Le coronavirus ne rendra pas le Moyen-Orient meilleur

2
833

Le coronavirus ne rendra pas le Moyen-Orient “tout sucre et miel” (plein de meilleures intentions) – analyse

Qu’il y ait ou non une pandémie, Israël a toujours des défis stratégiques et de défense extrêmement importants à relever.

LES POLITIQUES ONT MODIFIÉ la loi sur la conscription en créant des projets de quotas annuels, dont le suivi par l'armée israélienne est désormais avéré défectueux (crédit photo: MARC ISRAEL SELLEM / LE POSTE DE JÉRUSALEM)
LES POLITIQUES ONT MODIFIÉ la loi sur la conscription en créant des projets de quotas annuels, dont on a maintenant démontré que le contrôle par Tsahal est défectueux
(crédit photo: MARC ISRAEL SELLEM / LE POSTE DE JÉRUSALEM)

Coronavirus ou non, confinement ou non, distanciation sociale ou non, Tsahal a ” accueilli ” dimanche des centaines de nouvelles recrues Golani et Givati ​​à la base de récpetion de l’armée à Tel Hashomer alors que la grande phase de mars pour l’enrôlement dans l’armée prenait sa pleine vitesse de croisière.

La routine aurait pu être différente cette fois-ci: moins d’amis et de membres de la famille à portée de main pour la prise de congé émotionnelle, plus de distance entre les incorporés, quatre centres différents mis en place pour répartir le processus, des médecins à portée de main pour dépister ceux qui montrent des signes de l’infection – mais le processus s’est poursuivi comme d’habitude. L’incorporation, contrairement à l’école, au travail, au théâtre et à la synagogue, n’a pas été annulée ni reportée à cause du fléau qui frappe.

C’est une chose que le pays ne peut pas reporter – il n’a pas ce luxe. Qu’il y ait ou non une pandémie, Israël doit toujours faire face à des défis stratégiques et de défense extrêmement importants, et le fait que l’incorporation de mars dans l’armée se déroule comme prévu est un signe que la nation se rend compte que le coronavirus n’a pas rendu la région d’Israël plus sûre. Au moins pas encore.

“Le coronavirus ne modère pas nécessairement le comportement des différents acteurs du Moyen-Orient”, a déclaré Efraim Inbar, président de l’Institut de Jérusalem pour la stratégie et la sécurité (JISS), avertissant que le pays ne devrait pas sombrer dans la complaisance.

“Nous ne devons pas penser que les gens de l’autre côté de nos frontières agiront bien mieux, maintenant, à cause du virus”, a-t-il déclaré. “Nous ne devons pas penser que parce qu’eux aussi ont le Coronavirus, leur haine envers nous a diminué.”

S’exprimant spécifiquement sur l’Iran, le pays du Moyen-Orient le plus durement touché par le virus où près de 1 600 personnes (et jusqu’à 3.300 selon des chiffres non-officiels) – dont certains hauts responsables – sont décédées, Inbar a demandé: «Pensez-vous que les membres de la force al-Quds débattent de l’ampleur du Corona, ou plutôt comment augmenter l’influence de l’Iran dans la région? ”

La semaine dernière, dans un document exprimant les positions au sein de son groupe de réflexion, Inbar a écrit: «Le coronavirus qui a frappé notre région n’a pas diminué la motivation de nos ennemis de nuire à l’État juif. Le fanatisme anti-juif n’a fait qu’augmenter avec la propagation des théories du complot selon lesquelles les Juifs sont responsables du virus.

Et à son avis, cela ne se limite pas aux Iraniens. Dans un scénario particulièrement frappant, Inbar a déclaré qu’Israël est «susceptible de subir des attaques de kamikazes qui sont eux-mêmes atteints de corona». Dans le passé, a-t-il dit, les organisations terroristes palestiniennes ont utilisé des personnes en détresse pour attaquer Israël, que ce soit une détresse physique ou financière. Le virus va maintenant agrandir ce réservoir de recrutement.

Et la réserve potentielle s’agrandit à un moment où Israël oblige désormais les travailleurs palestiniens en Israël à dormir dans le pays pour limiter leur exposition au virus en Cisjordanie, et à un moment où le Shin Bet (Agence de sécurité israélienne) – responsable du suivi des risques potentiels pour la sécurité – est également occupé à garder un œil sur les Israéliens infectés par la maladie, pour s’assurer qu’ils n’infectent pas les autres.

“La sécurité d’Israël a certainement été affectée par le fléau”, écrit-il, ajoutant que Tsahal est confrontée à une pénurie chronique de main-d’œuvre qui s’aggrave maintenant en raison du nombre de soldats malades ou isolés à cause de cela. «Certes, le virus frappe plus durement les personnes âgées, mais on ne sait pas dans quelle mesure il nuira à la capacité de Tsahal à agir rapidement maintenant et pendant une période prolongée. Il y a des exemples dans l’histoire où les armées se sont désintégrées à la suite de fléaux. »

Le collègue d’Inbar à JISS, Eran Lerman, ancien chef adjoint du Conseil de sécurité nationale, a également mis en garde contre le fait de penser qu’Israël peut lâcher du regard le ballon iranien en raison de l’étendue des ravages du virus. «La région reste assez volatile, en particulier la conduite iranienne, et la profondeur de la crise des coronavirus en Iran ne se prête pas nécessairement à des hypothèses optimistes sur une solution à la crise nucléaire iranienne

Et bien qu’il soit probablement vrai que, tout comme le virus absorbe une grande partie de l’énergie et de l’attention d’Israël, il fait probablement de même en Iran également, Lerman a déclaré qu’il n’avait pas entendu un «mot sur la volonté des Iraniens de renoncer à leur lutte implacable »concernant leur programme nucléaire.

Et même alors qu’Israël se bat contre COVID-19, a-t-il dit, «nous devons tenir compte du fait que la question nucléaire iranienne reste un fil d’actualité» et que c’est une question qui «doit être au centre de notre attention».

Alors que certains supposent que l’étendue de la crise en Iran peut inciter les Iraniens à modérer leur comportement comme un moyen d’obtenir une aide internationale pour faire face à la crise, Lerman a déclaré que «cela pourrait aller dans le sens inverse et ils pourraient mener des actes provocateurs, pour tenter de forcer la communauté internationale à prêter attention à leur misère. C’est ainsi qu’ils savent attirer l’attention. Ils pourraient dire : «Nous mourons, mais vous mourrez également à moins que vous ne nous donniez l’argent pour acheter tout ce dont nous avons besoin pour faire face à la pandémie».

Lerman a déclaré qu’Israël doit également se préparer, maintenant, au pire des scénarios en Amérique, selon lequel la crise se prolongera et plongera les États-Unis dans une «crise profonde».

Israël, qui reçoit chaque année 3,8 milliards de dollars d’aide militaire des États-Unis dans le cadre d’un protocole d’accord de 10 ans signé avec l’administration Obama, doit se préparer à une situation où les États-Unis – en raison de ce que représentera probablement le coût énorme de la crise – pourrait ajuster les priorités.

«La conséquence pour Israël peut être budgétaire», a-t-il dit. “Nous devons nous préparer, ce qui signifie que nous devons garder une ration d’acier, de l’argent dans le coffre-fort, pour fournir une capacité importante afin de prendre soin de nous si nécessaire.”

En d’autres termes, Lerman déclare qu’Israël doit être prêt – pour faire face au coronavirus et conserver ses capacités défensives au niveau suffisant – à puiser dans les énormes réserves de devises étrangères qu’il a accumulées au fil des ans et qui, à la fin de décembre ont atteint un record de 126 milliards de dollars.

«Face à un niveau élevé d’incertitude politique et économique sur l’avenir des États-Unis», a-t-il écrit dans un document reflétant les positions du JISS publié vendredi, «il est nécessaire de préserver et de conserver les ressources (en dollars) pour financer Tsahal, en vue des acquisitions d’équipements nécessaires pour une période de plusieurs années, même dans les circonstances (improbables, mais aujourd’hui pas complètement impossibles) d’un changement dans le soutien actuel du Congrès. »

Adaptation : Marc Brzustowski

2 COMMENTS

  1. C est vrai rien ne a changé ,avant la shoah et après .
    Il faut tenir compte que l état Juif repose sur 51 % de sa population ,les autres arabes ,naïfs de la “GOCHE ” gochistes soutenus par l Europe avec leurs multitudes d ong .
    La communauté Juive dans le monde fond comme le beurre ,elle voté pour nos ennemis ,voir les USA .
    Nous sommes seuls ,comme toujours ,et nous ferons avec ,malgré nous !

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.