L’histoire des Juifs d’Afrique du Nord bientôt enseignée

8
691

L’histoire des Juifs d’Algérie sera enseignée dans les écoles d’Israël

Le nouveau ministre de l’Éducation d’Israël, Rafi Peretz, a annoncé que le programme d’histoire obligatoire pour la classe de terminale va désormais inclure le sort des Juifs d’Algérie, du Maroc et de la Tunisie, a révélé lundi 19 août l’agence de presse internationale de la communauté juive, Jewish Telegraphic Agency.

Le ministre de l’éducation de l’État israélien a informé que l’étude de la Shoah va désormais inclure « la persécution des Juifs d’Afrique du Nord » dans son programme d’histoire obligatoire pour la classe de terminale.

L’histoire sera étudiée en 12e année et fera partie de l’examen national de baccalauréat, a précisé notre source.

« Pendant des années, l’histoire des juifs vivant dans les pays musulmans sous l’occupation nazie a été absente de notre discours », a déclaré le rabbin Peretz dans un communiqué, évoquant « les histoires douloureuses de milliers de juifs qui ont été envoyés dans des camps de concentration et forcés à participer aux marches de la mort ».

Le média de la communauté juive rappelle que l’étude de la Shoah a été supprimée quatre ans dans le cadre du programme d’études obligatoire de l’ancien ministre de l’Éducation Shai Piron, bien que les enseignants aient été autorisés à faire de l’Holocauste un projet de recherche.

Un demi-million de juifs d’Afrique du Nord persécutés

Pendant la Seconde Guerre mondiale et après la mise en place du régime de Vichy en France, une législation antisémite a été imposée aux 415 000 Juifs de l’Algérie, du Maroc et de la Tunisie.

En février 2018, le gouvernement allemand a accepté de verser des indemnités à prés de 25’000 juifs algériens, selon la « Jewish Claims Conference », organisation chargée de faire valoir les droits des juifs victimes de la répression nazie pendant la Seconde Guerre mondiale.

L’organisation juive a fait savoir que des indemnisations d’une valeur de 2556 euros seront versées à chacune des 25’000 personnes concernées ou à leurs descendants pour les personnes décédées.

Selon Jewish Claims Conference, les personnes concernées par ces indemnisations ont toutes vécu en Algérie entre juillet 1940 et novembre 1942, et ont toutes été victimes de la répression du gouvernement français de Vichy, collaborant avec l’Allemagne nazie pendant la Deuxième Guerre mondiale, a indiqué la « Jewish Claim Conference ».

Source: www.observalgerie.com

8 COMMENTS

  1. La meilleure époque pour les Juifs de Tunisie fut sous le protectorat .

    Le Bey de Tunis régnait et la France gouvernait .

    La France partie , les Juifs comme avant 1881 subissaient des mesures discrimanatoires .

    Juifs et arabes n’étaient plus à ” égalité ” .

    D’ailleurs les premiers départs eurent lieu aprés l’indépendance en 1956 pour s’achever aprés la guerre des 6 jours .

    Il y avait 180 000 Juifs en Tunisie , il en reste en tout 1500 dont plus de la moitié à Djerba .

    PS : N’oublions pas qu’avant le protectorat les Juifs de Tunis vivaient dans un ghetto appelé ” Hara ” et

    portaient des vêtements spéciaux . Les allemands n’ont rien inventé avec l’étoile jaune .

    Dire que Juifs et arabes ” s’entendaient à merveille ” comme certains nous bassinent n’est qu’une légende .

  2. Une scéne qui s’est passée sur la plage de Kheireddine pendant les événements de Bizerte :

    A cette époque il ne fallait pas rigoler : couvre feu , surboums interdites etc… etc… Sinon on passait pour des ennemis des arabes qui avaient perdu des centaines de morts à Bizerte . Le pays était en deuil .

    Des contrôles d’identité furent effectués sur toutes les plages fréquentées par les Juifs…. de La Goulette jusqu’à La Marsa .

    Et voilà qu’un policier qui passait au bord de la mer arrêta l’un de nos amis en exigeant sur le champ sa piéce d’identité .

    Le malheureux était en maillot de bain et sortait de l’eau pour se diriger vers son parasol .
    Il expliqua au policier que sa C.I se trouvait à son domicile à deux pas de la plage .

    Aprés un aller et retour qui a duré quelques minutes il présente sa piéce d’identité .

    Il se trouve qu’il affichait un sourire sur la photo . Furieux le policier lui dit textuellement : ” C’est le moment de rigoler ” et le conduit au commissariat .

    Il le présente au commissariat avec le ” document du crime ” avec ces mots : ” Monsieur rigole pendant qu’on se fait tuer à Bizerte ”

    Et la victime de répondre : ” Monsieur le commissaire cette photo a été prise chez ” Guyse ” au Colisée bien avant les événements .

    Le commissaire fou furieux se léve et gifle le policier le traitant de tous les noms d’oiseaux et libérat notre ami .

    La réalité dépasse la fiction .

  3. Juifs de Tunisie .
    Tout à fait d’accord avec BENY .

    Les plus pauvres quittèrent la Tunisie pour la Palestine avant et aprés 48 .

    Aprés l’indépendance les Juifs pour la plupart petits commerçants ou professions libérales furent victimes de tracasseries administratives .

    Un exemple parmi tant d’autres :

    Aprés 56 les avocats étaient obligé de plaider en arabe et utiliser des interprètes pour tout document officiel.
    Cela avait un coût et ils se trouvaient en position d’infériorité face aux juges car il fallait se familiariser avec des tas de mots techniques .

    Certes nous étions tunisiens mais en tant que juifs nous n’avons pas hésité une seconde à choisir la liberté en traversant la méditerranée car on commençait à étouffer ( y compris physiquement ) .

    Une décision qui avait choqué toute notre communauté fut la transformation du cimetière Juif de l’avenue de Londres en jardin public .
    Je m”en souviens encore une affiche fut collée au mur de la grande synagogue nous interdisant d’y mettre les pieds .

    Apprendre aux générations futures l’histoire des Juifs d’AFN est une excellente décision car nous faisons parti du puzzle de notre Peuple .

  4. Petite rectification, les Juifs de Tunis sont partis souvent avant 1960.
    De crainte des émeutes de l’indépendance, nous avons quitté Tunis en 1954.
    Etant Français nous n’étions pas considérés comme réfugiés, alors que l’étions bel et bien !
    Les années ont passées et nous voilà en Israël après une escale en France de quelques décennies.

  5. Dès le début des années 60 les Juifs ont quitté Tunis. La chasse aux sorcières dès 1961, sinon avant! À la fin de la 2ème Guerre mondiale, ce n’était pas mieux avec les Français….. La Tunisie était sous protectorat français!
    Un livre!?

    PS: Ne pas oublier qu’en 1942/43 – in extremis – les allemands préparaient les chambres à gaz à Hammam Lif!

  6. Les juifs de Tunisie , des classes moyennes , commerçants, cadres des banques et organismes financiers et administratifs ont été utilises par Bourguiba comme classe sociale devant assurer la transition entre l’administration française et les nouveaux gestionnaires du pays. pendant deux décennies après , et cela est passé sots silence , la reconnaissance des autorités n’est pas au rendez vous .

    En échange , le Gouvernement a dissout Le Tribunal Rabbinique, la Communaute et ses cadres dont Maitre Charles Haddad était le président et l’a remplacé unilatéralement par décret par ” Un comité “fantôme” appelé à dessein “Comité de Gestion Providoire du Culte Israélite ” …. provisoire….! Vous entendez ?

    Aucun Juif Tunisian ( ou Pas) ne pouvait sortir du pays plus de 500 dinars par an et par personnne (180 €) et quittrrr le territoire avec ses meubles et ou objets personnels ou émigrer en Israel.

    Les biens immobiliers liquides été absndonnnes ou liqides au dixième de leurs valeurs , expropriés , et les comptee bancaires quasiment gelés ou utilisables uniquement en Tunisie avec obligation par leur détenteurs d’être physiquement présents dans le pays .

    Le Joint Comité Américain ont aidé les familles discrètement à quitter le territoire ( H.I.A.S)

    La plupart après la crise de Bizerte en 1961 et enfin apres les incendies des commerces juifs , des Sifte Tora et de la Grande Synagogue de Tunis le 5 juin 1967, se sont carrément enfuis en masse .

    L’ assasinat du Grand Rsv Masliah Mazouz ( Kisse Rahamim הי ינקום דמו)en 1973 en plein Tunis a accéléré encore ce phénomène d’exode et d’exil.

    • Dès l’indépendance de la Tunisie en 56, Bourguiba a fait sa loi: Plus de Casinos ni à Tunis ni au Belvédère… réquisitionnés… Fermeture des la Grande Synagogue, Grande Cathédrale, Théatre, etc etc… Aujourd’hui le souk a empiété sur L Porte de France, l’Avenue de Lavigerie, Rue de Rome, Avenue Jules Ferry! Tunis, le beau Tunis, n’existe plus! Ne me demandez pas la tournure des noms en arabe… 🙂
      L’Afrique du Nord est colonisé par les plus grands colonisateurs de tous les temps,: “les Arabes musulmans” et ce, depuis le VIIe Siècle! La “Kahena” (Reine berbère) après avoir lutté contre eux a fini égorgée et décapitée!

  7. Comment ne pas être d’accord avec cette proposition qui a mis du temps à se réaliser ?
    Les Juifs Marocains ont été discriminés et le sont encore aujourd’hui.
    Ces frères et sœurs qui se rendaient en Israël étaient les plus pauvres parmi les pauvres, les plus démunis qui soient, plusieurs d’entre eux n’avaient pas l’électricité chez eux, Israël était le rêve de leur vie.
    J’ai toujours les larmes aux yeux lorsque je vois des frères et sœurs d’origine marocaine, vivant à Sdérot ou à proximité des dégénérés pathologiques de Gaza, répondre avec dignité aux interviewers qu’ils se sont habitués à vivre dans la crainte de recevoir un missile sur leur maison.
    Aux familles Abitbol, Bentolila, Oziel, Dery, Malka, Ouaknine, Toledano, Marciano, Bohbot, Benchimol, Berdugo et à tous les autres, je voudrai leur dire de tenir encore bon, et que je les aime…

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.