Jungle de Calais/Crédit photo Le Courrier Cauchois
Le tribunal administratif de Lille a rejeté mardi la demande d’interdiction du démantèlement du camp de migrants de la «jungle», à Calais, formulée par onze associations en référé-liberté. Le démantèlement est «une question de jours», a affirmé Bernard Cazeneuve.

Le tribunal administratif de Lille a validé mardi le principe d’un démantèlement rapide de la «Jungle» de Calais, rejetant le recours formé par 11 associations, qui critiquaient les modalités soutenues par le gouvernement. Dans son ordonnance, que l’AFP s’est procurée, le tribunal, saisi jeudi dernier en référé-liberté, estime ainsi que «le principe même du démantèlement du site de la Lande (nom officiel de la «Jungle, ndlr) de Calais ne méconnaît pas le principe de prohibition des traitements inhumains et dégradants». D’après la justice, le démantèlement vise précisément à «faire cesser» de tels traitements auxquels sont soumis les migrants qui vivent dans le camp «dans des conditions de précarité et d’insécurité dénoncées par tous».

Les avocats des associations n’étaient pas joignables dans l’immédiat pour commenter cette décision et indiquer s’ils entendaient faire appel. La décision du tribunal administratif de Lille «conforte» la volonté du gouvernement d’engager cette opération «dans les meilleurs délais», se sont de leur côté félicités mardi les ministres de l’Intérieur et du Logement. C’est «maintenant une question de jours», a affirmé Bernard Cazeneuve, en promettant une mise à l’abri «dans des conditions dignes» des migrants vivant sur le campement.

Concernant les Centres d’accueil et d’orientation (CAO) vers lesquels vont être dirigés les migrants de la «Jungle», le tribunal juge que l’État «n’a pas sous-estimé le nombre de migrants devant (y) être logés». Les associations avaient exprimé leur scepticisme sur ce dispositif, dénonçant par exemple un manque d’interprètes et des «disparités de suivi» des migrants. Vendredi, lors de l’audience, les représentants des associations avaient également réclamé «un diagnostic plus poussé des besoins, des risques de l’évacuation», certains évoquant «une catastrophe» en cas de démantèlement «dans les conditions actuelles».

Sur le dossier crucial des mineurs isolés, le tribunal souligne par ailleurs que la préfecture s’engage sur «un accompagnement spécifique (…) pour assurer leur mise à l’abri immédiate». Sur la question de l’atteinte au droit à la vie privée et familiale, le tribunal considère en outre que la «mesure d’évacuation envisagée ne porte pas (…) une atteinte disproportionnée au regard des objectifs qu’elle poursuit».

Le Défenseur des droits Jacques Toubon a évoqué mardi la date du 24 octobre pour le démantèlement du plus grand bidonville de France, alors que les autorités n’ont, elles, pas donné officiellement de date.

Le Figaro

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.