Israël n’a pas d’autre choix que de conserver l’initiative

1
287

000_nic6411809

Le supplétif libanais de l’Iran, le Hezbollah, a employé 5 missiles antitank Kornet russes et des mines déposées le long d’une route, dans son embuscade du 28 janvier, à l’extérieur de Kfar Ghajar, tuant 2 soldats en service d’inspection : le Major Yohai Kalangel, 25 ans, d’Har Gilo, en Judée-Samarie et le Sergent-Chef Dor Nini, 20 ans, du Moshav Shtulim, près d’Ashdod. Ils circulaient dans des véhicules non-blindés. Sept autres soldats ont été blessés. 

big (4)

Le capitaine Yohai Kalangel et le Sergent Dor Nini

Le Hezbollah et l’Iran, qui avaient juré de venger la frappe aérienne qui a éliminé un Général des Gardiens de la Révolution et au moins 6 officiers de haut-rang du Hezbollah, le 18 janvier, ont réussi trois tours de force, au cours de cette attaque : 

Un : leurs miliciens ont été en mesure de traverser la frontière sans se faire repérer, pour y dissimuler des mines sur le bord de la route. 

000_nic6411713

Deux : ils ont pu ramener au moins 5 lance-roquettes antitank jusqu’aux limites de la barrière de sécurité, à l’endroit où elle ne couvre plus les deux territoires, sans se faire, non plus, repérer.

Et, trois : de façon très surprenante, ils nous pas eu la moindre difficulté à frapper et à pulvériser deux véhicules du commandement ni à infliger de lourdes pertes à Tsahal.

 Ces trois coups mortels ont pu être réalisés –indépendamment de toutes les assurances de Tsahal affirmant que toutes les mesures de sécurité nécessaires étaient prises et que les renforts étaient prêts pour faire face à l’attaque prévisible, à la suite des promesses de revanche du Hezbollah et de l’Iran.

Des sources libanaises ajoutent que l’attentat transfrontalier de mercredi était destiné à toucher un officier supérieur israélien. Elles prétendent que la taille du convoi démontrait clairement le fait qu’un gradé israélien de haut-rang était, nécessairement, présent à bord et que c’est de cette façon que la cellule, qui ne comprenait pas plus de 5 hommes munis de lance-roquettes, ont décidé d’ouvrir le feu.  

Ces sources affirment que l’opération était planifiée bien plus tôt, mais qu’elle a été reportée [dans l’attente d’un convoi suffisamment repérable?]. De même, le discours du Secrétaire-Général Hassan Nasrallah, d’abord prévu pour Dimanche, a été avancé au vendredi, en coordination avec l’évènement, dont il va pouvoir se vanter. 

Nos sources militaires remarquent que quelque chose cloche sérieusement, en matière de sécurité du convoi, ce qui a permis au Hezbollah de réaliser cette attaque foudroyante.

 En premier lieu : Comment se fait-il qu’un convoi de commandement de Tsahal se soit risqué à s’exposer à d’importants dégâts et pertes humaines, en circulant dans la ligne de mire de l’ennemi sans protection appropriée ?

Les habitants des villes du nord et des villages frontaliers sont parfaitement habilités à mettre Tsahal au pied du mur, en lui posant une question délicate : Pourquoi sont-ils tenus d’obéir aux ordres et recommandations militaires visant à maintenir les civils en sécurité, alors que l’armée elle-même est aussi négligente avec la sécurité de ses propres « officiers supérieurs » et homme de troupe ou de rangs intermédiaires ?

Les forces armées d’Israël sont, désormais, contraintes de sortir le grand jeu pour recouvrer le respect de l’adversaire envers ses capacités de dissuasion. Il n’y a guère d’autre choix que d’infliger un grave revers militaire au Hezbollah et aux officiers des services de renseignement iraniens basés en Syrie,  d’où leur supplétif libanais s’est procuré les renseignements nécessaires pour attaquer le convoi de commandement de Tsahal.

Israël doit aussi retrouver le sens de l’initiative, dans ce long conflit contre l’Iran et le Hezbollah et renforcer le message véhiculé à leur intention, lors de sa frappe stupéfiante du 18 janvier, contre la mission de commandement irano-hezbollahie sur le Golan, qu’il ne va pas s’en tenir là, en attendant que le Golan soit transformé en position d’avant-garde pour pouvoir attaquer Israël sur deux fronts, sur le Golan et depuis le Liban-Sud.

DEBKAfile Analyse Exclusive 28 janvier 2015, 7:40 PM (IDT)

Adaptation : Marc Brzustowski.

1 COMMENT

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.