L’agent du Mossad qui a guidé les Juifs éthiopiens en Eretz

2
3951

Héros méconnu : l’agent du Mossad qui a conduit les Juifs éthiopiens vers la terre promise

Cela fait 40 ans que Ferede Aklum a amené le premier groupe à travers le désert du Soudan ; maintenant son frère veut que son histoire soit racontée pour inspirer la société israélienne, qui, selon lui, pourrait apprendre une ou deux choses de Ferede

La communauté éthiopienne d’Israël commémore le 40e anniversaire de son voyage à pied vers la Terre sainte et se souvient de l’un de ses plus importants héros cachés – Ferede Aklum.

 

Aklum, décédé en 2009, était un agent du Mossad qui avait dirigé le premier groupe de Juifs éthiopiens à travers le désert et avait pavé la voie à l’opération Moïse et à l’opération Salomon. Bien qu’il soit largement connu dans la communauté éthiopienne, son nom est obscur aux yeux des autres Israéliens, et le frère de Ferede, Amram, est déterminé à changer cela.

 

Ferede Aklum (à droite) et Amram Aklum

Ferede Aklum (à droite) et Amram Aklum

 

“Les gens parlent souvent des forces (extérieures) de sécurité israéliennes (le Mossad) lorsqu’ils discutent de l’histoire de l’immigration, mais ceux qui marchaient dans le désert et enterraient les morts le long du chemin étaient les activistes, comme mon frère”, a déclaré Amram Aklum.

Amram décrit son frère comme un homme inspirant et courageux, directeur d’une école locale et de leur conseil régional en Éthiopie, dont le plus grand rêve était “d’arriver à Jérusalem”.

“Vous grandissez avec cela”, dit Amram, “vous vivez dans cet environnement et dans une famille qui parle constamment de Jérusalem”.

C’est ce qui a poussé Ferede en 1976 à s’installer dans la capitale éthiopienne, Addis-Abeba, et à contacter l’ambassade israélienne afin de se rendre en Israël, malgré le manque d’intérêt et le refus de l’État juif d’accepter des Juifs éthiopiens dans le pays. .

“Il y avait une barricade contre l’immigration à l’époque”, dit Amram. Il n’y avait pas beaucoup de chance pour des gens comme Ferede.

Mais les choses ont commencé à changer quand un groupe d’immigrants clandestins éthiopiens s’est rendu en Israël et, malgré les mandats d’arrêt et d’expulsion, ils sont restés dans le pays et ont commencé à manifester. Pendant ce temps, aux États-Unis, les Juifs américains ont uni leurs forces dans la lutte, rejoignant des personnalités telles que Baruch Tagania, activiste éthiopien et agent du Mossad qui a mené la bataille en Amérique du Nord pour faire reconnaître le sort des Juifs éthiopiens.

“Ils ont dit à Israël que s’il n’ouvrait pas ses portes, il serait coupable de racisme”, a déclaré Amram. La lutte a finalement porté ses fruits et un accord entre Israël et l’Éthiopie a commencé à prendre forme.

Le service commémoratif annuel commémorant le voyage de l'Éthiopie à Sion (Photo: Amit Shabi)

Le service commémoratif annuel rappelant le voyage de l’Éthiopie à Sion (Photo: Amit Shabi)

 

En 1977, Ferede a rencontré un responsable de la sécurité israélienne qui lui a demandé de préparer l’organisation de quelques familles et de planifier leur voyage vers Sion.

“Il y avait déjà un accord entre les deux pays à l’époque (sur le permis d’immigration en Israël)”, dit Amram, “Israël a fourni des armes à l’Éthiopie”.

Mais après que deux vols seulement ont amené avec succès plusieurs Juifs éthiopiens en Israël, la nouvelle de l’accord de vente d’armes secret est apparue, provoquant une émotion dans le monde entier, et l’Éthiopie a renoncé à l’accord.

L’Éthiopie annulant l’accord d’armement a marqué le début d’une période sombre pour les Juifs éthiopiens.

“Les militants sionistes impliqués dans le processus d’immigration ont commencé à subir des persécutions politiques”, a déclaré Amram.

“La vie des gens était menacée, l’Ethiopie était une dictature meurtrière”, a déclaré Amram. “Toute personne soupçonnée de coopérer (avec Israël) risquait de finir avec une balle dans la tête.”

Ferede est devenu une personne recherchée et a pu fuir au Soudan en s’échappant de justesse. Il y est arrivé sans le sou et, après avoir mendié dans les rues, a contacté le Mossad.

“Il n’a gardé que trois adresses (pendant la tourmente de sa fuite du pays)”, explique son frère. “L’une d’entre elle appartenait à une organisation humanitaire américaine : l’adresse à Nairobi et les coordonnées d’un responsable de la sécurité israélien qu’il connaissait. Mais il n’avait pas d’argent pour envoyer une lettre. Il a donc dû vendre son alliance en or pour payer le prix, puis il a lentement fait son chemin pour pouvoir confier son sort au Mossad “.

Le président Reuven Rivlin participe au service commémoratif annuel commémorant le voyage de l'Éthiopie à Sion (Photo: Amit Shabi)

Le président Reuven Rivlin participe à l’office du souvenir annuel commémorant le voyage d”Éthiopie vers Sion (Photo: Amit Shabi)

 

Lorsque le Mossad a eu vent de l’existence de Ferede, un agent s’est rendu au Soudan pour le retrouver. Il a ensuite rejoint le Mossad lui-même, les informant du voyage qu’il avait fait entre l’Éthiopie et le Soudan. Les chemins qu’il avait découverts devinrent alors le prototype des agences de renseignement israéliennes qui les utilisèrent pour mettre en place l’infrastructure nécessaire à l’opération Moïse.

Ferede était celui qui a conduit le premier groupe de juifs éthiopiens traversant le Soudan.

“Mais ce n’est pas juste Ferede”, dit Amram. “Ce sont nos mères qui ont fait ce voyage incroyable et méritent respect et reconnaissance pour cela.”

“L’histoire de ces personnes a une valeur éducative pour la société israélienne”, a déclaré Amram. “Ils vivent parmi nous et sont traités avec manque de respect.”

Lui, critique la société israélienne pour ne pas avoir inclus l’histoire des Juifs d’Ethiopiedans le narratif israélien.

“Nous avons beaucoup à apprendre d’eux sur l’amour de cette terre, sur le sionisme, sur les sacrifices et sur la réalisation d’un rêve vieux de 2 000 ans”, a-t-il déclaré.

Attila Somfalvi, Alexandra Lukash | Publié: 06.07.19, 19:06

ynetnews.com/articles

Ada^tation : Marc Brzustowski


Notre homme à Addis-Abeba

En 1977, Farede Yazazao Aklum coopéra avec l’État d’Israël pour ramener son peuple chez lui, à l’instar d’un Moïse Éthiopien.

Chen Malul | 03.12.17 |

Partager
Le passeport délivré à Farede Yazazao Aklum au Soudan (extrait du livre de Shmuel Yalma “The Road to Jerusalem”)

Une nouvelle lumière éclaire l’histoire et le courage de la communauté juive éthiopienne, bêta-israélienne, dans son voyage vers Israël, à commencer par le voyage de Farede Yazazao Aklum, chef de la communauté bêta-israélienne dans les années 1970.

Tout ce qui concerne les missions visant à amener la communauté éthiopienne en Israël est enveloppé de mystère et de secret, en particulier à propos du travail des dirigeants et des activistes de la communauté Beta Israel qui ont travaillé sans relâche en Éthiopie. Leurs efforts sont souvent éclipsés par les réalisations de l’État d’Israël, de l’Agence juive et même des forces de défense israéliennes.

Farede Yazazao Aklum était l’un des militants sionistes les plus en vue en Éthiopie en 1977 et, après que le gouvernement éthiopien a coupé les liens avec Israël et proclamé que les sionistes du pays étaient des traîtres, Aklum s’est enfui au Soudan. L’ingéniosité d’Aklum est apparue pleinement alors qu’il était en exil au Soudan. Il savait qu’il devait travailler de façon acharnée pour sortir sa communauté du pays et pour la mettre en sécurité en cette période de guerre civile et d’incertitude en Éthiopie. Pour ce faire, il a envoyé un télégramme au consulat israélien à Genève avec une simple demande : être ramené à la maison.

Aklum, bien sûr, n’a pas précisé où se trouvait ce «chez lui». Lorsque les autorités israéliennes, y compris le Mossad, ont eu vent de son travail en Éthiopie, elles ont compris qu’un homme aussi méritant et que ses relations seraient d’une valeur inestimable pour une mission de sauvetage de cette ampleur. Une fois que le Mossad est entré en contact avec Aklum, il a décidé de commencer à travailler sous la juridiction d’Israël afin de faire sortir le plus grand nombre possible de Juifs Beta Israel d’Ethiopie vers Israël le plus rapidement possible et de leur éviter de devenir victimes de la guerre civile qui sévissait dans le pays. .

Farede Aklum avec des réfugiés bêta israéliens au Soudan, et avec l’aide du Mossad – La photo est extraite de l’opuscule “Leadership révolutionnaire – L’histoire héroïque de Farede Yazazao Aklum”

Le plan devait être secret et se mettre lentement en mouvement – Aklum ne voulait pas risquer la vie de son peuple dans une mission irréfléchie. Il a d’abord fait passer clandestinement sa famille à travers le Soudan sous l’apparence de réfugiés, un pieux mensonge qui n’était pas très éloigné de la vérité. Le succès de ce plan a enhardi Aklum et le Mossad, et ainsi de plus en plus de Juifs parmi les Beta Israel ont été introduits clandestinement en Israël via le Soudan.

Cela ne veut pas dire que le voyage a été facile – il était semé d’embûches et on estime qu’environ 4 000 personnes sont décédées en partant d’Ethiopie et en passant par les camps de réfugiés soudanais avant d’arriver finalement en Israël.

Farede et son épouse Samira en 2006 (crédit photo: Batia Makover), la photo est extraite de l’opuscule «Leadership révolutionnaire: l’histoire héroïque de Farede Yazazao Aklum».

Fareda Yazazao Aklum a continué de travailler toute sa vie au mieux-être de la communauté bêta-israélienne tant en Éthiopie qu’en Israël, contribuant ainsi à leur absorption et à leur intégration dans la société israélienne. Il est décédé en 2009 lors d’une visite en Éthiopie et a été enterré dans le nouveau cimetière de la ville de Beer Sheva, dans le sud d’Israël.

blog.nli.org.il

————————————

Moïse des temps modernes: les héros qui ont sauvé les juifs éthiopiens

Les héros qui ont enduré la torture et ont risqué leur vie pour sauver les juifs éthiopiens.

À l’âge de 10 ans, le cinéaste Avishai Mekonen s’est rendu d’Éthiopie au Soudan et a finalement été conduit en Israël. À l’âge adulte, il a commencé à se demander comment ce voyage avait été entrepris et ses recherches ont mené à son dernier projet.

BL: Votre premier film a été consacré à votre propre voyage en Israël. En quoi ce projet diffère-t-il?

Mekonen: Quand je suis arrivé en Israël alors que j’étais enfant, je n’avais jamais vraiment pensé à la façon dont j’y suis arrivé. J’ai concentré toute mon énergie à m’intégrer à Israël. En devenant adulte et cinéaste, j’ai essayé de raconter l’histoire des juifs éthiopiens pour mieux comprendre ce qui s’est passé. Mon premier film portait sur ma vie et ne portait que sur une petite partie de la communauté. Ce film ne parle pas de moi, mais de la grande image des héros et des activistes qui ont contribué à l’exode.

BL: L’histoire de l’exode éthiopien n’est-elle pas déjà bien connue?

Mekonen: L’histoire que les gens racontent habituellement est que les Juifs d’Ethiopie ont été sauvés par Israël. Et c’est vrai en partie. Mais il y a toute une partie de l’histoire qui est mal connue, celle des activistes éthiopiens qui ont gardé le rêve d’aller à Jérusalem et qui ont tout fait pour que cela se produise. Malheureusement, la vision habituelle des Éthiopiens est celle de personnes sans défense passives qui devaient compter sur les Israéliens et les Américains pour les sauver. Les Israéliens et les Américains ont été très importants dans cette histoire, mais il y avait beaucoup de militants éthiopiens sans qui rien de tout cela ne serait arrivé. Ils étaient à l’opposé d’être passifs, ils étaient des héros.

BL: Vous semblez vous concentrer sur l’héroïsme qui est au centre de cette histoire, pourquoi?

Mekonen: Il est important que nos jeunes sachent que dans notre propre communauté éthiopienne, il y avait des gens courageux qui se sont battus pendant tant d’années. Je vois le pouvoir d’avoir des héros. Prenez l’histoire de Natan Sharansky, il a été mis en prison parce qu’il voulait venir en Israël. Il est devenu un héros parce qu’il était prêt à souffrir pour ce rêve. On l’a appelé prisonnier de Sion. Et même si les Juifs du monde entier ont aidé à libérer les Juifs soviétiques, il est toujours considéré comme un héros.

C’est ce que je veux pour les héros juifs éthiopiens : je veux que les gens connaissent les noms de Yona Bogale, Gedalia Uria, Ester Hollander et d’autres. 440 militants éthiopiens et Kessim (rabbins éthiopiens) ont été emprisonnés en Éthiopie. Tant de personnes ont risqué leur vie. Par exemple, Ferede Aklum, dont la fille Mali Aklum, une jeune militante aujourd’hui à Tel Aviv, décrit son père dans le film comme un «enseignant, activiste, dirigeant et James Bond» qui s’est mis en danger de créer des échappatoires pour la communauté d’Éthiopie à travers le Soudan, pour se rendre en Israël, et qui a travaillé à cette fin avec le Mossad.

Ces militants n’avaient pas d’argent, pas de guides, pas d’équipement. Ils ont fait un rêve et ils l’ont réalisé. Beaucoup de ces personnes ont été emprisonnées pendant des jours ou des mois parce que quitter l’Éthiopie était illégal. Ils ont été battus et torturés. Certains sont morts en prison. Ceux qui ont été libérés n’ont pas abandonné. Ces personnes étaient de vrais héros.

BL: Comment les autres Juifs et les gouvernements israélien et américain ont-ils été impliqués?

Mekonen : Yona Bogale a été le premier Ethiopien à s’adresser à l’Occident et à expliquer le danger que vivait les Beta Israel. Dans les années 1950, il a envoyé de jeunes Ethiopiens en Israël pour apprendre l’hébreu, l’anglais, les mathématiques et les sciences. Ces étudiants sont devenus des leaders et ils pouvaient parler à d’autres leaders. Lorsque les choses se sont compliquées après l’assassinat de Haile Selassie, ils ont organisé des manifestations, contacté le gouvernement et n’ont pas baissé les bras. Ils sont allés aux États-Unis et ont commencé à raconter l’histoire des Juifs éthiopiens à la communauté juive américaine. Dans les années 1970 et 1980, Rahamim Elazar s’est rendu aux États-Unis et a parlé dans six synagogues par jour. Il devait d’abord convaincre les Juifs américains que nous étions vraiment juifs, ensuite il devait les convaincre que nous avions besoin d’aide. Le journaliste et écrivain israélien éthiopien, Rahamim Elazar, parle couramment l’anglais et a même rencontré le président George Bush. Beaucoup d’Ethiopiens n’ont pas arrêté de travailler jusqu’à ce que le problème soit connu de tous. »

Le journaliste et activiste Rahamim Elazar rencontre le président Bush

BL: Pourquoi avez-vous décidé de faire ce projet maintenant?

Mekonen: Les activistes vieillissent et je ne voulais pas que cette histoire reste inconnue. Il est important que nos jeunes sachent que nous avons nous-mêmes joué un rôle important en nous faisant quitter l’Éthiopie. Je veux qu’ils se rendent compte qu’ils ont le pouvoir d’être une force de changement et une potentialité dans leur propre vie. C’est une histoire inspirante pour tous, Américains, Israéliens, Juifs, non-Juifs, c’est une histoire de rêves devant réalité et de vrais héros qui rendent le monde meilleur.

BL: Où les gens peuvent apprendre plus?

Mekonen: Les gens peuvent voir la bande – annonce en ligne et notre page Facebook. Et si vous êtes à New York, je présenterai un extrait du film au B’nai Jeshurun ​​le 30 avril (2017). Il est ouvert au public et tout le monde est le bienvenu. Vous pouvez vous inscrire ici.

Yonah Bogale et d’autres militants éthiopiensPAR L’  | 

Modern-Day Moses: The Heroes Who Saved Ethiopian Jews

2 COMMENTS

  1. C’est là qu’on réalise qu’ aujourd’hui on ne sait pas apprécier la facilité avec laquelle on peut faire sa Alia de France…
    Combien croyez-vous qu’il y ait d’assimilation en Éthiopie? 60 ou 80% comme en US en Europe ?!
    Non, peut être 5 ou 8%, à tout casser…

    Plus on nous détesté en pays de Gola, plus on voit clair, malheureusement.

    En France on est devenu gâtés par la bonne situation, on fait des conditions…
    Après on se demande pourquoi Hashem fait qu’ on soit haïs et méprisés en France?

    Maintenant tout est plus clair.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.