Israël et les Kurdes maintiennent leurs relations après le départ U.S

2
786

ISRAËL ET LES KURDES S’EFFORCENT DE MAINTENIR LEURS RELATIONS POST- RETRAIT DES TROUPES AMÉRICAINES

Jusqu’à présent, les relations traditionnellement chaleureuses ne se sont pas transformées en une aide sérieuse de quelque nature que ce soit.

PAR KSENIA SVETLOVA / LA LIGNE MEDIA
Ksenia Svetlova, députée à la 20ème Knesset, conceptrice de la notion de “symptôme de l’Etat Islamique”, expliquant la fascination de nombre de musulmans pour Daesh: des petits enfants couraient dans les rues des villes arabes en Israël en criant « Daech », l’acronyme arabe du groupe, et appelaient l’enfant le plus fort du groupe Baghdadi – le nom d’Abu Bakr al Baghdadi, dirigeant de Daesh. En 2015, membre de la Knesset, elle rejoint les commissions des affaires étrangères et de la défense et trois groupes parlementaires : pour la protection du patrimoine et de la culture juifs dans les pays arabes et islamiques, la commission pour la liberté de parole et d’expression et la commission qui soutient le renforcement des liens entre Israël et la nation kurde
 31 OCTOBRE 2019 01:45

 

Israël et les Kurdes s'efforcent de maintenir leurs relations post-américaines

Des Kurdes déplacés bloqués à la frontière après une offensive turque dans le nord-est de la Syrie, attendent de pouvoir passer du côté irakien au poste-frontière de Semalka, dans la ville voisine de Derik, en Syrie, le 21 octobre 2019. (photo: REUTERS / MUHAMMAD HAMED)

Lorsque le président américain Donald Trump a largué sa “bombe” et annoncé le retrait des soldats américains du nord-est de la Syrie, les politiciens israéliens de droite et de gauche se sont précipités pour exprimer leur soutien et leur sympathie envers les Kurdes abandonnés. Les chefs de parti n’ayant rien en commun – des gens qui ne supportent généralement pas d’être dans la même pièce – s’exprimaient maintenant avec passion sur la question kurde, dans pratiquement les mêmes termes.

Membre de la Knesset Ayelet Shaked(Yamina, Nouvelle droite) a mentionné que “la création d’un État kurde est un intérêt israélien vital“. MK Zvi Hauser (Bleu et Blanc), qui avait appelé il y a deux ans à la création d’une zone d’exclusion aérienne dans les zones tenues par les Kurdes de Syrie a déclaré: “Israël enverra une aide humanitaire aux Kurdes.” Le député Eli Avidar (Yisrael Beytenu) a évoqué la longue histoire des relations entre Israël et les Kurdes et a déclaré qu ‘”Israël doit se tenir aux côtés des Kurdes“.

Non seulement les politiciens, mais les dirigeants civils ainsi que les simples citoyens Israéliens refusent de rester indifférents au sort des Kurdes en Syrie.

Plusieurs manifestations pro-kurdes ont eu lieu à Jérusalem et à Tel Aviv. Des centaines d’Israéliens (dont certains, mais pas tous, d’origine kurde) ont réclamé justice pour les Kurdes et la fin de l’agression turque. Des organisations non gouvernementales en Israël et dans le monde juif ont uni leurs forces pour fournir une aide humanitaire aux réfugiés. Des dizaines de réservistes de l’armée israélienne ont publié une lettre ouverte appelant le Premier ministre, Binyamin Netanyahu, à intervenir et à fournir une assistance militaire et humanitaire aux Kurdes.

À la lumière de tout cela, pourquoi, parmi tous les peuples, les Kurdes sont-ils si populaires en Israël? Et quel genre d’assistance, au-delà des paroles gentilles et de l’empathie, Israël peut-il maintenant offrir aux Kurdes en Syrie et ailleurs?

La “nation préférée” d’Israël

Les relations entre Israël et les Kurdes remontent à plus de 60 ans. Le Premier ministre israélien David Ben Gourion a adopté la doctrine de la périphérie, une stratégie de politique étrangère appelant Israël à nouer des alliances stratégiques étroites avec des acteurs étatiques et non étatiques du Proche et du Moyen-Orient, qui ont résisté à l’hostilité des pays arabes, dans les premiers jours de l’existence de l’état. Quelques années plus tard, les émissaires de Ben Gourion ont rendu visite au dirigeant kurde irakien Mustafa Barzani.

À l’époque, l’Irak était l’ennemi d’Israël, tandis que la Turquie et l’Iran étaient ses alliés. Israël a secrètement aidé le parti de Barzani à effectuer un entraînement militaire et à se munir d’armes. Le Dr. Mordechai Zaken, un expert des minorités du Moyen-Orient, a déclaré à The Media Line, que tous les Kurdes se souviennent de cette assistance, bien qu’elle n’ait été offerte qu’aux Kurdes d’Irak, pas à ceux de Syrie, d’Iran ou de Turquie.

«Cette affection entre nos nations est réciproque. Non seulement les Kurdes sont très populaires en Israël, mais Israël et les Juifs jouissent d’un grand respect et d’une grande sympathie parmi les Kurdes », a déclaré Zaken.

“Les raisons de ce phénomène”, a-t-il poursuivi, “sont multiples : les relations conviviales entre Kurdes juifs et musulmans au Kurdistan irakien et l’aide apportée par Israël aux Kurdes en Irak dans les années 1960…. À un moment donné, les combattants du PKK formés par les Syriens dans la vallée libanaise de la Beqaa ont coopéré avec l’OLP contre Israël, mais historiquement, le récit kurde considère Israël comme un élément positif, alors que les Israéliens estiment que les Kurdes sont la seule nation de la région capables d’avoir de véritables relations amicales avec Israël. »

À la fin des années 1980, Israël et les communautés juives du monde entier ont exprimé à plusieurs reprises leur soutien aux Kurdes.

Au cours de la guerre du Golfe de 1991, des organisations juives aux États-Unis ont mené une campagne contre la persécution des Kurdes par le gouvernement irakien. Peu après la chute de Saddam Hussein, le Premier ministre israélien Ariel Sharon et les dirigeants kurdes, Masoud Barzani et Jalal Talabani étaient plutôt ouvert à l’établissement de bonnes relations entre Israël et les Kurdes. Il n’est pas rare de voir des drapeaux israéliens flotter sur le Kurdistan irakien et, en 2007, un magazine bilingue hébreu-kurde, Israel-Kurd, a été publié à Erbil.

Les relations avec Erbil sont particulièrement importantes pour Israël, compte tenu de la proximité de la région du Kurdistan irakien avec les frontières iranienne et turque. Et en 2017, Israël est devenu le seul pays à avoir officiellement approuvé la tentative des Kurdes d’obtenir leur indépendance, bien que certains hauts responsables de la sécurité aient estimé que cela pourrait nuire davantage aux Kurdes que les aider.

En théorie, un État kurde indépendant pourrait contrebalancer la stratégie iranienne dans la région et devenir un allié irremplaçable pour Israël. Bagdad a été exaspéré par le soutien public israélien envers les Kurdes, et on a reproché à ces derniers de s’appuyer sur ce soutien – même si l’approbation par Israël de l’indépendance n’était pas un élément décisif de la stratégie de Masoud Barzani.

Au-delà de l’Irak

Après l’éclatement de la guerre civile en Syrie, de nombreux reporters israéliens ont pu atteindre le nord-est de la Syrie en toute sécurité et constater de leurs propres yeux le développement d’une entité kurde indépendante, appelée Rojava. Ils sont rentrés en Israël avec des histoires de femmes kurdes courageuses qui ont férocement combattu les terroristes de l’État islamique, des communes agricoles créées au milieu du désespoir et du chaos ; l’appel à l’égalité des sexes et à la démocratie ; et beaucoup d’autres récits, sur le thème : “ils sont comme nous”.

On pourrait dire qu’Israël est comme «officiellement amoureux» des Kurdes syriens. Certains Israéliens, tels que la Canado-israélienne Gill Rosenberg, ont rejoint les forces armées kurdes en Syrie et se sont battus avec eux contre l’Etat islamique. Toute marque de soutien aux Kurdes a été bien accueillie par le grand public et de plus en plus de politiciens se sont joints à nous.

L’ancien député Mossi Raz (Meretz), dont la famille est venue d’Irak en Israël, estime qu’il existe deux types de soutien israélien aux Kurdes.

«Il existe un groupe qui défend la question des droits de l’homme partout dans le monde, motivé par la compassion et la solidarité», a-t-il déclaré à The Media Line.

«L’autre groupe s’intéresse d’abord à leurs intérêts immédiats», a-t-il déclaré. «Si Israël est contre [le président turc Recep Tayyip] Erdogan, alors soyons du côté des Kurdes ou des Arméniens. Sinon, les Kurdes et leur lutte pour l’indépendance ne seraient pas aussi intéressants. »

Des mots aux actes

Que peut faire Israël pour les Kurdes en Syrie aujourd’hui?

Il est clair qu’après l’agression transfrontalière turque et l’accord conclu entre la Turquie et la Russie à Sotchi, le Rojava a concrètement disparu dans les limbes. En l’absence de la volonté américaine de rester et de les protéger, de nombreux Kurdes devront être évacués de leurs villes et villages.

La réaction de Netanyahu à l’offensive turque a été quelque peu atténuée, peut-être pour éviter toute apparence de critique à l’encontre de son proche allié américain, le président Trump, dont le retrait des troupes américaines de la région aurait précipité l’incursion.

Azad Jamkari, un Kurde syrien et analyste pour la chaîne de télévision kurde Rudaw en Irak, a déclaré à The Media Line que les Kurdes en Syrie étaient déconcertés par l’absence d’une réaction plus vive de la part d’Israël.

«Les Kurdes espèrent qu’Israël et le Premier ministre Netanyahu interviendront afin de sauver la vie de personnes innocentes et de les protéger de la violence turque. Nous apprécions la solidarité du peuple israélien, mais nous attendons du gouvernement israélien qu’il s’emploie davantage à empêcher les factions pro-iraniennes de s’emparer de cette terre qui est en train de devenir exsangue de Kurdes », a déclaré Jamkari.

Avec des dizaines d’organisations de la diaspora juive et certaines ONG israéliennes, Yifa Segal, directrice exécutive du Forum juridique international, a lancé un projet intitulé «Nous ne resterons pas immobile», destiné à collecter des fonds pour l’aide humanitaire aux Kurdes.

«Il est beaucoup plus facile pour la société civile de s’engager dans de tels projets que pour le gouvernement. Nous devons agir », a déclaré Segal à The Media Line.

Jusqu’à présent, quelque 10 000 NIS, soit environ 2 800 dollars (2509 €), ont été collectés pour cette cause.

Mais beaucoup d’autres en Israël pensent que le gouvernement a la responsabilité de s’attaquer au problème de l’aide aux Kurdes syriens.

«Nous n’avons pas beaucoup à dire sur les questions de politique ici puisque les Kurdes ne sont pas près de nos frontières. Cependant, beaucoup peut être fait dans le domaine humanitaire », a déclaré à The Media Line Efraim Sneh, médecin et ancien général et ministre du gouvernement.

«Israël peut combler le vide moral et accepter que des Kurdes blessés soient soignés dans ses hôpitaux. Ils peuvent être transportés par voie aérienne, ici via Erbil ou la Jordanie – cela a été fait plusieurs fois dans le sud de la Syrie. Et Israël peut offrir son aide aux Kurdes du nord de la Syrie », a-t-il déclaré.

Pour l’instant, Israël n’a annoncé aucune mesure humanitaire urgente visant à venir en aide aux Kurdes. En général, cette aide est assez limitée et les bureaux du ministère des Affaires étrangères concernés sont gravement sous-financés.

En fin de compte, toutefois, c’est l’établissement de la sécurité qui décide, et l’agence chargée des relations avec les Kurdes est le Mossad. Ainsi, il n’y a pas de commerce important et pas beaucoup d’aide humanitaire. En ce qui concerne l’aide militaire, Israël ne le fournit pas (officiellement) non plus.

Pendant plus de huit ans de conflit syrien sanglant, Israël a débattu de l’opportunité de fournir une aide militaire aux druzes syriens, mais ne s’est pas impliqué. Les leçons de l’intervention au Liban (avec la milice chrétienne libanaise l’ALS, Armée du Sud Liban, cqfd) ont été bien apprises.

«La situation est vraiment sans précédent et dévastatrice pour les Kurdes. En conséquence, la réponse la plus pragmatique d’Israël consiste peut-être à concentrer nos énergies sur la coopération avec les Russes afin de préserver un niveau d’autonomie kurde en Syrie, allant au-delà de ce que le président syrien Bashar al-Assad et l’Iran souhaiteraient voir, a déclaré Eitan Charnoff, un consultant qui a travaillé avec les Kurdes, à The Media Line.

Pour le moment, il semble que les Russes ne soient pas enthousiastes à l’idée de protéger l’autonomie autoproclamée kurde. Leur priorité absolue est de rétablir intégralement l’intégrité du territoire syrien pour le régime d’Assad.

“Ce dont nous avons besoin aujourd’hui, c’est qu’Israël s’appuie sur ses relations avec les États-Unis et leurs alliés pour apporter soutien et aide aux Kurdes”, a déclaré à MediaLine, le Dr Sherkoh Abbas, président de l’Assemblée nationale du Kurdistan de Syrie.

«Les Kurdes ont perdu tactiquement la bataille. Ils ont subi de nombreuses pertes en vies humaines et subi le déplacement de plus de 400 000 personnes. Mais les États-Unis ont perdu stratégiquement face aux Russes, Iraniens, Turcs, à Daesh et aux djihadistes. La situation est très dangereuse », a déclaré Abbas.

Pour d’autres articles et récits, visitez  themedialine.org.

Adaptation : Marc Brzustowski

2 COMMENTS

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.