Lettre ouverte à Tahar Ben Jelloun    

    Francoise Hoffmann-Herrmann - 06/12/2020

 

Il est odieux de présenter Israël comme  » une entité politique qui occupe et colonise des territoires appartenant aux Palestiniens », sans mentionner les circonstances angoissantes qui ont mené à cette action: Les menaces de déferlement des armées de la coalition arabe, Égypte, Syrie et Jordanie, un encerclement absolu qui obligeait l’Etat démocratique d’Israël à porter les combats au-delà de ses frontières. Israël est un pays si petit qu’un envahissement l’effacerait de la carte en quelques jours.

En 1967, le « Peuple Palestinien » n’existait pas. La Cisjordanie était jordanienne et ses occupants, Jordaniens. La Bande de Gaza appartenait à l’Égypte.

Israël demandait des négociations et proposait de rendre les Territoires occupés en échange d’un Traité de Paix. La Ligue Arabe a répondu NON, par trois fois: NON à la reconnaissance d’Israël, NON à des négociations, NON à la Paix.

Des années de négociations avec les Palestiniens n’ont apporté aucune solution, Par contre, depuis 1993. les « Palestiniens » jouissent d’une très large autonomie ce qui ne les empêche pas de perpétrer sans fin des violences contre Israël.

Conclusion: Les Arabes, sous la plume de Tahar Ben Jelloun, continuent de perpétuer les mensonges et de réinventer l’Histoire. Cela n’en finira-t-il jamais?

Honte à vous Monsieur Ben Jelloun !

N.B. Vous oubliez de rappeler le statut de « Dhimmi » dont ont joui les Juifs (et les Chrétiens) dans les pays arabes, jusqu’à la colonisation française. Un statut comparable à celui du serf en France, sous la royauté!

Francoise Hoffmann, Tel-Aviv

18 Commentaires

  1. Je ne suis que camionneur,du premier jour où je l ai vu apparaître sur mes écrans radars,j ai toujours su et compris en l écoutant bien qu il n était qu un vague propagandiste de la cause palestinienne qui n est rien d autre que la cause arabomusulmane à la grandiloquence d un Tarek ramadan ou d une Leila chahid ,tous aussi faux culs les un que les autres,faut bien suivre leurs discours ingénieux que seul le temps nous permet d en découvrir les failles(très facile pour qui le cœur ne bat que pour Israel)

  2. Je n ai fait que des études techniques,ai fait carrière en partie dans l armée de l air,et dans le transport de marchandises comme camionneur à l international,à la première interview de ce tahar ben jelloun,j ai toujours compris,qu il était très malhabile à cacher son antiisraelisme,c est un antijuif comme le sont dans le monde Arabomusulman du balayeur à l astronaute ,au final,c est un gros baratineur,et un gros séducteur de la gentille femme intellectuelle européenne avide de compassion et de justice pour ce pauvre monde Arabe colonisé ,martyrisé,bafoué,buvant les paroles de ce faux saint,d ailleurs suivez bien son regard de faux cul qui ne m a jamais fait « rigoler » faut pas être grand clerc que quand on grandit dans le monde Arabe,on devient forcément un malade mental.

  3. ELKABASH comme jean pierre le journapote

    ELKABETZ comme la grande Roni (Z »L)

    les Bennani de Fés sont tous d’origine juive,comme les Kouhine et les Chekroune selon André Chouraqui dans son « histoire des juifs d’ afrique du nord » en deux tomes édités aux éditions du Rocher

    ce patronyme designant le berger en arabe

  4. JE dirai comme suit: ya kafer iben kafer tu ne diras jamais
    merci au judaisme d’avoir créé l’islame !!! chercher l’erreur
    le monde entier a copié la bible pour ses besoins Obscurs !!!
    alors que dans la génèse, jacob, cambat l’Ange, en realité il mene un cambat avec lui même ensuite il rêve: l’echelle des Anges tout un symbole qui nous differencie des goiimes:
     » seul le triumph avec soi même permet de monter et de progresser sur l’Echelle des Anges « , de s’élever vers la dimension de l’ETERNEL Yashar el = Israel; l’emergence de l’humanité, sa délivrance

  5. Bravo Françoise Hoffmann d’avoir rappelé l’histoire de nos ancêtres de Fez
    Pour Tahar Benjeloun c’est la pratique de la takya à fond
    Pas de naïveté
    Non

  6. On ne le dira jamais assez : Même l’arabe le plus occidentalisé, humaniste, « acceptable », ect… quand tu grattes un peu le vernis, le naturel qui est en sommeil, revient au galop.
    La confiance ? Même à 40 mètres sous-terre….aucune confiance.

  7. Il y a longtemps que j’ai écarté cet individu de ma sphère de lecture , car il est et reste un anti juif comme 98% du monde arabe dans le monde – Alors ses discours et son soi disant humanisme , du grand PIPEAU !! sauf bien entendu dans les merdias françaises et européennes qui pullulent dans l’EURABIA et dans la sphère bobo gauchiste française

  8. Je le croyez grand écrivain, humaniste, humain, honnête, en réalité c’est une grosse merde qui pue. Ses bouquins iront à la poubelle et Am Israel Haï

  9. Mr Ben Jelloun, descsendant d une illustre famille fassie, apres tant d annees en France, apres tant de livres a succes, naivement je pensai que l occident avait eu un impact ssur votre facon de penser le probleme palestinien, cree et entretenu par vos freres ! Mais, un arabe reste arabe ! Enfin, le vernis est tombe אין אמונה

  10. Merci pour cette mise au point!
    Beaucoup de gens ignorent les noms cités, même s’ils savent que la dhimmitude était la loi dans les pays du Maghreb.
    Il reste à souhaiter que ces rectificatifs sur une situation cruelle imposée aux juifs au cours de l’histoire parviennent aux oreilles de Tahar Ben Jelloun que nous encensons pour ses livres et qui se nourrit de notre argent.

  11. 16 septembre 2018 à 14 h 32 min
    Tahar Benjelloun est d’ une grande famille de Fès, d’ origine juive ( population connue sous le nom de « Baladiyine » et qui furent convertis de force a l’ islam sous les Almohades

    nota: les juifs du Maroc furent convertis de force a l’ Islam quatre fois, au cours de leur histoire

    aussi, ce mémo qui suit, oeuvre d’un musulman , lorsqu ‘il dit « d’ origine non islamique » c’est tout simplement que ça écorche la gueule des boukakes de dire d’ origine juive ( genre « l’ état sioniste » pour ne pas dire Israel)

    xxxx

    Les autres grandes familles de Fès

    les Abdellaoui Maane : Famille de scientifique, descendant de la dynastie des rois Almohades (Fondateurs de la ville de Rabat) et plus précisément du Cheikh Mohammed Benabdellah maane Al-Andaloussi (XVIIe siècle),il fut un grand savant qui a pu garder l’héritage du soufisme dans sa dynastie pendant trois générations.A noter que cette famille fait partie de la bourgeoisie Fassi possédante des biens à l’intérieur de Fès sous forme de palais et de Riad qu’ils ont résidés de père en fils et des biens à l’extérieur de Fès à Ouled Jamaa la région ou les Abdellaouiines possèdent une grande partie de la zone rurale et la région de ras el ma ou les abdellaouiines possèdent aussi des centaines de héctars ainsi que la région de Lamta et Ouledlhaj,tous ces biens sont à l’usage de l’exploitation héréditaire à ce jour et même pendant la protectorat française . Leur zaouia et leur résidence se trouvent à hawmate Almakhfia et leur cimetière «Gbeb» se trouve à Babftouh en haut du relief où il y a le mausolée de sidi Mohamed Benabdellah et son fils Abu Al Abbas avec tous leurs descendants.

    Les Attias: Famille appartenant à la bourgeoisie juive et travaillant pour la famille royale. Le grand-père était le tailleur de Mohammed V, l’oncle vendait des produits de luxe au Palais.

    Les Benamour: Famille d’origine andalouse.

    Les Benchekroun: D’origine non islamique, ils se sont convertis à l’islam, sur incitation des Almohades. Ont toujours été une famille de lettrés et de ouléma.

    Les Benjelloun : d’origine non islamique, ils ont été cooptés par le Makhzen après que Talib Benjelloun (mort en 1842), initialement chef de la caravane de Fès, ait servi de conseiller intime et ministre des Finances.

    Les Benlahmr: Descendants des Banou Al Ahmar ou nasrides, derniers Rois de ce qui restait de l’Espagne musulmane (Grenade) et batisseurs du magnifique palais de l’Alhambra. Le dernier roi nasride se réfugia à Fès avec sa famille après la perte de son royaume (1492).

    Les Bennis: d’origine non islamique, ils ont la double casquette de commerçants et de famille makhzénienne. En 1873, un certain El Madani, ministre des Finances a provoqué une grève de tanneurs après avoir voulu imposer le marché des peaux.

    Les Berrada: D’origine andalouse. Grande Famille commerçante de l’ancienne medina de Fès.

    Les El Fassi fihri: d’origine arabe, ils constituent une grande famille de doctes lettrés qui ont même une confrérie. Leur travail aux services du Sultan commence sous Moulay Ismaïl, qui nomme deux frères et un cousin à des postes clé de la hiérarchie administrative.

    Les El Kohen : Famille d’origine non islamique qui a accédé à la demande des Almohades de se convertir, mais a eu le courage de ne pas changer de nom.

    Les Esmili: famille peu nombreuse et de ce fait peu connue en dehors de la communauté Fassie. Ils sont connus pour leur honnêteté et leur noblesse. Leur premier ancêtre marocain est Taieb Esmili El Cherki El Fassi. Ils ont donné un nombre important d’intellectuels, de commerçants, de savants et de résistants au Maroc.

    Les Guessous: d’origine non islamique, ils sont surtout des lettrés. Le cas du alem Abdeslam exécuté par Moulay Ismaïl pour avoir soutenu la population qui refusait l’annexion de l’armée des esclaves les a rendus célèbres.

    Les Kabbaj: une des grandes familles de Fès. Les kabbaj sont originaire d’andalousie, plus spécifiquement de la ville d’Alcobaca (prononcé alcobbasha) sur la Costa Prata, non loin de la ville universitaire de Coimbras. Aujourd’hui sous la tutelle de l’Unesco, car la ville a toute une histoire mytologique. Cette cité est célébre grâce à l’histoire de sa princesse Donna Castro et à son courtisan Don Pedro. L’histoire n’est pas encore toute dites puisque le nom de la Ville est bien formée de deux rivières qui la travèrse : la rivière Alco est la rivière Baca (prononcé Basha). L’emmigration de la famille Alcabbasha au maroc au XVIIe siècle reste une grande énigme, mais beaucoup d’historiens s’accordent à dire que se départ précipité fais suite à la reconquista. Les derniers siècles modifièrent la phonétique du nom Alcabbasha, puisque au maroc cette même famille d’origine juive (aujourd’hui convertis majoritèrement à l’islam) se nomme désormais ElKabbaj, Elkabbach, Elkabetz ou encore Kabbaj.

    Les Lahbabi: Famille de lettré andalouse, arrivé à Fès suite à la reconquista.

    Les Lahlou: Famille d’origine Andalouse, de cordoba, leurs ancêtres de confession non islamique ,se sont convertis de force à l’islam durant l’invasion musulmane de l’espagne.

    Les Mikou: Famille venue d’Andalousie de la ville d’Alméria suite à la guerre des « Taouef ».

    Les Sebti D’origine arabe, installés à Sebta et à Fès, ils n’ont construit leur fortune que durant la 2e Guerre Mondiale. Ils ont alors écoulé sur le marché à des prix exorbitants des produits alimentaires et des tissus qu’ils avaient en réserve.

    Les Slaoui Famille arabe Andalouse, venue entre le XIVème et le XVIIème siècles à Fès, après un passage avec d’autres familles andalouses par Salé (Salé le Vieux ; ou Salé le Neuf, actuelle ville de Rabat). Nombre important d’intellectuels, d’hommes d’Etat, de commerçants et de résistants

  12. Merci pour cette mise au point salutaire.
    J’ai vu sur i24News un présentateur faire un portrait dithyrambique de ce faux-cul expert en takiya comme le sont ses semblables qui changent de discours selon les circonstances.
    Oui, honte à Tahar Ben Jelloun l’hypocrite de la même veine que Tariq Ramadan, et à ceux qui lui cirent les pompes sans savoir qui il est vraiment.
    Bravo Francoise Hoffmann d’avoir débusqué cet imposteur indigne !!!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.