Les petits partis pourront-ils revenir à la Knesset?

0
246

Septième semaine d’Elections

 

Les petits partis pourront-ils revenir à la Knesset?

 

Par Manfred Gerstenfeld

Le parti travailliste a organisé ses primaires lundi 11 février. Les sondages indiquaient quye le parti travailliste perdrait la plupart de ses 18 sièges. Aussi, la bataille pour obtenir des positions réalistes sur la liste a t-elle été féroce. Près de 34.000 personnes ont voté, soit près de 56% de tous les membres. Au vu de la faible image du parti, les commentateurs ont souligné ce virage comme un succès.

Deux jeunes députés dans la trentaine sont sortis en tête de liste. Itzik Shmuli a obtenu la première place, suivi par la députée Tav Shafir. Tous deux faisaient partie des protestations sociales de 2011. L’ancienne dirigeante du parit, Shelly Yacimovich a obtenu la 3ème place, suivie par un autre ancien leader du parti, Amir Peretz. Six députés sortants n’ont pas obtenu de place réaliste sur cette liste. Le plus connu d’entre eux est l’ancien ministre Eitan Cabel[1].

Au cours de la semaine, beaucoup de plaintes concernant des irrégularités, au cours des primaires du Likoud, se sont produites en public. Là-dessus, le Premier Ministre Binyamin Netanyahu a demandé aux responsables du Likoud de revoir entièrement les résultats. Les électeurs avaient donné à Netanyahu l’autorité de nommer un candidat de son choix dans les 21 premières positions de la liste. Il a décidé de renoncer à ce droit après avoir été défié par quatre députés[2].

Lors d’une rencontre avec un groupe de journalistes, Netanyahu a déclaré qu’il ne formerait aucune alliance avec le parti de Benny Gantz, Israël Resilience. Il vise à former un gouvernement de droite. La réalité israélienne fait néanmoins que si les partis du centre-droit n’obtiennent pas assez de suffrage pour former un gouvernement par eux-mêmes, cette promesse sera aussitôt oubliée[3]. Netanyahu avait, un peu plus tôt critiqué Gantz, en disant que si ce dernier avait le pouvoir, il commettrait un second désengagement en Judée et Samarie. Netanyahu a aussi mentionné que le président de l’Autorité Palestinienne, Mahmoud Abbas, souhaitait bonne chance à Gantz au cours des élections. Gantz a rétorqué en disant : “Vous avez expulsé des Juifs, vous pratiquez le racket de protection envers le Hamas, votre temps s’achève[4].”

Israel Resilience a diffusé plusieurs vidéos : L’une d’entre elle montre des civils israéliens dans des communautés proches de Gaza courant vers des abris contre les bombes. Le texte de la vidéo dit : “Netanyahu paie aux meurtriers du Hamas 15 millions de $ de liquide par mois”. Ce message est suivi par : “En retour, les résidents du sud sont la cible de centaines de roquettes, de cerfs-volants incendiaires et de bombes incendiaires, qui ont pbrûlé des dizaines de milliers de dunams de terre”. Israël Résilience a promis de ne pas laisser tomber les habitants du Sud[5].

Alors que le Likoud et Israël Résilience sont perçus comme rivaux dans la course consistant à savoir qui formera le prochain gouvernement, cela crée un véritable danger pour plusieurs petits partis. La bataille entre les deux postulants de tête risque d’éroder les scrutins qui leur seront attribués. Un nombre substantiel de ces partis, sdans les sondages, ne franchissent pas leu seuil d’éligibilité à 3, 25%.

Un sondage récent a même découvert qu’il pourrait n’y avoir que 8 partis dans la prochaine Knesset. Selon ce sondage, ces partis actuellement présents à la Knesset et qui n’y retourneront pas sont le Parti Travailliste d’Avi Gabbaï, Kulanu du Ministre des Finances Moshe Kahlon, le Shas du Ministre de l’Intérieur Aryeh Deri, Yisraël Beitenu de l’ancien Ministre de la Défense Avigdor Lieberman, Hatnuah de Tsipi Livni et le parti Meretz d’extrême-gauche. Le parti Gesher dirigée par la députée Orly Levy-Abercassis, qui a rompu avec Yisraël Beitenu, n’entrerait pas non plus seul à la Knesst, selon ce sondage[6].

Si les résultats de ce sondage s’avèrent exacts, plus d’un quart de la totalité des suffrages seraient gaspillés sans la moindre représentation. Si autant de votes sont en  pure perte, les différences entre les suffrages perdus par la droite et la gauche pourraient déterminer quel camp formera le gouvernement. Dans ce contexte,Netanyahu a exhorté les partis sionistes religieux à créer une liste commune  pour éviter les pertes de scrutins, puisque des partis à titre isolé ne franchiraient pas le seuil[7].

Dans le même temps, les deux composantes de Bayit Yehudi, Israel Beitenu et de l’Union Sioniste ont éclaté. A moins qu’elles ne se réunissent en une liste unique, aucune des deux, probablement, ne passera ce seuil fatidique. Toutes ses évolutions  provoquent un grand stress sur les dirigeants des divers petits partis. Devraient-ils faire équipe avec d’autres et avec lesquels? Ceux qui feront le mauvais choix ne seront pas présents dans le tableau de la prochaine Knesset. Ils n’ont que jusqu’au 21 février, quand il faudra présenter les listes des candidats au Comité Central des Elections. Il y a donc des journées très mouvementées dans la sphère des politiques israéliennes.

Divers partis ont présenté certains nouveaux candidats. Gantz, irigeant d’Israël Résilience et son partenaire politique Moshe Ya’alon, le dirigeant de Telem ont annoncé sept candidats de leur liste commune. Parmi eux, on trouve Michaël Biton, un ancien Maire de la ville du sud de Yerucham, et l’animateur d’actualités Miki Haimovich[8]. La nouvelle candidate qui a bénéficié de plus de publicité, cette semaine, est Alona Barkat, la propriétaire très réputée de l’équipe de football de l’Hapoël BeerSheva, qui s’est jointe à la Nouvelle Droite. Lorsqu’elle s’est achetée l’équipe, en 2007, c’était un club de deuxième division. Au cours de ces dernières années, l’Hapoël Beersheva a réussi a remporter trois titres nationaux consécutifs, sous l’impulsion de Barkat[9].

Le Juge à la Cour Suprême Hanan Melcer, qui préside le Comité Central des Elections, a demandé aux médias israéliens de contribuer à protéger les élections de toute ingérence étrangère. Il a déclaré que refuser de rapporter des informations provenant de sources anonymes devraient faire partie des précautions prises. Melcer a ajouté que l’actuelle loi électorale qui impose des exigences de transparence aux médias traditionnels ne s’étend pas jusqu’aux réseaux sociaux du monde numérique. Il a fait remarquer qu’il est criant que cette Loi réclame une sérieuse mise au goût du jour[10].

————————————————–

[1] www.haaretz.com/israel-news/elections/.premium-labor-primary-three-women-make-it-to-top-5-as-party-seeks-revival-1.6931813

[2] www.jpost.com/Israel-Elections/Likud-MKs-vs-Netanyahu-Lawmakers-sue-to-block-PMs-appointees-580318

[3] www.timesofisrael.com/netanyahu-i-wont-sit-in-coalition-with-gantz-will-form-right-wing-government/

[4] www.timesofisrael.com/netanyahu-i-wont-sit-in-coalition-with-gantz-will-form-right-wing-government/

[5] www.timesofisrael.com/mud-flies-as-israel-resilience-likud-step-up-campaigns-against-each-other/

 

 

 

[6] https://knessetjeremy.com/2019/02/09/miskar-srugim-poll-likud-30-israel-resilience-20-yesh-atid-9-hayamin-hehadash-7-only-8-parties-clear-threshold/

[7]

www.timesofisrael.com/liveblog_entry/netanyahu-calls-for-right-wing-merger-ahead-of-april-elections/

 

[8] www.timesofisrael.comttps:///israel-resilience-party-reveals-top-picks-for-knesset-slate/

[9] https://en.globes.co.il/en/article-alona-barkat-joins-bennetts-new-right-list-1001272275

[10] www.timesofisrael.com/israel-election-law-screams-out-for-update-to-thwart-online-abuse-judge-warns/

 

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.