Jésus Palestinien – Le cadeau de Noël révisionniste du journal La Croix  par InfoEquitable

La rédaction de La Croix a supprimé un tweet affirmant que Jésus était palestinien. Mais l’article, et ses inexactitudes historiques, demeure intact.

___

Mise à jour : l’erreur historique corrigée dans l’article en ligne

La principale faute historique que nous signalons ci-dessous, la désignation de la Palestine comme nom de la province romaine au moment de la naissance de Jésus, a été corrigée dans la version électronique de l’article qui explique désormais que c’est le « nom donné à la Province romaine par Hadrien 135 ans après sa naissance ».

La Province romaine fut en effet renommée Syria Palaestina (pour être complet…) en ce temps là, ce qui démontre bien que quand « pour les Palestiniens, chrétiens et musulmans, il est Palestinien » comme le dit aussi l’article, il s’agit d’une révision de l’histoire.

Merci à la rédaction de La Croix d’avoir procédé à cette rectification. Il serait bon qu’elle apparaisse également dans les colonnes d’un prochain numéro afin d’en informer également les lecteurs de l’édition papier du 16 décembre dans lequel cet article fut initialement publié.

___

Messe de minuit, cadeaux au pied du sapin… Chaque année, Noël est l’occasion de renouveler des rituels ancestraux. Il est un rituel moins heureux mais qui revient lui aussi immanquablement à la fin décembre, c’est celui de diffuser dans la presse des articles sur Noël à Bethléem, ville natale de Jésus, sous un angle identifiant les Palestiniens à Jésus et attaquant Israël qui les persécuterait.

Cette année, c’est dans le journal catholique La Croix que ce rituel a été mené avec le plus de zèle, à travers un article sobrement intitulé « Noël à Bethléem ».

L’article était précédé d’un chapeau, repris également sur les posts Twitter et Facebook assurant sa diffusion :

Jésus, expliquait donc La Croix, était « Palestinien et prophète en islam ».

Cette récupération a suscité un tollé sur les réseaux sociaux. Nombre d’internautes ont fait remarquer que sur les représentations de la croix est traditionnellement inscrite la mention « INRI », abréviation de « Iesvs Nazarenvs, Rex Ivdæorvm » : « Jésus le Nazaréen, roi des Judéens ». Les Judéens étant les habitants de la Judée, territoire du royaume de la tribu de Juda, c’est à dire les Juifs (dont le nom Yehudim en hébreu désigne les habitants de Yehudah, la Judée). Bref, Jésus était juif.

Devant les protestations, le directeur de la rédaction de La Croix Jérôme Chapuis a concédé que les internautes étaient « choqués à juste titre » et annoncé que le « tweet qui ne correspond en rien au contenu de l’article a été supprimé ».

Le chapeau de l’article dans sa version électronique a lui aussi été retouché. La phrase controversée a été supprimée.

C’est une réaction salutaire… mais qui ne nous paraît pas tout à fait suffisante.

Car le tweet n’est pas seul en cause, et l’article n’est pas si déconnecté de ce dernier que veut bien le dire M. Chapuis.

En effet, l’auteur se démène tout au long du texte pour identifier Jésus à la Palestine. Ainsi, dès le premier paragraphe, on apprend que Bethléem est « la ville la plus connue de Palestine ».

Les festivités de Bethléem sont décrites comme un événement plébiscité par les musulmans qui sont « les plus nombreux » à y assister : évidemment, puisque les chrétiens autrefois majoritaires dans la ville, dont ils constituaient 80% des habitants jusque dans les années 50, se sont pour la plupart exilés. Ils ne représentent plus qu’une dizaine de pourcents des Bethléémites, l’intolérance de certains de leurs voisins musulmans n’étant pas étrangère à ce destin.

Encore tout récemment, au mois d’octobre, on a rapporté l’attaque d’une église aux environs de Bethléem par des émeutiers musulmans.

Jésus Palestinien, dans l’article comme dans le tweet

C’est à la lecture du passage suivant que nous estimons que le tweet rétracté reflète bien davantage l’article que ce que laisse entendre le directeur de la rédaction. La description de Jésus comme Palestinien correspond bel et bien au contenu de l’article :

« Et puis Jésus, dans l’islam, est un prophète et pour les Palestiniens, chrétiens et musulmans, il est Palestinien. Sa judaïté n’est pas niée, elle est juste consciencieusement occultée. »

Ah bon. Faire de Jésus un Palestinien – donc un Arabe comme les Palestiniens actuels – ne nierait pas sa judéïté (et il n’y aurait aucun mal à « l’occulter »).

Sauf que. Sauf que pendant des siècles, la théologie de la substitution a essayé de substituer le christianisme au judaïsme, considéré comme caduque. Et que remplacer l’identité juive de Jésus par une identité palestinienne arabe relève exactement du même procédé.

Et par conséquent, le tweet était peut-être plus maladroit que l’article car il se passait de précautions oratoire, mais il était bel et bien lié à son contenu.

La palestinisation de Jésus passe par une réécriture l’histoire dans les colonnes de La Croix

Le dernier paragraphe en offre la confirmation en commettant une immense tromperie historique :

« Jésus, comme eux [chrétiens et musulmans] enfant de Palestine –c’était, après tout, le nom de la province romaine au moment de sa naissance ».

C’est en l’an 135, après l’écrasement de la révolte juive de Bar Kochba et l’envoi en exil de la plupart des Juifs qui habitaient encore la Judée, que l’empereur romain Hadrien décida d’effacer le nom de la Judée qui signifiait l’appartenance de la région au peuple juif. Désormais, la Judée serait connue comme province romaine de « Syria Palaestina ».

Un siècle sépare l’an 33, celui de la crucifixion de Jésus, et l’an 135 lors duquel la province prit un nom qui bien plus tard ressurgit sous le mandat britannique pour finir par être récupéré par la population arabe connue aujourd’hui comme les « Palestiniens ».

Un article écrit par une érudite

L’auteur de l’article, Marie-Armelle Beaulieu, n’est pas une stagiaire qui pourrait prétendre être ignorante de cette histoire.

Elle est depuis 15 ans la rédactrice en chef de Terre Sainte Magazine, le journal des Franciscains de la Custodie de Terre Sainte qui se décrit comme « la seule publication chrétienne en langue française pensée et écrite à Jérusalem », et vit à Jérusalem.

Elle connaît forcément sur le bout des doigts l’histoire de cette contrée et tout particulièrement celle de Jésus.

Or elle ne semble pas porter les Juifs dans son coeur. En témoigne cet extrait d’une interview sur la chaîne israélienne i24NEWS dans laquelle elle avait essayé de s’aventurer à rendre les Juifs responsables de l’oppression des chrétiens de Terre sainte en prétendant que le Talmud les poussait à mépriser ces derniers.

En d’autres terme, les Juifs seraient responsables in fine de l’animosité que leurs voueraient en retour certains chrétiens; autrement dit, ce sont les Juifs eux-même qui provoqueraient l’antisémitisme, mérité en quelque sorte.

Le retrait du tweet apparaît à cet égard comme un geste destiné à étouffer la polémique. Mais ledit tweet a eu le temps d’être vu 170,000 fois, et l’article est donc non seulement tendancieux mais faux au moins sur un point, celui de cette naissance de Jésus dans une province de Palestine.

Ce point n’est pas anodin, puisqu’il s’agit d’une falsification qui permet de faire passer Jésus pour un Palestinien.

Nous pensons que cet article publié dans l’édition papier du 16 décembre de La Croix mérite davantage que le retrait d’un tweet, dont les lecteurs du journal n’auront pour beaucoup pas été informés.

Un véritable rectificatif, au moins sur ce point historique, aurait sa place dans les colonnes de La Croix pour réparer pleinement les égarements de ce texte, d’autant plus graves qu’ils ont été publiés dans un journal catholique pouvant se prévaloir d’une spécialisation sur le fait religieux et historique.

par InfoEquitable

BETHLÉEM,ISRAËL,JÉSUS,LA CROIX,NOËL,PALESTINIENS

4 Commentaires

  1. Comment sait on que Jésus est né à Bethléem et est mort en l’an 33 ?

    Deux évangiles le font naître à Bethléem, mais cela vient du prophète Michée. Si la famille de Jésus doit se faire enregistrer à Bethléem lors du recensement de Quirinus ( en l’an 4 ), c’est parce que Joseph descend de David, né à Bethléem. Mais le but du recensement n’est pas de faire des recherches généalogiques, mais d’établir l’assiette de l’ impôt. Joseph a du être enregistré soit dans son village, soit à proximité.

    Le texte évangélique nous informe que Jésus commence à prophétiser vers’ âge de trente ans, et qu’on lui dit : tu n’as pas encore cinquante ans. Mais cela vient des Nombres, sur l’ âge requis pour exercer des fonctions sacerdotales.

    Enfin il est douteux que sa prédication ait duré trois ans, les autorités romaines n’auraient pas laissé vivre si longtemps un prophète messianique.

    Jésus palestinien est exactement la même chose que le Jésus aryen qui fut très à la mode autrefois.

    • Bonjour Schlemihl,

      D’après l’Evangile de Matthieu, Jésus est bien né à Bethléhem :  » Jésus étant né à Bethléhem en Judée au temps du roi Hérode, voici des mages d’Orient arrivèrent à Jérusalem  » . Mat 2.1

      En cela, Jésus a accompli les paroles du prophète Michée : » Et toi, Bethléhem, terre de Juda, tu n’es certes pas la moindre entre les principales villes de Juda, car de toi sortira un chef qui paîtra Israël, mon peuple ». Mic 5.1

      Il n’est pas douteux que son ministère est duré 3 ans et qu’il n’ait pas été inquiété par les autorités romaines. Les Romains reconnaissaient la religion hébraïque au sein de l’Empire et les Juifs pouvaient rendre un culte à Dieu librement tant que cela ne nuisait pas à la paix civile.

      De-plus, Jésus avait une mission, celle d’accomplir tout ce qui avait été dit de Lui dans les Ecritures, surtout celle d’aller à la croix pour s’offrir en sacrifice en vue de la rémission des péchés. Ainsi les paroles du Prophète Esaïe s’accomplissent:

      « Cependant, ce sont nos souffrances qu’il a portées, c’est de nos douleurs qu’il s’est chargé, et nous l’avons considéré comme puni, frappé de Dieu et humilié.
      Mais il était blessé pour nos péchés, brisé pour nos iniquités,; le châtiment qui nous donne la paix est tombé sur Lui, et c’est par ses meurtrissures que nous sommes guéris ». Esaïe 53.4-5

      Yeshoua est bien Juif, issu de la tribu de Juda et descendant du roi David comme le dit l’Evangile de Luc: « Il sera grand et sera appelé Fils du Très-Haut, et le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David, son père. » Luc 1.32

  2. ce n’est pas si grave,
    les idiots resterons idiots de toute façon, une simple recherche sérieuse sur Wiki indique qui était Jésus.
    les haineux resteront haineux, les raisons ne manqueront pas, quoique l’on dise, même si on dit Jésus était juif, au contraire, c’est la source principale de cette haine : il y a encore des types à dire que son dieu est juif. Eh oui ! nous sommes encore là.
    la croix entretient cette haine, c’est pas nouveaux et ça le restera.
    il n’y a pas si longtemps, les « palestiniens » étaient les juifs de Palestine …
    ce n’est pas si grave donc, cet article il y a 100ans aurait été vrai.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.