La coalition introuvable

3
1231

Les électeurs de Binyamin Netanyahou risquent d’être déçus, il semble que le Premier ministre sortant ne parviendra pas à former une coalition de 61 députés pour constituer un gouvernement de droite comme il le souhaiterai. De la même façon les électeurs de Benny Gantz n’ont pas plus de raisons de se réjouir, car à l’heure ou nous écrivons, le leader du parti Bleu Blanc n’a pas plus de garanties de parvenir à ce résultat que son rival. Les fractures au sein de la société israélienne ont accouché lors du vote d’une configuration presque  de l’ordre de  l’impossible. Un patchwork dont les morceaux semblent ne jamais pouvoir se réunir pour composer un tissu qui ferait bonne figure.

Cinq listes se sont succédées  ce dimanche à la résidence du président Rivlin. pour exprimer leurs recommandations en faveur d’un candidat. Parmi elles, la liste Arabe unifiée et celle d’Israël Beitenou d’Avigdor Liberman. Deux  listes qui paraissent être entre  parenthèses en ce sens qu’elles ne garantissent pas une majorité à  l’un ou l’autre des candidats en raison de leurs particularismes. Elles sont porteuses de conditions, dont rien ne dit qu’elles seront acceptables pour le Likoud aussi bien que pour Benny Gantz. Chacune de ces deux listes n’est en mesure selon les contraintes qu’elles représentent d’offrir  à Netanyahou aussi bien qu’à  Benny Gantz une majorité de 61 députés indispensables pour la formation du futur gouvernement qui pour l’heure parait inatteignable. Prenons le parti Israël Beiteinou, Avigdor Liberman, a exprimé dans une conférence avant son entretien avec le président Rivlin son refus de soutenir l’un ou l’autre des candidats pour des raisons très différentes. Pas de soutien à Netanyahou qui a déjà signé avec les partis religieux sionistes et les formations orthodoxes a insisté Liberman et pas de soutien à Gantz que Liberman soupçonne de vouloir inclure les formations arabes dans un futur gouvernement sous sa direction. Liberman est catégoriquement opposé à participer à un gouvernement qui inclurait les formations religieuses et profondément hostile à participer à une coalition qui comprendrait les formations arabes. Résultat il a choisi de ne recommander aucun candidat au président de l’état, bien que Gantz n’ait pas pris l’engagement à ce stade d’inclure la formation arabe ou une partie d’entre elle dans un gouvernement dont il aurait la direction.

La recommandation adressée au président Rivlin par Eyman Hodeh de la liste arabe en faveur de Benny Gantz ne signifie pas une participation à un gouvernement israélien. Liberman se retrouve donc avec de bonnes cartes en main mais elles pourraient être inutiles par les limites et les refus qu’il s’impose à lui- même. Dans ces conditions le parti de Liberman ne sera pas faiseur de roi  mais rejoindra l’opposition si Liberman maintient ses positions. Combien de temps Liberman pourra -il tenir cette ligne qui apparaitrait peut être à ses électeurs, comme stérile. Un gros gâchis.

Gantz avec la recommandation des partis arabes totalise le soutien de 57 députés en sa faveur comme futur candidat à former une coalition. Netanyahou de son côté annoncerai la recommandation de 55 députés. Ce qui n’obligerait toutefois pas le président Rivlin à donner sa préférence à Gantz pour être candidat à former une coalition. Rivlin choisira celui des deux, qui entre Netanyahou et Gantz lui paraîtra  avoir le plus de chance de former une coalition. Benny Gantz veut constituer une coalition sioniste libérale sans compter le parti de la liste arabe unifiée, ce qui ne lui garantit pas une majorité et qu’il  serai  le mieux placé pour former le futur gouvernement.

Toutefois le futur candidat aura 28 jours pour former une coalition puis peut être un nouveau délai de 14 jours. Cependant si chacun des camps reste rivé à ses positions, à l’issue de cette période, la charge de former une coalition reviendra naturellement au second grand parti, le Likoud ou le parti Bleu Blanc,  ce qui ne résoudrait peut être rien.

Le président de l’état Reouven Rivlin peut déjà comprendre qu’il va devoir être créatif et très dirigiste pour engager Netanyahou et Benny Gantz à abandonner  leurs réticences mutuelles et à obligatoirement négocier la formation d’une coalition élargie d’union nationale. Il  restera à décider qui entamera en priorité le rôle de Premier ministre dans le système de rotation qui va s’imposer. D’ici là,  il faudra de la patience, de la bonne volonté et un profond sens des responsabilités de la part des candidats. Enfin pour résoudre cette équation, il serai très  souhaitable que le président Rivlin se révèle un médiateur de génie, capable de  sauver le pays d’une troisième élection, dans un contexte économique et sécuritaire qui ne permet absolument pas cette option .

3 COMMENTS

  1. La solution est un gouvernement avec tous les partis sionistes qui acceptent de le rejoindre sous la direction de Netanyahu et ensuite Ganz par rotation ( tous les ans par exemple).
    Quant au programme, il faudra des compromis et des avancées en faveur des Juifs libéraux et des laïcs ainsi que des aides financières pour ceux qui en ont besoin et ont fait leur service militaire ( ex.: bourses d’étude, aides au logement,….).

    • La solution est d arrêter ce mensonge grossier qui prétend que le créateur du monde va laisser le peuple juif remplacer son judaïsme de 3000 ans par un état laïque corrompu de surcroît
      Le peuple juif est indissociable de la divinité quoiqu on dise pense ou fasse et il n’ y aura jamais de paix en Israël tant qu on aura pas admis cette idée

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.