Incident à Rostov : Les forces russes neutralisent des preneurs d’otages liés à l’État islamique

Dimanche dernier, dans un centre de détention de la ville de Rostov, au sud de la Russie, les forces spéciales russes ont réussi à libérer deux gardiens de prison et ont abattu six détenus affiliés à l’État islamique qui les avaient pris en otage. Cet événement dramatique a été rapporté par divers médias russes.

Selon les informations disponibles, six terroristes, dont l’un portait un bandeau arborant le drapeau de l’État islamique, ont orchestré cette prise d’otages. Les preneurs d’otages, certains d’entre eux déjà condamnés pour des actes de terrorisme, ont réussi à sortir des barreaux des fenêtres de leur cellule et à descendre plusieurs étages à l’aide d’une corde. Armés d’un couteau et d’une hache à incendie, ils ont ensuite pris en otage les gardiens.

Une vidéo diffusée sur la chaîne Telegram 112 montre un des terroristes brandissant un couteau à côté d’un des gardes ligotés. Pendant les négociations, les assaillants ont exigé leur libération. Cependant, les forces spéciales russes ont opté pour une intervention armée. Des images publiées sur les réseaux sociaux témoignent de tirs nourris lors de l’assaut, au cours duquel les six preneurs d’otages ont été tués.

Le Service pénitentiaire fédéral russe a confirmé l’issue de cette opération dans un communiqué, précisant que les otages avaient été libérés sans blessure. Des ambulances ont été vues entrant dans l’enceinte du centre de détention peu après l’assaut.

L’État islamique, un groupe militant sunnite, a été largement défait en Irak et en Syrie par une coalition internationale incluant les États-Unis, les combattants kurdes, ainsi que des forces russes, iraniennes et syriennes. Néanmoins, l’organisation s’est fragmentée en plusieurs cellules régionales, responsables de nombreuses attaques à travers le monde. L’un de ces groupes, l’État islamique du Khorasan (ISIS-K), a revendiqué une attaque meurtrière en mars contre une salle de concert à Moscou, causant 145 morts.

Les preneurs d’otages de Rostov étaient originaires de la république d’Ingouchie, située dans le sud de la Russie. Trois d’entre eux avaient été arrêtés en 2022 pour avoir planifié une attaque contre un tribunal dans la république voisine de Karachay-Tcherkessia.

Cet incident souligne la persistance de la menace terroriste en Russie, malgré les efforts continus pour éradiquer l’influence de l’État islamique et de ses affiliés dans la région.

Jforum.fr

La rédaction de JForum, retirera d'office tout commentaire antisémite, raciste, diffamatoire ou injurieux, ou qui contrevient à la morale juive.

S’abonner
Notification pour
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

1 Commentaire
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Franck DEBANNER

MAGNIFIQUE ! ! !

SIMPLE, RAPIDE, DEFINITIF ! ! !

UN EXEMPLE ISRAELO-RUSSE, A SUIVRE PARTOUT !