La grande ruse nucléaire de l’Iran

6
9985

La grande ruse nucléaire de l’Iran

De nouveaux détails sont révélés sur l’opération spéciale du Mossad visant à s’emparer des archives nucléaires iraniennes, notamment un rare aperçu sur les documents classifiés de Téhéran : des tests secrets, un plan de fabrication des 5 premières bombes nucléaires et même une photo de fiers scientifiques iraniens devant une installation nucléaire. C’est l’histoire de la façon dont l’Iran a tenté de tromper le monde… et a presque réussi à éviter d’attirer son attention.

“Nous avons trouvé beaucoup de CD là-bas, que devrions-nous en faire? Devrions-nous les apporter?”

Au milieu de la dernière nuit de janvier 2018, des agents du Mossad ont pénétré par effraction dans un caveau secretà la périphérie de Téhéran, tandis que leurs commandants surveillaient l’opération de loin. Les agents ont rencontré un problème inattendu, un “problème de personnes trop vite enrichies”, selon une personne familière des détails de l’opération.

La grande salle contenait 32 immenses coffres-forts fabriqués en Iran de 2,7 mètres chacun. Les coffres-forts étaient chargés dans des installations de type conteneur, sur des roues pouvant supporter un poids énorme.

 

Les documents étaient dissimulés derrière deux portes différentes : une lourde porte en fer à l’intérieur de l’établissement et une autre porte en fer équipée d’un système d’alarme et de caméras au mur extérieur de l’établissement.

C’est là que le ministère iranien de la Défense a décidé de garder l’un des plus grands secrets de la République islamique. En fait, seule une poignée de personnes en Iran savait que les archives nucléaires iraniennes se trouvaient à l’intérieur de cet entrepôt, au cœur d’une banlieue assoupie de la capitale.

Le Premier ministre Netanyahou révélant l'emplacement des archives nucléaires (Photo: Orel Cohen)

Le Premier ministre Netanyahou révélant l’emplacement des archives nucléaires (Photo: Orel Cohen)

 

Mais ce n’est pas resté secret.

Les agents savaient comment désactiver le système d’alarme et percer les portes en fer, mais ils savaient également qu’ils n’avaient pas le temps de pénétrer dans tous les coffres-forts. Ils devraient se contenter de l’aide de moins de dix personnes et rechercher trois types de dossiers : ceux contenant la correspondance de l’Iran avec l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) ; ceux détaillant la construction de sites nucléaires et l’acquisition d’équipements nucléaires; et surtout, celles qui décrivent en détail la conception et la fabrication de l’ogive nucléaire (qui n’ont jamais été achevées).

Les coffres-forts dans les archives nucléaires iraniennes

Les coffres-forts dans les archives nucléaires iraniennes

 

Mais ensuite, à l’intérieur de la salle des coffres-forts, les agents ont trouvé autre chose, à part des dossiers : des CD, des piles – une quantité énorme de DVD et de disques d’ordinateur, pour la plupart non marqués.

Alors qu’allaient-ils en faire maintenant? Devraient-ils ignorer les secrets potentiels de ces CD? Ou prendre un risque calculé avec une nouvelle variable qui pourrait compliquer l’opération? Les agents ont reçu un ordre explicite de la salle de commande : prenez tout, y compris les CD.

À une heure moins cinq minutes, les agents ont quitté l’entrepôt. Lorsque le cambriolage a été découvert, environ 12 000 membres des forces de sécurité iraniennes ont lancé la poursuite pour tenter de découvrir qui leur avait volé les archives nucléaires.

Finalement, malgré les piles inattendues de CD, tout le matériel a été exfiltré d’Iran et personne n’a été arrêté. Les Iraniens ne pouvaient que deviner qui était derrière le coup, mais avant la célèbre conférence de presse du Premier ministre Benjamin Netanyahu le 30 avril, ils ne savaient pas avec certitude ce qui était réellement arrivé aux “sales secrets du régime iranien”, comme le directeur du Mossad Yossi Cohen a surnommé cette prise historique.

Quelques semaines plus tard, lorsque les documents sont arrivés en Israël, des dizaines de traducteurs, experts et analystes, assistés par d’ingénieurs-prospecteurs de l’Unité 8200 de la Direction du renseignement militaire israélien, ont commencé à fouiller dans les piles de documents. C’est alors que l’importance de la décision de tout risquer et de prendre les CD est devenue évidente.

Des CD saisis par le Mossad dans les archives nucléaires iraniennes

Des CD saisis par le Mossad dans les archives nucléaires iraniennes

 

Le matériel écrit comprend 114 dossiers contenant plus de 55 000 pages, dont 8 500 manuscrits, dont beaucoup ont été écrits par de hauts fonctionnaires, et certains par le personnel nucléaire décédé lors d’opérations attribuées au Mossad.

Mais la plus grande surprise a été la quantité massive d’informations stockées dans les 182 disques. Un agent du Mossad m’a dit qu’il aurait payé des centaines de milliers de dollars pour un CD comme celui-ci.

Les Iraniens ont tout documenté : l’équipement, la construction d’usines et de sites secrets, les expériences, des présentations détaillées sur l’avancement du projet, les objectifs et les étapes, et même eux-mêmes, au cours des expériences nucléaires.

L’essentiel est clair : c’était une super escroquerie, une supercherie au niveau de l’État, à laquelle de hauts responsables iraniens et des centaines d’autres prenaient part depuis des années.

Pendant deux décennies, l’Iran a nié avoir un programme nucléaire militaire. Mais le contenu des coffres-forts raconte une histoire différente, un récit complètement différent et indéniable : depuis des années, l’Iran est engagé dans un projet nucléaire secret visant à produire cinq bombes nucléaires, d’une capacité de 10 kilotonnes chacune. Et ce n’était que la première étape.

Le Premier ministre Netanyahou révélant des documents provenant des archives nucléaires iraniennes (Photo: AP)

Le Premier ministre Netanyahou révélant des documents provenant des archives nucléaires iraniennes (Photo: AP)

 

Selon une source de renseignement occidentale, “au fil des ans, nous avons vu toutes sortes de programmes, mais nous n’avons pas toujours compris leur contexte général. Avant de voir ces documents, nous ne comprenions pas vraiment comment les projets faisant partie d’AMAD ( le nom de code du projet secret (RB) se sont traduits en projets secrets relevant du ministère de la Défense ou en tant que projets ouverts dont l’agenda était caché sous SPAND (nom public du projet – RB). Le matériel obtenu par Israël a résolu ces mystères. . ”

“Le déni iranien” est vraiment comique à ce stade “, a ajouté la source.

Les documents ne font pas qu’exposer la rouerie des Iraniens. Cela démontre également la faiblesse du Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires (TNP), que l’Iran a signé et que l’AIEA n’a pas réussi à faire respecter.

Les archives montrent que sous le nez de l’agence des Nations Unies – malgré des avertissements répétés, les informations obtenues par le Mossad et d’autres agences d’espionnage et des reportages dans les médias – l’Iran a réussi à mener un programme nucléaire militaire secret sur une longue période (et Israël affirme que Téhéran continue à le faire même aujourd’hui).

L’Iran continue de tout nier, même maintenant ; à affirmer que toute l’histoire des archives saisies est fabriquée et sert un programme israélo-américain visant à annuler l’accord nucléaire. Cette réponse était à prévoir. Ce qui aurait pu être moins prévisible, c’est la réaction tiède de la communauté internationale face aux éléments mis au jour par l’opération israélienne.

Les réactions allaient de l’affirmation selon laquelle il s’agissait de “vieilles informations” à des affirmations selon lesquelles il ne découvrait aucune “pièce à conviction” pour prouver que l’Iran violait actuellement l’accord nucléaire.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu présente les archives nucléaires de l'Iran au monde (Photo: AP)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu présente les archives nucléaires de l’Iran au monde (Photo: AP)

 

Mais si la République islamique ne viole pas ou ne prévoit pas de violer l’accord, pourquoi conserver des archives aussi détaillées permettant à l’Iran de reprendre son effort nucléaire là où il s’est arrêté (en supposant qu’ils se soient réellement arrêtés)?

Depuis de nombreuses années, Israël, les États-Unis, la France, la Grande-Bretagne et l’Allemagne collectent des informations sur le projet nucléaire iranien. Une partie de ces documents a été remise à l’AIEA au fil du temps dans l’espoir de susciter une réaction appropriée. Les renseignements recueillis ont été classés par l’AIEA en 12 thèmes différents, appelés «PMD», acronyme de «Possible Military Dimensions», décrivant chacun la recherche, la production ou d’autres expériences liées à la bombe.

Au fil des ans, l’Iran a nié avec véhémence le fait de ne traiter aucun de ces sujets. La condition de la signature de l’accord nucléaire était que l’Iran fasse une divulgation complète de ses progrès dans chacun des 12 problèmes liés à la PMD. Avant de signer l’accord, Yukiya Amano, diplomate japonais à la tête de l’AIEA, a promis à de hauts responsables israéliens, selon leur témoignage, qu’il “ne signera jamais l’accord” avant de recevoir des réponses satisfaisantes sur les 12 sujets.

À la fin de 2015, Amano a publié un rapport acceptant pratiquement le déni iranien d’avoir jamais un projet nucléaire militaire. À la lumière des documents découverts par le Mossad, il semble que son rapport soit basé sur de fausses informations.

Les renseignements mis au jour dans le cadre de l’opération ont été révélés aux Américains, aux Chinois, aux Russes, aux Français, aux Britanniques, aux Allemands et, bien entendu, aux responsables de l’AIEA.

À l’exception des États-Unis (et, bien sûr, d’Israël), il semble que le monde n’ait pas été bouleversé par les découvertes, et Amano lui-même est resté silencieux.

Ceci en dépit du fait que le matériel sensible inclut la documentation des étapes avancées de la recherche pratique sur le terrain, des expériences et des calendriers pour la production d’une bombe atomique et son adaptation à la charge nucléaire du missile balistique à longue portée Shahab.

Noyau d'une tête nucléaire

Noyau d’une tête nucléaire

 

Holger Stark, rédacteur en chef adjoint du journal allemand Die Zeit, a contacté l’AIEA à Vienne pour obtenir une réponse. L’agence a refusé de commenter.

Beaucoup a été écrit sur le fonctionnement du Mossad. Cependant, les reportages des médias en Israël et à l’étranger traitaient moins des archives elles-mêmes, mais davantage des questions difficiles qu’elles posent.

Voici un aperçu des renseignements secrets recueillis dans la salle des coffres-forts iraniens. Ce sont les faits ; les questions qu’ils soulèvent doivent être résolues par le monde entier.

Les scientifiques

Alors, quelles sont ces “archives nucléaires iraniennes” que les agents du Mossad ont réussi à transporter sur des milliers de kilomètres jusqu’en Israël?

Le programme nucléaire militaire secret de l’Iran a commencé à prendre forme en 1992 ou 1993, lorsque les Iraniens ont commencé à s’intéresser à l’acquisition de technologies de production et d’exploitation de centrifugeuses pour l’enrichissement de l’uranium. Téhéran a acquis une grande partie de ses connaissances auprès du directeur du projet nucléaire pakistanais, Abdul Qadeer Khan, et plus tard auprès d’autres éléments, dont certains chinois.

Les premières centrifugeuses ont été conçues sur un site appelé Damāwand. Israël a mis en garde la communauté internationale contre la construction de l’installation d’enrichissement nucléaire. L’Iran a donc décidé de la démanteler et d’en construire une nouvelle à sa place.

C’est le site qui sera connu plus tard, sous l’appellation d’installation nucléaire de Natanz. Dans des documents iraniens internes, le site s’appelait “Kashan” et a hébergé un nombre croissant de centrifugeuses.

Au début, Israël était seul dans sa campagne de renseignement contre l’Iran. Les informations qu’elle a portées à l’attention de l’AIEA et des pays occidentaux ont été accueillies avec indifférence. Même les États-Unis n’ont pas agi au début et n’ont pas reconnu l’authenticité ou l’importance du matériel recueilli par le Mossad sur l’Iran. Ce n’est qu’à un stade ultérieur, lorsque les liens entre les services de renseignements et Israël se sont renforcés et que des informations supplémentaires sur Kashan ont été portées à leur connaissance que les Américains ont commencé à agir.

Un croquis de l'installation nucléaire de Fordow

Un croquis de l’installation nucléaire de Fordow

 

Pendant ce temps, les Iraniens ont secrètement mis en place leur programme militaire pour produire une bombe atomique intitulée “Le projet AMAD”.

Qui a donné les ordres? C’est une question à laquelle les archives répondent sans équivoque : les dirigeants iraniens. Le matériel n’inclut pas d’instructions directes du guide suprême, l’ayatollah Ali Khamenei, qui, après avoir fermement nié le programme nucléaire de l’Iran, s’est apparemment assuré que son nom ne serait pas lié au projet. Néanmoins, les archives contiennent sans aucun doute des documents signés par le ministre de la Défense de l’époque et l’actuel secrétaire du Conseil suprême de la sécurité nationale, Ali Shamkhani.

Et il n’est pas seul. “Le plan a été approuvé par le Conseil des sciences et technologies cognitives”, indique l’en-tête d’un document. Il s’agit d’un nom de code pour le groupe de cadres supérieurs qui gèrent le projet AMAD, qui comprenait le président de l’époque, Mohammad Khatami ; Hassan Rouhani (l’actuel président iranien), alors président du Conseil suprême de la sécurité nationale; le ministre de la Défense d’alors, Ali Shamkhani; et le chef de l’Organisation iranienne à l’énergie atomique (AEOI) à l’époque, Gholam Reza Aghazadeh.

Alors, quel est le but du projet AMAD? On peut également trouver la réponse à cette question dans les archives. Selon le matériel obtenu lors de l’opération Mossad, le plan iranien est de produire cinq ogives avec un rendement de 10 kilotonnes chacune et de développer la capacité de les assembler sur le missile Shahab 3 de fabrication iranienne.

Diagrammes des archives nucléaires iraniennes

Diagrammes des archives nucléaires iraniennes

 

Les experts nucléaires qui ont examiné les documents ont d’ailleurs indiqué que le plan des dirigeants iraniens prévoyait une infrastructure beaucoup plus étendue que celle nécessaire pour produire “seulement” cinq bombes.

La fabrication d’une bombe nucléaire et sa capacité à la lancer sont un projet très complexe qui nécessite un effort de l’État et une coordination entre toutes les forces de l’armée et du renseignement iraniennes.

Une présentation particulièrement colorée, qui a été découverte dans l’un des CD, montre la complexité du projet nucléaire iranien. Selon la présentation, le plan repose sur un effort commun de plusieurs organismes iraniens : le ministère du Renseignement, le Corps des gardiens de la révolution islamique (y compris sa force aérospatiale) et la Force Qods, l’unité secrète des gardiens, qui mène actuellement une guerre avec Israël à la frontière syrienne.

Les documents mentionnent à maintes reprises la personne qui est à la fois le responsable et le cerveau du programme nucléaire – le prof. Mohsen Fakhrizadeh. Les archives nucléaires comprennent d’innombrables documents portant la signature de Fakhrizadeh, notamment des documents qui lui sont adressés ou approuvés par lui.

Par exemple, une lettre datée du 19 janvier 2001, adressée à Fakhrizadeh et rédigée par le directeur de l’équipe de développement de mécanismes explosifs, décrit une longue liste de caractéristiques nécessaires pour adapter le mécanisme au reste de la bombe nucléaire (composé de nombreuses pièces). Fakhrizadeh a remercié le directeur au bas de sa lettre et lui a donné d’autres instructions.

Images des archives nucléaires iraniennes

Images des archives nucléaires iraniennes

 

Selon des reportages de médias étrangers, Israël considérait Fakhrizadeh comme une cible privilégiée pour la collecte de renseignements et envisageait même de l’atteindre, en particulier sous le mandat de l’ancien Premier ministre Ehud Olmert et du regretté directeur du Mossad Meir Dagan. Depuis que Fakhrizadeh est toujours en vie, le plan d’élimination n’a pas encore été concrétisé. Il semblerait qu’Olmert ait décidé d’interrompre l’opération. La vie de Fakhrizadeh a donc été épargnée. Si l’ancien Premier ministre est effectivement en faveur d’une telle décision, certains pensent encore que cela a constitué une erreur.

Cependant, quelqu’un – les services secrets iraniens sont persuadés que c’était le Mossad – était en mesure de joindre divers scientifiques nucléaires iraniens dont les noms figurent sur les documents saisis.

Fereydoon Abbasi-Davani, haut responsable du programme nucléaire , a écrit dans son rapport un long document technique destiné à Fakhrizadeh, qui a longuement répondu à la question.

Dr. Fereydoon Abbasi-Davani (Photo: Reuters)

Dr. Fereydoon Abbasi-Davani (Photo: Reuters)

 

M. Abbasi-Davani est président du département de physique de l’université Imam Hossein de Téhéran et figure de proue du programme nucléaire iranien. Le 29 novembre 2010, son collègue Majid Shahriari a été liquidé.

 

Un tueur à moto a également tenté de tuer Davani en attachant une bombe à la fenêtre de sa voiture alors qu’il conduisait, mais Davani a réussi à s’échapper à la dernière minute et a survécu. Le président iranien de l’époque, Mahmoud Ahmadinejad, a nommé Davani en tant qu’adjoint, afin de lui témoigner son appréciation de la “contribution du docteur à la République islamique et de son courage”.

On peut ressentir un certain inconfort en plongeant dans les piles de documents iraniens, car ils ont quelque chose d’inquiétant. Par exemple, le rêve de l’État radical de créer des armes de destruction massive devient une chronologie ordonnée et méticuleuse dans Microsoft Project, comprenant des informations sur les budgets, le personnel, les expériences, etc. du programme.

Parfois, les documents nucléaires reçoivent une touche plus personnelle. Par exemple, sur l’un des CD des archives, des agents ont trouvé des photos “selfie” d’un expert nucléaire iranien, le Dr Mahdi Tranchi, qui portait des lunettes de protection et posant devant l’appareil photo devant le site d’essais nucléaires “Taleqan 1”.

Qu’est-ce que tous ces efforts sont devenus? Toutes ces personnes, informations et expériences réunies? Ont-ils tous simplement disparu?

Les sites nucléaires

Les rédacteurs des documents ne sont pas les seuls à avoir travaillé sur le projet nucléaire iranien. leurs dossiers exposent également les lieux et les sites où le complot nucléaire a été conçu, dont certaines étaient de nouvelles découvertes pour les services de renseignement israéliens (“J’aimerais avoir ces informations en temps réel”, a déclaré un ancien chef des services de renseignement israéliens qui s’est trouvé en face de ce matériel) , dont les sites d’expériences nucléaires, les mines d’uranium situées dans tout le pays, les tunnels (creusés pour couvrir leur véritable objectif), etc.

Selon les documents, les Iraniens cherchaient un site d’essais nucléaires souterrain. Il va sans dire que pour mener une telle expérience, ils devaient d’abord construire une bombe, ce que les Iraniens n’ont pas encore fait.

Images des archives nucléaires iraniennes

Images des archives nucléaires iraniennes

 

En outre, une expérience nucléaire ne dépend pas uniquement de la capacité scientifique, mais surtout de la décision des dirigeants politiques. Une expérience souterraine aurait certainement été détectée par l’Occident. Un tel test constituerait essentiellement une déclaration publique de Téhéran qu’il avait effectivement développé une bombe.

Entre-temps, jusqu’à ce que les Iraniens mettent au point une bombe nucléaire, ils se préparent. Selon les documents, ils ont déjà examiné divers sites possibles et ont même tenté de faire exploser de petits explosifs dans le sous-sol pour tester le sol, sa résistance et leurs capacités à enregistrer les mesures de l’explosion à cet endroit.

Les services de renseignement israéliens ont également découvert de nouvelles informations sur certains sites nucléaires connus. Par exemple, le site de Fordow, près de la ville de Qom, est bien caché au cœur de la montagne et est extrêmement résistant aux bombes.

Images aériennes de l'installation de Fordow

Images aériennes de l’installation de Fordow

 

Les services de renseignement israéliens, français et américains l’ont exposé en 2010, mais les documents des archives ont établi son importance dans le cadre du projet Ghadir (autre nom de code du programme nucléaire secret iranien).

L'entrée de l'usine de Fordow

L’entrée de l’usine de Fordow

 

Un autre exemple de l’ampleur de la fraude iranienne peut être trouvé dans l’installation de tests de Taleqan, située dans une zone appelée Parchin. Les rapports de l’AIEA ont émis de sérieuses suspicions sur le site, mais les dénégations de l’Iran ont rendu difficile la justification de ces soupçons.

Installation nucléaire de Parchin

Installation nucléaire de Parchin

 

L’AIEA a demandé que ses inspecteurs soient autorisés à visiter le site, mais ses demandes ont été rejetées à plusieurs reprises. Lorsque l’AIEA a menacé d’accuser l’Iran de violer le Traité de non-prolifération nucléaire, ses inspecteurs ont été autorisés à entrer à Parchin quelques mois plus tard.

Photo aérienne de l'installation de Parchin

Photo aérienne de l’installation de Parchin

 

Qu’y avait-il avant? L’une des étapes cruciales de la construction d’une bombe nucléaire est la mise au point d’un mécanisme d’explosion permettant de créer une masse critique. Dans le passé, les services de renseignement occidentaux diffusaient des croquis des sites expérimentaux utilisés pour construire le mécanisme d’explosion. Les photos du site prises par les scientifiques iraniens ressemblent exactement aux croquis.

Les archives nucléaires iraniennes ont prouvé à quel point ces esquisses correspondaient bien à la réalité : c’était un récit précis des sites, des bunkers, des réservoirs d’essais et des équipements que l’Iran a nié et refuse toujours de reconnaître qu’il les a utilisé à Parchin / Taleqan ou ailleurs en Iran.

Les expériences

Les archives contiennent de nombreux dessins, présentations, documents écrits et photographies. Pas seulement des images techniques, mais aussi des photographies des scientifiques du nucléaire eux-mêmes. Les scientifiques doivent avoir senti qu’ils faisaient partie de l’histoire iranienne. Très probablement, aucun d’entre eux n’imaginait que ses images seraient un jour acheminées vers Israël.

Beaucoup de ces photographies enregistrent les expériences nucléaires. L’Iran nie depuis des années qu’il mène des expériences sur tous les sujets liés à la PMD. Par exemple, l’Iran a affirmé ne pas disposer d’équipement de détection de neutrons, mais une présentation archivée montre le contraire (avec un texte coloré expliquant ses utilisations). Apparemment, l’équipement est situé à côté du site de test d’explosifs de Parchin.

L'installation nucléaire de Parchin

L’installation nucléaire de Parchin

 

La diapositive suivante, datée de février 2002, décrit l’expérience nucléaire avec un enregistrement exact du DU3, terme scientifique désignant la source de neutrons, dont la collision avec des atomes de combustible crée une réaction en chaîne qui se termine par une explosion atomique.

Les documents des archives révèlent également que, sur un site proche, les Iraniens ont construit un autre réservoir pour tester des explosifs puissants ; cette fois avec un équipement de rayons X flash qui l’entoure. Cet équipement composé d’une sorte de caméra sophistiquée peut enregistrer avec une précision en nanosecondes le moment de la détonation afin de garantir le déclenchement simultané de tous les explosifs. Ceci est essentiel pour la fabrication de lentilles explosives : une explosion simultanée de plusieurs charges autour de la matière fissile, par exemple de l’uranium enrichi à 90%, déclenchera une réaction de fission nucléaire en chaîne.

Réservoir de test d'explosifs explosifs, avec équipement de radiographie flash

Réservoir de test d’explosifs, avec équipement de radiographie flash

 

Un contrat spécial signé par l’Organisation iranienne de l’énergie atomique et le ministère de la Défense de Téhéran prévoit le transfert d’une partie du projet d’enrichissement de l’organisation au ministère, afin de produire de l’uranium hautement enrichi à un niveau militaire de 90%.

La dissimulation: le côté obscur du SPND

En 2003, les États-Unis ont envahi l’Irak et Téhéran craignait d’être le prochain sur la liste. Au même moment, le “Conseil national de la résistance iranienne”, un groupe d’opposition iranien, a publié des informations sur l’installation nucléaire de Natanz, qui ont conduit à de sévères critiques et à des sanctions contre l’Iran.

Les Iraniens étaient inquiets et le Conseil scientifique a décidé d’apporter des modifications et de fermer le projet AMAD, pour le rouvrir sous un nom différent. Ce développement a été interprété différemment par Israël et les États-Unis. Ce dernier a déterminé que la fermeture du projet AMAD avait mis fin au programme nucléaire. Israël, pour sa part, a affirmé qu’il s’agissait d’une escroquerie iranienne et que les deux projets ne font qu’un.

Les documents des archives montrent qu’Israël avait raison. Ces documents montrent comment la décision générale de fermer un projet et de rouvrir un autre est devenue un processus bureaucratique complexe en août et septembre 2003.

Le but de tout cela était de tromper le monde et de développer un projet qui se poursuivra à partir de là où le projet AMAD s’est arrêté. Le nouveau projet s’intitulait “Projet SPND” et contrairement à son père, AMAD, qui était tout à fait secret, le SPND a deux côtés : le côté ouvert et public, qui permet aux Iraniens de prétendre que le programme nucléaire est destiné à des fins pacifiques (médicaments, etc.), et le côté caché, qui permet à l’Iran de continuer à développer des armes nucléaires.

Ce SPND, à propos, est toujours actif aujourd’hui.

“À la suite d’une nouvelle instruction de l’honorable ministre de la Défense (Ali Shamkhani —RB), le comité technique du projet 110 (l’un des principaux projets d’AMAD —RB) a tenu des réunions intensives afin de tenir compte des activités décrites dans les instructions. L’ouvrage sera divisé en deux parties : secrète (structure secrète et objectifs) et ouverte (structure régulière) “, lit-on dans un document iranien.

Le document déterminant le nouveau plan, SPND, aura un aspect manifeste et un aspect caché

Le document déterminant le nouveau plan, SPND, qui aura un aspect manifeste et un aspect caché

 

Que devait donc comprendre la partie cachée? Par exemple, les documents indiquent que le projet SPND secret comprendra l’installation d’essais nucléaires Sareb-1, l’installation d’intégration d’ogives Sareb-2 et l’installation de production d’une ogive nucléaire pour les missiles Shahab 3.

Selon les documents, l’ensemble du personnel de direction et 70% de l’ensemble des effectifs doivent passer de “AMAD” à “SPND”. Le projet était méticuleusement planifié : le 3 mars 2003, Abbasi-Davani, chef du projet, Fakhrizadeh, avait écrit à cette lettre : “Nous devons faire la distinction entre activités dégagées et dissimulées.”

Le 9 janvier 2003, un de leurs collègues écrivait : “Les activités manifestes sont celles qui peuvent être expliquées dans le cadre de quelque chose d’autre, et non dans le cadre du projet (produire une bombe atomique) lui-même, nous avons donc une excuse pour les faire. ”

En mars 2003, le Dr Masoud écrivait : “La recherche sur les neutrons ne peut être considérée comme” ouverte “et doit être dissimulée. Nous n’avons aucun moyen de rationaliser cette activité (recherche sur les neutrons) par rapport aux mesures de défense. Les opérations neutroniques sont très sensibles et nous ne pouvons pas les expliquer. . ”

La construction d'un noyau pour une tête nucléaire

La construction d’un noyau pour une tête nucléaire

 

Le Dr. Mahdi Tranchi, passionné de «selfie», a écrit: “Ne vous y trompez pas : la main-d’oeuvre des éléments manifestes et dissimulés ne sera pas réduite. L’ensemble de l’opération ne sera pas réduit, et chaque sous-projet supervisera à la fois les parties dégagées et déguisées. ”

Ainsi, le projet iranien s’est poursuivi depuis 2004, sous les attributs du SPND, jusqu’à la signature de l’accord nucléaire à l’été 2015.

À un moment donné, a déclaré à Yedioth Ahronoth une source américaine de premier plan, les pays négociant l’accord nucléaire avec Téhéran ont décidé de “laisser s’oublier le passé, même si tout le monde savait très bien que les Iraniens mentaient et se concentrait sur l’avenir”. Il a suffi de déclarer qu’il n’y avait pas de projet militaire, que le Guide Suprême ne le reprendrait jamais et de refuser d’admettre qu’il avait menti. Le risque était de perdre l’accord au complet, car insister sur les sujets relatifs aux 12 PMD aurait conduit à l’échec des négociations. ”

Après la signature de l’accord nucléaire, deux axes parallèles étaient en jeu. Dans un cas, l’Iran a soumis des éléments qui ont conduit à un rapport de l’AIEA sur le PMD en décembre 2015. Ce rapport, qui ignore en fait les questions laissées en suspens, permet la mise en œuvre de l’accord nucléaire.

Dans l’autre, Téhéran a commencé à faire tout ce qui était en son pouvoir pour dissimuler tout ce qui était relatif à son programme nucléaire. Cela était différent des autres cas de désarmement nucléaire complet. L’Afrique du Sud et la Libye, par exemple, ont véritablement mis un terme à leurs programmes nucléaires : ils ont soit détruit toutes les informations, il ne restait donc plus rien de leurs archives, soit déposé tout ce qu’ils possédaient (connaissances, documents et expérience) auprès des inspecteurs de l’AIEA.

Les Iraniens ont fait exactement le contraire : ils ont rassemblé des informations sur d’innombrables sites, y compris des archives privées et tout le matériel du projet AMAD, et les ont rassemblées dans les archives du ministère de la Défense.

Étant donné que l’accord donne à l’AIEA le droit de visiter tout site suspect (Téhéran nie actuellement avoir accepté de se rendre sur des sites militaires), les Iraniens craignaient que les archives du ministère de la Défense ne soient également une cible à inspecter. Ainsi, en février 2016, les Iraniens ont déplacé les archives sur un site obscur situé dans une banlieue éloignée de Téhéran. L’installation est presque entièrement non surveillée et n’attire donc pas l’attention. Même les personnes qui surveillent les installations ne savent pas ce qu’elles protègent.

Le cambriolage

Les services de renseignement israéliens ont surveillé de près les “archives AMAD” et planifiaient minutieusement l’opération depuis début 2017. Un agent du Mossad chargé de la planification de l’opération a déclaré qu’il s’agissait d’une opération du style de “Ocean’s Eleven “.

Dans la plupart des opérations de ce type menées par le Mossad, les agents s’infiltrent généralement dans un bâtiment, photographient le matériel contenu à l’intérieur et passent inaperçu. Cette fois, le directeur du Mossad, Yossi Cohen, a décidé qu’on devrait physiquement saisir le matériel. La raison en est double : limiter le temps que les agents ont dû passer à l’intérieur du bâtiment et empêcher l’Iran de diffuser de la désinformation et de prétendre que les documents sont contrefaits. De cette manière, Israël pourrait exposer les documents au contrôle de la communauté internationale.

Quelques dossiers avec des documents des archives nucléaires iraniennes

Quelques dossiers avec des documents des archives nucléaires iraniennes

 

Au cours des deux dernières années, des centaines de personnes de toutes les branches du Mossad ont participé à l’opération et moins de deux douzaines d’agents ont pris part au cambriolage.

L’équipe opérationnelle en Israël n’a pas dormi pendant plusieurs nuits, au cours desquelles les agents se sont réunis en Iran pour préparer l’équipement et repérer la zone.

Puis, le soir du 31 janvier, les agents sont entrés dans la chambre forte. Lorsque l’opération a pris fin et que tous les agents étaient hors de danger, Cohen a appelé Netanyahu et l’a informé du succès de l’opération.

 

L'entrée des archives nucléaires iraniennes

L’entrée des archives nucléaires iraniennes

 

Et ce fut en effet un succès : les agents ont récupéré environ une demi-tonne de matériel de renseignement qui vaut son pesant d’or. Il y a eu très peu de fois dans l’histoire des services de renseignement depuis la Seconde Guerre mondiale, où une seule agence a été en mesure d’obtenir autant de documents secrets extorqués à l’ennemi à la fois.

“Israël n’a pas signé le JCPOA. Le Mossad n’a pas signé l’accord nucléaire”, a déclaré le directeur du Mossad, Cohen, dans un forum fermé. “J’ai un accord, avec le peuple d’Israël, dans lequel je m’engage à ne pas permettre aux Iraniens de disposer d’une bombe nucléaire. C’est tout”.

Mais comme pour tout le reste, la politique a également fait obstacle. Depuis l’opération, diverses réclamations ont été faites en Israël et à l’étranger contre la manière dont le matériel a été présenté.

Certains pensent que les documents d’archives justifient l’affirmation de Netanyahu selon laquelle l’accord nucléaire est un mauvais accord fondé sur des mensonges.

Une source des renseignements occidentaux mise en face du matériel le résumait ainsi : “Les archives nucléaires sont en fait un effort du ministère iranien de la Défense pour préserver les connaissances acquises dans le cadre du” Projet AMAD “de 1998 à 2003 et de la communauté internationale, en particulier de l’AIEA, pour une éventuelle utilisation future ”

D’autres, au contraire, affirment que ces documents prouvent à quel point l’Iran était sur le point de produire une bombe nucléaire. L’existence d’un accord gelant ainsi le programme et plaçant le projet SPND sous étroite surveillance est une bonne idée.

Ronen Bergman | Publié: 11.23.18, 08:43

Mise à jour : 11.23.18, 08:43 

Adaptation : Marc Brzustowski

6 COMMENTS

  1. Une chose non précisée,si ces archives sont uniques alors le programme est d’avantage interrompu que suite à une attaque asardeuse.
    Même si les scientifiques et leurs capacités restent

    • Mais sûrement pas! Le programme est en état de parfaite conservation, d’entretien et les essais épars continuent pour rassembler tous les éléments à l’instant t, sous couvert de technologie “pacifique”. Cessez de prendre le monde pour des bulles.

  2. AU LIEU DE S’INQUIETER, QUAND AU RECHAUFFEMENT DE LA TERRE,CE QUI EST FAUX A MON AVIS,CAR CE SONT TOUT SIMPLEMENT DES CYCLES DE REFROIDISSEMENT OU DE RECHAUFFEMENT QUI ONT TOUJOURS EU LIEU DANS LE PASSE ,LE MONDE DEVRAIT PLUTOT S’INQUIETER DE LA POSSIBLE ACQUISITION PAR L’IRAN,DE L’ARME ATOMIQUE,VERITABLE DANGER AUX MAINS DE DETRAQUES MENTAUX.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.