Il y a deux choses que je crois à propos de l’aggravation de la crise au Moyen-Orient.

Nous sommes sur le point de voir se déployer une nouvelle stratégie de l’administration Biden pour faire face à cette guerre sur plusieurs fronts impliquant Gaza, l’Iran, Israël et la région – ce qui, je l’espère, sera une « doctrine Biden » qui réponde à la gravité et à la complexité de ce moment dangereux.

Et si nous ne voyons pas une doctrine aussi vaste et audacieuse, la crise dans la région va se métastaser de manière à renforcer l’Iran, isoler Israël et mettre en lambeaux la capacité de l’Amérique à influencer les événements pour le mieux.

Une doctrine Biden – comme j’appelle la convergence de la réflexion et de la planification stratégiques que mes rapports ont reprise – aurait trois voies.

L’une des pistes serait une position ferme et résolue à l’égard de l’Iran, y compris des représailles militaires robustes contre les mandataires et les agents de l’Iran dans la région, en réponse à la mort de trois soldats américains dans une base en Jordanie par un drone apparemment lancé par un parti pro-iranien,milice en Irak.

La seconde voie serait une initiative diplomatique américaine sans précédent visant à promouvoir un État palestinien – MAINTENANT. Cela impliquerait une certaine forme de reconnaissance américaine d’un État palestinien démilitarisé en Cisjordanie et dans la bande de Gaza, qui ne verrait le jour qu’une fois que les Palestiniens auraient développé un ensemble d’institutions et de capacités de sécurité définies et crédibles pour garantir que cet État soit viable et qu’il ne pourrait jamais menacer Israël. Les responsables de l’administration Biden ont consulté des experts au sein et à l’extérieur du gouvernement américain sur les différentes formes que pourrait prendre cette reconnaissance de l’État palestinien.

La troisième voie serait une alliance de sécurité considérablement élargie entre les États-Unis et l’Arabie saoudite, qui impliquerait également une normalisation des relations saoudiennes avec Israël – si le gouvernement israélien est prêt à embrasser un processus diplomatique menant à un État palestinien démilitarisé dirigé par une Autorité palestinienne transformée. 

Si l’administration parvient à mettre cela en place – un plan si énorme – une doctrine Biden pourrait devenir le plus grand réalignement stratégique dans la région depuis le traité de Camp David de 1979.

Cependant, les trois pistes doivent absolument être liées ensemble pour qu’une doctrine Biden réussisse. Je pense que les responsables américains le comprennent.

Parce que je le sais avec certitude : le 7 octobre oblige l’administration Biden à repenser fondamentalement le Moyen-Orient, compte tenu de l’attaque barbare du Hamas contre Israël ; les représailles massives d’Israël contre le Hamas qui ont tué des milliers de civils palestiniens innocents à Gaza ; les attaques croissantes contre le personnel israélien et américain dans la région ; et l’incapacité du gouvernement de droite israélien à articuler un plan pour gouverner Gaza au lendemain de la fin de la guerre avec un partenaire palestinien non-Hamas.

La refonte en cours témoigne d’une prise de conscience du fait que nous ne pouvons plus permettre à l’Iran de tenter de nous chasser de la région, de menacer Israël d’extinction et nos alliés arabes avec de l’intimidation en agissant par l’intermédiaire de mandataires – le Hamas, le Hezbollah, les Houthis et les milices chiites en Irak – tout en Téhéran reste tranquillement les bras croisés et ne paie aucun prix.

Et, simultanément, cela témoigne d’une prise de conscience que les États-Unis n’auront jamais la légitimité mondiale, les alliés de l’OTAN et les alliés arabes et musulmans dont ils ont besoin pour affronter l’Iran de manière plus agressive, à moins que nous ne cessions de laisser le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu dicter notre politique ou la prendre en otage. Alors nous commencerons à construire une Autorité palestinienne crédible et légitime qui pourra un jour gouverner efficacement Gaza et la Cisjordanie et, en tant que bon voisin d’Israël le long des frontières définitives, ils négocieront ensemble.

Nader Mousavizadeh, fondateur et PDG de la société de conseil géopolitique Macro Advisory Partners et conseiller principal du secrétaire général de l’ONU de l’époque, Kofi Annan, décrit cette nouvelle doctrine Biden comme « la stratégie du double calcul ».

« Vous bluffez stratégiquement l’Iran et, en même temps, vous vous lancez dans une initiative sans précédent visant à jeter les bases d’un État palestinien démilitarisé, d’une manière que les États-Unis n’ont jamais fait auparavant », a déclaré Mousavizadeh. « Chaque piste a besoin de l’autre pour réussir. Chaque piste renforce et justifie l’autre. Repousser l’Iran et ses mandataires de manière renforcée et soutenue renforce la sécurité d’Israël et celle de nos alliés arabes. Associer cela à un engagement américain authentique et audacieux en faveur d’un État palestinien nous donne la légitimité pour agir contre l’Iran et les alliés dont nous avons besoin pour être le plus efficace possible. Cela isole également l’Iran militairement et politiquement.

Je pense que c’est tout à fait vrai. Il est grand temps pour les États-Unis de dénoncer le bluff de l’Iran et de Netanyahu.

Netanyahu est la raison pour laquelle j’ai inventé cette règle du reportage sur le Moyen-Orient : « Tout ce que les personnes vous disent en anglais en privé n’a pas d’importance. Tout ce qui compte, c’est ce qu’ils disent en public dans leur propre langue.

Netanyahu a murmuré à Biden en privé qu’il serait peut-être prêt un jour – peut-être – à envisager une sorte d’État palestinien démilitarisé, tandis qu’en hébreu, en public, il a dit exactement le contraire.

Heureusement, Biden a parcouru la piste suffisamment de fois pour savoir que Netanyahu essaie simplement de l’entraîner. L’âge est parfois un avantage. Il est temps de mettre fin au jeu de Netanyahu et des ayatollahs simultanément. Une doctrine Biden est la bonne façon d’y parvenir.

Nous avons toléré que l’Iran détruise toutes les initiatives constructives que nous avons tenté de mettre en place au Moyen-Orient – ​​aussi longtemps que Téhéran reste en dessous du seuil d’une attaque directe contre nous. Et, en même temps, nous avons toléré un gouvernement Netanyahu qui cherche à empêcher irrévocablement toute forme d’État palestinien, au point même de soutenir le Hamas contre l’Autorité palestinienne pendant de nombreuses années pour garantir qu’il n’y ait pas de partenaire palestinien unifié.

« Le 7 Octobre a révélé que notre politique iranienne était en faillite et que notre politique israélo-palestinienne était en faillite », a déclaré Mousavizadeh. « Ces politiques ont permis au Hamas de ravager Israël. Ils ont permis aux Houthis de paralyser le transport maritime mondial. Ils ont aussi permis aux milices chiites pro-iraniennes de tenter de chasser les forces américaines de la région – des forces déployées là-bas pour empêcher l’EI de revenir et aider à maintenir la région raisonnablement stable.

Tout cela s’est produit, a-t-il ajouté, sans que personne ne tienne le régime de Téhéran pour responsable de la façon dont « il déploie ses acteurs non étatiques venimeux et destructeurs à travers la région contre les objectifs constructifs de nos alliés », qui tentent de construire une région plus inclusive.

C’est pour toutes ces raisons que je crois, j’espère et je prie pour qu’une doctrine Biden pour le Moyen-Orient soit adoptée – et les Israéliens devraient également le faire.

Israël est désormais en train de perdre sur trois fronts. Il a perdu la guerre narrative autour de Gaza : même si le Hamas a assassiné et violé des Israéliens, c’est Israël qui a été traduit devant la Cour internationale de Justice de La Haye pour les pertes civiles qu’il a causées à Gaza en essayant d’extirper les combattants du Hamas qui intégrés parmi les civils. Il perd la capacité d’assurer la sécurité d’Israël sans être trop étendu à long terme – en envahissant Gaza sans aucun plan sur la manière de trouver un partenaire palestinien légitime, autre que le Hamas, pour y gouverner efficacement afin qu’Israël puisse se retirer. Et il perd sur le front de la stabilité régionale : Israël est désormais la cible d’une attaque iranienne sur quatre fronts – du Hamas, du Hezbollah, des Houthis et des milices chiites en Irak – mais ne peut pas générer les alliés arabes ou de l’OTAN dont il a besoin pour gagner cette guerre. , parce qu’il refuse de faire quoi que ce soit pour nourrir un partenaire palestinien crédible et légitime.

Si une doctrine Biden émerge, a conclu Mousavizadeh, « ce sera une bonne géopolitique à l’étranger et une bonne politique à l’intérieur ».

Cela pourrait dissuader l’Iran à la fois militairement et politiquement – ​​en retirant à Téhéran la carte palestinienne. Cela pourrait promouvoir un État palestinien dans des conditions compatibles avec la sécurité israélienne et, simultanément, créer les conditions d’une normalisation des relations entre Israël et l’Arabie saoudite dans des conditions que les Palestiniens pourraient accepter.

Et c’est une stratégie qui pourrait fonctionner avec les Arabes américains du lac Michigan et avec les alliés arabes du golfe Persique. C’est une stratégie qui pourrait imposer des comptes au sein de la politique iranienne, palestinienne et israélienne.

NDLR – Avec un SI on met Paris en bouteille.

Le premier est : SI Biden est réélu ! ce qui est loin d’être acquis.

Quant à cette analyse qui semble être le tableau de la future politique de Biden au Moyen-Orient , il faut en voir les limites.

Attaquer l’Iran après l’avoir laissé développer l’arme nucléaire, la responsabilité en a toujours incombée aux États-Unis. Si les États-Unis et d’autres pays occidentaux n’avaient pas subventionné l’UNRWA, les Arabes de Gaza et de Judée Samarie auraient dû dépenser leur énergie au travail, et non au terrorisme. Par conséquent, avant d’incriminer Israël d’avoir laissé passer tout cet argent, peut-être qu’il faut incriminer d’abord ceux qui ont exigé, comme aujourd’hui, tous ces transferts.

L’État palestinien est vieux, depuis les accords d’Oslo, et ceux qui l’ont ruiné, ce sont les Palestiniens eux-mêmes. Pour une raison simple. Leur existence comme réfugiés, maintenue partout, en Cisjordanie, à Gaza, dans les camps du Liban, de Syrie, de Jordanie – grâce à l’UNRWA et aux pays occidentaux – n’avait pour objectif que leur retour en Israël. C’est là, l’unique promesse des dirigeants palestiniens. Ces derniers ont accepté de maintenir leur peuple dans la misère et le malheur, en attendant, non pas la naissance d’un État palestinien, dont ils n’ont que faire, mais la destruction de l’État d’Israël, comme ils disent « de la rivière à la mer. » Ce plan ne doit donc pas tordre que le bras, mais également le cou des Palestiniens, qui devront accepter l’existence d’Israël, objet unique de leur lutte, faute de quoi ils se seraient insérés ailleurs depuis des années.

Dans un second temps, ce plan ne prend pas en compte le point de non-retour des Israéliens de la Judée-Samarie. Croire un instant cela possible, c’est se mettre le doigt dans l’œil jusqu’au coude.

Quant aux accords avec l’Arabie Saoudite, ils ne sont pas tributaires d’un État palestinien, mais d’une vague promesse en ce sens, une espèce d’ajout cosmétique. Ce qui démontre en fait qu’elle serait, comme tous les autres pays arabes, prête à l’enterrer en toute discrétion.

Thomas L. Friedman du NYT et JForum.fr

La rédaction de JForum, retirera d'office tout commentaire antisémite, raciste, diffamatoire ou injurieux, ou qui contrevient à la morale juive.

S’abonner
Notification pour
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

14 Commentaires
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
OHANA

Un article typiquement anglo-saxon, apparemment documenté et argumenté, mais par certains aspects, simplet et perfide.
 
Ecrit avec beaucoup d’APLOMB et « en même temps » truffé d’ambiguïtés de raisonnement. Il ne suffit pas d’affirmer des arguments avec force pour que ces arguments aient pour autant plus de crédibilité.
 
Affirmer : « Tout ce que les personnes vous disent en anglais en privé n’a pas d’importance. Tout ce qui compte, c’est ce qu’ils disent en public dans leur propre langue », n’exclut pas pour un diplomate plus subtil et en politique internationale que le contraire soit au moins aussi pertinent.
 
Par exemple, on pourrait dire et penser avec tout autant de conviction: « Tout ce qui compte, c’est ce que les personnes vous disent en anglais et en privé. Ce qu’ils disent en public dans leur propre langue, n’a pas d’importance ». Les illustrations de cet argument sont suffisamment nombreuses : discours à usage externe et diplomatique pour les nations, discours électoraliste pour sa population.
 
Et toute la sémantique du monde ne fera pas oublier l’attitude faible et coupable de l’Amérique d’Obama qui a clairement une responsabilité dans ce que l’Iran est devenu aujourd’hui. Le monde paye la faiblesse et l’ambiguïté de la politique étrangère des USA.
 
Pour autant, les 3 options contenues contenus dans la « doctrine Biden » font que celle-ci est intéressante à considérer.
Elle trouve un écho dans une partie importante de la population israélienne et elle est d’autant plus crédible qu’elle va totalement dans le sens des intérêts des Etat-Unis.

KIGEM

Avant d adhérer à cette analyse très dirigée attendons les élections présidentielles aux USA et si que tienne à l Éternel TRUMP était élu MR Friedmann retournerait à ses études.

Damran

Toutes ces théories sont basées sur une seule évidence :
La réélection de Biden qui n’est pas évidente du tout.
Les alliances se nouent et se dénouent à travers le temps, il suffit que TRUMP soit réélu comme cela parait évident, ou même la venue de Nicky Hayley, pour que toutes ces théories tombent par terre.
Même Obama « recommande » à Sleepy Joe de ne pas se représenter, parce qu’il a en tête de proposer son épouse Michelle, la grande beauté classée régulièrement parmi les femmes les plus belles du monde.
Rien n’est joué, mais TRUMP ou Nicky Hayley ont de grandes chances de gagner…

victor nizard

Il n’y aura donc aucun état palestinien. C’est l’évidence depuis leur acharnement à exiger le retour. Pas besoin du NYT pour cette conclusion et encore moins di Friedman

Pauliltique

Avec des amis comme Biden, les terroristes palestiniens vont avoir un nouvel état, l’ État de Judee Samarie qui sera un obstacle majeur pour assurer la sécurité d’ Israel. Biden le sait mais il a les yeux braqués sur le calendrier électoral americain, alors il sacrifie Israel et les juifs.

Richard

Israël n’est pas le cobaye du vivre ensemble ce dogme de l’intégrisme mondialiste que l’on veut nous imposer: Nazisme, Communisme , islamisme et mondialiste même horreur.
Enfin, la grande hypocrisie avec le nucléaire iranien ne vise qu’à imposer à Israël de courber l’échine devant les diktats mondialistes.
Poutine a emboîter le pas dans la guerre en Ukraine, il peine mais l’occident est en retard. Poutine et l’iran ont joué la carte de la faiblesse et de la perversion de l’occident. Le 7/10 met l’occident en face de leur retard et leur bêtise mondialiste alors il demande à Israël de faire tampon et espérant que le monde arabe se ralit à leur cause au lieu de mettre le monde arabe en face de leur responsabilité.
Ce manque de courage et de fermeté de l’occident fait penser aux heures sombres du siècle dernier …..a en avoir la nausée…….
Ce n’est ni la place ni les moyens qu’il manque aux arabes qui tuent à outrance et ne sont responsables de rien.

Merci

Les usa échoueront encore comme déjà échoué pour l’accord Oslo mort-né dès le début , on ne peut plus compter sur eux sauf avec trump peut-être , car en réalité c’est le marché arabe qui intéresse le monde occidental toujours à courir après le profit , voilà ce qu’il faut voir , la cause palestinienne est un chiffon rouge dont l’on agite sur Israël , la réalité c’est qu’il faut profiter maintenant pour détruire dans l’œuf toute revendication palestinienne , l’expulsion des arabes de gaza et judee vers d’autres pays est envisageable, Bibi doit rester plus courageux et tenace, Israel doit fabriquer ses armes et ne pas trop compter sur les usa , laisser traîner la situation jusqu’à reprendre tous les territoires où nos ennemis essayent de nous déloger est nécessaire, Israel est fort en restant unis , la guerre c’est long et éprouvant et c’est possible de gagner

Guidon

Tant que ce « problème » sera prix à l’envers, on ne fera que tourner en rond et mettre Israël en danger sans rien régler. Il faut le prendre à la source pour parvenir à une solution mais pour cela, il fait être honnête.

marc

L’état Palestinien existe déjà
C’est la Jordanie
Pour une paix durable au moyen Orient
Une seule solution
Les colons palestiniens doivent quitter
La terre sainte du peuple juif et retourner
En Jordanie, en Egypte, au Liban et en Irak leurs pays d’origine
A tous les musulmans de France et d’Europe
J’adresse le message suivant
Commencez par libérer la France et
l’Europe de votre présence
Personne ne vous a demandé de venir ici vous êtes des colons-envahisseurs
Retournez dans vos pays d’origine donnez l’exemple, après seulement vous pourrez vous exprimez sur le conflit au moyen Orient, vous êtes comme le chameau qui critique le bossu

marco darmon

POURQUOI L EGYPTE QUI A 1 MION DE KM2 ET L ARABIE SALAFISTE A 2 MIONS DE KM2 NE LES PRENDS PAS CHEZ EUX CE PEUPLE ARABE INVENTE PALESTINIEN ….TOUT CA EST POUR MOI UNE HISTOIRE ARABE QUI SE SERVENT D ISRAEL COMME BOUC EMISSAIRE POUR QUE LE PROBLEME PALESTINIEN RESTE OUVERT COMME QUOI LES ETATS ARABES SONT POUR L ANEANTISSEMENT D ISRAEL ET LA FAUTE DES PM D ISRAEL DE GAUCHE ET DE DROITE LIKOUD ONT VENDU LEURS AMES EN FAISANT LES CONCESSIONS DANGEREUSES QU ILS ONT FAIT 1/MOSHE DAYAN LAISSE LE MONT DU TEMPLE JUIF AUX JORDANIENS QUI OTN PERDU LA GUERRE DE JUIN 1967 APRES 2/VIENT UN TRAITRE PM LIKOUD MENACHEM BEGIN .QUI REND LE SINAI AU LIEU DE L ANNEXER A ISRAEL 3/SHIMON PERES PM PAR ROTATSIA AVEC SHAMIR EN 1988 MOUBARAK VIENT LE VOIR ET LUI RECLAME LA PARTIE EILATH TABA OU IL Y AVAIT L HOTEL HILTON SONESTA DEVAIT ETRE LA FRONTIERE AVEC L EGYPTE ..POUR VOUS DIRE QUE LES ARABES NE RESPECTENT RIEN DES ACCORDS SIGNES ..ET COMME FAUDRAIT LEUR DIRE QUE TEL ACCORD AVEC EUX COMME LE SINAI EST CADUC AUSSI ET REPRENDRE LE SINAI …4/LES PM RABIN SHIMON PERES ET EHUD BARAK ..PACTISENT AVEC LE FATAH EN LEUR DONNANT TOUT CE QU ISL VEULENT EN SEPT 1993 ET TOUT CA GRACE A L ABSTENTION DES ENCULES DU CHASS QUI OTN RECU DES MIONS DE ITZAK RABIN CE TRAITRE QUI MERITAIT CE QUI LUI AI ARRIVE …EN 2000 LE FATAH DECLENCHE L INTIFADA EL AKSA AVEC TANT DE MORTS LORS D ATTENTATS TERRIBLES ET VIENT APRES LE LIKOUD ET AU LIEU DE PUNIR LE FATAH EN ANNULANT OSLO SHARON HONORE OSLO EN EXPULSANT LES JUIFS DE GAZA EN 2005 FORCER PAR GEORGES BUSH JR DE FAIRE UN PAS VERS ABOU ZINZIN …CE QUE SHARON S EXECUTE …QUEL HONTE CE HEROS DE LA GUERRE DE KIPPOUR OCT 1973 EST DEVENU LE PETAIN D ISRAEL COMME LES MOSHE DAYAN ..RABIN ..PERES BARAK ..SHARON ..BIBI ET OLMERDE …

LA SEULE QUI A EU DES COUILLES ONT ETE GOLDA MEIR QUI VOULAIT TOUT ANNEXER MAIS HELAS ELLE SE TROUVAIT DANS UN PARTI DE BOLCHEVIKS ACHKENAZES QUI VOULAIT TOUT RENDRE POUR UNE PAIX QU IL Y AURA JAMAIS AVEC LES ARABES PARCE QUE LES ARABES CHERCHENT QUE LEURS INTERETS DEFAIRE ISRAEL AFIN DE LA REMPLACER PAR UNE PALESTINE ISLAMIQUE …. ET POUR CELA FAUT PLUS A LA PAROLE ARABE QUE CA SOIT L EGYPTE AUQUEL ISRAEL DEVRAIT LEUR DIRE TNQUE L ACCORD AVEC ELLE EST CADUC ET QU ISRAEL REPRENDRA LE SINAI COMME JAMAIS L EGYPTE A RESPECTER L ACCORD . IDEM AVEC LA JORDANIE QUI PERDRA LE CONTROLE DU MONT DU TEMPLE POUR Y CONSTRUIRE LE 3EME TEMPLE AFIN DE FAIRE VENIR LE MASHIACH .?..

ISRAEL DOIT ETRE DUR CAR SI LES USA ET LA GB RECONNAISSENT L ETAT PALESTINIEN ISRAEL DEVRAIT ANNEXER ET DELOGER LE FATAH DE RAMALLAH DEPUIS LONGTEMPS ET COMMENT LE LIKOUD DE BIBI NA JAMAIS VOULU FAIRE QQ CHOSE CONTRE EUX POUR LES DESTABILISER AFIN DE LES EXPULSER TOUS AVEC LEUR PEUPLE D ASSASSINS ET DE MECREANTS DE CISJORDANIE VERS LA JORDANIE ..ARABIE ..EMIRATS ETC

VOILA CE QUE JE FERAIS MOI SI J ETAIS PM CAR ISRAEL DOIT PRENDRE LE CONTROLE DE GAZA POUR ENLEVER L IDEE AU FATAH DE CONSTRUIRE UN EVENTUEL ETAT ..ET ANNEXER AUSSI LA JUDEE SAMARIE JUIVE OU SE TROUVENT TOUS LES VESTIGES JUIVES DE JUDEE SAMARIE ET COMMENT SE FAIT IL QUE LA GAUCHE TRAITRE A LAISSER AUX MAINS DU FATAH CES VESTIGES JUIVES SITUEES EN ZONE A ET B …MAIS LE LIKOUD EST AUTANT COUPABLE POUR N AVOIR PAS BRISER OSLO MAIS AU CONTRAIRE L OTN HONORER …

SI LES ISRAELIENS APRES LE POGROM DU HAMAS FATAH DJIHAD DU 7/10/23 QUI EST ARRIVE QUI A FAIT 1500 TUES MASSACRES ..VIOLEES ..BRULES ….ETC ET LES CONNARDS D ISRAELIENS CONTINUERAIENT DE VOTER POUR CES DANGEREUX GAUCHISTES DE YAIR LAPID DE BENNY GANTZ EIZENCOTT MERAV MICHAELLI …ETC ISRAEL IRA A LA RUINE AVEC DE TELS GAUCHISTES PARCE QUE CES GAUCHISTES FERONT TOUT POUR FAIRE PLAISIR AUX PRO FATAH BIDEN BLINKEN ….

ISRAEL DOIT ANNEXER GAZA ET JUDEE SAMARIE POUR EMMERDER LES USA ET MONDE PRO ARABO PALESTINIEN …µµ

Pauliltique

@ marco darmon, bonsoir,
Isarael n’ a pas les mains libres. Annexer Gaza et la Judee Samarie serait légitime, mais les condamnations internationales politiques, économiques… seraient terribles, et Israel serait encore plus isolé. Et Israel à besoin de l’ aide américaine.

marc

Et les USA ont besoin d’Israël également
Sinon, l’Iran aura les mains libres
Et prendra le pouvoir au moyen Orient
Et les États-Unis ne peuvent pas se
Permettre de perdre cette région du monde

Asher Cohen

@Pauliltique
Annexer gaza et la Judée-Samarie, et en expulser les arabes, seront des passages obligés pour régler le problème des squatters arabes de la Terre Juive. Israël n’a qu’une alternative ici: soit y faire face et s’y résoudre, soit tout simplement disparaître. Israël est déjà suffisamment condamné et aliéné à l’international, pour pouvoir craindre encore plus de sanctions. l’État Juif a déjà eu largement sa dose et est habitué. S’il veut se développer, il doit chercher l’indépendance, même des EU, au lieu d’être un état factice, marionnette des EU et de l’Europe. L’indépendance est une vertu clé du Judaïsme, nos prophètes ne l’ont-ils pas toujours soutenue dans notre Bible? Comment être responsable de sa vie sans l’indépendance ? Ben Gourion y insistait en 1948, il n’y a pas d’autre solution.

marco darmon

CHER ASHER …MOI JE REPROCHE A BEN GOURION D AVOIR GARDER LES 200 000 ARABES EN 1948 DEVENUS 2 MIONS DE NOS JOURS ENCORE SI CES ARABES ETAIENT FIDELES A ISRAEL OK MAIS C EST PAS LE CAS …90 % DES ARABES D ISRAEL DETESTENT ISRAEL PRENEZ LES 9 DEPUTES ARABES DE LA KNESSET ILS DETESTENT TOUS ISRAEL ET SOUTIENNENT HAMAS ET FATAH ET BENNETT A VENDU SON AME A LA GAUCHE POUR FAIRE UN GOUVERNEMENT AVEC LES ISLAMICS DE RAAM ..QUEL HONTE ..BENNETT QUI VEND SON CAMP NATIONALISTE POUR ALLER AVEC LES GAUCHISTES ET LES RATONS ..

C EST TOUT CE QU ILS SAVENT FAIRE EN ISRAEL QUE DES CADEAUX AUX ARABES QUE CA SOIT LA GAUCHE COMME LE LIKOUD AU LIEU DE DIRE AUX USA QU ILS VONT SE FAIRE FOUTRE §§

LES USA C EST DE LA MERDE ET C EST DOMMAGE QU EN ISRAEL YA PAS DE FAUCONS QUI ENVOIE BALADER LES USA §§