Le Premier ministre soudanais Abdullah Hamdok, à droite, accueille le secrétaire américain au Trésor Steven Mnuchin dans le bâtiment du Cabinet à Khartoum, le 6 janvier 2021 ( Photo: AP )

Le Soudan adhère officiellement aux Accords d’Abraham par Shraga Blum janvier 6, 2021

Le gouvernement soudanais a officiellement annoncé qu’il adhère aux Accords d’Abraham. Le ministre soudanais de la Justice Nassr a-Din Abd el-Bari a signé au bas de la même déclaration déjà signée par les Emirats arabes unis et la Bahreïn. Du côté américain, c’est le secrétaire au Trésor Steve Mnuchin qui a signé, et il devrait arriver prochainement en visite en Israël.
La Maison-Blanche avait tenté d’organiser une cérémonie officielle de signature à Abou Dhabi, en présence du du président soudanais Abdel Fattah al-Buhran et du Premier ministre Binyamin Netanyahou, qui aurait effectué son premier voyage officiel dans les Emirats, mais le confinement en Israël et la situation tendue entre le Soudan et l’Ethiopie ne l’ont pas permis.

https://lphinfo.com/le-soudan-adhere-officiellement-aux-accords-dabraham/

 

Compléments Sur Ynet

La signature est intervenue un peu plus de deux mois après que Trump a annoncé que le Soudan commencerait à normaliser ses relations avec Israël.
Le mois dernier, l’administration Trump a finalisé le retrait du Soudan de la liste américaine des États sponsors du terrorisme, une incitation clé pour Khartoum à signer un accord avec Israël.
Avant le Soudan, l’administration Trump a élaboré des pactes diplomatiques à la fin de l’année dernière entre Israël et les Émirats arabes unis et Bahreïn – le premier depuis que la Jordanie a reconnu Israël dans les années 1990 et l’Égypte dans les années 1970. Le Maroc a également établi des relations diplomatiques avec Israël le mois dernier.

LR: Bahreïn FM Abdullatif al-Zayani, PM Benjamin Netanyahu, président américain Donald Trump et émirati FM Abdullah bin Zayed Al-Nahyan lors de la signature des accords d'Abraham à la Maison Blanche LR: Bahreïn FM Abdullatif al-Zayani, PM Benjamin Netanyahu, président américain Donald Trump et émirati FM Abdullah bin Zayed Al-Nahyan lors de la signature des accords d’Abraham à la Maison Blanche, septembre 2020 ( Photo: AFP )

Les accords sont tous conclus avec des pays géographiquement éloignés d’Israël et qui ont joué un rôle mineur, le cas échéant, dans le conflit israélo-arabe.
Les accords ont également contribué à l’isolement sévère et à l’affaiblissement des Palestiniens en érodant un consensus arabe de longue date selon lequel la reconnaissance d’Israël ne devrait être accordée qu’en échange de concessions dans le processus de paix.
Les États-Unis et le Soudan ont également convenu mercredi de régler la dette du pays africain envers la Banque mondiale, largement considérée comme une étape clé vers la reprise économique du pays après le renversement en 2019 de l’autocrate de longue date Omar al-Bashir.
Cette décision est intervenue lors de la visite de Mnuchin à Khartoum, faisant de lui le premier haut responsable américain à y atterrir depuis que l’administration Trump a retiré le pays africain de la liste des États parrains du terrorisme.
La visite de Mnuchin est intervenue après une visite d’une journée au Caire, où il a rencontré le président égyptien Abdel-Fattah el-Sissi, un proche allié des États-Unis. Les arrêts font partie d’une vague d’activités pendant les derniers jours de l’administration Trump. Le démocrate Joe Biden devient président le 20 janvier.
Le secrétaire américain au Trésor a rencontré le Premier ministre Abdalla Hamdok et devait rencontrer d’autres dirigeants soudanais, dont le général Abdel-Fattah Burhan, chef du conseil souverain au pouvoir.
La visite est intervenue « à un moment où nos relations bilatérales font des bonds historiques vers un avenir meilleur. Nous prévoyons de faire des progrès tangibles aujourd’hui alors que nos relations entrent dans une #NewEra », a tweeté Hamdok.
La visite d’une journée de Mnuchin s’est concentrée sur l’économie en difficulté du pays et une éventuelle assistance économique américaine, y compris l’allégement de la dette, selon le communiqué. Le Soudan a aujourd’hui plus de 60 milliards de dollars de dette extérieure. L’allègement de ses arriérés et l’accès aux prêts étrangers sont largement considérés comme sa porte d’entrée vers la reprise économique.
Le ministère soudanais des Finances a déclaré avoir signé un « protocole d’accord » avec le département américain du Trésor pour faciliter le paiement des arriérés du pays à la Banque mondiale.

https://www.ynetnews.com/article/SyYVzSmRD

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.