La décision du Président Barack Obama d’envoyer un autre contingent de 250 hommes des forces spéciales (« Bérets Verts ») en Syrie n’est pas directement lié, comme on le claironne officiellement, à la guerre anti-terroriste contre Daesh (2ème volet de sa mission), mais plutôt au contexte des combats qui font rage, au cours de ces derniers jours, entre les Unités YPG kurdes et les milices liées à l’armée syrienne, dans la ville de Qamishli, la capitale kurde du Nord-Est de la Syrie. Il y a actuellement 50 hommes de troupes des forces spéciales américaines dans le pays. C’est ce que mentionnent les sources militaires de Debkafile.

Washington s’inquiète de l’influence russe qui se propage parmi les Kurdes syriens, en particulier parmi les principaux commandants des YPG. Paradoxalement, ce seraient les Russes qui encouragent les YPG à attaquer l’armée syrienne à Qamishli.

Selon des responsables à la Maison blanche, l’implication russe à Qamishli constitue la première violation de Moscou quant à l’accord intervenu à la fin 2015, entre Obama et pel Président russe Vladimir Poutine. Dans le cadre de cet accord, toute la Syrie à l’Est de l’Euphrate fait partie de la zone d’influence américaine, alors que tout le territoire syrien à l’ouest du fleuve correspond à la zone d’influence russe.

Les sources de Debkafile ajoutent que l’envoi de renforts américains est destiné à signaler à Moscou qu’il doit cesser d’interférer avec les Kurdes à l’Est de l’Euphrate.

DEBKAfile 26 avril 2016, 9:28 AM (IDT)

La situation à Qamishli peut s’envenimer à tout moment, puisqu’un site internet favorable au régime de Damas a affirmé jeudi que le Régime Assad a déployé “4000 combattants d’élite de la Garde Républicaine » à Qamishli et dans la ville proche d’Hasakeh, qui constituent les derniers bastions armés du régime au sein du Canton kurde de Cezire, de facto autonome.

 

 

Kurdish

 

 

Côté américain, ce déploiement de Bérets Verts lourdement armés est censé rejoindre le combat contre l’Etat Islamique en Syrie, selon la confirmation officielle de l’Administration Obama, le 24 avril.

Ces Bérets Verts font partie d’un détachement de 250 membres du personnel de l’armée américaine déployés en Syrie, augmentant à 300 hommes les forces américaines présentes en Syrie, pour aider les YPG kurdes dans leur combat contre Daesh. Ce groupe comprendra aussi un nombre non précisé de membres des troupes des unités médicales et logistiques.

A new deployment of 250 U.S. troops to Syria will consist mainly of Army Green Berets.

Un nouveau déploiement de 250 hommes de troupe U.S en Syrie, principalement composé de Bérets Verts de l’Armée.

L’expansion relative de la présence américaine en Syrie est destinée, en partie,à assister les combattants kurdes qui remportent les succès les plus remarquables sur le terrain contre Daesh. Ces forces américaines supplémentaires travailleront avec les miliciens Kurdes et d’autres (dont les Forces Démocratiques Syriennes, composées de Kurdes, de Chrétiens Assyriens et d’Arabes sunnites), alors qu’ils cherchent à isoler Raqqa, la capitale de fait en Syrie du groupe Daesh.

Le plan en direction de Raqqa fait suite à l’offensive réussie de l’an dernier dans le Nord de la Syrie, qui a été conduit essentiellement par les forces kurdes, appuyées par les forces aériennes américaines.  Cette progression mène peu à peu au découpage d’un ensemble d’enclaves kurdes autonomes dont la jonction reste encore à réaliser.

La Russie, pendant le même temps, dit avoir envoyé également des troupes pour combattre au côté des unités kurdes dans le Nord-Ouest de la Syrie et qu’elle fournit des armes aux Kurdes d’Irak.

Le Président Barack Obama a déclaré que ce déploiement de troupes fait partie des débats qu’il a eu avec un conseiller quant aux options qui prévalent si jamais le cessez-le-feu en Syrie est rompu [façon diplomatique de faire comprendre que les Russes l’auraient rompu, notamment autour de Qamishli ou/et qu’ils se préparent à donner l’assaut -avec les Iraniens, les Syriens et le Hezbollah- autour d’Alep].

« Aucune des options qui se posent à nous ne sont bonnes », a dit Obama au cours de sa visite la semaine dernier en Arabie Saoudite. « Cela a constamment été ma vision des choses que nous trouvions une solution politique en Syrie et que tous les acteurs externes impliqués doivent s’engager comme les acteurs internes à la Syrie… Plus tôt nous pourrons mettre un terme aux combats et résoudre cela sur le mode politique et meiux ce sera ».

2

 

Le Secrétaire à la Défense Ash Carter a annoncé le déploiement d’un nombre similaire d’hommes de troupe et de huit hélicoptères en Irak.

Pendant ce temps, l’Agence de presse turque sous contrôle du régime Erdogan a rapporté le 25 avril que les forces truques ont tué environ 900 membres présumés de Daesh depuis janvier 2016, par des tirs d’artillerie et des raids aériens.

En tant que membre de la coalition menée par les Etats-Unis combattant Daesh, la Turquie a tué 492″ « terroristes » depuis le 9 janvier dans des raids aériens, alors que 370 autres ont été tués par les frappes de l’artillerie, qui ont aussi détruit des dépôts d’armes, selon l’agence de presse.

Ces statistiques n’ont évidemment pas pu être vérifiées de façon indépendante.

Au cours des dernières semaines, la ville de Kilis, à la frontière turque s’est trouvée sous le feu d’attaques fréquentes de roquettes tirées par-delà la frontière, en Syrie, poussant l’armée à répliquer à chaque frappe par des tirs d’howitzer.

 

worldtribune.com

Adaptation : Marc Brzustowski

La rédaction de JForum, retirera d'office tout commentaire antisémite, raciste, diffamatoire ou injurieux, ou qui contrevient à la morale juive.

S’abonner
Notification pour
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires