Importante attaque terroriste déjouée à la frontière de Gaza

5
2207

L’ARMÉE ISRAÉLIENNE DÉJOUE UNE IMPORTANTE ATTAQUE TERRORISTE LE LONG DE LA FRONTIÈRE AVEC GAZA

Quatre Palestiniens armés de RPG, de fusils d’assaut et de grenades ont tenté de s’infiltrer en Israël

PAR ANNA AHRONHEIM
 10 AOÛT 2019 13:33

L'armée israélienne déjoue une importante attaque terroriste le long de la frontière avec Gaza

Matériels et missiles confisqués par Tsahal. (crédit photo: UNITÉ DES PAROLES DE LA FID)

L’armée israélienne a déjoué une importante attaque terroriste le long de la frontière avec Gaza après que quatre Palestiniens armés ont tenté de s’infiltrer dans le sud d’Israël, a annoncé samedi l’armée.

«Nous avons mis fin à une très grande et importante attaque terroriste», a déclaré le porte-parole de l’armée israélienne, Ronen Manelis.

Selon les militaires, l’incident a commencé à 4 heures du matin, lorsque les quatre hommes ont été observés en train de s’approcher de la clôture en groupe. Les quatre hommes, tous armés de fusils d’assaut AK-47, de lance-roquettes et de grenades à main, ont été abattus après qu’un des hommes a réussi à franchir la barrière et à lancer une grenade sur les troupes de l’armée, de la brigade Golani.

Il n’y a eu ni blessés ni tué parmi les troupes de Tsahal.

Après l’incident, l’artillerie israélienne a frappé deux endroits à l’est de Deir el-Balah, au centre de l’enclave dirigée par le Hamas.

Selon des informations rapportées à Gaza, trois des quatre Palestiniens tués appartiendraient à l’unité du Hamas, chargée d’empêcher les Gazaouites de s’approcher de la barrière de sécurité pour s’infiltrer en Israël. Ces garde-frontières auraient poursuivi un quatrième Palestinien qui portait des explosifs.

Les trois garde-barrières présumés ont été identifiés par les médias palestiniens comme s’appelant Abdullah Hamaida, 21 ans, Abdullah a-Ghari et 19 ans, Ahmed Adini.

Mais Manelis a fermement démenti ces informations, affirmant que les quatre hommes étaient armés et ont été fermement identifiés comme étant en train de se déplacer en groupe vers la barrière.

«Il n’est absolument pas possible qu’ils fassent partie du groupe frontalier du Hamas. Ils ont planifié une attaque terroriste », a-t-il déclaré, ajoutant que « les quatre ont été repérés comme agissant en groupe tout le temps ».

Selon Manelis, ils portaient tous des uniformes et étaient armés de fusils d’assaut et lance-missiles, de nourriture, de pinces coupantes de fil et d’une trousse de premiers soins.

«Nous ne savons toujours pas s’il s’agissait de soldats ou de civils, mais nous comprenons qu’il s’agissait d’une attaque planifiée. Vous ne vous réveillez pas un jour en prévoyant de mener une attaque et de vous armer de toutes ces armes », a-t-il déclaré.

 

Alors que l’armée n’a pas encore déterminé quel groupe a organisé l’attaque déjouée, “le Hamas est responsable de tout ce qui se passe dans la Bande”, a déclaré Manelis. «Il y a des incidents dans lesquels on peut dire qu’il y a une différence entre une personne qui planifie seule une attaque comme celle de la semaine dernière et il y en a d’autres, comme celle-ci, que nous voyons comme une attaque de groupe planifiée».

Manelis a expliqué que leurs dépouilles étaient aux mains des Israéliens, Manelis ne s’étendant guère sur le sujet, pour savoir si leurs corps seraient rendus.

L’agence Safa News, basée à Gaza, aurait repris les propos incendiaires d’Abdul Latif al-Qanoon, porte-parole du Hamas, disant que “l’occupation a commis un nouveau crime contre un groupe de jeunes en colère contre les crimes en cours, le terrorisme systématique et le siège de la bande de Gaza”.

Qanoon a averti que “la poursuite des crimes de l’occupation sioniste et de son comportement agressif ainsi que le siège injuste de Gaza inciteraient les jeunes en colère et rebelles à réagir” et il a souligné que “l’occupation sioniste porte les conséquences de la colère et de la pression subies par notre peuple” en raison du siège continu de la bande de Gaza.

La semaine dernière, un officier de Tsahal et deux soldats ont été blessés et un djihadiste du Hamas tué lors d’un échange de coups de feu à la frontière dans la région de Kissufim, dans le sud d’Israël.

Identifié comme s’appelant Hani Abu Salah, membre de la patrouille frontalière du Hamas, il était le frère de Fadi Abu Salah, un Palestinien handicapé qui a été tué par les tirs de Tsahal, lors de l’une des manifestations hebdomadaires de la Marche du retour, le long de la frontière.

Abou Salah, qui portait un uniforme et était armé de grenades et d’une kalachnikov, s’est infiltré en territoire israélien depuis l’extrémité sud de l’enclave dirigée par le Hamas et a ouvert le feu sur les troupes golani déployées dans la zone, blessant modérément un officier.

Selon Manelis, le suspect aurait lancé au moins une grenade en direction de la force.

Deux autres soldats ont été légèrement blessés, l’un par un éclat d’obus et l’autre au tympan après avoir tiré, a déclaré le porte-parole de Tsahal.

Le corps d’Abu Salah reste en territoire israélien.

jpost.com

5 COMMENTS

  1. Les Kalashnikov, grenades et roquettes RPG: au supermarché du coin ? On veut nous faire croire que ce n’est pas organisé par une autorité structurée et disposant de moyens ?

  2. Encore une fois 4 jeunes paumés en promenade sur la frontière , armés jusqu’aux dents , simplement pour se promener !!!!
    Voyons cette saloperie de Hamas ne recule devant aucun mensonge. Le ridicule ne tue pas , Tsahal oui et c est très bien comme ça. Surtout ne rendez aucune dépouille de ces crapules.

  3. Respect aux membres de cette unité ! Je ne me réjouis pas des individus éliminés, mais bien des vies épargnées grâce à ces interventions.
    Et puis c’est si facile de commenter , bien au chaud depuis ma campagne paisible et tranquille…
    Bon courage et que Dieu vous garde !

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.