L’establishment de la défense se prépare aux retombées diplomatiques et à la violence contre l’application de la souveraineté

Des hauts responsables de la défense se réuniront mercredi pour discuter des conséquences de l’application du droit israélien en Judée-Samarie. Les responsables estiment que si Israël se contente d’une mesure déclarative et n’applique la souveraineté qu’à une échelle très limitée, les tensions sur le terrain peuvent probablement être contenues. Cependant, plus la portée de “l’annexion” sera large, plus les chances de violence sur le terrain sont grandes.

Le lieutenant-général des Forces de défense israéliennes, le lieutenant-général Aviv Kochavi, et le directeur de l’agence de sécurité du Shin Bet, Nadav Argaman, doivent se réunir mercredi pour discuter des scénarios susceptibles de se dérouler avant le plan d’Israël d’appliquer la souveraineté à certaines parties de la Judée et de la Samarie, début juillet.

L’évaluation de la situation se tiendra à la Kirya, quartier général de Tsahal à Tel Aviv, et devrait s’étendre sur plusieurs heures. Les chefs des directions des opérations, des renseignements militaires et de la planification de Tsahal, du commandement central du GOC, du coordonnateur des activités gouvernementales dans les territoires et d’autres officiers de haut rang doivent également assister à la réunion, en compagnie d’autres hauts responsables du Shin Bet.

Le but de la réunion est de discuter de l’ampleur opérationnelle à envisager lors de l’application de la souveraineté israélienne à de grandes parties de la Judée-Samarie et de la vallée du Jourdain. Divers scénarios seront examinés, notamment la rupture des relations avec la Jordanie et l’Autorité palestinienne, l’éruption d’émeutes généralisées en Judée-Samarie, qui pourraient se transformer en une vague d’attentats terroristes, et la possibilité que cette violence se propage à d’autres régions, Gaza en particulier.

L’armée israélienne s’est préparée, ces derniers mois, à la possibilité que la souveraineté soit mise en œuvre. Ces préparatifs consistent principalement à améliorer l’état de préparation au combat et à structurer les forces sur le terrain : former les unités et les centres de commandement concernés, stocker les entrepôts d’armes et d’équipement et renforcer les mécanismes de coordination entre l’agence de sécurité du Shin Bet, la police israélienne et d’autres organismes partenaires naturels.

Dans le même temps, Tsahal examine également les conséquences juridiques de la décision attendue d’Israël de déclarer sa souveraineté. Il s’agit, entre autres, de l’autorité juridique exacte du «pouvoir souverain» sur le terrain. Actuellement, l’Etat-Major du Commandement du Sud (le GOC Southern Command) a l’autorité légale, et l’application de la loi israélienne dans de nouveaux domaines nécessitera le transfert de l’autorité sur les actions de Tsahal à des organismes civils, ou, inversement, la mise en place d’une législation de lois compatibles à la Knesset.

Soldats israéliens en Judée-Samarie (unité du porte-parole de Tsahal)

Les préparatifs au sein de l’establishment de la défense se poursuivent malgré l’incertitude quant aux mesures que le gouvernement choisira de mettre en œuvre sur le terrain (le cas échéant) et l’étendue réelle de la souveraineté. Cela dépend des accords conclus avec l’administration Trump et des mesures de coordination actuellement discutées dans les coulisses avec des responsables des pays européens et arabes, y compris des pays qui n’ont officiellement pas de relations diplomatiques avec Israël.

Lundi, le ministre de la Défense, Benny Gantz, a rencontré Kochavi à ce sujet et a demandé à Tsahal de se préparer à un large éventail de scénarios. Les responsables des Forces de Défense Israéliennes ont exprimé l’espoir que l’échelon politique tiendrait l’échelon militaire au courant à l’avance de toute initiative.

Les responsables de la défense sont divisés dans leurs évaluations sur les réactions possibles à l’annexion israélienne. La principale préoccupation concerne l’avenir des relations avec la Jordanie et l’opinion largement répandue selon laquelle le roi Abdallah, bien qu’il ne se précipite pas pour annuler le traité de paix avec Israël, sera soumis à une vive opposition chez lui, qui pourrait le conduire à prendre des mesures extrêmes, visant à préserver la stabilité de sa monarchie.

En ce qui concerne la Judée et la Samarie, les évaluations générales sont que la réponse palestinienne dépendra de la portée et de la nature de la mise en œuvre de la part d’Israël. Si Israël se contente d’une mesure déclarative et applique même la souveraineté sur une base très limitée, on tend à penser que l’événement peut être contenu. Cependant, plus l’étendue de la souveraineté sera large, plus les opportunités de résistance, voire de violence, sont grandes.

Les responsables de la défense estiment qu’en dépit des déclarations officielles de l’Autorité palestinienne sur la question, l’Autorité palestinienne ne rompra pas pleinement ses liens avec Israël. Car en faisant cela, elle pourrait également agir contre son propre intérêt si elle rencontre une opposition chez elle, principalement du Hamas, qui pourrait tenter d’exploiter les événements pour renforcer sa position en Judée-Samarie au détriment de l’Autorité palestinienne.

israelhayom.com

Adaptation : Marc Brzustowski

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.