Spécialiste israélienne : Hydroxychloroquine traitement inefficace pour COVID-19

Le médicament fait l’objet d’une enquête dans le monde entier, y compris aux États-Unis, après que le président Donald Trump l’a qualifié de «révolutionnaire» dans la lutte contre le coronavirus.

Un employé de pharmacie montre des pilules d'hydroxychloroquine utilisées pour traiter la maladie des coronavirus (COVID-19) au CHR Centre Hospitalier Regional de la Citadelle Hospital à Liège, Belgique, le 22 avril 2020. (crédit photo: YVES HERMAN / REUTERS)
Un employé de pharmacie montre des comprimés d’hydroxychloroquine utilisés pour traiter la maladie du coronavirus (COVID-19) au CHR Centre Hospitalier Regional de la Citadelle Hospital à Liège, Belgique, le 22 avril 2020. (crédit photo: YVES HERMAN / REUTERS)
Une grande spécialiste israélienne des maladies infectieuses a déclaré qu’elle a longtemps cru que l’hydroxychloroquine était efficace dans le traitement du COVID-19, la maladie produite par le nouveau coronavirus.
Le médicament fait l’objet d’une enquête dans le monde entier, y compris aux États-Unis, après que le président Donald Trump l’a qualifié de «révolutionnaire» dans la lutte contre le coronavirus.
Galia Rahav
Galia Rahav, chef de l’Unité des maladies infectieuses et des laboratoires et du Sheba Medical Center, Tel Hashomer, a déclaré au Jerusalem Post qu’au début de la pandémie de coronavirus, son équipe avait traité certains patients avec de l’hydroxychloroquine et enrôlé d’autres dans un essai clinique impliquant le médicament.
L’hydroxychloroquine est actuellement utilisée pour le traitement des maladies auto-immunes dans le monde entier, telles que le lupus et la polyarthrite rhumatoïde, et est utilisée depuis des années pour traiter le paludisme. Cependant, Rahav a déclaré que “résumant les données, nous ne pensons pas que cela fonctionne [pour COVID-19] et nous ne les utilisons pas.”
Rahav réagissait à une question concernant la décision cette semaine de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) de suspendre le recrutement pour le test hydroxychloroquine de son essai solidaire pendant qu’elle évalue les données de sécurité.
L’essai de solidarité est un essai clinique international visant à aider à trouver un traitement efficace pour COVID-19, qui a été lancé par l’OMS et ses partenaires. À ce jour, près de 3 500 patients ont été recrutés dans 17 pays dans quatre études de laboratoire et cliniques parallèles: Remdesivir, Lopinavir / Ritonavir, Lopinavir / Ritonavir avec interféron bêta-1a et hydroxychloroquine.
Seule l’étude sur l’hydroxychloroquine a été interrompue. 
Récemment, plusieurs études ont été publiées qui ont montré des effets dangereux du médicament. Le 22 mai, une étude observationnelle publiée dans la revue britannique The Lancet a révélé que parmi 100.000 patients de plusieurs pays randomisés pour recevoir l’hydroxychloroquine, il y avait un taux de mortalité plus élevé et une fréquence accrue des battements cardiaques irréguliers pour ceux qui ont reçu le médicament.
Une étude antérieure menée par une équipe de recherche du Beth Israel Deaconess Medical Center (BIDMC) à Boston a également révélé que le médicament était lié à un risque accru d’arythmie cardiaque chez les patients COVID-19.
“Les preuves accumulées sont qu’il existe des données limitées pour suggérer l’efficacité et il existe des preuves croissantes qui suggèrent une toxicité“, a déclaré le Dr Howard Gold, médecin des maladies infectieuses au BIDMC, à propos du médicament hydroxychloroquine dans une interview publiée par le Boston Herald.
L’étude BIDMC a évalué 90 adultes infectés par le nouveau virus, dont chacun a reçu au moins un jour de traitement à l’hydroxychloroquine, qui peut rester dans le corps jusqu’à trois semaines, selon Gold.
Mardi, lors d’une réunion d’information, l’OMS a promis un examen rapide des données sur l’hydroxychloroquine, probablement à la mi-juin.
“Une décision finale sur le préjudice, le bénéfice ou le manque de bénéfice de l’hydroxychloroquine sera prise une fois que les preuves auront été examinées par le Data Safety Monitoring Board”, a indiqué l’organisme dans un communiqué. “Il est attendu pour la mi-juin.”
Néanmoins, mercredi, le gouvernement français a annulé un décret autorisant les médecins hospitaliers à administrer de l’hydroxychloroquine en tant que traitement aux patients souffrant de formes sévères de COVID-19.
Rahav a déclaré au Post qu’elle ne croyait pas que les effets secondaires du médicament constituent un danger important.
“Nous n’avons vu aucun effet secondaire effrayant“, a-t-elle déclaré, notant que cela est vrai même chez les patients qui ont reçu de fortes doses de médicament pendant de longues périodes. Elle a dit qu’il y avait eu des cas isolés d’arythmie et d’éruptions cutanées, mais qu’ils n’étaient pas cohérents ou nombreux. “Je ne pense pas que les effets secondaires soient un gros problème, mais je pense plutôt que cela ne fait rien (pas d’efficacité).”
Le fabricant suisse de médicaments Novartis a déclaré qu’il n’interromprait pas son étude américaine de 440 patients. Novartis a déclaré que l’étude Lancet, qui couvrait 100 000 personnes, n’était que «d’observation» et n’était pas capable de démontrer un lien de causalité entre l’hydroxychloroquine et les effets secondaires.
En outre, l’Agence italienne des médicaments (AIFA), l’autorité nationale responsable de la réglementation des médicaments en Italie, a approuvé un essai d’hydroxychloroquine sur 2500 patients, qui débutera début juillet et se concentrera sur l’utilisation de l’hydroxychloroquine dans la prophylaxie,  a déclaré au Post Annalisa Chiusolo, spécialiste de la pharmacologie italienne. L’étude, pour laquelle les données préliminaires seraient prêtes dans les 16 semaines, examinera si l’apport préventif du médicament diminue la probabilité de contracter COVID-19 lorsque l’on entre directement en contact avec un patient positif.
Dans ses recherches, Chiusolo a découvert que l’hydroxychloroquine pouvait agir comme prophylactique, prévenant ou limitant les symptômes de la maladie en attendant la formulation du vaccin qui stimule spécifiquement la réponse des anticorps. Elle a dit que cela pourrait immuniser le patient au COVID-19 et / ou limiter ses effets secondaires.
Rahav a déclaré que son équipe explore les avantages d’autres médicaments, notamment le Remdesivir, un médicament antiviral développé par la société biopharmaceutique Gilead Sciences.
De plus, ils testent l’utilisation du plasma comme vaccin passif, en supposant que ceux qui se sont remis du COVID-19 ont développé des protéines ou des anticorps antivirus spéciaux dans leur plasma, ce qui pourrait donc aider les patients malades à faire face à la maladie. Rahav a déclaré qu’elle pense que les traitements anticoagulants pourraient également réduire la mortalité dans les cas graves de coronavirus.
Adaptation : Marc Brzustowski

9 Commentaires

  1. Suite…
    Je pense que l’on peut enterrer l’étude covid du Lancet.
    L’OMS de son coté relance l’idée d’étudier de nouveau l’hydroxychloroquine..
    Voila de quoi relancer le débat, à la condition expresse de le dépassionner, et pour cela afficher une totale transparence.
    Le, les protocoles des traitements doivent impérativement être publiés, dans les moindres détails.
    Quelles seront les associations des molécules employées.
    A quels dosages. En prévention, en curatif..
    Quel sera l’échantillonnage des patients, leurs ages, leurs sexes, le stade de leur maladie, leurs co-pathologies.
    Tout doit être explicité, détaillé.
    A moins de vouloir rester dans la passion, les croyances, ou pire dans la confiscation du savoir pour garder le pouvoir…
    Personne ne doit pouvoir se soustraire à ces indispensables obligations, ni Raoult, ni Veran, ni Salomon, pas plus que n’importe quel représentant de l’industrie pharmaceutique, de la politique, ainsi que le corps médical..
    Nos sociétés ne peuvent avancer qu’ainsi..

  2. Bonjour,
    Je vous témoigne à tous ma grande admiration, pour vos certitudes, vos croyances, et vos convictions..
    Personnellement après avoir vécu sur des certitudes douteuses, j’en suis aujourd’hui passé à des doutes certains, certain de ne pouvoir prendre totalement parti sur ce sujet des traitements utilisés dans la lutte contre ce virus, tant ils sont nombreux, complexes, et sans qu’aucune étude sérieuse, indépendante n’ai été publiée à ce jour.
    La transparence n’est pas au rendez vous, c’est le moins que l’on puisse dire.
    Aucun protocole de, des traitements administrés n’a été clairement publié, énoncé ou détaillé. Et encore moins leurs résultats. Même chez le professeur Raoult.
    Ma curiosité a tout entendu.
    Des usages du sulfate d’hydroxychloroquine (le Plaquenil) de la chloroquine (la nivaquine)
    Des anti-inflammatoires stéroïdiens ou non, proscrits au début, puis encensés ensuite.
    Des antibiotiques macrolides (l’azythromicine) et pourquoi pas des bétalactamines ou autres..
    Les anticoagulants en particulier les HBPM (héparine à bas poids moléculaire)
    Les antiviraux, mais lesquels..
    Autres…
    Les flous artistiques sur les détails de ces prescriptions, les posologies, les associations, doubles ou multiples, les durées de, des traitements, les stades de la maladie lors desquels ils ont été prescrits..?
    Les absences de transparence émanant du corps médical, la pauvreté du journalisme d’investigation, sans oublier le, les flous politiques ne font rien pour permettre une vue claire et objective du citoyen lambda..
    De là, tout peut malheureusement être imaginable, le lit de tous les complots est possible..
    Une liste non exhaustive peut être imaginée, l’argent, le pouvoir, le narcissisme, l’orgueil, etc…peuvent être envisagée dans ce climat ..
    Je n’ai aucune croyance, la science et ses exigences seules, peuvent, elles, vous faire adhérer, ou pas, à la condition expresse de preuves scientifiques démontrées par des études aux résultats statistiquement significatifs.
    L’éthique, la déontologie, la loi, et surtout la morale me font volontiers vous confier mon implication dans l’industrie pharmaceutique, et les salaires payés, sans j’espère, n’avoir jamais été “acheté”, puis ensuite dans la distribution du médicament dans un exercice indépendant.
    Ces expériences, cette pratique m’ont permis de constater combien il peut être consternant de voir la quantité d’études cliniques financées par cette même industrie, qui s’institue ainsi juge et partie..
    La recherche de molécules efficaces coûte cher, très cher, et l’obligation de “trouver” des blocksbusters en est un des corollaires. Sans oublier que le choix politique à très court terme des génériques ampute lourdement les budgets de recherche.
    La délocalisation des productions pharmaceutiques, le manque de contrôle, et la dépendance d’acteurs extérieurs ne font qu’ajouter au problème.
    Les combats, les menaces d’exclusion du Pr Raoult sont ils justifiés, ils ressemblent trop à ceux menés contre Louis Pasteur, Ambroise Paré et tant d’autres..
    Les publications récentes du Lancet ont été reconnues par leurs auteurs comme non significatives tant les protocoles furent biaisés.
    J’attends, nous sommes en droit d’exiger une totale transparence pour nous faire une idée, faute de quoi la confiance dans nos “élites” tant politiques, médicales, qu’industrielles ne peut que s’effondrer un peu plus..
    Il en va de l’intérêt du malade, de loin prioritaire face à tout aspect, politique ou mercantile.Mais peut on encore l’espérer, ou n’est-ce plus qu’un fantasme..?

    • Oui, on veut bien comprendre, mais on ne va pas suivre aveuglément Raoult comme le nouveau pape ou le nouveau Moon. D’autres milieux scientifiques, en Inde, en Chine, en Israël et ailleurs ont des choses précieuses à dire et il y a des facteurs complexes dans la Covid donc des réponses beaucoup plus compliquées que cet espèce de nouveau monothéisme derrière saint Raoult priez pour nous. Plus c’est compliqué et plus les gens chercheront à se simplifier la vie dans une croisade sans avenir.

  3. Cela fait deux mois à peu près que j’ai écrit un peu partout que la baudruche Raoult se dégonflait et en général je me suis fait méchamment incendier par les “disciples” du gourou de Marseille; le problème avec ces “croyants” c’est que l’accumulation d’études allant toutes dans le même sens n’ont pas d’effet sur leurs convictions; aucun argument rationnel ne semble les ébranler; Raoult , certain , comme il le proclamait d’ailleurs que les meilleurs virologistes se trouvaient en Chine a utilisé une minuscule étude chinoise floue et insuffisante pour vouloir “être en avance” et damer le pion à tout le monde en prétendant que, de façon certaine, le remède existait et que c’était l’ hydroxichloroquine; il a créé un énorme buzz avec l’aide de politiques et de complotistes de tout poil

  4. L’étude du Lancet a été invalidée par le rédacteur en chef du journal , en personne.
    Tout le monde a compris, à part les idiots et les journalistes corrompus, que les groupes pharmaceutiques tentent de discréditer le protocole défini par le professeur RAOULT et appliqué efficacement à l’IHU de Marseille.

    • Dites ce que vous voulez, ce n’est pas en pratiquant le conspirationnismede six semaines que vousâsserez pour un interlocuteur sérieux/. Les faits s’accumulent et les médecins ne soignent pas parce que “c’est à la mode”‘ Raoult (en Majuscules excusez du peu, avec une particule ç’eût été encore mieux) ou pas, mais parce que “ça marche ou ça ne marche pas”. En réalité, Raoult sera passé de mode dans trois mois et on trouvera autre chose pour être en première page. Un Juif devrait se méfier des icônes et des gurus. L’article, lui ne parle que de science et d’essai : ils ont essayé, n’ont pas été convaincus. Sont passés à autre chose, comme tous les pragmatiques qui se respectent et respectent leurs patients/ Le reste, que vous laissiez pousser la barbe et les cheveux ou les poils du c. pour ressembler à l’acrobate… “Le complot contre le protocole Raoult, le monde entier ligué, même ces “salauds d’Israéliens” “vendus aux pharmacies! La dernière excuse à la mode pour gagner le droit d’être un gogo.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.