Palestinian workers making Hand Sanitizer Gel at a factory in Khan Younis, in the southern Gaza Strip, on March 16, 2020. Photo by Abed Rahim Khatib/ Flash90 *** Local Caption *** קורונה וירוס עזה פלסטינאי פלסטינאים אלכו ג'ל חיטוי ידיים עזה

Le Hamas autorise discrètement les médecins de Gaza à suivre une formation COVID-19 en Israël

Le personnel médical de Gaza a reçu une formation en Israël sur le nouveau coronavirus dans une coordination entre le Hamas et Israël qui n’a pas été rendue publique.

al-monitor Le Dr Mohammed Guneym donne des conférences sur les précautions à prendre contre le COVID-19 lors d’un sermon du vendredi à la Grande Mosquée de Gaza, également connue sous le nom de Grande Mosquée Omari, ville de Gaza, bande de Gaza, le 20 mars 2020. Photo d’Ali Jadallah / Anadolu Agency via Getty Images.

Entsar Abu Jahal

Entsar Abu Jahal

Entsar Abu Jahal est une journaliste palestinienne couvrant l’actualité. Elle poursuit actuellement une maîtrise en journalisme et travaille avec plusieurs revues locales et arabes, ainsi qu’avec diverses stations locales.

26 avr.2020

GAZA CITY, Bande de Gaza – Le personnel médical palestinien de Gaza aurait reçu une formation en Israël pour faire face au nouveau coronavirus, ce qui soulève des questions parmi les Palestiniens sur la question de savoir si la formation est le résultat d’une coordination entre Israël et le gouvernement du Hamas à Gaza, l’Autorité palestinienne à Ramallah ou peut-être le résultat de l’action d’un groupe humanitaire.

Le 11 avril, la chaîne de télévision publique israélienne Kan a rapporté que des équipes israéliennes avaient formé des médecins, des infirmières et d’autres personnels médicaux à Gaza sur le traitement des patients COVID-19. Le rapport indique qu’une équipe du centre médical Sheba de Tel Hashomer à Ramat Gan, en Israël, a organisé un cours de formation de plusieurs heures pour une vingtaine de travailleurs médicaux de Gaza au passage d’Erez.

Selon le rapport, un autre groupe de médecins et d’infirmières a ensuite été autorisé à quitter la bande de Gaza pour suivre une formation au centre médical Barzilai à Ashkelon, dans le sud d’Israël.

Fathi Abu Warda, un conseiller du ministère de la Santé de Ramallah, a déclaré à Al-Monitor que le ministère a coordonné une réunion de 10 médecins de Gaza et 10 de Jéricho avec des médecins israéliens pour aborder le COVID-19 et les mesures médicales nécessaires pour empêcher la propagation du coronavirus. Il a déclaré que la formation avait eu lieu le 23 mars du côté israélien du passage d’Erez, notant : « Les médecins ont été choisis en fonction de leurs spécialités, qui comprenaient la médecine préventive, l’épidémiologie et les soins intensifs« .

Cependant, Abu Warda a déclaré qu’il trouvait étrange qu’un autre groupe de médecins et d’infirmières du gouvernement de Gaza dirigé par le Hamas ait reçu plus tard une formation en Israël  sans coordination avec le ministère de la Santé à Ramallah.

«Quatre médecins du gouvernement de Gaza, dont le directeur de la coopération internationale au ministère de la Santé de Gaza, Abdul Latif al-Hajj, ont reçu une formation en Israël. Six infirmières et techniciens de laboratoire ont suivi une autre session de formation en Israël, également à notre insu », a-t-il expliqué.

Abu Warda a noté que son ministère avait découvert la formation lorsque l’équipe a quitté Gaza par le passage d’Erez et est passée par le point de contrôle de l’AP. «Tout le monde a été surpris que Gaza ait coordonné une telle formation, puisque l’Autorité palestinienne est connue pour sa coordination avec la partie israélienne, pas avec le gouvernement du Hamas.»

Al-Monitor a contacté le Hajj pour demander qui avait organisé la formation, mais il n’a pas encore répondu à la date limite.

Abu Warda a déclaré qu’il avait contacté le ministère de la Santé à Gaza pour savoir comment la coordination s’était déroulée, mais il n’a pas obtenu de réponse.

Il a noté que le gouvernement de Gaza avait également refusé d’envoyer des échantillons à Ramallah pour être testé pour le nouveau coronavirus et les avait envoyés à Israël à la place. Le ministère de la Santé de Ramallah n’a pas non plus été informé de la création du laboratoire à Gaza grâce à des dons d’entreprises chinoises et israéliennes. «Nous n’en avons entendu parler que dans les médias. Il semble que Gaza ait pu trouver un débouché direct pour communiquer avec la partie israélienne sans que nous le sachions. »

Abu Warda a souligné que le ministère de la Santé à Ramallah ne cessera pas d’envoyer du soutien à Gaza.

Al-Monitor a contacté Abdel Nasser Sobh, directeur du bureau de l’Organisation mondiale de la santé dans la bande de Gaza, qui a confirmé qu’il n’avait aucune connaissance préalable de la formation en Israël.

Une source bien informée du gouvernement de Gaza a déclaré à Al-Monitor sous couvert d’anonymat que le gouvernement ne voulait pas parler aux médias de la question, afin de ne pas annoncer qu’il existe des relations entre Israël et le gouvernement de Gaza. « Selon les accords internationaux, Israël est obligé de subvenir aux besoins médicaux et humanitaires de Gaza », a indiqué la source.

Al-Monitor a appris de sources des droits de l’homme que la coordination de la formation en Israël est venue des médecins israéliens pour les droits de l’homme, ONG qui communique directement avec le gouvernement de Gaza pour fournir une certaine assistance et un soutien. Les sources ont affirmé que le Hamas cache la relation pour éviter les accusations de normalisation avec Israël.

Tayseer Mohsen, professeur de sciences politiques à l’Université Al-Azhar de Gaza, a déclaré à Al-Monitor que ces développements montrent que le gouvernement de Gaza s’efforce d’obtenir des fournitures et d’atténuer la crise humanitaire dans l’enclave elle-même au lieu d’attendre que l’Autorité palestinienne réponde.

Il a ajouté: «Il semble que le gouvernement de Gaza ait utilisé la crise des coronavirus en sa faveur, dans ses relations avec la partie israélienne, pour examiner dans quelle mesure Israël peut accepter une voie humanitaire directe entre Gaza et Israël, comme les deux parties préfèrent traiter indirectement lorsqu’il s’agit de questions politiques. »

Mohsen pense que la formation des médecins de Gaza en Israël a été dissimulée pour éviter les critiques populaires, car les informations auraient été exploitées par ceux qui s’opposent au Hamas et à la voie administrative pour les différends politiques. Il a, en outre, fait valoir que le gouvernement de Gaza ne voulait pas mettre en valeur le côté humanitaire d’Israël, affirmant que cela pourrait influencer le public palestinien.

Il a ajouté: «Il aurait été préférable que le gouvernement de Gaza se montre clair devant le public et clarifie tous les détails.»

Mustafa al-Sawwaf, analyste politique proche du Hamas, a déclaré à Al-Monitor que l’Autorité palestinienne avait dispensé une formation à ses médecins à Gaza mais que le gouvernement de Gaza devait trouver un moyen de former les siens. «Les institutions des droits de l’homme et humanitaires ont peut-être coordonné l’entrée des médecins de Gaza [en Israël] et le gouvernement de Gaza ne veut pas parler de la question afin de ne pas compliquer le problème», a-t-il expliqué.

Ibrahim al-Madhoun, analyste politique proche du Hamas, a déclaré à Al-Monitor : «Il semble que puisque les médecins de Gaza sont sous blocus et ne peuvent pas voyager pour recevoir une formation et assister à des conférences sur la façon de faire face à cette pandémie, ils ont dû s’entraîner avec les Israéliens . « 

Madhoun a ajouté: «La formation relève du cadre humanitaire et des services, et elle n’a aucune dimension politique ou sécuritaire.» Il a souligné que la formation montre que le Hamas est capable de faire la distinction entre les questions politiques et de sécurité et les besoins humanitaires urgents de Gaza.

al-monitor.com

9 Commentaires

  1. Il reste à espérer que les Médecins de Gaza soient de vrais médecins, et Hamas ou pas, le fait de sauver des vies est dans leur mission…Israël a raison de procéder ainsi!

  2. Bibi et sa politique incompréhensible face au Hamas. Sur ce sujet il a tout raté Le Hamas est toujours aussi virulent et terrorise et assasine toujours autant.

  3. COVID 19 L’INVISIBLE À L’ŒIL HUMAIN FAIT TRÈS PEUR MÊME À CES DÉCÉRÉBRÉS DE DIRIGEANTS POLITIQUES POURQUOI ⁉️ ILS AIMENT LA MORT ILS DEVRAIENT ÊTRE HEUREUX AVEC COVID 19 C’EST L’OPPORTUNITÉ D’ALLER DIRECTEMENT AU PARADIS D’ALLAH ET REJOINDRE TOUTES LES VIERGES

  4. donc Israël sauverait le hamas pour que le hamas puisse les assassiner et, ne serait-ce pas un plan du hamas pour entrer en Israël pour mieux par la suite les espionner et par la suite les assassiner.Il a été prouver qu’au hamas ce sont des assassins sanguinaire, j’espère qu’Israël ne rentrera pas dans ce piège que le hamas leur tend.

    • D’abord, il y a prise de précaution épidémiologique, qui fait que si des médecins savent juguler la pandémie à Gaza -avec l’aide professionnelle, matérielle et psychologique d’Israël – les chances diminuent qu’une éventuelle infection de masse finisse par passer les frontières pour se répandre aussi dans le sud d’Israël (bouclage de Netivot, entre autres, actuellement).
      L’article insiste bien sur la séparation du médical et humanitaire de toute connotation politique : ce n’est pas « le Hamas » qu’Israël sauve, mais la population qui approchera ces médecins formés.
      Sur le plan politique : tous ces médecins formés sont contrôlés sur le plan sécuritaire et s’ils entrent, même sur le terminal d’Erez, c’est qu’ils sont hors de cause en matière d’action ou de préparation « terroriste ». Ne prenons pas le Shin Bet pour des billes.
      C’est aussi une façon indirecte de rendre le Hamas tributaire, même s’il ne le reconnaît pas, et de le « faire dûment payer » lors, par exemple d’une transaction d’échange des dépouilles des soldats retenues (Lieutenant Hadar Goldin et Oron Shaul, ainsi que les deux otages civils égarés -Avera Avraham Mengistu et le Bédouin Hisham al-Sayed- )

      Ensuite, il y a les obligations propres d’un grand Etat sur le plan international et sur la représentation qu’il se fait de lui-même en termes d’éthique nationale et médicale : face à un risque pandémique, Israël ne peut pas « tout-à-fait » laisser mourir une population à ses portes sans prendre les précautions susmentionnées, quitte, après la formation donnée et des matériaux suffisants apportés : dire « Maintenant vous avez les moyens de vous débrouiller ».

      La realpolitik, – de l’ordre du compromis sans compromission- contrarie toujours les nobles idéaux.

  5. Pour détendre l’atmosphère .
    Histoire vraie .
    Ça s’est passé hier , lors d’une visite de routine chez mon médecin ( un Juif tunisien ) .

    Voulant tester ma mémoire il me demande  » quel jour et quelle année sommes nous aujourd’hui  » ?

    Je lui réponds 52 avant JC .

    Il a souri et m’a dit :  » c’est bon , si vous vous souvenez de cette date , vous devez connaitre la date d’aujourd’hui  » .

    En fait je ne la connaissais pas exactement .

  6. Avons nous la mémoire courte ?

    Souvenons nous de Gilad Shalit :

    Voilà ce qu’on apprend alors que l’un des des chefs du Hamas ( ou sa fille , je ne me souviens pas trés bien ) se faisait soigner dans un hôpital en Israël /

     » Le 25 avril 2010, la branche armée du Hamas poste sur son site Internet un dessin animé en 3D qui vise à faire pression sur les autorités israéliennes. On y voit le père de Gilad Shalit déambuler, devenant de plus en plus vieux, dans des rues désertes d’une ville d’Israël. En off, on entend la voix réelle de son fils – des extraits d’anciens enregistrements de l’otage – exhorter le gouvernement israélien à obtenir sa libération en échange de détenus palestiniens. A la fin du film, Gilad Shalit est remis aux Israéliens dans un cercueil entouré du drapeau israélien. Mais ce n’était qu’un mauvais songe : « l’espoir demeure », assure le narrateur  » .

    Devons nous faire confiance à ces monstres ?

    Des criminels cyniques profitant de nos valeurs .

  7. @Madhoun a ajouté:

    «La formation relève du cadre humanitaire et des services, et elle n’a aucune dimension politique ou sécuritaire.» Il a souligné que la formation montre que le Hamas est capable de faire la distinction entre les questions politiques et de sécurité et les besoins humanitaires urgents de Gaza.  »

    C’est à dire que rien a changé :  » continuons à tuer des Juifs .  »

    Comment faire la paix avec ces monstres ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.