer, qui peut évaluer le niveau de danger des roquettes une fois qu’elles sont lancées en fonction de leur trajectoire.

Comment?

Aussi bien, en temps de paix, mais surtout si un conflit commence, a t-il déclaré, en soulignant que les services de renseignement israéliens surveillent en permanence les équipes de lanceurs de roquettes du Hezbollah et les emplacements connus ou présumés de départ de roquettes.

L’Intelligence Artificielle peut analyser les données de surveillance et la géographie pour calculer et comparer le temps que prendront différentes équipes à partir du moment où elles commencent à déterrer leurs roquettes enfouies jusqu’au moment où elles sont prêtes à les renvoyer, a déclaré Meltzer.

Certaines cellules peuvent avoir besoin de se déplacer sur de courtes distances, alors que d’autres peuvent avoir à parcourir un kilomètre.

Dans certains cas, a-t-il ajouté, l’Intelligence Artificielle peut également identifier une fenêtre opérationnelle permettant de déployer des parachutistes afin de faire face à une menace du Hezbollah pour laquelle des frappes aériennes pourraient s’avérer insuffisantes.

Il a déclaré qu’avant l’IA, il manquait parfois de capacité à identifier telles fenêtres ou qu’on faisait preuve de temps d’hésitations opérationnelles injustifiées à cause d’informations trop imprécises.

Tout cela peut également être crucial, a-t-il noté, pour cibler les cellules de roquettes du Hezbollah en un point relativement éloigné du lieu civil où les roquettes sont souvent cachées, afin de réduire le nombre de victimes civiles collatérales.

Ce dernier point ne s’applique pas uniquement au Hezbollah, mais à tout ciblage de terroristes qui utilisent des boucliers humains.

Par exemple, Meltzer a déclaré que, contrairement à l’Arabie saoudite, au Pakistan et à d’autres pays, Israël a une «faiblesse», et c’est qu’il veut être éthique. Il a ajouté que le Hamas avait exploité cela en cachant une grande partie de son leadership sous l’hôpital Shifa à Gaza, à plusieurs reprises au cours de la dernière décennie.

L’Intelligence Artificielle peut aider à calculer quand et où un terroriste sera seul avec un taux de précision auquel les renseignements passés n’ont presque jamais pu s’approcher.

Passant aux cyber-défis posés par la Russie et la Chine, à la suite de nombreuses informations faisant état de cyber-puissances qui utilisent leurs outils contre Israël, M. Melzer a déclaré que le problème n’était “pas un jeu à somme nulle”.

En continuant, il a déclaré qu’il y avait “une grande différence entre la collecte de renseignements par les Chinois et les Russes “lorsqu’ils utilisent des cyber-outils en direction d’Israël.

Concernant la Russie, il a indiqué quelle «travaillait de manière stratégique avec les pays de la région» et qu’elle pourrait transmettre les renseignements obtenus au régime Assad en Syrie.

“Les Russes ont un motif intégré” qui peut conduire la Russie à “nous porter préjudice sur le plan opérationnel”, mais en termes de représailles, il a déclaré que “nous ne voulons pas non plus de conflit avec la Russie”.

En revanche, il a déclaré que «les Chinois n’ont aucun intérêt contre Israël. Ils ne font que collecter des informations sur le monde entier », parce que cela est dans leur mode de fonctionnement. Il a ajouté que cela signifiait que “les chances qu’ils donneraient cette information aux adversaires” d’Israël seraient “beaucoup plus faibles que chez les Russes”.

Meltzer a ensuite évoqué des informations selon lesquelles le gouvernement américain interdirait l’utilisation des téléphones portables chinois et certaines autres technologies chinoises, à cause de préoccupations d’espionnage, tandis qu’Israël plonge plus profondément dans l’importation de plusieurs des mêmes technologies chinoises.

Pourquoi les États-Unis agissent-ils de manière défensive alors qu’Israël ne le fait pas?

Selon Meltzer, l’interdiction imposée par les États-Unis est principalement pour des raisons de politique-spectacle, puisque les usines chinoises produisent depuis des années des puces et des éléments de la technologie à large bande pour des appareils du monde entier.

Son point de vue est que ces éléments de la technologie chinoise sont si profondément enracinés dans la plupart des infrastructures technologiques du monde, y compris aux États-Unis, qu’il est pratiquement impossible de s’en libérer, même à moyen terme.

En réalité, l’interdiction par les États-Unis fait partie de la guerre commerciale plus large d’influence entre les États-Unis et la Chine, qui nuit à la fois aux intérêts d’Israël et à laquelle Israël n’a aucun intérêt.

Cela signifie également que la Chine n’a pas besoin de pirater des systèmes, de la même manière que ne le fait la Russie. Au contraire, elle bénéficie d’un avantage intrinsèque d’accès de porte dérobée grâce à sa technologie utilisée dans le monde entier.

En revanche, il a déclaré que la Russie devait employer des tactiques plus classiques d’espionnage et de cyberoffensive pour collecter des informations sur les pays étrangers.

Meltzer n’est pas particulièrement optimiste quant à la capacité d’Israël à utiliser l’IA pour se défendre contre les cyber-puissances chinoises ou russes, mais il n’est pas préoccupé par l’impact de la Chine. Même avec la Russie, il estime que la Russie agirait de manière conservatrice afin de ne pas enflammer le conflit israélo-syrien.

Il a ajouté que le transfert par la Russie de son système anti-aérien S-300 en Syrie pourrait servir de déclaration purement diplomatique. Mais il a laissé entendre que la Russie voudrait éviter l’embarras qui pourrait se produire si Israël devait cibler les systèmes S-300.

En ce qui concerne le programme nucléaire iranien, Meltzer n’est pas optimiste quant à l’impact à long terme de l’armement cybernétique israélien ou de l’IA, malgré les succès passés, selon des informations étrangères, sur l’utilisation du virus Stuxnet pour retarder le programme.

“C’est une stratégie de retardement … mais vous ne pouvez pas les arrêter complètement avec des virus”, a-t-il déclaré.

Il a déclaré que la cybernétique et l’IA pourraient être entremêlés pour d’autres formes de renseignements technologiques et humains, afin de localiser des installations, y compris des installations avec de grandes empreintes d’uranium.

Mais surtout, a-t-il dit, à moins de recourir à la force militaire, seule une forme de diplomatie «comme Trump essaie de faire avec la Corée du Nord en utilisant à la fois des carottes et des bâtons» peut résoudre le problème.

Passant maintenant aux technologies de l’Intelligence Artificielle et de base, destinées à extraire l’intelligence de textes multilingues, il a déclaré que «l’analyse de texte… est sous-utilisée pour le secteur civil».

Il a ajouté que l’IA et d’autres nouveaux outils technologiques pourraient être utilisés pour cartographier les données génétiques et adapter les traitements et les plans de traitement à des patients spécifiques, afin qu’un plus grand nombre de patients puissent recevoir des traitements complexes à des coûts réduits.

Meltzer a expliqué qu’en vertu du système actuel, les visites régulières chez le médecin pour effectuer des examens génériques impliquaient des coûts énormes, dont beaucoup pourraient ne pas être nécessaires ou qu’un patient pourrait administrer à domicile, compte tenu des avantages de l’IA.

Globalement, Meltzer décrit que les principaux avantages de l’Intelligence Artificielle ne relèvent pas de son premier niveau de rapidité accrue dans l’exécution de tâches, mais de la manière dont elle peut être utilisée de manière créative par le biais d’une planification opérationnelle et d’un ordre supérieur de second niveau.

PAR YONAH JEREMY BOB
 20 DÉCEMBRE 2018 21:25

7 COMMENTS

  1. il est démontrer que nul personnes , nul pays quelques soit ça façon d’espionner ISRAËL ne pourras arriver à le faire ! et ISRAËL arrivera toujours à battre jusqu’à la VICTOIRE TOTAL sur tous ceux qui lui veulent du mal !

    • A défaut d’intelligence naturelle, vous préférez marmonner des prières que de faire appel à l’intelligence artificielle.

      • Depuis la nuit des temps, le Juif (Yehudi) est celui qui adresse des louanges à D.ieu en guise de gratitude pour la perfection de sa création. C’est en chantant le QUantique de la physique des Quantiques, se balançant dans une autre dimension qu’il y a croisé l’Intelligence avec un grand I pour y mettre les points dessus. Et elle n’était pas si “artificielle” que cela. Celle dont manque visiblement l’individu ci-dessus au pseudo innommable.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.