Gaza : 5 ans après, une nouvelle stratégie est nécessaire

1
865

Cinq ans après la dernière guerre à Gaza, il est temps pour Israël de repenser sa stratégie

Analyse: Il reste encore beaucoup à apprendre et le gouvernement, en particulier, ne devrait pas attendre la prochaine escalade violente pour trouver une meilleure stratégie pour la bande dirigée par le Hamas. Peut-être qu’il est temps de reconnaître Gaza comme un État indépendant

Il y a quatre leçons à tirer de la dernière guerre israélienne contre le Hamas (Opération Bordure de protection), qui a débuté il y a exactement cinq ans.

Les leçons couvrent la stratégie et le cadre opérationnel, et abordent même des questions concrètes telles que le retour des corps des soldats.

Les troupes de Tsahal quittent la bande de Gaza à la fin de la guerre de 2014 (Photo: Reuters) (Photo: Reuters)

Les troupes de Tsahal quittent la bande de Gaza à la fin de la guerre de 2014 (Photo: Reuters)

 

La politique d’Israël à l’égard de Gaza n’avait pas changé au cours des huit années précédant “Bordure de Protection”, et certainement pas depuis. Nous pouvons simplement appeler cette politique “le maintien du statu quo”.

Cela signifie qu’Israël continuera de souffrir d’exactions comme le fait de brûler des cerfs-volants et d’entretenir un harcèlement quotidien le long de la barrière qui sépare Gaza du territoire israélien.

De plus, tous les quelques mois, il y a une “vague de violence” avec des centaines de roquettes tirées par le Hamas et des bombardements par l’armée de l’air israélienne, puis tous les deux ou trois ans, une opération militaire israélienne à grande échelle.

Infrastructures à Gaza détruites par les bombardements des FDI en 2018 (Photo: AFP)

Infrastructures à Gaza détruites par les bombardements de Tsahal en 2018 (Photo: AFP)

 

Cette situation est traitée comme un mal nécessaire qu’on ne peut pas changer. Mais il y a au moins quatre autres possibilités.

1. Il est possible de reconquérir la bande de Gaza dans le cadre d’une vaste opération militaire, dans le but de détruire l’infrastructure terroriste et peut-être aussi de faire tomber le régime du Hamas.

2. Il est possible de reprendre les négociations avec le président palestinien Mahmoud Abbas, dans l’espoir que cela rétablisse le contrôle de l’Autorité palestinienne sur la bande de Gaza.

3. Il est possible d’essayer de créer un fossé entre la population de Gaza et le Hamas au pouvoir.

4. Il est possible de reconnaître que la bande de Gaza est un Etat de facto indépendant et, sur cette base, d’essayer de s’entendre avec le régime là-bas. Par exemple, il pourrait y avoir un accord sur un cessez-le-feu complet en échange de la reconnaissance par Israël de la nécessité et même du soutien à la reconstruction des infrastructures de Gaza, et d’une ouverture d’esprit pour travailler avec le gouvernement du Hamas et non derrière son dos.

Les habitants de Gaza tirent leur électricité des infrastructures publiques (Photo: MCT)

Les habitants de Gaza tirent leur électricité des infrastructures publiques (Photo: MCT)

 

À mon avis, une opération militaire d’envergure n’est pas une bonne idée, même si ni la reprise des négociations avec l’Autorité palestinienne ni la création d’un clivage entre la population de Gaza et son régime en place ne fonctionneront.

Il ne reste plus qu’à comparer “le maintien du statu quo” et la reconnaissance de la bande de Gaza en tant qu’État indépendant. Aujourd’hui, cinq ans après l’opération Bordure Protectrice, le moment est venu de débattre de la bonne stratégie.

Un incendie dans une réserve naturelle du sud d'Israël causé par un engin incendiaire envoyé de Gaza (Photo: Barak Shaham / Autorité de la nature et des parcs)

Un incendie dans une réserve naturelle du sud d’Israël causé par un engin incendiaire envoyé de Gaza (Photo: Barak Shaham / Autorité de la nature et des parcs)

 

En outre, après trois grandes opérations militaires contre Gaza, nous pouvons les subdiviser en deux types : des opérations qui peuvent améliorer considérablement les conditions par rapport aux opérations qui peuvent rétablir les conditions antérieures de calme relatif.

Le public israélien – qu’il s’agisse du Hezbollah au Liban ou du Hamas à Gaza – souhaite obtenir une amélioration spectaculaire grâce à une victoire écrasante sur l’ennemi, mais ne veut payer que le prix du second type, ramenant le calme.

La brigade Kfir de Tsahal se prépare à une éventuelle invasion de Gaza en 2017

La brigade Kfir de Tsahal se prépare à une éventuelle invasion de Gaza en 2017

 

Malheureusement, cette combinaison est impossible et il est temps que nous l’acceptions.

Une autre leçon concerne l’hypothèse erronée selon laquelle une opération terrestre réussie nécessiterait la conquête de toute la bande de Gaza.

En réalité, il semble qu’entre les deux bouts du spectre – combat réactif versus conquête complète de la bande de Gaza -, il existe aussi d’autres possibilités militaires qui permettraient de concentrer l’offensive terrestre contre les centres de pouvoir de l’ennemi, sans avoir à intervenir physiquement, ni entrer dans chaque quartier ou ruelle.

Hadar Goldin, à gauche, et Oron Shaul, soldats tombés au combat

Hadar Goldin, à gauche, et Oron Shaul, soldats tombés au combat

 

La dernière leçon porte sur la douloureuse question des soldats israéliens tombés au combat, Oron Shaul et Hadar Goldin, dont les corps sont toujours détenus à Gaza.

Depuis plusieurs années, Israël commet la même erreur et convient que les négociations sur l’échange de prisonniers et de corps devraient se dérouler séparément des négociations sur un accord avec le Hamas.

Réunion du Cabinet de sécurité du Premier ministre Benjamin Netanyahu en 2018 (Photo: Ariel Harmoni, ministère de la Défense)

Réunion du Cabinet de sécurité du Premier ministre Benjamin Netanyahu en 2018 (Photo: Ariel Harmoni, ministère de la Défense)

 

C’est une erreur car nos ennemis, qu’ils soient du Hezbollah ou du Hamas, auront toujours un meilleur effet de levier. Par conséquent, nous devrions organiser ces négociations avec d’autres questions.

Par exemple, après l’opération Plomd Durci de 2009, nous aurions dû accepter la pression internationale pour ouvrir l’accès de l’aide humanitaire à Gaza uniquement dans le cadre d’un accord humanitaire plus général.

Cet accord aurait permis le retour du soldat israélien Gilad Shalit (détenu par le Hamas pendant près de cinq ans, de 2006 à 2011), en échange d’un nombre approprié de djihadistes emprisonnés.

Une réunion du gouvernement israélien pendant la guerre de 2014 à Gaza (Photo: Yaron Brener)

Une réunion du gouvernement israélien pendant la guerre de 2014 à Gaza (Photo: Yaron Brener)

Mais, en Israël, que pouvons-nous faire si la norme consiste à entamer une discussion d’urgence avec le cabinet, uniquement en cas d’escalade autour de Gaza, au lieu de discuter de ces questions essentielles tout de suite? Cela donnerait au gouvernement israélien la possibilité de prendre des décisions avant qu’il ne soit sous le feu des critiques.

 

Le général de division Giora Eiland est l’ancien chef du Conseil de sécurité nationale israélien et du plan stratégique de l’armée.

ynetnews.com

1 COMMENT

  1. Il y a une solution.
    A chaque manifestation avec lancé de ballons incendiaires à la frontière de Gaza Tsahal avance de 500 m a l’intérieur avec tanks et bulldozers. Si les heurts continue Tsahal avance encore de 500 m ce qui a pour effet d’éloigner la menace qui plane sur les habitants en bordure de Gaza et en plus d’asphyxier Gaza qui sera obligé de se calmer s’ils ne veulent pas être jetés à la mer. A diffuser le plus possible pour arriver aux oreilles de nos dirigeants.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.