Dimanche matin, les autorités civiles, militaires et religieuses étaient réunies dans la cour du Centre d’Histoire de la Résistance et de la Déportation (CHRD) avenue Berthelot (Lyon 7e) pour assister à la cérémonie du Souvenir organisée à l’occasion de la Journée nationale à la mémoire des victimes des crimes racistes et antisémites de l’Etat français et d’hommage aux Justes de France.

La cérémonie a revêtu une dimension particulière. Les autorités ont rendu hommage au Général Pierre Robert de Saint-Vincent (1882-1954), gouverneur militaire de Lyon pendant la Seconde guerre Mondiale.

Le 29 août 1942, il reçoit l’ordre de mettre des gendarmes à disposition de l’intendant de police pour encadrer l’embarquement de six cents juifs en gare de Perrache, à destination de Drancy. Il refuse, ce qui retarde la rafle d’une journée, et permet à nombre d’entre eux de s’enfuir. Mis à la retraite, entré dans la Résistance, il fuit avec sa famille et entre dans la clandestinité.

En 1993, l’Institut de Yad Vashem à Jérusalem lui décerne le titre de Juste parmi les Nations. La Ville de Lyon lui rend hommage en donnant son nom à l’esplanade située dans l’enceinte du CHRD, un lieu hautement symbolique.

Source leprogres

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.