• Les Kurdes célèbrent la prise de Shadadi, un bastion central de Daesh dans l’Hasakeh en Syrie

     

    Les Kurdes de Syrie affaiblissent encore l’emprise de Daesh, après avoir reconquis Shadadi, coupant ainsi une route importante d’approvisionnement entre Mossoul et Raqqa.

    1

    ERBIL, Irak– Les Kurdes Syriens ont célébré vendredi la capture de Shadadi en tirant des rafales en l’air dans les rues. C’était la dernière ville que possédait l’Etat Islamique (Daesh) dans la province d’Hasakeh au nord-ouest du pays.

    Cette conquête coupe en deux une route majeure d’approvisionnement de Daesh entre ses deux « capitales » de fait de Mossoul et Raqqa.

    Les Forces Démocratiques Syriennes (FDS) menées par les YPG kurdes et appuyées par des frappes aériennes américaines, ont pris le contrôle de Shadadi au cours d’une opération durant 3jours, appelée « La Colère de Khabur » (du nom assyrien de la ville chrétienne martyre). L’opération contribuera encore plus à isoler des quartiers généraux de Daesh à Raqqa.

    « Des félicitations massives pour ce grand succès remporté par nos héros », a déclaré le Colonel Talal Silo, porte-parole des FDS, à propos de cette victoire de Shadadi. 

    « Cette victoire est dédiée à nos martyrs et à nos combattants blessés, qui ont sacrifié leur sang pour que nous puissions célébrer cette victoire, cette libération, le retour à la sécurité dans cette région ».

    Délimiter des frontières 

    “Cizere [la province d’Hasakah] est maintenant entièrement nettoyée de Daesh », a déclaré Abdulselam Mohamed, enseignant et militant de la province d’Hasakah. On a dessiné la carte » (d’une région kurde autonome)

    Les Kurdes espèrent à présent que la province d’Hasakah sera plus sûre à présent que Daesh s’est retiré de la plus grande partie de la province, en se repliant avec sa logistique, ses familles et ses combattants valides, vers Deir Ez Zor plus au sud. Cette victoire contribuera aussi au redécoupage que les Kurdes espèrent obtenir, lors d’étapes ultérieures, pour des frontières définitives de la région fédérale kurde qu’ils cherchent à établir dans le nord-Est de la Syrie.

    « C’est une nouvelle victoire des FDS contre le pire ennemi du peuple kurde. Tous les peuples de la région, pas seulement les Kurdes, s’en réjouissent », déclare Can Mirzo, un militant kurde de la ville d’Amude. 

    « De cette façon, la frontière de la région kurde a été tracée et c’est la dernière phase pour des opérations sur la ligne du front sud ». [le nord concerne les villes de la frontière turque d’Aza’az et Jarabulus].

    La ville a été utilisée par Daesh pour entraîner ses combattants étrangers et organiser les attaques à la bombe dans les zones détenues par les Kurdes, qui ont débouché sur la mort de dizaines de civils kurdes et chrétiens, dans les villes de Qamishli et Tel Tamr, l’an dernier.

    « Comme on le sait, Shadadi est un endroit très stratégique pour les terroristes. Toutes les offensives contre al-Jazira  [la province d’Hasakah, ici dite en arabe pour ne pas froisser les forces arabes alliées au sein des FDS] se sont déroulées à partir de Shadadi et elles ont visé toutes les composantes des gens vivant dans la région », ont déclaré les FDS dans un communiqué..

    « C’était important pour l’organisation. De là, Daesh planifiait ses attaques contre al-Hawl et Hasakah, et c’était un centre paramilitaire officiel de Daesh », affirme Renas Shammo, un membre des forces FDS dans la ville d’Hasakeh. 

    « Cette reconquête de Shadadi rendra plus difficile pour eux de planifier des opérations,aussi bien en Irak qu’en Syrie et, actuellement, il ne leur reste pas de route débouchant en Irak », dit-il.

    La revanche des YPG

    L’opération lancée mardi a pris le nom dela région de Khabur, où le groupe Daesh a kidnappé des dizaines de Chrétiens dans un village proche du fleuve Khabur en février l’an dernier, ce qui les a amenés jusqu’à la ville de Shadadi.

    « Cela nous a pris trois jours pour la libérer. C’est une route stratégique pour Daesh. Ils l’utilisaient comme leur route principale entre Mossoul et Raqqa », déclare Salah Jamil, un membre des Unités de Protection du Peuple kurde (YPG) dans une interview à Middle East Eye.

    « Les femmes et filles yazidies étaient vendues sur le marché de Shadadi et aujourd’hui, c’est pour elles que nous prenons cette revanche ».

    La ville était réputée en Syrie pour son usage du marché aux esclaves où vendre les filles yazidies comme esclaves sexuelles capturées dans la région du Sinjar en août 2014.  Le New York Times a aussi rapporté qu’un djihadiste saoudien a violé une fille yazidie de 12 ans à Shadadi. 

    « L’un des plus célèbres « princes » (Emirs) de Daesh qui a violé et tué le plus de femmes yazidies est originaire de Shadadi », déclare Eidou Baba Sheikh, ancien conseiller aux affaires Yazidies du Président Jalal Talabani.

    « Les Yazidis sont heureux que les FDS aient libéré la ville », dit-il. « Daesh est l’ennemi de tous les peuples, pas seulement des Yazidis ».

    Alliances américaines

    Cette opération est également importante pour les Kurdes, à la suite des interrogations de la Turquie, quant aux alliances occidentales avec les YPG contre Daesh, et et juste après qu’Ankara ait accusé les YPG de l’attentat -suicide de mercredi 17 février à Ankara, qui a tué 28 soldats et des meurtres de civils en Syrie du fait des bombardements turcs. En réalité, l’attentat a été revendiqué par une branche clandestine qui a fait sécession avec le PKK en 2004, le TAK, ou Les Faucons de la Liberté du Kurdistan, groupe ultra-radical, alors que le PKK, et a fortiori les YPG pratiquent l’insurrection armée et l’auto-défense, mais ont renoncé aux formes du terrorisme, notamment à la faveur du « processus de paix » entre Ocalan et le pouvoir turc (depuis 2012, avec les « résultats » que l’on sait actuellement).

    Ankara apparaît ne relever aucune différence entre les YPG syriennes et le Parti des Travailleurs du Kurdistan (PKK), qui se bat contre l’armée turque. Mais le conflit concerne plus la profondeur stratégique et culturelle indéniable que le peuple kurde dans son ensemble gagne, aussi bien avec la région autonome du Kurdistan irakien qu’actuellement en Rojava, ou nord-est de la Syrie.

    L’envoyé du Président américain Barack Obama pour la coalition anti-Daesh menée par les Etats-Unis, Brett McGurk, s’est rendu en visite à Kobane à la fin janvier – d’après ce qu’on a dit, pour discuter des futures opérations contre Raqqa et la province d’Hasakeh – cette dernière étant acquise à ce stade- provoquant la colère de la Turquie d’Erdogan. 

    « Cette opération a débuté, aussi tout un chacun sait que les seuls à combattre les groupes djihadistes extrémistes sont les FDS et les YPG », déclare fièrement Salah Jamil, membre des YPG. 

    « Les relations entre les Etats-Unis et nous ne seront pas rompues (par l’action négative des Turcs). Les Kurdes sont la force la plus puissante sur le terrain et engagés dans la vraie guerre ».

    jewsnews.co.il

Fighters from the Syrian Democratic Forces (SDF). AFP photo
Combattant des Forces Démocratiques Syriennes (SDF). AFP photo

 

ISIS fighters. (AFP/HO/ISIS)

 

1 COMMENTAIRE

  1. Bravo les Kurdes !!! C’est un Peuple non inventé ( pas comme les « palestiniens » ) qui a existé , et ils doivent recouvrer , ne serait-ce que l’autonomie des trois régions , turc , Irak et Syrie) !!!
    ERDOGAN doit Enrager !!!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.