À propos des « maux de notre époque » évoqués par Alain Finkielkraut dans cet entretien publié par l’Express et repris par Tribune Juive, où il en est un contributeur et non des moindres. On y remarque, notamment, son acharnement pathologique contre le Gouvernement israélien et contre le Premier ministre Binyamin Netanyahou – ceci alors que la droite française bénéficie chez lui d’une immense mansuétude, voire de soutien.

En effet, dans une interview accordée à Actualité juive en janvier 2023, Alain Finkielkraut a prôné le dialogue entre la communauté juive de France et Marine Le Pen. Il a maintes fois débattu avec Zemmour et même avec le père de la formule du « grand remplacement », Renaud Camus, en leur consacrant des interviews approfondies et cordiales dans son émission Répliques sur France culture. Pourquoi pas ? Cette ouverture au dialogue leur a en quelque sorte octroyé caution intellectuelle et légitimité. On voudrait bien, mais par charité juive, on évitera d’évoquer le terme schizophrénie dans les approches de Finkielkraut pour la droite française d’une part et d’autre part, et de la société israélienne d’autre, part toujours majoritairement à droite – selon le dernier sondage par l’institut Directs Polls d’études d’opinions le plus précis en Israel dans ses prévisions électorales. 

Au demeurant, il est vrai que Finkielkraut a exprimé des sentiments d’attachement à l’Etat d’Israël dans des termes assez touchants, mais un Israël qu’il souhaite assigner à sa vue d’esprit, non l’Israël concret et réel fait d’Israéliens, de Juifs en chair et en os dont les fils, les époux, les frères et les papas en ce moment combattent là où le sang coule.

Finkielkraut persiste dans cette corruption de langage à désigner par « colons » les pionniers de Judée-Samarie, de « colonisation » et « d’occupation » la présence juive dans cette région qui justement nous désigne comme Juifs. Juif étant en français une déformation du mot « Judéen ». Donc Juif stricto sensu signifie citoyen de Judée. Le comble est que Finkielkraut déblatérant sur le Gouvernement de l’État juif « messianiste », « colonialiste » et « occupant » sur ses terres libérées en 1967, c’est ainsi qu’il s’imagine défendre Israël. 

Or, il n’y a pas de repas gratuits. Les médias français qui le sollicitent à répétition ne s’y trompent point et n’agissent pas par affection particulière pour sa personne ou par sentiment pro-sioniste. Quelle jouissance pour eux de le faire parler à l’antenne quand il croit défendre Israël. Finkielkraut à son corps défendant ne fait qu’apporter de l’eau à leur moulin palestiniste. Même si Finkielkraut s’étale sur le caractère islamiste et terroriste du Hamas. Mais l’État qu’il décrit maintenant est une « occupation » avec des « colonies » et dont le Premier ministre est si détestable, dont des « ministres d’extrême droite sont des suprémacistes » comme il le répète à satiété, cet État-là, est-il digne pour qu’on en prenne la défense ?

Finkielkraut s’embourbe avec cette déclaration en intitulé de cet entretien de l’Express: « l’âme juive a la sensation amère de ne pas se sentir chez soi dans le Monde ». Eh oui, si nous ne sommes pas chez nous en Judée-Samarie ou à Jérusalem libérée lors de la Guerre des Six Jours, où peut-on se sentir chez nous quelque part ? C’est la malédiction intrinsèque même de la Galout, de l’Exil, dont il pleure les effets, alors qu’il chérit des causes et participe à leur promotion.

Il croit pouvoir se dépatouiller alors qu’il s’enlise dans ce sable mouvant d’incohérence obsessive à vouloir mettre sous tutelle la société israélienne telle que la communauté internationale le réclame haut et fort à l’ONU. Depuis plus de 20 ans, dans des périodes de haute turbulence pour l’État juif, Finkielkraut récidive à signer des pétitions souvent publiées dans le Monde, un organe de presse, on ne peut plus « objectif » vis-vis d’Israël, n’est-ce pas ? Il signe l’Initiative de Genève, Jcall, multiples appels à des pressions de l’étranger visant à nous imposer au forceps la création d’un État de véritable occupation ce coup-ci, un État d’invasion arabe nazislamiste de la terre d’Israël dit « palestinien ». 

Voilà le Mal avec un « M » majuscule, un Mal concret et profond qui nous délégitimise. Un Mal qui fournit les munitions idéologiques à ceux qui nous assassinent – ce Mal absolu auquel Finkielkraut contribue, avec son statut de membre de l’Académie française et sa réputation certes non-usurpée d’intellectuel juif français de premier plan. Tout cela dans un exercice d’équilibrisme, d’adopter une posture de « défenseur » d’Israël qu’il proclame vouloir « sauver de lui-même ».

De surcroît, tout appel à en débattre avec lui, butte à une fin de non-recevoir de sa part. Il peut débattre avec la droite française, mais avec la droite israélienne, au grand jamais ! En outre, Finkielkraut s’offre à des débats hautement médiatisés avec des antisionistes des plus abjects comme Edwy Plenel, Alain Badiou et même  Rony Brauman. Avec ce dernier, il parvient à la même conclusion, à savoir créer un État pour les ennemis endémiques d’Israël. Au final, Finkielkraut le « sioniste », et Rony Brauman, l’antisioniste pourfendeur de l’État juif, finissent par se mettre d’accord sur les modalités frontalières de cette « solution ». Charmant de nous consacrer tant de passion !!! Ce débat d’imbroglio psycho-politique hallucinant modéré par Elisabeth Lévy a d’ailleurs débouché sur un livre édité chez Flammarion : la Discorde.

Les maux de notre époque que Finkielkraut désire stigmatiser alors qu’il incarne un rôle non négligeable dans ce casting. 

Avec l’amour d’Israël – Meïr Ben Hayoun.

NDLR – Le cas Finkielkraut, est un exemple parmi tant d’autres, à travers ces intellectuels souvent brillants et de grande culture, mais incultes de l’histoire d’Israël et ce qui lui a permis de survivre durant deux millénaires, à savoir, l’observance de la torah, dont ils en ignorent le contenu. Parler du peuple juif en croyant connaître son âme profonde et croire que tout se résume à une analyse géopolitique, en méconnaissant l’Histoire, la teneur réelle des événements qui la composent, l’identité et l’éthique des acteurs, de tous les acteurs, y compris l’Acteur Principale. Tout cela, c’est faire preuve en réalité d’arrogance. Mais, jouer avec la vie des autres, en les mettant en danger de mort avec des solutions dont on constate tous, les malheurs qu’elles engendrent, finit par devenir criminel.

JForum.fr

La rédaction de JForum, retirera d'office tout commentaire antisémite, raciste, diffamatoire ou injurieux, ou qui contrevient à la morale juive.

S’abonner
Notification pour
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

3 Commentaires
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Richard Malka

J’apprécie beaucoup Finkielkraut en ce qui concerne son analyse de la situation en France, mais pourquoi faut-il qu’il cherche à se justifier en critiquant Bibi alors qu’il voudrait un tellement que l’on ai un Bibi en France ?
En Israël comme en France comme dans bien d’autres pays il est temps et urgent de joindre le sionisme et de libérer nos territoires occupés par des « gens » qui ont pris beaucoup trop de pouvoir avec le pétrole leur a donner et qui n’ont rien su faire d’autres que de chercher une revanche sur les pays qui les ont fait grandir, sans cela ce sont eux qui sont en train d’asservir les nôtres avec leur barbarie à commencer par l’antisémitisme.
Mr Finkielkraut cessez de semer la discorde au nom de la liberté de penser plutôt que de bâtir une union face à l’urgence.
Peut-être devriez vous relire « la zizanie » d’Astérix et Obélix pour éclaircir un peu votre réflexion, on ne peut pas toujours faire du en même temps.

Elias

1 commentaire censuré de manière incompréhensible
M.Mamou se conduit en dictateur
Écrire dans Jforum doit être dans la ligne directrice de ce site
C’est insupportable

Elias

Pauvre Finkelcrotte et ses délires
A t il un problème cérébral pour se rendre compte qu’il est manipulé par les ennemis d’israël
A t il conscience qu’il jour les idiots utiles quand il intervient dans les médias oralement ou par écrit
Rares sont le académiciens qui cherchent à se montrer , ils sont plutôt modestes
Souvenez. Oui de son entretien avec Lucchini qui le forçait à faire l’éloge du christianisme et Finkelcrotte qui s’en défendait tout en citant des phrases de laTorah qu’il attribuait aux évangiles à la grande joie de Lucchini qui ne cessait de répéter que Finkelcrotte aller se convertir au catholicisme
Cet homme par ses délires auxquels il croit’ agit malgré lui à des provocations lors de manifestations et se rend ridicule , lui un académicien s’abaissait à ce niveau de caniveau
Je crois que cet Homme brillant mais inconscient a été fortement traumatisé par la Shoah et qu’il souffre réellement d’un traumatisme responsable de ses provocations, délires., …avec un langage souvent incompréhensible et irresponsable
Bref Finkelcrotte qui remercie en permanence la France a besoin d’une thérapie pour qu’il trouve le vrai chemin de la vérité
Son cas est celui d’un homme qui a souffert dont il n’a aucune conscience
de sa maladie mentale , lui capable de l’excellence comme du pire
Une sorte de schizophrènie de son ego qu’il ne maîtrise pas devant ses interlocuteurs
,