Gantz lance sa campagne et monte dans les sondages

1
374

Sixième campagne électorale

 

Gantz lance sa campagne et monte dans les sondages

 

Manfred Gerstenfeld

 

Deux événements majeurs ont caractérisé la sixième semaine de campagne électorale. Le premier, c’est la montée en puissance dans les sondages du parti Israël Résilience, dirigé par l’ancien Chef d’Etat-Major, Benny Gantz. Plusieurs sondages démontrent que, si les élections avaient lieu en ce moment, il obtiendrait 20 sièges et même plus. Ces sondages semblent indiquer que Gantz prélève des électeurs principalement à l’Union Sioniste en pleine débandade. Ce regroupement du parti travailliste et d’Hatnua (Le Mouvement) avait remporté 24 sièges au cours des dernières élections. Les sondages actuels n’offrent au parti travailliste qu’entre 5 et 6 sièges. Hatnua, quant à lui, n’atteint pas le seuil d’éligibilité.

Sur 119.000 électeurs éligibles, 69.000, soit plus de 58% ont déposé leur bulletin dans l’urne pour les primaires. En 2014, 52% des électeurs du Likoud qui pouvaient y participer s’étaient réellement rendus aux urnes[1].

Les derniers sondages indiquent qu’Israël Résilience fait aussi des progrès au sein de Yesh Atid (Il y a un avenir) de Yaïr Lapid. Un sondage du Ha’aretz publié le 4 février donnait 22 sièges à Israël Résilience, 9 à Yesh Atid et 5 sièges au parti travailliste[2]. Des reportages disent que l’ancien Chef d’Etat-Major Gabi Ashkenazi tente de faire la médiation en vue de la fusion entre Israël Resilience et Yesh Atid[3]. La date-limite pour réaliser une telle fusion sera le 21 février, quand les listes des candidats devront être soumises au Comité Central des Elections. Une telle fusion verrait probablement Gantz en première position et Lapid à la seconde.

Dans l’éventualité de la création d’un bloc de centre-gauche, la Chaîne 12 a effectué un sondage pour savoir qui devrait diriger un tel parti. Environ la moitié des sondés ont déclaré  : “aucune de ces options” ou ‘”ne sait pas”. Gantz se situait à 33%, Lapid à 11%, le dirigeant du parti travailliste Gabbaï et à la meneuse d’Hatnua, Tsipi Livni, se trouvait chacun à 5%[4].

La deuxième question importante de cette semaine concerne les primaires pour la liste des candidats du Likoud, qui se sont tenues le 5 février. Deux jours avant les primaires, Netanyahu a attaqué Gideon Sa’ar. Sa’ar, qui a été Ministre de l’Intérieur et Ministre de l’Education, est revenu en politique après une pause. Netanyahu a déclaré que plusieurs personnes du parti sont venues vers lui en disant que Sa’ar leur avait confié qu’près les élections, Netanyahu serait inculpé et que, de cette façon, ce n’est pas lui qui serait Premier Ministre.

Selon Netanyahu, Sa’ar a demandé à être soutenu si une autre personnalité du Likoud (et non Netanyahu) devrait former le gouvernement. Sa’ar a répondu que le Premier Ministre avait choisi de recycler la légende fallacieuse qu’il avait déjà servie quelques mois auparavant. Il a dit à propos de Netanyahu : ” Il veut me porter préjudice avant les primaires[5]“.

Au cours de ces primaires, le porte-parole de la Knesset, Yuli Edelstein est arrivé en première position, suivi de près par le Ministre des Transports, Yisraël Katz. Sur la liste des candidats, cela représente les secondes et troisièmes places après Netanyahu. Pour les deux places suivantes,le Ministre de la Sécurité Publique, Gilad Erdan, est étroitement suivi par Sa’ar. Si Netanyahu devait démissionner, ces quatre-là sont les principaux concurrents à sa succession, en tant que dirigeant du Likoud et les candidats de ce parti pour devenir premier ministre.

Deux nouveaux arrivants font partie des dix premiers de la liste des candidats : Nir Barkat, ancien Maire de Jérusalem et le Gén,éral-Major à la retraite Yoav Galant, qui est un transfuge du Parti Kulanu de Kahlon, au nom duquel il était Ministre du Logement au cours de la 20ème Knesset.

Le député du Likoud Benny Begin n’était pas candidat. Un certain nombre d’autres députés siégeant du Likoud ne reviendront pas à la 21ème Knesset, parce qu’ils ont fait un score trop faible aux primaires. Parmi les plus connu, on trouve le Ministre des Communications Ayoob Kara, un Druze, et Oren Hazan, source de controverses régulières. A l’exception de Netanyahu, tous les autres Députés du Likoud reconduits sont réputés soutenir l’annexion d’une partie de la Rive Occidentale du Jourdain (Judée-Samarie)[6].

Après le départ des ministres Naftali Bennett et Ayelet Shaked pour créer le parti de la Nouvelle Droite, le Parti Foyer Juif était demeuré sans dirigeant. le parti s’est choisi l’ancien grand Rabbin de Tsahal, Rafi Peretz, pour diriger sa liste[7].

Dans les sondages, il y a divers partis qui franchissement difficilement le seuil d’éligibilité à la Knesset, qui se situe à 3, 25%. Dans les semaines à venir, cela peut déboucher sur la réunification de ces listes de partis en perdition.

Les sondages indiquent que le départ hors de la Liste Arabe unifiée du parti Taal dirigé par Ahmed Tibi a pour conséquence que les partis restants dans la liste conjointe et Ta’al, obtiendraient chacun six sièges. Dans la Knesset précédente, la liste conjointe arabe disposait de 12 sièges.

Le Parlementaire à la Knesset Jamal Zahalka est président du parti Balad, l’une des trois composantes subsistantes de la liste arabe unifiée. Il a déclaré que Balad “ne fait pas partie de la gauche israélienne, mais que c’est une partie indissociable du Mouvement National Palestinien”. Il a condamné Netanyahu comme un criminel de guerre[8]. Le rassemblement s’est ouvert par l’hymne national palestinien et on a lu des félicitations de l’ex-député Azmi Bishara, qui a fui Israël en 2007, quand il faisait l’objet d’une enquête pour espionnage présumé au profit de l’organisation terroriste du du Hezbollah

Il y a aussi eu l’expression de vœux de la part de l’ancien député Basel Gahttaz qui purge une peine de prison pour trafic de contrebande au profit de prisonniers sécuritaires palestiniens dans une prison israélienne. Balad ne soutient pas la solution à deux Etats pour deux peuples, mais un Etat Palestinien proche d’un Etat de tous ses citoyens.

Le 11 février de la semaine qui s’ouvre, auront lieu les primaires du Parti Travailliste.

 

Par Manfred Gerstenfeld 

Le Dr. Manfred Gerstenfeld a présidé pendant 12 ans le Conseil d’Administration du Centre des Affaires Publiques de Jérusalem (2000-2012). Il a publié plus de 20 ouvrages. Plusieurs d’entre eux traitent d’anti-israélisme et d’antisémitisme.

Adaptation : Marc Brzustowski.

———————————————————————————

[1] www.timesofisrael.com/polls-close-in-fateful-likud-primaries-after-jump-in-turnout/

[2] https://knessetjeremy.com/2019/02/04/haaretz-poll-likud-30-israel-resilience-22-yesh-atid-9-hayamin-hehadash-7-joint-list-7/

[3] /www.jpost.com/Israel-Elections/Prime-minister-rotation-reportedly-raised-to-challenge-Netanyahu-579789

[4] https://knessetjeremy.com/2019/02/03/channel-12-poll-33-gantz-shoud-lead-center-left-party-34-gantz-is-left-45-not-pleased-w-kahlon/

[5] www.jpost.com/Israel-News/Netanyahu-slams-Saar-right-before-Likud-primary-579567

[6] Tovah Lazaroff, “Reports: PM only Likud candidate not keen to annex West Bank”, Jerusalem Post, 6 February 2019.

[7] https://hamodia.com/2019/02/03/former-idf-chief-rabbi-chosen-lead-jewish-home-party/

[8] www.timesofisrael.com/mtanes-shihadeh-secures-top-spot-on-balad-party-slate-for-upcoming-election/

1 COMMENT

  1. Curieux que l’on cite le haaretz. Ce torchon ne vaut guère plus que l’Huma en France. L’Huma en procédure de liquidation judiciaire, mais qu’un mécène de gauche pourrait renflouer.
    Je ne croirais même pas le jour ou l’heure écrit dessus.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.