L’histoire juive d’Hébron est sanglante : l’accepte t-on?

5
1221

L’histoire juive d’Hébron est sanglante – et les sionistes doivent encore apprendre à l’accepter

 

JERUSALEM ( JTA ) – Le 4 septembre, Israël a commémoré le 90e anniversaire du massacre de Hébron en 1929, au cours duquel des résidents arabes ont massacré leurs voisins juifs, entraînant un exode juif hors de la ville pendant un demi-siècle.

Depuis lors, Hébron est devenu un champ de bataille, à la fois littéralement et dans le cadre du narratif sioniste. Divisée entre des zones hautement gardées sous contrôle israélien et les autres sous contrôle palestinien, la ville hautement disputée de Judée-Samarie/Cisjordanie abrite environ 215 000 Palestiniens et quelques Juifs.

La ville, où Abraham et Sarah, Isaac et Rebecca, et Jacob et Léa sont présumés être enterrés, est au cœur du judaïsme, juste derrière Jérusalem. Hébron est également une destination de choix pour ceux qui souhaitent montrer du doigt les maux de l’occupation israélienne.

En 1994, un médecin local appelé Baruch Goldstein a commis le pire attentat terroriste juif de l’histoire israélienne moderne? en tirant sur des fidèles musulmans dans la grotte des patriarches, faisant 29 morts. En 2016, un soldat âgé de 20 ans, Elor Azaria , a tué un terroriste déjà neutralisé, en attirant l’attention de la communauté internationale et en scénarisant un drame national sur Hébron.

Il n’est donc pas surprenant que Hébron soit au centre d’efforts considérables en matière de relations publiques anti-israéliennes. Comme l’a rapporté l’Institut des stratégies sionistes l’année dernière, 27% des témoignages du groupe contre l’occupation Breaking the Silence se concentrent uniquement sur cette ville, loin devant toute autre ville ou même région de Cisjordanie ou de Gaza. Breaking the Silence se base sur des rapports concoctés à Hébron pour tirer des généralités abusives sur le conflit.

«Hébron est un microcosme du mécanisme de contrôle militaire dans toute la Cisjordanie», lit-on dans un témoignage.

Mais dépeindre le conflit tout entier sous ces seuls traits nous fait passer à côté de l’histoire plus approfondie. Car Hébron a beaucoup à dire sur le patrimoine, l’histoire et les droits juifs.

Dans l’ensemble, les groupes sionistes et pro-israéliens redoutent d’évoquer Hébron et s’en détournent. Malheureusement, cela laisse le soin à des groupes tels que Breaking the Silence de réécrire intégralement toute l’histoire, qui prétendent ensuite représenter la perspective israélienne .

Les Juifs ont vécu autour de la grotte des patriarches à Hébron pendant la majeure partie de l’histoire juive. À l’époque des temps modernes, dès 1807, le chef de la communauté séfarade, le rabbin Haim Bajaio, réalisa les premiers achats significatifs de terres par les Juifs sous domination ottomane. . Probablement sous l’influence des changements radicaux de la situation géopolitique provoqués par les guerres napoléoniennes, il le fit avec le soutien financier de communautés éparpillées autour de la Méditerranée et comme façon de ramener les Juifs dans leur patrie ancestrale.

L’histoire d’Hébron nous rappelle également pourquoi un État d’Israël fort et indépendant est indispensable à la survie des Juifs. Il y a 90 ans, 67 Juifs ont été assassinés en un seul jour. Les émeutiers ont pillé et tué des familles sans faire de distinction entre les résidents de longue date et les nouveaux arrivants, qu’ils soient sionistes ou leurs opposants religieux.

Les émeutes de 1929 ont été d’une intensité exceptionnelle et ont marqué un tournant dans les relations modernes entre Juifs et Arabes. Mais tout au long du règne islamique sur la ville, les Juifs ont souffert de diverses formes de discrimination et, notoirement, il leur a été interdit d’entrer dans le bâtiment de la Grotte des Patriarches ou même d’aller au-delà de la septième marche qui y mène.

La haine n’a fait que s’étendre et se propager depuis les émeutes. L’incitation est bien vivante dans l’ensemble de l’Autorité palestinienne, et elle se conjugue désormais avec la négation de l’histoire et de toute relation des Juifs avec la région.

Aujourd’hui, Hébron et ses villages environnants constituent un bastion du Hamas qui répand la violence contre les Juifs dans toute la Judée-Samarie. La violence s’est poursuivie au cours des quatre décennies qui se sont écoulées depuis la réinstallation de la communauté juive dans et autour de la ville. Le maire actuel, Tayseer Abu Sneineh, figure lui-même parmi les meurtriers de six Juifs (dont deux Américains et un Canadien) lors d’une fusillade en 1980 – détail biographique qu’il a effacé lors de sa campagne électorale de 2017.

La présence juive à Hébron se justifie bien plus que dans presque n’importe quel autre endroit du monde. Mais dans les circonstances actuelles, cette présence ne peut être assurée que par l’armée israélienne – l’armée est tout ce qui préserve 1 000 Juifs d’un chaos total. C’est un prix lourd à payer en termes de liberté de circulation pour tout le monde dans la zone sous contrôle israélien. Mais c’est une conséquence, et non la cause, du refus arabe d’admettre la présence de cette minuscule minorité juive dans la ville.

Quatre-vingt pour cent d’Hébron est entièrement sous contrôle palestinien et vide de toute présence juive.

Le malaise ressenti par les sionistes libéraux à propos de la situation à Hébron est légitime. Mais en éprouver de la honte est hors de propos : Hébron nous raconte une histoire complexe et loin d’être parfaite, mais c’est une partie vitale de l’histoire juive de laquelle nous ne devons pas nous détourner.

est responsable de projets à l’Institute for Sionist Strategies. Il habite à Jérusalem.

5 COMMENTS

  1. Est-ce un hasard si ceux qui ont amputé Israël de ses lieux les plus saints étaient “Travaillistes/Laïcs” qui ne connaissaient pas le monde musulman de l’intérieur, et qui n’avaient jamais vécu dans sa proche intimité ?
    Un peuple inventé il y a quelques décennies s’est retrouvé maitre des lieux les plus saints du judaïsme dans lesquels les Juifs n’ont aucun droit, où la violence meurtrière fait rage, là où des émeutes sanglantes ont lieu régulièrement, sans parler de la réécriture de l’histoire juive à la sauce coranique la plus hallucinante.
    Personne ne croira que les dirigeants israéliens responsables de ces énormités n’étaient pas au courant de l’importance des Lieux Saints pour le peuple juif qui avait retrouvé après la Guerre des Six Jours, des lieux qui lui avaient été interdits durant des siècles, par des musulmans qui se contrefichaient de ces endroits qu’ils avaient laissé à l’abandon, lorsqu’ils n’étaient pas transformés en latrines ou autres dépotoirs.
    Comment expliquer pareils aveuglements commis par des dirigeants israéliens qui distribuaient des morceaux de notre histoire à des barbares qui ne comprenaient même pas ces générosités innatendues ??
    Dans son livre, Shlomo Ben Ami, négociateur à Camp David, rapporte qu’un soir, il avait entendu Erakat déclarer que le Temple de Jérusalem n’avait jamais existé. Drôles de perspectives de paix.
    Le principe d’échange de territoires contre la paix, est le plus grand fiasco de l’histoire d’Israël.
    Nous souffrons énormément de ne pas pouvoir, chez nous, sur notre terre, circuler librement, nous recueillir, prier dans les lieux les plus saints de notre histoire, comme le font les musulmans et les chrétiens qui ont des droits supérieurs aux nôtres, en Israël.
    La propagande et la réécriture de l’histoire ont pris la main sur la réalité, et il semble impossible actuellement, de renverser cette tendance, et nous voir profiter de nos Lieux Saints, en toute liberté …..

    • Cher Damran, je vous félicite d’avoir pris le temps nécessaire pour rédiger votre commentaire avec la clarté et la précision qui s’imposaient.
      L’attentat regrettable perpétré par Baruch Goldstein en 1994 tuant 29 Musulmans qui priaient dans le caveau des patriarches n’est pas une raison pour priver définitivement les Israéliens qui souhaitent y avoir accès pour, entre autres, commémorer le massacre, en 1929, de 29 résidents juifs au cours d’une émeute sauvage organisée par la population musulmane.

  2. Au nom du Dieu Vivant !…
    Le mouvement sioniste depuis sa création a entendu revenir à Sion au non de droits historiques.!
    Exit même le Nom de Dieu dans la Hatikvah, l’hymne national de l’Etat Juif !
    C’ eût été d’évoquer le simple droit divin, inscrit en clair dans la Torah, les Évangiles et le Coran !
    Nous etions dans les soubresauts de la décolonisation, perception vague à l’époque de Hetzl, mais quelque chose bougeait.
    Malheureusement, les Juifs endoloris par les siècles de ségrégation et spoliations diverses et variées n’ont produit, à l’époque (de la révolution bolchevique) , que des libérateurs dont les mouvements étaient désespérément laïques.
    Les religieux attendaient bien sagement qu’un Temple veuille atterrir à son Endroit, respectant, trop, l’interdit de remonter en Terre Dévolue “en colonnes”.
    Depuis, une autre perception s’est enfin installée. C’est la droite, (celle dont le roi David menace qu’elle se paralyse, si on oublie Jérusalem _le culte et le Temple) cette droite, donc, qui a relevé le gant du Retour.
    Il ne fait aucun doute que nous vivons des moments dramatiques, certes, mais non tragiques !
    Si nous en sommes là, forts, fiers et crains, c’est bien que Dieu, le Seigneur des Armées, et des Esprits, ne nous a certes pas retiré Son soutien, malgré nos turpitudes, nos maladresses et nos manquements,( pour être sobres) …
    Les Juifs d’Ysraël sont croyants, fils de croyants.
    Dieu S’est clairement “souvenu” de nous.
    Que nous nous souvenons de Lui, et Il saura ramollir cette nuque obstinée, et nous ramener à Lui, par les BONS choix..!
    Shabbath Shalom lé cool Am.

    • Pour revenir à la sacralité de ‘Hevron, en quoi regarde-t-elle le monde musulman ? Y pratiquent ils les lois de l’ année shabbatique ? celle des premices, la Orla, la dime? Le saint shabbath, ou les fêtes triples ? Y ont-ils des Kohen ? Le Caveau où sont enterrés les Patriarches et Matriarches (spécifiquement les Pères Fondateurs du Monothéisme hebraique) a ete acheté en monnaie courante, expressément, par Avraham. Gen 23.
      La ville a connu diverses occupations dans l ‘Histoire.
      D’ après le “droit” de la guerre, elle appartient au Vainqueur.
      Ce droit est reconnu pour toutes les Nations, sur toute la Planète. Sauf nous ?

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.