17 novembre 2020  Sujet: Sécurité  Région: moyen-Orient  Mots clés: IsraëlEmirats Arabes UnisJetsJets F-35ArmesMilitaire

Israël adore l’avion de combat furtif F-35 (et pourrait ne pas s’opposer à une vente aux EAU)

Israël dit maintenant que la vente du F-35 aux Émirats arabes unis, qui comprend des dizaines d’avions (on a parlé de 50), ne nuira pas à l’engagement des États-Unis envers l’avantage militaire qualitatif d’Israël.

par Seth J. Frantzman

Le ministre israélien de la Défense, Benny Gantz, a rendu visite au commandement nord des Forces de défense israéliennes à la mi-novembre. Israël a découvert un certain nombre d’engins explosifs improvisés sur les hauteurs du Golan, le long de la frontière avec la Syrie. C’est un domaine qui est resté tendu ces dernières années après que le régime syrien a repris le sud de la Syrie aux mains des groupes rebelles et qu’Israël a commencé à exprimer une inquiétude croissante quant à la présence de menaces iraniennes.

Les préoccupations israéliennes concordent avec des préoccupations similaires à plus de mille kilomètres de là, à Abu Dhabi, où une alliance stratégique étroite avec les États-Unis est importante pour les Émirats arabes unis. Les Émirats arabes unis et Israël sont tous deux préoccupés par les menaces de l’Iran dans la région. Ensemble, les EAU et Israël sont également désormais liés par un nouvel accord de paix, appelé les accords d’Abraham, qui a vu le jour entre août et septembre. Ce changement émergent dans la région, avec des vols entre Tel Aviv et Dubaï désormais normalisés, présente également aux États-Unis un nouveau partenaire probable pour son programme d’avions furtifs F-35 et crée également une nouvelle voie pour les diplomates américains en visite dans la région.

Cela vaut la peine de considérer cela comme un gâteau stratégique à plusieurs feuilles. Le voyage du secrétaire d’État Mike Pompeo au Moyen-Orient en novembre 2020, probablement son dernier grand voyage dans son rôle au sein de l’administration Trump, met en valeur ce système d’alliance. Son voyage comprenait une escale en France puis en Turquie, où il a été froidement accueilli. L’administration Trump est devenue plus critique à l’égard du comportement agressif de la Turquie contre les alliés de l’OTAN en Méditerranée orientale, ainsi que de l’accueil par la Turquie du Hamas, que les États-Unis considèrent comme une organisation terroriste. Alors que Washington cherchait à conclure un nouvel accord pour les avions F-35 avec les Émirats arabes unis, il était également clair qu’Ankara ne recevra pas l’avion de guerre de cinquième génération tant que la Turquie utilisera le système de défense aérienne russe S-400, dont la Turquie dispose et en a commencé les tests.

Le voyage de Pompeo au Moyen-Orient s’appuie sur les accords d’Abraham, avec des escales en Israël et aux Émirats arabes unis. En août, Pompeo s’est rendu au Soudan, à Bahreïn, aux Émirats arabes unis, à Oman et en Israël. Quelques jours plus tard, le département d’État a critiqué la Turquie pour avoir accueilli le Hamas. Dans le même temps, les États-Unis et les Émirats arabes unis étaient en discussion sur un accord de 23 milliards de dollars pour les Émirats arabes unis, qui inclurait l’achat des avions F-35, des drones MQ-9 Reaper, ainsi que d’autres munitions.

L’accord F-35 intervient alors que les États-Unis ont effectué trois exercices conjoints de F-35 avec Israël cette année, appelés les exercices « Eclair Durable Enduring Lightning ». Cela signifie qu’en août, alors que l’accord F-35 avec les Émirats arabes unis était révélé, les États-Unis et Israël exploraient à un niveau sans précédent les capacités du nouvel avion. Ajouter des avions F-35 à l’arsenal des Émirats arabes unis, améliorer son armée de l’air qui possède déjà des avions F-16 avancés, ferait des États-Unis, des Émirats arabes unis et d’Israël un triangle démultiplicateur de puissance en matière de F-35 dans la région, les États-Unis faisant déjà voler ses propres avions F-35 au départ de la base d’Al-Dhafra aux Emirats.

Le jet F-35 est un avion unique avec des capacités spéciales. Israël a contribué à ce programme, en construisant des ailes et des casques pour le programme et en recevant sa version unique de l’avion. Israël a été un utilisateur opérationnel précédant tous les autres et devrait acquérir cinquante avions. Il possède déjà deux escadrons. Les rapports initiaux selon lesquels les EAU recevraient également l’avion ont été accueillis avec scepticisme en Israël, nourrissant des craintes que cela puisse éroder l’avantage militaire qualitatif d’Israël. Des voix israéliennes au sein du gouvernement et de l’opposition se sont demandées si le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu avait conclu l’accord pour que les avions F-35 permettent d’obtenir la paix avec les Émirats arabes unis. Il a insisté sur le fait que non.

Un entretien récent avec l’ambassadeur des EAU auprès des États-Unis, Yousef Al-Otaiba, à l’Institut israélien d’études sur la sécurité nationale, à propos des avions F-35 et une discussion à l’Economic Club à Washington ont donné un aperçu plus détaillé de l’accord F-35. L’ambassadeur d’Israël aux États-Unis, Ron Dermer, a déclaré que «la question des F-35 ne faisait pas partie de l’accord conclu avec les Émirats. Nous prenons très au sérieux l’engagement américain à maintenir l’avantage militaire qualitatif d’Israël. Gantz s’est rendu à Washington et a rencontré son homologue américain à trois reprises en octobre et la question des F-35 était l’un des aspects de ces réunions. Le danger de l’Iran a contribué à rapprocher Israël et les Émirats arabes unis, a déclaré Dermer le 16 novembre. Israël affirme maintenant que la vente de F-35 aux Émirats arabes unis, qui comprend des dizaines d’avions, ne nuira pas à l’engagement des États-Unis envers l’avantage militaire qualitatif d’Israël. 

C’est devenu un  objet de spéculation qu’une nouvelle administration américaine dirigée par le président présumé élu Joe Biden pourrait revoir l’accord F-35 ou même chercher à le bloquer. Antony Blinken, un conseiller de Biden, a déclaré début novembre que les avions F-35 étaient disponibles pour Israël et «seulement Israël dans la région». Les Émirats arabes unis ont maintenant rédigé un impressionnant livre blanc sur l’accord F-35 intitulé «Les Émirats arabes unis et le F-35 : défense de première ligne pour les Émirats arabes unis, les États-Unis et leurs partenaires». Le document inclut le soutien à l’accord de l’ancien commandant américain et ancien directeur de la Central Intelligence Agency, le général David Petraeus, qui soutient que les F-35 aideront les EAU à maintenir leurs capacités par rapport à celles de l’Iran. Compte tenu de cela, et compte tenu du soutien d’Israël à l’acquisition des avions F-35 par les Emirats, l’approbation américaine de cet achat est à la fois «souhaitable et opportune».

Général David Petraeus

Le rapport des EAU sur l’acquisition affirme que la vente américaine des avions F-35 est également conforme à la stratégie de défense nationale américaine qui «appelle à permettre aux partenaires d’assumer davantage de responsabilités pour leur propre sécurité collective au Moyen-Orient». Ceci est important parce que les États-Unis sont en train de passer de la guerre mondiale contre le terrorisme à une stratégie qui prévoit de reconstituer la marine américaine et d’affronter des adversaires proches de leurs alliés, comme la Chine et la Russie. Cela signifie qu’Israël, les EAU et d’autres partenaires doivent travailler plus étroitement ensemble. Le jet F-35, en raison de sa technologie, de ses capteurs, de ses communications et de ses capacités uniques, fonctionne mieux avec les autres jets F-35. C’est pourquoi les États-Unis et Israël ont piloté l’avion ensemble, sans avions F-16 et autres avions aux alentours, pour illustrer la capacité du chasseur de cinquième génération et ce qu’il apporte à la table en termes de collecte de renseignements, de précision et de capacités de ciblage. Le soutien croissant d’Israël et le Livre Blanc des EAU sur le sujet, ainsi que le voyage de Pompeo, illustrent le soutien croissant à l’accord. Les inquiétudes d’Israël concernant les menaces, révélées par les engins explosifs découverts sur le Golan le 17 novembre, montrent que les tensions dans la région s’intensifient.

Seth J. Frantzman est un journaliste basé à Jérusalem et titulaire d’un doctorat de l’Université hébraïque de Jérusalem. Il est directeur exécutif du Middle East Center for Reporting and Analysis et chercheur et rédacteur au Middle East Forum. Il est l’auteur de After ISIS: America, Iran and the Struggle for the Middle East (à paraître Gefen Publishing). Suivez-le sur Twitter à @sfrantzman.

 

nationalinterest.org

 

Adaptation : Marc Brzustowski

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.