Habitant Tel Aviv à 200m de deux mosquées, je puis témoigner que ces deux dernières années le volume de l’appel du muezzin a doublé, voire triplé… Exaspéré, j’allais proposer à mes voisins de faire subir à son Maire, Mr Huldai, le même type de protestation, et ce pour la même raison, qu’a récemment endurée son homologue de Jérusalem : réveil brutal vers 4h30 du matin par des hauts parleurs portatifs placés devant sa maison diffusant Chema Israël… Et puis, comme par miracle,  est arrivée l’info qu’un projet de loi était en discussion à la Knesset visant à imposer une réduction drastique du volume des hauts-parleurs de toutes les mosquées proches de quartiers non-musulmans, ce qui d’ailleurs est une injustice pour les agglomérations musulmanes pour les travailleurs desquels cet appel est aussi une nuisance grave puisqu’elle interrompt un sommeil indispensable à la récupération de leur force de travail.

En effet, pour avoir habité en Algérie jusqu’en 1993, je puis aussi témoigner de deux ou trois choses… Dès l’indépendance acquise en 1962, certaines mosquées en profitèrent pour décupler le volume, ce qui entraina des luttes de citoyens (musulmans), appuyées par les médias et même par la radio (en français), au terme desquelles elles furent obligées de le ramener à un niveau acceptable pour l’environnement : il faut dire qu’à l’époque les nationalistes remettaient facilement les islamistes à leur place en leur rappelant leur tiédeur dans le combat national… Avec le temps, et la montée en force de l’islamisme dans l’ensemble du monde musulman dopé par la victoire de l’imam Khomeiny au milieu des années 70, commença un lent processus de prise en otage des consciences et des corps qui aboutit un peu partout aux mêmes résultats visibles (démultiplication des mosquées, des barbes sauvages pour les hommes et des camisoles de force  pour les femmes) et audibles (précisément le volume des appels à la prière).

Dois-je rappeler ce qu’il advint, en Algérie d’abord dans les années 90, puis ailleurs des années plus tard, durant le ‘’printemps arabe’’, un printemps qui perdure,  merci Mr Obama pour le cadeau : une guerre civile qui fit des centaines de milliers de morts…

Comme dans l’ensemble du monde musulman, l’islamisme (c’est-à-dire l’islam originel, lorsque chefs politiques et religieux ne faisaient qu’un) s’est aussi imposé comme force politique chez les Falestiniens. Le Hamas a vaincu le Fatah à Gaza, mais aussi dans les parties contrôlées aujourd’hui par la dite ‘’autorité falestinienne’’, ce qui explique la peur des élections et leur report continuel faisant de son ‘’président’’, Abbas, un potentat illégitime, car il ne fait pas de doute qu’en cas d’élections libres, là comme ailleurs, l’islamisme triompherait et le Fatah serait balayé…

En Israël, bien sûr les choses sont un peu différentes puisque l’islamisme, toléré, est très contrôlé et quand cela s’impose, jugulé (interdiction de sa branche nord, mises au pas des ‘’crieuses’’ provocatrices sur le Mont du Temple, par exemple). Il n’empêche, quelques constatations (inquiétantes) s’imposent.

Ici comme ailleurs, l’islamisme a pris le dessus sur le nationalisme, ce qui s’exprime parfaitement par l’alliance électorale de tous les partis arabes y compris communiste (Hadach), chose inimaginable par le passé, et bien que le président choisi, Odeh, vienne de ce dernier parti, il devient de plus en plus évident que la force de mobilisation de cette coalition prend de plus en plus sa source dans ‘’la défense de l’islam’’ (alors qu’Israël est l’endroit du Moyen Orient  où il est le mieux défendu puisque seul pays où les musulmans ne s’entretuent pas… !). Ce qui veut dire qu’à terme, ce sont les islamistes qui tireront profit de cette mise au pas progressive de la société civile et politique, et qui, lorsqu’ils jugeront le moment approprié, prendront directement la direction du mouvement politique au sein de la société arabe israélienne, où les chrétiens sont et seront de plus en plus marginalisés.

En attendant, les communistes du Hadach, et autres nationalistes du Balad, sans doute aussi pour résister au cannibalisme rampant de partenaires qui agissent sur le long terme, font dans la surenchère et la provocation politique au sein même de la Knesset, spectacle que l’Europe aura bientôt à domicile puisque déjà en Allemagne, des Associations d’émigrés demandent la révision de la Constitution !!!

Désormais en effet, ‘’cette coalition arabe’’ tombe le masque : elle se dit ‘’falestinienne’’, et non israélienne ; elle proclame sa solidarité non avec les autres citoyens israéliens, juifs, druzes, etc, mais avec les ‘’falestiniens’’, intra et extra muros ; elle soutient le moral des terroristes ‘’falestiniens’’ emprisonnés ; elle honore de sa présence l’anniversaire de la mort d’Arafat mais refuse de se recueillir devant la dépouille de Shimon Peres ; et elle saisit la moindre occasion pour défier les institutions, à commencer par la Knesset, comme justement à propos de la loi en préparation sur la réduction des nuisances sonores des mosquées où l’on a vu ces députés arabes profiter de leur immunité pour imposer à leurs collègues juifs et druzes un appel à la prière  en bonne et due forme, certes sans haut-parleur (rappelons d’ailleurs que réduire les décibels n’est pas une agression contre l’islam, pour la simple raison que chanté à l’origine par voix d’homme, l’appel à la prière s’est longtemps maintenu ainsi, même après l’invention de l’électricité, ce qui avait d’ailleurs son charme).

Si les autorités israéliennes ne se contentaient pas de faire les statistiques des actes de terrorisme, mais aussi de ces provocations en progression géométrique, on prendrait mieux la mesure de ce qu’elle annonce : la rébellion civique, prélude à un autre type d’irrédentisme plus violent qui mènerait certainement à la fin de l’unique modèle de cohabitation judéo-arabe dans le monde que représente Israël. Ce qui mettrait fin aussi, et définitivement, au rêve même d‘une grande Falestine qui irait de Haifa à Hebron, (rêve insensé, mais entretenu par les dirigeants irresponsables de cette coalition, sans parler de ceux du Hamas ou du Fatah.)

Quoi qu’il en soit des années à venir, n’est-il pas temps pour Israël de préserver ce pour quoi elle a été destinée : redevenir l’Etat-Nation (le seul au monde, rappelons-le !) du peuple juif, dans lequel des minorités peuvent coexister pour autant qu’elles respectent cette donnée primordiale ?

Et si dans l’immédiat ses élus et ses Juges se révélaient impuissants à rétablir sa souveraineté en son lieu- symbole, la Knesset, ne pourraient-ils pas, pour éviter qu’elle devienne un Zoo où des fauves sont laissés en liberté, y faire respecter au moins la loi du football, qui donne le droit à l’arbitre de sortir à l’encontre des récalcitrants des cartons jaunes et même rouges, ces derniers excluant du champ de jeu les joueurs gravement fautifs ?

19 novembre 2016, Jean-Pierre Lledo, cinéaste, essayiste

6 Commentaires

  1. Israël et le muezzin : appel à la prière ou à la rébellion ?

    L’état des Juifs, n’a rien à craindre des menaces des terroristes, pas plus que l’islam n’a craint de transgresser et ignorer les sourates de l’écrit coranique, qui reconnaissent la propriété du pays de Canaan aux Enfants d’Israël, ni d’appliquer arbitrairement la condition de dhimmi aux Juifs, malgré le contenu explicite du pacte d’Omar, 2ème calife authentique ; ni malgré le pacte de l’an 2 de l’Hégire signé par le Messager d’Allah lui-même.
    Il faut que les islamistes conviennent que le temps s’est inversé que la barbarie sanglante, pour épouvanter les peuples, qu’ils appliquent pour imposer leur dikta ignoble et monstrueux n’est plus acceptée par leurs victimes. Il faut qu’ils choisissent entre la paix et le respect de leurs écritures saintes, le pacte qui fait des Enfants d’Israël les associés à part entière dans le développement pacifique de la dernière foi monothéiste et la guerre contre l’humanité.
    Wahhabisme et Salafisme devraient réfléchir, eux qui se prétendent les plus proches de l’écrit coranique véridique des origines, eux savent que c’est seulement au cours du règne du calife abbasside al-Musqtadi (1075/1095), à la fin du XIème siècle que la situation des Juifs, pour une raison inconnue, se détériore au sein du monde Arabe en terre de l’islam. Ce calife impose un signe distinctif aux Juifs constitué de 2 riqâ, morceaux d’étoffe, de couleur jaune sur le dos.
    Aujourd’hui, il reste à l’islam assagi la vision du Cordouan : « du cheikh al-Akbar (Grand Maître) Muhyi I-Din Ibn al-‘Arabi » et d’appliquer la profession de foi de cet illustre andalou, maître incontesté du süfisme. Il disait en commentaire à une sourate du Coran (XXIX, 44-45) : « Je ne suis ni chrétien, ni juif, ni musulman ».
    La voie soufie le conduisait à admettre que la modalité confessionnelle est indifférente par rapport à la sainte vérité vers laquelle il faut tendre :
    – « Il fut un temps où je blâmais mon prochain si sa religion n’était pas proche de la mienne.
    – Mais maintenant mon cœur accueille toute forme.
    – C’est la prairie pour les gazelles, un cloître pour les moines.
    – Un temple pour les idoles, et une Ka’aba pour le pèlerin, les tables de la Thora et le livre saint du Coran.
    – L’amour seul est ma religion, et quelque direction que prend ma monture, là est ma religion et ma foi. »
    Aujourd’hui grâce à l’or noir Allah a donné à Arabe et à l’Arabie une deuxième chance, pour arracher le flambeau musulman des mains illégitimes. Et, comme l’annonçait le roi Fayçal ben Abdelaziz Al Saoud, au Washington Post (édition du 17 septembre 1969) : « Nous, la famille saoudienne, sommes les cousins des Juifs ; nous sommes en désaccord total avec tout Arabe ou toute autorité islamique qui se montre hostile aux Juifs. Nous devons au contraire vivre en paix avec eux. Notre pays est le sommet de la fontaine d’où les Juifs ont émergé, puis leurs descendants se sont répandus à travers le monde. »
    Abandonner les terrorismes et rejoindre l’annonce du roi Fayçal et monde de la Démocratie, de la Liberté et du progrès.

    • « seulement au cours du règne du calife abbasside al-Musqtadi (1075/1095), à la fin du XIème siècle que la situation des Juifs, pour une raison inconnue, se détériore au sein du monde Arabe en terre de l’islam. Ce calife impose un signe distinctif aux Juifs constitué de 2 riqâ, morceaux d’étoffe, de couleur jaune sur le dos ».

      La condition des Juifs se détériore dès le Coran de Médine, ou Coran 2 qui abroge 1 à 1 les versets du précédent, dit de La Mecque, soit du vivant de ton maître, le pédophile Mahomet. Ne vient pas nous raconter de salade, monsieur le Saint crétiste! Quant à Ezra que tu aimerais tant combattre, comme tous tes congénères mahométans, il est le fondateur du judaïsme talmudique sans lequel il n’y a aucun lien entre la mystique et la raison, raison de l’effondrement de ton monde sous les mahométans et de leur radicalité soi-disant « extatique » qui les conduit au suicide et au meurtre.

      • Cher coreligionnaire, qui porte le nom d’un Evangéliste Marc, Je voudrais vous informer que croire n’est pas savoir.

        1/ C’est vrai le judaïsme actuel doit supprimer la réforme du scribe EZRA faite en l’an 398 avant notre ère. Elle fut imposée par le colonisateur Perse et elle transgresse sur 5 points la Torah. Ces changements ont exposé le peuple Juif aux malédictions programmées par le rouleau Dévarim (Deutéronome) section Ki-tavo, chapitre 28 versets 15 à 69. Si, vous lisez vous serez épouvanté, comme je l’ai été moi-même ;
        2/ Ce n’est pas la réforme du scribe Ezra qui a créé la loi ORALE, mais les pharisien, après l’éclatement du parti Hassid qui avait soutenu la révolte des Macchabées contre l’hellénisation de la province juive par Antiochos IV;
        3/ Le Talmud, la tradition orale, devenue écrite par nécessité après la défaite de Bar Khorbah. Le Talmud a commencé a être écrit 6 siècles après la réforme d’Ezra. La réforme de ce scribe n’a aucun rapport avec la loi orale, je dirais que la réforme du scribe Ezra est un écrit, un décret impérial Perse ; elle fut imposée et soutenue par le sabre de la puissance perse.

        Voilà de quoi vous faire réfléchir, avant d’écrire sur des sujets dont vous ignorez le début et la fin.

        Je me répète lisez le rouleau Devarim, cité plus haut, cela vous permettra de réfléchir utilement sur l’avenir de notre foi. En ce qui vous concerne le prophète Habacuc écrivait : « LA FOI SAUVE » ; peut-être que cela vous suffit ! Mais pas à moi. Pour votre gouverne le Talmud est le procès-verbal de réunions houleuses où on trouve les décisions des majoritaires et aussi celles de minoritaires. Le judaïsme, au cours des 18 siècles passés, a choisi l’un ou l’autre des commentaires. Vous devriez peut-être vous inscrire dans une Yeshiva (Académie) pour parfaire vos connaissances sur la tradition, cela vous sera utile en tant que JUIF lors de débats.

        Sabbat shalom

        • Quoi qu’il en soit votre comportement de « prophète de l’Apocalypse » vous nourrit au même sein de la haine de ce prophète que les djihadistes mahométans ou que leurs prédécesseurs chrétiens, prétendant que les Juifs ayant « falsifié » les Ecrits, sont sortis de la Voie traçée pour eux, se sont donc eux-mêmes maudits et détachés de la Loi (c’est ce que vous dites). Or toute l’histoire juive sauf vous connaît les raisons de l’Exil, qui ne sont pas seulement dans Devarim, mais dans la paracha des Explorateurs : ne pas quitter le désert de Puteaux pour aller construire en Eretz par la victoire sur les « Géants ». C’est sur le genre de vos commentaires que les religions de la substitution sont nées pour persécuter les Juifs à travers toute l’histoire : ce que vous prétendez appeler « Monothéisme ». C’est pourquoi je ne prête aucune attention aux faux prophètes qui prétendent nous apprendre (depuis Paris, généralement) où sont nos « erreurs » et ce que nous aurions dû faire. Je vous considère comme un illuminati et si vous pouvez encore brailler vos contre-vérités c’est par simple tolérance. Quoi qu’il en soit, cessez de vouloir donner des leçons.

          • Ezra est réputé avoir cherché à pacifier les conflits entre Juifs et Samaritains et les Samaritains lui vouent une haine féroce parce qu’il les aurait contraint à prier à Jérusalem -plutôt que dans leur propre temple-substitut, qu’ils reconstruiront grâce à Alexandre le Conquérant, sur le Garizim-, Ezra a a contribué à reconstruire Jérusalem, capitale du peuple juif. Il a redonné un rôle d’enseignants aux scribes, qui ont transmis au peuple. On lui doit la réédition des 5 livres de Moïse sans lesquels vous ne pourriez lire « Dévarim » que de bouche à oreille!Ce que vous prônez, visiblement, c’est l’analphabétisme.

            Ezra OU Esdras est avec Néhémie le principal « maître d’œuvre » de la reconstruction de Jérusalem et de la création du nouvel Israël. La chronologie de leurs missions respectives est assez discutée.

            Esdras impose une loi en rassemblant les apports anciens du Pentateuque, le Code sacerdotal et quelques lois additionnelles, assurant ainsi l’unité de la législation entre « l’étranger et l’indigène » sous l’égide du sacerdoce de Jérusalem. Il renforce la réforme de Néhémie sur les mariages avec les étrangères : les Juifs doivent répudier toutes les femmes étrangères. Après un conseil avec les membres de la communauté de Jérusalem, Esdras fait une lecture solennelle de la « loi de Moïse » dans la Ville sainte (Néhémie, VII, 72-VIII, 18). La venue d’Esdras à Jérusalem est, pour la communauté, le commencement d’un ordre nouveau, et le jour où la loi est proclamée marque la naissance du judaïsme.

            On dit que sous l’Inspiration Divine, il aurait cité tous les Livres de mémoire, alors qu’ils étaient perdus durant l’Exil à Babylone. Nulle part il n’est dit que le Roi Ataxersès lui ait « dicté » quoi que ce soit, mais au contraire, que le roi lui accordait tout ce qu’il voulait : pour la cas de figure : l’indépendance de la nation juive autour de Jérusalem, après la reconstruction du Temple et le retour à ses principaux fondamentaux de la Torah, rien que ça!. Il a refondé la nation juive de l’époque en faisant de la Torah la constitution du peuple juif, ce qu’elle est encore.

            Désolé de ne pas donner satisfaction à vos appels à la destruction du Judaïsme! 1) Il a fallu écrire la Loi et 2) on a pu la commenter, la discuter, faire jurisprudence. < les deux Talmuds. Babylone et Jérusalem : grâce à qui : Ezra, pas uniquement lui et Nehemie. Vous combattez les unificateurs qui, incidemment ont permis au peuple jhuif de surmonter les épreuves du temps, l'Exil et la destruction. On est en droit de vous considérer comme antisémite, au sens religieux du terme : antijudaïque assurément, au sens christique ou mahométan du terme

        • Prière quoi qu’il en soit, d’arrêter d’évoquer : le savoir, la Torah, la Yeshiva, Israël etc, si vous prétendez vouer Ezra qui vous a tout enseigné, au bûcher. Changez de crêmerie, sérieusement.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.