Les radicaux de la Libre Parole, alliés aux Néo-Nazis?

0
293

Allemagne : Les radicaux de la Liberté d’expression sont-ils des alliés des Néo-Nazis?

 

Par Manfred Gerstenfeld

 

Plus on observe les évolutions en Allemagne, plus on se rend compte qu’on doit les surveiller de façon toujours plus critique. L’expression “Plus Jamais ça!”, faisant référence à la Shoah et à ses préparatifs un slogan populaire, mais usé. Si les autorités allemandes avaient tiré tous les enseignements nécessaires,comme elles auraient dû le faire, elles auraient  interdit les expressions du Néo-Nazisme d’après-guerre, jusqu’au point que cela puisse entraîné une limitation d’une certaine forme de “liberté d’expression” (de la haine).

A la fin d’octobre 2019, le conseil municipal de la capitale de Saxe, Dresden, a voté e,n faveur d’une résolution déclarant une “Urgence Nazie” dans la ville. Pour essentiellement symbolique que soit cet avertissement, cela signifie qu’il y a encore fort à faire contre le néo-nazisme. Cette ville est perçue depuis un grand nombre d’années, comme un foyer de l’extrême-droite. C’est le lieu de naissance du mouvement anti-islam Pegida (Européens patriotes contre l’islamisation de l’Occident). Depuis 2014, des rassemblements néo-nazis ont lieu régulièrement à Dresde. Les Démocrates-Chrétiens d’Angela Merkel ont voté, au Conseil Municipal contre cette résolution d’alerte anti-nazie. L’Etat de Saxe est aussi un bastion du Parti National-Démocrate d’Allemagne (NPD) dont la vision du monde contient des idées néo-nazies[1].

Les défilés de néo-nazis oud’extrémistes de droite qui leur sont proches, ne se limitent pas à Dresde. Parfois,mais pas toujours, on y entend des slogans antisémites ou anti-israéliens d’une virulence extrême. Cette année, le soir du 30 septembre, 70 néo-Nazis ont défilé en traversant la ville de Dortmund. Les slogans qu’ils ont hurlé comprenaient : “Palestine, aide-nous, Israël continue d’exister!”. La police a empêché les tentatives de blocages des rues visant à entraver cette marche, menées par les opposants contre les Nazis. Il y a une centaine de contre-manifestants. Après des plaintes de la police, un tribunal a interdit le slogan : “Ici défile la résistance nationale”[2].

Depuis cette date, chaque lundi, les Néo-Nazis paradent à Dortmund[3]. La police a interdit l’usage du slogan : “Plus jamais, jamais, jamais, Israël!”. Les manifestants néo-nazis ont fait appel de cette décision devant le Tribunal et ont remporté ce bras-de-fer aussi bien en première qu’en seconde instances. La plus Haute Cour Administrative de Münster a décidé que ce slogan glorifiant la destruction d’Israël ne constituerait pas de “l’incitation”[4].

En  août 2018, 170 extrémistes de droite ont défilé dans deux endroits différents de Dortmund. Des témoins attestent qu’on y a crié des slogans antisémites, pourtant la police n’est pas intervenue. Quand des critiques ont fusé contre l’inaction de la police, celle-ci a répliqué en disant qu’elle avait imposé des conditions aux marcheurs, mais cependant, que le Tribunal de Münster avait annulé ces conditions[5].

Début octobre 2019, un millier de personnes ont défilé sous le slogan “Nous pour l’Allemagne à Berlin”. Ils ont crié sur les contre-manifestants : “Si nous le voulons, nous pouvons vous tuer[6]!”. Des séquences vidéos diffusées par le Forum Juif pour la Démocratie et contre l’Antisémitisme (JFDA) démontrent que l’événement était en fait une marche du noyau dur néo-nazi.

Des centaines de Néo-Nazis ont manifesté cette année, à Berlin, pour commémorer le 31ème anniversaire de la mort de Rudolf Hess, Nazi de haut rang et considéré comme dauphin d’Hitler. Ils portaient des banderoles telles que : “Je ne regrette rien”. La police en tenue anti-émeutes a matraqué les manifestants tentant d’arrêter le flux de néo-nazis de continuer de défiler à travers les artères de la ville[7].

En avril de cette année, il y a eu une marche contre les extrémistes de droite à Magdebourg, qui a attiré environ 150 à 200 partisans[8]. Ce nombre va décroissant au fil des années. En 2012, on comptait 1.200 manifestants, et en 2018, seulement 500[9].

En février 2019, des néo-nazis ont défilé à Nuremberg, sur l’ancien site du NSDAP, le parti nazi. Ils n’ont reçu aucune autorisation de la part des autorités. Les manifestants ont dressé des torches sur la tribune, à l’endroit même du discours d’Hitler. La police n’est pas intervenue, dans le but de se protéger. Le Ministre bavarois de l’Intérieur, Joachim Herrmann (CSU), a déclaré que le comportement pleutre de la police “n’a pas été très heureux. A l’avenir, de tels actes devraient être proscrits”. On peut ajouter à ces exemples d’autres parades néo-nazies en 2018 et 2019, comme à Duisbourg[10], Plauen[11] et Köthen[12].

La limitation imposée à la libre expression de l’incitation est aussi intervenue à cause d’une autre question.

Le 17 mai 2019, le parlement allemand, le Bundestag, a adopté une motion d’équivalence entre BDS et l’antisémitisme. En réponse, 240 universitaire masochistes juifs ont rédigé un manifeste rejetant cette équivalence. Ils ont appelé le gouvernement allemand à ne pas approuver ce texte et à protéger et respecter la “liberté d’expression”. La licence accordée à l’expression totale de la haine en Allemagne a, il n’y a même pas cent ans, débouché sur les actes d’une criminalité extrême contre les Juifs, comme jamais auparavant dans l’histoire[13].

Michelle Bachelet

Une autre critique de la résolution du Bundestag contre BDS  est parvenue de Michelle Bachelet, la Haute Commissaire aux Droits de l’Homme de l’ONU. Son bureau a déclaré : “Cette décision interfère de façon disproportionnée avec le droit d’expression de l’opinion politique des peuples, en Allemagne, en particulier d’exprimer leur soutien au mouvement BDS en Allemagne”. Cinq rapporteurs de l’ONU ont également cosigné ce message. L’un d’entre eux est Michael Lynk, rapporteur spécial sur la situation des droits de l’homme dans les territoires palestiniens[14]. L’historique de cette fonction (de rapporteur dans les territoires) devrait permettre de la qualifier comme “antisémite”, selon la définition de travailde l’antisémitisme de l’IHRA. Si Bachelet voulait vraiment critiquer les limitations bien plus graves, sans limites et incessantes contre la liberté d’expression des opinions politiques de la part des pays-membres dictatoriaux de l’ONU, ilne lui resterait pas un instant pour trouver le sommeil.

La seule façon de mettre à jour les manquements du gouvernement allemand dans l’action contre les agresseurs de Juifs est d’apporter des détails dans tous les domaines concernés. Une autre lacune grave concerne l’absence de protection de nombreuses synagogues, qui est devenu évident, lors du massacre raté de Halle. L’Allemagne permet au mouvement génocidaire du Hezbollah de défiler et de diriger des mosquées. Ce pays soutient de nombreuses motions anti-israéliennes à l’Assemblée générale de l’ONU. L’Allemagne est le plus grand importateur d’antisémites musulmans en Europe. Elle dorlote le régime génocidaire d’Iran. Plus on enquête sur ce pays, plus on recueille une image négative de ses dirigeants démocratiques.

 

Par Manfred Gerstenfeld

Le Dr. Manfred Gerstenfeld a présidé pendant 12 ans le Conseil d’Administration du Centre des Affaires Publiques de Jérusalem (2000-2012). Il a publié plus de 20 ouvrages. Plusieurs d’entre eux traitent d’anti-israélisme et d’antisémitisme.

Adaptation : Marc Brzustowski.

—–

[1] www.bbc.com/news/world-europe-50266955

[2] www.ruhrbarone.de/dortmund-palaestina-hilf-uns-doch-israel-gibt-es-immer-noch/173859

[3] www1.wdr.de/nachrichten/ruhrgebiet/blockade-von-nazi-demo-in-nordstadt-100.html

[4] www.juedische-allgemeine.de/politik/gericht-bewertet-antisemitische-hass-parole-als-nicht-

[5] www.welt.de/vermischtes/article181670430/Antisemitische-Parolen-Dortmunder-Staatsanwaltschaft-ermittelt-wegen-Neonazi-Aufmaerschen.html

[6] www.berliner-zeitung.de/berlin/polizei/nazi-sprueche-bei–wir-fuer-deutschland–demo–wenn-wir-wollen–schlagen-wir-euch-tot–33271216

[7] www.news.com.au/world/europe/hundreds-of-neonazis-march-through-berlin-under-police-protection/news-story/b75bc61be585599465a68f9509a5fb32

[8] www.watson.de/deutschland/rechtsextremismus/796712056-magdeburg-deutsche-helfen-deutsche-nazis-blamieren-sich-mit-plakat

[9] www.youtube.com/watch?v=paQhe1ClHF0

[10] https://berlinspectator.com/2019/05/02/duisburg-the-return-of-the-ugly-germans-1/

[11] https://thepublicsradio.org/article/jewish-group-alarmed-after-german-police-let-neo-nazis-march

[12] www.facebook.com/juedischesforum/videos/337278300171700/

[13] https://besacenter.org/perspectives-papers/jewish-academics-masochism/

[14] www.sueddeutsche.de/politik/bds-bewegung-un-kritik-an-bundestag-1.4657978

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.