Netanyahu: nous approuverons les plans d’action à Rafah et ce sont les concessions attendues par Israël dans qui prélaveront dans l’accord.

Le Hamas est maintenant aux abois. Le Qatar et le Hezbollah, font pression pour que Sinwar relâche des otages. Mais sa vie dépend des personnes qu’il détient, il ne peut les relâcher toutes. Mais il peut continuer à survivre en maintenant un certain nombre comme boucliers humains. En attendant il n’est plus le maître du jeu, pour une raison simple : Israël mènera une guerre sans merci et cherche une victoire par KO quel que soit le prix. Depuis sa naissance les Etats-Unis ont toujours voulu éviter ce scénario et cela depuis la campagne de Suez, où la victoire militaire s’était transformée en défaite politique. Maintenant Israël exige.

Israël, exige que les femmes soldats kidnappées soient libérées dans un premier temps, mais convient qu’en ce qui concerne les malades et les personnes âgées, le nombre de prisonniers à libérer sera plus important que dans l’accord précédent et pourrait également permettre le retour de prisonniers. Des femmes et des enfants seront autorisés à retourner vers le nord de Gaza.

Netanyahou après le sommet de Paris a déclaré : « Seule une combinaison de pression militaire et de négociations fermes conduira à la libération de nos otages. » Le Cabinet de guerre devrait autoriser le chef du Mossad à promouvoir les négociations.

Après les rapports d’optimisme prudent, le Cabinet de Guerre se réunira ce soir (samedi) pour une discussion téléphonique au cours de laquelle il recevra une mise à jour sur les principes du schéma de négociation de l’accord sur les otages, convenus lors du deuxième sommet de Paris. Ce soir, dans la première référence aux progrès vers un accord, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a déclaré que « nous travaillons à obtenir un autre plan pour la libération de nos otages, ainsi que l’achèvement de l’élimination des bataillons du Hamas à Rafah. C’est pourquoi j’ai envoyé une délégation à Paris et nous discuterons ce soir des prochaines étapes des négociations. »

Netanyahu a continué à souligner qu’Israël avait l’intention d’opérer à Rafah, où se trouvent plus d’un million de Gazaouis – environ la moitié de la population de la bande de Gaza – et a déclaré : « Au début de la semaine, je convoquerai le cabinet pour approuver l’opération et les plans d’actions à Rafah, y compris l’évacuation de la population civile de la ville. Seule une combinaison de pression militaire et de négociations fermes conduira à la libération de nos otages, à l’élimination du Hamas et à la réalisation de tous les objectifs de la guerre. « 

Le gouvernement autorisera probablement le chef du Mossad, David Barnea, à promouvoir les contacts avec les médiateurs, et il devrait se rendre à l’étranger pour rencontrer les médiateurs dans les prochains jours. On ne sait pas encore où auront lieu les prochaines réunions.

Selon le plan convenu, Israël et le Hamas négocieront un accord pour la libération des otages et un cessez-le-feu. Selon les informations, la première phase de l’accord est humanitaire, c’est-à-dire la libération de 35 à 40 enfants, femmes, adultes (plus de 60 ans) et patients (y compris de jeunes patients) captifs à Gaza. Israël fait pression pour ajouter des femmes soldats au plan humanitaire. 

En échange de la libération d’Israël, elle acceptera un cessez-le-feu de plusieurs semaines sans s’engager à mettre fin à la guerre. Les médiateurs visent à profiter du cessez-le-feu pour mener des négociations en vue d’un accord plus large qui poursuivrait le cessez-le-feu actuel et qui serait mis en œuvre en même temps immédiatement après celui-ci. L’accord précédent commençait également par la libération de 50 otages et se terminait par la libération de plus de 100. 

L’ambition des négociateurs est de finaliser tous les détails dans les deux prochaines semaines afin que l’accord puisse être lancé avant même le Ramadan, qui débute cette année le 10 mars. 

Au cours des négociations, les parties discuteront des termes de l’accord et de ses détails, y compris les conditions de la libération des prisonniers. Israël insiste pour que la condition de la libération des enfants et des femmes soit celle de l’accord précédent, à savoir trois prisonniers pour un otage – mais convient que pour les hommes âgés et malades, la condition changera en ce qui concerne le nombre de prisonniers. Selon les estimations, quelques centaines de terroristes seront libérés au total – mais moins que ce que le Hamas avait annoncé il y a près d’un mois.

Au cours des négociations, les lignes de retrait de Tsahal seront également discutées, car il y a une demande de permettre le retour des civils du sud vers le nord de la bande de Gaza. Israël devrait faire preuve de flexibilité ici et le retour des femmes et des enfants vers le nord de la bande de Gaza pourrait être autorisé. Comme dans le premier accord, le Hamas exige qu’Israël s’abstienne d’utiliser des drones et des avions dans le ciel de la bande de Gaza pendant le cessez-le-feu.

JForum.fr

La rédaction de JForum, retirera d'office tout commentaire antisémite, raciste, diffamatoire ou injurieux, ou qui contrevient à la morale juive.

S’abonner
Notification pour
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

1 Commentaire
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Damran

Bibi doit tenir bon face aux putschistes qui veulent le destituer pour installer un gouvernement de béni oui-oui prêt à accepter toutes les concessions du monde contre une place dans un gouvernement qui mènera Israël à sa fin.
Il faudra laisser le Qatar-Hamas-Terroristes continuer à exiger des chimères irréalistes, et gagner du temps pour finir le travail à Gaza et Rafah.
Et tant pis pour les putschistes, Biden et le Qatar-Hamas….