La mauvaise passe dans laquelle Bernard Cazeneuve se trouve depuis l’attentat du 14-Juillet à Nice risque bien de s’aggraver après ce témoignage. Sandra Bertin, cheffe du Centre de supervision (CSU) de Nice, parle dans le JDD de ce dimanche 24 juillet. Et cette policière municipale en charge de la vidéosurveillance dans la municipalité azuréenne, en poste le soir de l’attaque, raconte que le ministère de l’Intérieur aurait fait pression sur elle en lui dictant une partie du contenu de son compte-rendu de l’événement.

Sandra Bertin à la mairie de Nice, vendredi

 Sandra Bertin à la mairie de Nice, vendredi. (Eric Dessons/JDD)

Beauvau aurait demandé une version « modifiable » du rapport

« Le lendemain des attentats, le cabinet du ministre de l’Intérieur a envoyé un représentant au CSU qui m’a mis en ligne avec la place Beauvau », explique la policière, par ailleurs secrétaire générale du Syndicat autonome de la fonction publique territoriale de Nice. Son interlocuteur lui aurait alors demandé un rapport circonstancié « signalant les points de présence de la police municipale, les barrières ». Il fallait aussi, selon Sandra Bertin, « bien préciser que l’on voyait aussi la police nationale sur deux points dans le dispositif de sécurité ». Or, explique la fonctionnaire de police, « la police nationale était peut-être là, mais elle ne m’est pas apparue sur les vidéos ».

Toujours d’après la patronne du CSU, l’interlocuteur de la place Beauvau lui demande d’envoyer « une version modifiable du rapport, pour ‘ne pas tout retaper’« « J’ai été harcelée pendant une heure, continue Sandra Bertin. On m’a ordonné de taper des positions spécifiques de la police nationale que je n’ai pas vues à l’écran ». La policière choisira finalement d’envoyer une version électronique non modifiable accompagnée d’une autre version, modifiable celle-là. La place Beauvau n’a pas encore officiellement réagi ce dimanche matin à ce témoignage accablant.

Marianne

La policière responsable de la vidéosurveillance à Nice accuse le ministère de l’Intérieur

La policière explique qu’au lendemain du drame, elle a été mise en relation avec « un représentant » du cabinet du ministère de l’Intérieur qui lui a demandé « un compte-rendu signalant les points de présence de la police municipale, les barrières ». Il lui a également été instamment demandé « de bien préciser que l’on voyait aussi la police nationale sur deux points dans le dispositif de sécurité ». Or, la responsable assure, après visionnage des images, n’avoir pas vu d’agents aux endroits indiqués : « La police nationale était peut-être là, mais elle ne m’est pas apparue sur les vidéos. »

La présence de policiers nationaux à l’entrée de la zone piétonne par laquelle s’est engouffré le camion du terroriste est au centre d’une vive polémique, dans laquelle l’opposition, notamment portée par l’ex-édile LR de Nice – encore très actif pour la ville – Christian Estrosi, demande la démission de Bernard Cazeneuve. Le ministre de l’Intérieur a en effet affirmé dans un communiqué publié le 16 juillet que la police nationale était bien présente aux « points les plus sensibles » du périmètre de sécurité entourant la Promenade des Anglais.

Une version que le ministre de l’Intérieur a maintenu dans sa réponse à Libération jeudi dans un communiqué : « Le dispositif mis en place le 14 juillet était, pour ce qui concerne la police nationale, conforme en tous points aux réunions préparatoires. » Désormais, le ministère va devoir répondre aux accusations de Sandra Bertin.

JDD

7 Commentaires

  1. J’aimerai que un sondage demande aux français ( de bon sens…et il y en a ) s’il pense que la policière municipale, enregistrements vidéo à l’appui et témoignages du dialogue avec commissaires de police et émissaires de l’intérieur, s’amuserai à altérer une version des faits relatés. Seule la vérité peut donner à quelqu’un la force de se mesurer à un ministère. Et j’espère que cette vérité va éclater en plein jour, par le travail du ministère de la justice, au nom de la chère séparation des pouvoirs à Montesquieu. Car, si tel ne devrais pas être le cas, si nous devions encore une fois être ensevelis par les mensonges d’État, ce n’est certainement pas le gentil et tendre rapport de l’inspection générale de la police nationale qui va changer le cours des choses. Une chose est certaine: des hommes politiques crient au scandale car, en ces heures sombres, on cherche à analyser le pourquoi du comment au lieu d’observer le deuil des victimes. En oubliant que c’est justement la révolte à cet esprit de fatalité et du  » ..on ne pouvait rien faire..le dispositif était pertinent à la menace… » qui nous engage à empêcher que nos pauvres victimes ne meurent deux fois..

  2. Le nuage de fumée a été allumé: Cazeneuve annonce qu’il porte plainte contre Sandra Bertin pour diffamation. Il ira jusqu’au bout pour ne pas reconnaître son incompétence, pourtant notoire.

  3. Voila sans doute , si la policière dit vrai ,les prémisses d’un renversement du pouvoir , ce dernier l’aura bien cherché ! et ceux qui entreprendront la démarche seront les français qui se découvriront vendus depuis des décennies à une cause très trouble .

  4. Sandrine Bertin risque gros si comme dit le gouvernement, aurait menti!!!!!!!!!!!!!!! alors qui ment, qui dit la vérité?
    Les victimes de cette barbarie doivent être respectées en disant la Vérité!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

  5. Cazeneuve démissionner ? Jamais ! Et puis ce serait un « signal faible » envoyé à Daech, vous comprenez ? Alors laissons le compteur continuer à tourner pour battre tous les records de morts et de blessés jusqu’à la prochaine élection présidentielle. Parce qu’en à peine deux ans l’arrogant Cazeneuve a déjà un sacré palmarès !

    • Ce n’est pas que cazeneuve qui doit démissionner mais c’est tout le gouvernement de la gauche qui a montré une fois de plus qu’ils étaient incapable de nous protéger, mais quoi qu’il en soit ils ont pas fini de dire bla….bla…bla

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.